Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Quatrième partie - Les sociétés

28. Les limites de la notion d'acceptabilité

Philippe Chemineau

Texte intégral

1Au XIXe siècle et jusqu’au milieu du XXe siècle les progrès scientifiques ont permis d’effectuer des avancées considérables, aux conséquences économiques et sociales très importantes. Du fait de l’importance quantitative et qualitative du progrès apporté et du niveau d’éducation moins élevé qu’aujourd’hui, il n’était alors guère question « d’acceptabilité » – au sens de la définition proposée par le Petit Robert 2004 : « Accepter, recevoir, prendre volontiers ce qui est offert, proposé ». Les progrès étaient facilement intégrés a posteriori dans le fonctionnement de la société sans qu’il soit besoin, a priori, de solliciter celle-ci quant à son acceptation ou non du progrès considéré.

L’acceptabilité a posteriori

2La notion d’« acceptabilité » est issue de plusieurs évolutions. Elle provient d’abord d’une certaine impression d’efficacité décroissante des progrès scientifiques à partir de la seconde moitié du XXe siècle – une sorte d’« habitude » au progrès scientifique –, et du fait que ceux-ci touchent des fonctions moins vitales pour l’être humain. Il s’agit, ensuite, de la perception que le progrès scientifique, s’il a des avantages indéniables pour favoriser la longévité et le bonheur de l’espèce humaine, s’inscrivant par là dans la continuité de l’humanisme du XVIIIe siècle, peut aussi être utilisé, volontairement ou non, à des fins opposées à la vie et être responsable de bien des « malheurs ». Même si elle n’est pas nouvelle, l’idée que le progrès scientifique ne soit pas toujours associé à des bienfaits pour la société se développe progressivement dans une bonne partie de celle-ci. Une interrogation émerge alors : les progrès proposés par les scientifiques doivent-ils être acceptés par la société avant d’être adoptés ?

3Les scientifiques eux-mêmes, s’inscrivant dans un schéma historique classique « descendant » de la science vers la société, depuis le savoir vers l’utilisation, ont réalisé que toute découverte et toute invention n’étaient peut-être pas automatiquement associées à une innovation et à un progrès. Ce sentiment a été renforcé par de nombreux accidents dans les domaines industriel, agroalimentaire et de l’environnement, où des techniques ont été adoptées sans que la société susceptible de les utiliser ait eu un avis à donner sur leur pertinence et leur impact.

4Petit à petit, à l’occasion de controverses parfois violentes, a donc émergé l’idée qu’il était indispensable d’associer les utilisateurs à la mise en place d’une innovation pour voir celle-ci susceptible d’être « acceptée ». Mais, la mise en œuvre de cette notion d’acceptabilité, si elle est louable dans son principe, présuppose que la société doit se préoccuper de l’acceptation d’une invention, une fois seulement qu’elle est achevée, soit a posteriori. Le paradigme d’autrefois est donc perpétué et « l’acceptabilité » consiste à tenter de convaincre le public du bien fondé de l’innovation considérée, de sa nécessité et de l’intérêt qu’il aurait à l’adopter.

Vers une acceptabilité a priori

5Sur le continent européen tout au moins, cette approche est sans doute encore un peu trop naïve, pour au moins trois raisons. Demander au public d’accepter une invention « pour son bien » peut paraître méprisant, car le passage de l’invention à l’innovation requiert une démarche dans laquelle les utilisateurs ont non seulement bien compris l’intérêt de l’innovation, mais aussi adhèrent aux objectifs du progrès espéré. De plus, le cadre socioéconomique dans lequel s’insère cette innovation doit être largement partagé entre les scientifiques et les utilisateurs. Prenons pour exemple les difficultés rencontrées pour « l’acceptabilité » des organismes génétiquement modifiés (OGM) végétaux en Europe : la science et la technologie apporteraient des bienfaits, que le citoyen devrait accepter sans mot dire, et l’insertion de ces nouveaux outils dans des systèmes de production existants ne poserait aucun problème particulier… Le blocage complet de la société européenne sur cette question depuis plus de quinze ans montre bien que cette approche descendante initiale n’a pas fonctionné en Europe (cf. IV.6), alors que le développement de ces cultures dans le reste du monde est très important (figure).

