Version classiqueVersion mobile

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Quatrième partie - Les sociétés

29. Genre et environnement

Sandra Laugier

Texte intégral

1Les questionnements ouverts à l’époque contemporaine autour du genre et de l’environnement peuvent apparaître comme largement convergents, car ils font apparaître des systèmes de dépendance souvent inaperçus. Une première réponse a été apportée par les théories de l’« écoféminisme », d’une domination conjuguée de l’homme, sur la femme et sur la nature. La force subversive de cette approche repose sur un acquis des réflexions sur l’environnement, c’est-à-dire sur la reconnaissance de nos dépendances et de nos liens, à autrui et à la nature. Mais cette approche n’insiste pas suffisamment sur la vulnérabilité commune à l’humain et à son environnement (éthique du care*), ni sur le rôle concret des femmes dans le développement, qu’il s’agisse du travail agricole, de la gestion des ressources ou encore de la préservation de la biodiversité…

Une voix différente

2Tel qu’il apparaît au début des années 1980, l’écoféminisme a deux ambitions. La première est épistémologique : il s’agit d’explorer la « logique de la domination » inhérente aux cadres conceptuels de la connaissance, et de critiquer les grands dualismes : culture/nature, civilisé/sauvage, homme/femme. Ces distinctions, et leur dévalorisation implicite d’un des termes, servent de base à une subordination hiérarchique. La deuxième ambition est pratique : il s’agit de développer une attitude éthique à l’égard de la nature, relevant de l’éthique du care et du souci de l’autre, opposant aux éthiques abstraites de la justice et des droits d’individus isolés, une éthique relationnelle et contextuelle de la responsabilité.

3L’éthique environnementale, d’abord centrée sur la valeur des entités naturelles, se réoriente ainsi vers les activités et les pratiques écologiques ordinaires, privées et publiques, et vers la prise de conscience de nos dépendances. Le care environnemental est aussi une manière d’envisager des pratiques techniques et professionnelles fondées sur l’attention aux situations singulières et aux pratiques spécifiques. Mais qu’y a-t-il alors de féministe dans ces approches ? L’éthique du care permet de voir ce que nous ne voulons pas voir, ce qui est « invisibilisé ». Sont invisibles, négligées, dans la vie ordinaire, des activités qui sont souvent l’apanage des femmes : le ménage domestique ou l’élevage des enfants, le ramassage et le traitement des déchets, la transformation d’animaux vivants en nourriture… C’est bien dans l’approche descriptive des pratiques du care qu’apparaît la dimension genrée, et subversive, du care environnemental : étudier ces pratiques, c’est rendre visible ce qui est le plus souvent occulté alors qu’il est nécessaire à la vie. Revenons à la racine commune de l’écologie et de l’économie, l’oikos. L’« oekology » est aussi un souci (care) de la qualité de vie de ceux et celles qui habitent le monde, et c’est ce care qui suscite la mobilisation.

4L’investissement des femmes dans les mouvements environnementaux est une constante. Le cas le plus connu est celui de Rachel Carson, une biologiste, qui publie en 1962 Silent Spring, attirant l’attention sur les effets de la concentration des insecticides chimiques dans les organismes tout le long des chaînes trophiques* (cf. IV.10). Par ailleurs, les lanceurs d’alerte sont souvent des femmes : par exemple, les mouvements contre les dépôts toxiques réunissent, aux États-Unis, une majorité de femmes (80 à 85 %). Le mouvement pour la justice environnementale, qui se préoccupe de l’inégale répartition des risques, mais aussi de la participation limitée des populations aux décisions relatives à ces risques qui les concernent, est bien féministe.

