Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Cinquième partie – Incidences des activités humaines sur les milieux

1. Des sociétés humaines et des milieux

Paul Arnould

Texte intégral

1Forêts boréales, tempérées ou intertropicales, déserts froids ou chauds, mangroves*, récifs coralliens, mers et océans, villes et campagnes, tous les milieux du globe sont désormais sous très haute influence humaine.

2Ce constat fait, les incidences des activités humaines peuvent être visionnées avec des lunettes roses ou noires, balançant entre deux attitudes antagonistes. La première lecture est celle de l’optimiste, confiant dans les capacités technologiques de maîtrise des milieux par l’humanité, dans une logique de progrès inéluctable. La seconde vision est celle du pessimiste le plus absolu, jouant sur le thème du catastrophisme, listant l’impressionnante litanie des cas de risques, de pollution, d’accumulation des déchets de tous ordres, des plus visibles aux plus insidieux qui ne sont pas les moins dangereux.

3Entre l’attitude irresponsable de la foi inébranlable dans la technique, des chantres de la nécessité des grands travaux, prônant le triomphe du matérialisme, et le chœur des peurs et des pleurs, comment adopter une attitude lucide pour engager toutes les sociétés dans la voie d’un développement, qualifié de « durable » ? À quelle échelle piloter le changement : localement par une action de fourmi ou mondialement, par de grandes conventions ratifiées lors de grandes messes médiatico-politiques ?

4Vous êtes-vous interrogé sur les nanoparticules ? L’amiante les a matérialisées. Les particules émises par les moteurs diesel en font une réalité quotidienne et quasi universelle. Le très petit, du registre de l’invisible, a du mal à s’imposer dans les consciences. Et, savez-vous ce qu’il se passe sous vos pieds ? L’invisible de la flore et de la faune du sol est ignoré, mais, surtout, la présence de l’eau, bien souvent gorgée de nitrates et autres pesticides, métaux lourds et éléments radioactifs, en fait de véritables « bombes à retardement ». Gardez-vous en mémoire la crue de 1910 à Paris ? Vous souvenez-vous de la canicule de 2003 ? Avez-vous conscience que l’air contient un cocktail de particules dangereuses, mais aussi des pollens allergisants, qui posent de redoutables questions de santé publique ?

5Les relations entre les sociétés humaines et les milieux ont une histoire. Les catastrophes d’aujourd’hui ne sont pas celles d’hier. Les milliers de morts des plus grands désastres du XXe siècle sont impressionnants, mais ils sont dérisoires, comparés aux effectifs des victimes des épidémies de peste ou de choléra qui ont ravagé l’Europe jusqu’au XIXe siècle. Il importe donc de bien distinguer le temps de la crise souvent bref, de celui de la prévention, de l’action, de la communication, et de celui des acteurs, ingénieurs, politiques, vous et moi. À propos de temps, êtes-vous capable d’estimer le temps de dégradation et de recyclage des matériaux que nous jetons sans état d’âme, du filtre de la cigarette aux plastiques ? Comment ne pas mettre sur le même plan le compost recyclable et les déchets ultimes qu’il faudra stocker des dizaines de milliers d’années avant de les rendre moins dangereux ?

6Les relations entre les sociétés humaines et les milieux ont aussi une géographie. L’espace des crises peut être strictement localisé. Il peut concerner un lieu circonscrit, une mine à ciel ouvert. Il peut adopter une forme linéaire, celle d’un fleuve, d’une limite frontalière marquée par un no man’s land truffé de bombes, renforcé par des barbelés ou matérialisé par un mur. Il peut concerner un vaste territoire et se traduire en éléments paysagers. Prêtez-vous attention à la qualité des paysages ruraux et urbains qui sont la face visible des interactions entre l’humanité et les milieux ?

7Avez-vous réfléchi aux façons de s’adapter en acceptant de changer de mentalité et de comportements ? Comment rendre le développement non seulement durable, mais également aimable et désirable ? Comment être des acteurs consommateurs de biens et de services, capables de s’organiser pour constituer des contre-pouvoirs face aux logiques marchandes des multinationales ?

Auteur

Géographe, Professeur des Universités, École Normale Supérieure de Lyon, UMR Environnement Ville Société, Lyon.
paul.arnould@ens-lyon.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540