Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Quatrième partie - Les sociétés

33. Migration écologique

Chloé Anne Vlassopoulos

Texte intégral

1Différentes prédictions ont été réalisées quant au nombre de personnes poussées à migrer pour des raisons environnementales d’ici 2050. En 2002, Norman Myers annonçait le chiffre de 200 millions de déplacés environnementaux, alors qu’en 2010, Frank Biermann et Ingrid Boas prédisaient le même nombre de déplacés par le seul fait du changement climatique. Les termes pour qualifier les personnes forcées de quitter leur lieu habituel de vie en raison d’une dégradation de l’environnement ne manquent pas : « migrants écologiques », « migrants environnementaux », « éco-migrants », « réfugiés environnementaux »… L’histoire de l’humanité peut se représenter comme un processus continu de déplacements et d’adaptations à des conditions environnementales changeantes (cf. V.29). Nous pourrions ainsi soutenir qu’aujourd’hui nous ne sommes pas confrontés à un problème nouveau nécessitant l’élaboration de mesures spécifiques, mais à une situation habituelle reflétant l’interdépendance entre les êtres humains et la nature. Force est pourtant de constater que, depuis les années 1980, le débat s’intensifie au sein de la communauté scientifique et des instances internationales pour comprendre les liens entre phénomènes migratoires et dégradation de l’environnement. L’attention particulière donnée, depuis les années 2000, aux risques liés au réchauffement de la planète a de surcroît permis de mettre plus spécifiquement l’accent sur la question des migrations climatiques (cf. I.7). Qu’est-ce que ce débat nous apprend sur l’identité des migrants écologiques et quelles solutions sont envisagées pour les assister ?

Identité des migrants

2Il n’y a pas aujourd’hui une définition arrêtée de celui qui doit être qualifié de « migrant écologique ». Selon un rapport de l’Organisation internationale pour les Migrations (OIM), « on désigne par migrants environnementaux les personnes et les groupes de personnes qui, pour des raisons impérieuses liées à un changement environnemental soudain ou progressif influant négativement sur leur vie ou leur condition de vie, sont contraintes de quitter leur foyer habituel ou le quitte de leur propre initiative, temporairement ou définitivement, et qui, de ce fait, se déplacent à l’intérieur de leur pays ou en sortent ». Cette définition renvoie à différents types de crises environnementales potentiellement génératrices de migrations : la dégradation des ressources naturelles produisant des phénomènes de sécheresse, de désertification, de déforestation… ; les accidents industriels comme celui de Tchernobyl ; les catastrophes naturelles (ouragans, tornades, inondations…) ; les grands travaux d’aménagement, comme le barrage des Trois Gorges en Chine qui a provoqué le déplacement de plus de 1,8 million de personnes ; les dommages écologiques militaires ; enfin, le changement climatique qui accentue la dégradation des ressources naturelles, augmente l’intensité des catastrophes naturelles et provoque l’élévation du niveau de la mer pouvant entraîner la disparition d’une partie des terres littorales et la submersion de plusieurs États insulaires, comme ceux de Tuvalu ou des Maldives.

Protection des migrants

3La communauté scientifique est partagée entre ceux qui annoncent une catastrophe imminente : celle de mouvements migratoires de masse liés à une dégradation sévère de l’environnement (les maximalistes), et ceux qui ne voient dans l’environnement qu’un facteur parmi d’autres poussant les gens à fuir leur lieu habituel de vie (les minimalistes). En ce qui concerne les institutions internationales, elles n’ont pas pu aboutir, à ce jour, à un accord sur un régime de protection des migrants écologiques. Cette inaction peut être expliquée de différentes façons. D’abord, il y a une forte réticence à inclure les migrants environnementaux dans la catégorie des « réfugiés politiques » et par conséquent à leur accorder la protection prévue par la Convention de Genève de 1951. En effet, à une époque où la tendance politique des pays du Nord est de limiter les flux d’immigration, une telle intégration risquerait de fragiliser cette Convention. Ensuite, une autre explication est liée à l’imprécision quant à l’importance du phénomène. Non seulement de nombreux chercheurs contestent la causalité directe entre dégradation de l’environnement et migration, mais aussi les chiffres avancés quant aux populations concernées divergent considérablement. Dans ce contexte d’incertitude, les gouvernements hésitent à engager des actions spécifiques. Enfin, le caractère pluriel des migrations écologiques ajoute davantage de complexité. Est-il possible d’envisager un cadre d’action commun pour l’ensemble des personnes victimes d’une crise environnementale ?

4Dans certains cas de figure, la souveraineté étatique l’emporte sur l’ingérence internationale. Ainsi, en cas d’accidents industriels ou de grands travaux d’aménagement, il revient normalement aux États de protéger leurs ressortissants. Lorsqu’il s’agit d’une catastrophe naturelle, un mécanisme d’aide humanitaire existe déjà pour assister les victimes, en collaboration avec les autorités nationales. Pour ce qui concerne le changement climatique, le lobbying actif du monde associatif, d’États particulièrement vulnérables aux impacts du changement climatique et de certaines agences internationales (comme l’OIM), a permis la reconnaissance officielle par les parties signataires de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques d’un problème spécifique, dit « de migrations climatiques ». Ainsi, le Groupe de travail spécial de l’action concertée à long terme au titre de la Convention a introduit un paragraphe dans les accords de Cancún de 2010 invitant les parties à entreprendre des « mesures visant à améliorer la compréhension, la coordination et la coopération en matière de déplacements induits par le changement climatique, de migration et de réinstallation planifiée, le cas échéant, aux niveaux national, régional et international ».

Les mangroves* comptent parmi les écosystèmes les plus fragiles de notre planète. Des variations, même minimes, du régime hydrique les détruisent sur de grandes surfaces, comme ici au Venezuela. © CNRS Photothèque – F. Blasco

5Aujourd’hui, seule la dimension climatique des migrations écologiques est discutée sur la scène internationale et est également intégrée, en 2011, dans l’« Approche globale de la question des migrations et de la mobilité » de l’Union européenne. Cependant, le passage de la reconnaissance du problème à l’adoption d’un cadre de protection et d’assistance des migrants climatiques se fait toujours attendre.

Bibliographie

Références bibliographiques

• C. A. VLASSOPOULOS (dir.) – Migrations, Environnement et climat. Définitions et enjeux autour d’un problème public, Cultures & Conflit, n° 88, http://conflits.revues.org, 2012.

• C. A. VLASSOPOULOS (dir.) – Exodes écologiques : l’environnement source de migrations, Revue Alyson(s), n° 6, www.reseau-terra.eu/rubrique154.html, 2008.

• OIM – Climate Change, Environmental Degradation and Migration : Addressing Vulnerabilities and Harnessing Opportunities, http://publications.iom.int/bookstore/free/HSN_Quadrilingual_Report.pdf, 2009.

Table des illustrations

Légende Les mangroves* comptent parmi les écosystèmes les plus fragiles de notre planète. Des variations, même minimes, du régime hydrique les détruisent sur de grandes surfaces, comme ici au Venezuela. © CNRS Photothèque – F. Blasco
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10759/img-1.jpg
Fichier image/, 252k

Auteur

Politiste, Responsable de l’Axe Migrations environnementales du Réseau scientifique TERRA, Enseignante-chercheuse, Université de Picardie Jules Verne, CURAPP, Amiens.
chloe.vlassopoulou@u-picardie.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540