5Ces mobilisations sont les plus marquantes dans les pays du Sud, où des femmes prennent la tête de luttes contre la dégradation de l’environnement, et pour plus de démocratie. Vandana Shiva, physicienne indienne, mais aussi militante et théoricienne de l’écoféminisme, s’est jointe au groupe Chipko, mouvement de femmes indiennes pour la sauvegarde de la forêt. Wangari Muta Maathaï, Prix Nobel de la paix en 2004, fut fondatrice du mouvement de la Ceinture Verte, mouvement de femmes qui plantent des arbres au Kenya pour lutter contre la déforestation. Ces femmes réinventent l’écoféminisme en montrant comment, dans les pays du Sud ou dans les zones défavorisées des pays du Nord, les conséquences environnementales du développement et de la mondialisation atteignent plus lourdement les femmes. Souvent exclues de la révolution verte, elles voient leurs activités traditionnelles (aller chercher du bois, de l’eau) compromises ou rendues plus difficiles par l’industrialisation et la marchandisation du travail agricole. Or, ces activités agricoles sont indispensables à l’alimentation : les femmes africaines accomplissent ainsi 60 % du travail agricole, et 60 à 80 % de la production de nourriture, assurant l’entretien de la biodiversité et la vie sociale. Mais ce travail n’est pas salarié et son invisibilité est liée à son caractère domestique. L’éthique du care permet de rendre compte de cette difficulté à faire reconnaître le travail agricole en exploitation familiale, à la frontière du public et du privé.

Développement soutenable ou soutenu ?

6Les mobilisations des femmes ne sont guère reconnues par les mouvements de protection de l’environnement. La confrontation du genre et de l’environnement permet de faire émerger deux types d’environnementalisme : un écologisme « mainstream », celui de la protection des espaces naturels, de la biodiversité, caractéristique des élites blanches occidentales et des recherches académiques ; et un environnementalisme « du pauvre » – des couches sociales les moins favorisées, « racisées », dominées, et des femmes, même s’il ne se limite pas à elles – qui se préoccupe de la pollution, des inégalités environnementales, des populations vulnérables… À ce clivage social, culturel et genré, correspondent aussi deux idées de nature : une nature extérieure à nous, qui doit être protégée, mise à l’abri des interventions humaines, et une nature dont nous faisons partie, avec laquelle nous sommes en codépendance.

Préparation du beurre de karité, Bénin. © H. Guetat

7Les mouvements de femmes rurales au Nord comme au Sud, longtemps peu relayés et peu entendus par les syndicats agricoles, ont dénoncé le patriarcat au sein des familles. Elles ont revendiqué une reconnaissance de la diversité de leurs tâches, de leurs compétences et de la valeur de leurs productions, y compris dans l’articulation au marché. Dans le contexte de la globalisation, ces mouvements de femmes revendiquent, dans une vision englobante et systémique, de réinsérer les pratiques agricoles dans leurs liens au paysage, au territoire, à la collectivité. Ainsi, se forment des mouvements et des réseaux de femmes qui luttent pour préserver un environnement viable, maintenir ou conquérir leur accès aux ressources vitales, qu’il s’agisse d’eau, de bois, de terres ou de produits agricoles (cf. IV.2).

8Ces réflexions et mouvements, qui unissent le genre et l’environnement, subvertissent l’idée d’un développement durable articulé au maintien impératif du niveau de vie des sociétés développées, et l’intervention des femmes dans le débat pourrait conduire à repenser l’idée même de développement. Ce que le féminisme enseigne lorsqu’il se saisit de la cause environnementale, c’est bien que le développement de nos sociétés riches n’a été possible, et soutenu, que par l’exploitation de ceux/celles qui prennent soin de ce monde, dont nous dépendons.

Bibliographie

Références bibliographiques

• C. GILLIGAN – Une voix différente, pour une éthique du care, Flammarion, 2008.

• H. GUETAT et M. SAUSSEY – Genre, environnement et développement rural, Presses Universitaires de Rennes, 2013.

• C. LARRÈRE – L’écoféminisme : féminisme écologique ou écologie féministe, Tracés, 2012.

• S. LAUGIER – Tous vulnérables ? Le care, les animaux, l’environnement, Payot, 2012.

• V. MARIS – Quelques pistes pour un dialogue fécond entre féminisme et écologie, Multitudes, n° 36, 2009.

Table des illustrations

Légende Préparation du beurre de karité, Bénin. © H. Guetat
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10752/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 165k

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search