6Un nouveau type d’approche engagé ces dernières années consiste donc à déterminer, dès le début d’un processus de recherche et/ou d’innovation et avec des porteurs d’enjeux utilisateurs et non-utilisateurs, les objectifs poursuivis et les conditions de mise en œuvre de telle ou telle innovation. Il s’agit d’un processus long et difficile, auquel la plupart des chercheurs ne sont pas encore habitués, mais pour lequel nous disposons d’exemples intéressants, notamment dans le domaine sensible des maladies humaines. Dans ce secteur, où les objectifs finaux de « bonne santé » sont relativement aisés à définir et font généralement consensus, l’écoute des associations de malades et le développement de programmes de recherche et d’innovation en étroite collaboration avec eux, donne des résultats très positifs. D’autres secteurs, comme l’environnement, ont déjà engagé de tels processus et ce type de démarche devrait donc s’y instaurer.

7Ainsi, l’acceptabilité ne se ferait plus a posteriori, comme pour la plupart des innovations dans le passé, mais a priori, en étroite association avec les porteurs d’enjeux, que sont les utilisateurs finaux. Évidemment, « concertation préalable » ne signifie pas pour autant « blocage » et « obscurantisme ». Ce risque existe cependant et il oblige les acteurs de la concertation à déboucher non pas sur un arrêt des travaux conduits sur l’innovation espérée, mais sur un programme de développement. Dans le cas des OGM végétaux, la situation idéale pourrait être une reprise du dialogue entre les scientifiques et les porteurs d’enjeux, afin d’examiner sereinement et sans passion les conditions de développement d’un OGM, qui serait sans risque pour l’environnement, bon pour la santé humaine et propriété d’un petit sélectionneur régional. Mais cette situation idéale repose sur un principe de rationalité scientifique, alors que, dans un certain nombre de cas, les risques relèvent plus du fantasme que de la réalité et, de ce fait, ont une probabilité de réalisation très difficile à estimer, qui peut conduire à un blocage. Au contraire, dans d’autres situations, comme dans le cas des nanoparticules, l’exploitation industrielle est déjà largement engagée, alors que le public y est plutôt indifférent (cf. V.12).

Développement des cultures OGM dans le monde. Source ISAAA, USA, 2012

8La notion d’acceptabilité, si elle représente un progrès considérable dans l’adoption des innovations depuis la fin du XXe siècle, manifeste donc certaines limites, notamment lorsqu’il s’agit de définir et d’apprécier de manière rationnelle les risques encourus par l’adoption du progrès technique. De nombreuses initiatives existent pour essayer de dépasser ces limites, comme celle des « living labs », qui regroupent des acteurs publics, privés, des entreprises, des associations, des acteurs individuels, dans l’objectif de tester « grandeur nature » des services, des outils ou des usages nouveaux, facilitant par là leur adoption ultérieure.

Bibliographie

Références bibliographiques

• LE PETIT ROBERT – Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, 2004.

• H. DE JOUVENEL – Les organismes génétiquement modifiés, Futuribles 383, 2012.

• M. GIGET – http://capdigital.webconf.tv/conf/reflexions-autour-de-linnovation-industrielle-par-marc-giget.html, 2012.

Table des illustrations

Légende Développement des cultures OGM dans le monde. Source ISAAA, USA, 2012
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10750/img-1.jpg
Fichier image/, 253k

Auteur

Ingénieur Agronome, Directeur de Recherche à l’INRA, ancien Délégué à l’Expertise scientifique collective, à la Prospective et aux Études, Actuellement Directeur de l’Action Régionale, de l’Enseignement Supérieur et de l’Europe, Paris.
philippe.chemineau@paris.inra.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540