Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Quatrième partie - Les sociétés

26. Conflits d'usages et solidarités écologiques : vers l'intendance environnementale des territoires

Raphaël Mathevet, Jacques Lepart et Bérengère Merlot

Texte intégral

1Les pays occidentaux vivent une période de transition entre les paysages productivistes de l’ère industrielle – distinguant les espaces de production des espaces abandonnés et/ou de nature – et les paysages néoproductivistes de l’ère du loisir, avec des campagnes « renaturalisées ». Cette mutation génère de nombreux conflits et soulève la question de la réconciliation entre l’économie, l’écologie et la société, et appelle à l’émergence de nouveaux rapports à la nature. Le développement récent d’une intendance environnementale des territoires de la biodiversité semble offrir une alternative aux approches qui ont prévalu jusqu’à présent.

La biodiversité, des paysages et des territoires

2Avec la nécessité de conserver une nature fonctionnelle à grande échelle – et donc de conserver au-delà des seules aires protégées –, nous sommes passés de la « mise en parcs » de la nature à sa « mise en réseaux ». Cependant, alors que les usages productifs agricoles, forestiers… continuent de façonner le paysage de nos campagnes, le développement de la vocation résidentielle, des activités récréatives et de la protection de la nature, introduit de nouvelles concurrences pour l’accès et la gestion de ces espaces ; celles-ci suscitent des tensions qui débouchent souvent sur des conflits d’usages, renvoyant aux exigences du développement durable (cf. III.11).

3La prise en charge des conflits passe généralement par la mobilisation des collectivités locales et des services de l’État afin d’assurer une médiation ou d’arbitrer le conflit. Ce dernier peut porter sur les effets négatifs d’une activité (extraction de granulat, pollution agricole ou industrielle), d’un aménagement (autoroute, ligne grande vitesse, aéroport, incinérateur), la raréfaction d’une ressource (gestion de l’eau) ou encore l’accès et/ou la gestion de l’espace (chasse, randonnée, protection de la nature). Le conflit apparaît alors comme le moteur du changement social et le révélateur des intérêts individuels et collectifs en jeu, locaux et extérieurs au territoire. Il participe de la structuration de l’espace et de la recomposition du paysage. Il contribue fréquemment à forger l’action collective, c’est-à-dire une ou des actions communes destinées à atteindre des objectifs partagés. Si les objets de conflits changent au fil du temps, les acteurs et les formes de conflits également : pétition Internet, blogs, mobilisation via les réseaux sociaux, boycott, modes d’occupation de sites… Le rôle des représentations, des systèmes de valeurs et de l’innovation reste déterminant.

4Ainsi, les acteurs locaux remettent en cause régulièrement la légitimité des néoruraux (cf. III.13), des associations de protection de la nature, voire même des services de l’État, à venir soudainement gérer ou interagir avec la gestion de leur territoire, selon une définition de la nature qui n’est pas la leur. Pour certains, la requalification de l’espace via des zonages acronymes (ZNIEFF, ZPS, ZSC, Natura 2000, périmètre de captage…), les cartographies relatives aux politiques publiques (Trames verte et bleue), ou l’écologisation* des pratiques d’exploitation et de gestion de cette campagne désormais « zonée » modifient en profondeur le rôle que s’attribuaient traditionnellement les usagers de l’espace (chasseurs, agriculteurs, éleveurs…). Leur représentation de la nature, généralement anthropocentrique, en est souvent bouleversée.

Solidarités écologiques et intendance environnementale

5Dans ce contexte, le conflit participe de la redécouverte d’un principe simple : les humains dépendent de beaucoup de choses, qui dépendent elles-mêmes de plus en plus d’eux. Les interactions des humains avec la nature sont à la fois des interdépendances fonctionnelles, mais aussi des interrelations (des humains avec la nature, et des humains entre eux au sujet de la nature). Le passage de la notion d’« interdépendance entre les composantes de la biosphère » à la notion de « solidarité » permet de souligner la communauté de destin entre les humains, la société et son environnement. Dès lors, les sociétés humaines, en faisant partie de la communauté du vivant, ont une responsabilité, et ont le devoir moral de se sentir tenus à une compréhension et à une action bienfaisante à l’endroit des écosystèmes et des espèces qui les entourent. Au lieu de raisonner en termes de « coexistence », la solidarité écologique* invite à repenser l’inter-existence des collectifs humains et non humains au sein d’un territoire.

6De ce fait, la solidarité écologique peut contribuer à fonder une intendance environnementale du territoire*, puisqu’après les interdépendances spatio-temporelles, il s’agit de prendre en charge les conséquences de ces interdépendances : c’est-à-dire être solidaires quant à l’accès à la biodiversité et être solidaires avec le vivant. Au-delà du principe d’intendance traditionnel, où les humains sont considérés comme les gardiens de la nature, nous sommes – du fait des conséquences de nos actions – directement ou indirectement, les gestionnaires de notre environnement, les garants de sa durabilité : nous devons donc rendre des comptes de ce que nous en faisons. Cela nous invite fortement – sinon nous impose – à faire bon usage de nos territoires et à prendre soin du patrimoine naturel. Pour cela, en complémentarité avec les mesures obligatoires ou volontaires de conservation, il importe de redonner du sens à la gestion intégrée des territoires (cf. III.18). L’intendance se présente alors comme une démarche d’amélioration et de gestion intégrée, qui repose sur des modes d’action volontaires et une animation, qui permet une mise en capacité des acteurs. Évidemment, les obstacles épistémiques, matériels, économiques, culturels ou encore motivationnels et moraux, sont nombreux. Cependant la « coresponsabilité » ou « responsabilité solidaire » permet de construire à partir du lien social et du sentiment d’appartenance à la nature et à un collectif, une capacité d’action collective interterritoriale, intersectorielle et intergénérationnelle. C’est ce à quoi s’attache, par exemple, le programme européen « LandLife ».

L’intendance environnementale du territoire* en action : formation sur la biodiversité et ses enjeux avec les arboriculteurs de la région Languedoc-Roussillon. © CEN-LR

7Évidemment, l’enjeu reste de définir un dispositif participatif (cf. IV.27), qui, d’une part, prenne en compte les rapports de forces, les valeurs d’attachement aux solidarités écologiques via les diverses interprétations possibles du système socioécologique par les acteurs qui le composent, et d’autre part, reconnecte les processus écologiques, les pratiques, les référentiels culturels et les politiques publiques.

Bibliographie

Références bibliographiques

• R. MATHEVET – La solidarité écologique. Ce lien qui nous oblige, Actes Sud, 2012.

• R. MATHEVET, J. THOMPSON et al. La solidarité écologique : un nouveau concept pour la gestion intégrée des parcs nationaux et des territoires, Natures Sciences Sociétés, 2010.

• www.cenlr.org/gerer/projets/landlife

• www.landstewardship.eu/fr/

Table des illustrations

Légende L’intendance environnementale du territoire* en action : formation sur la biodiversité et ses enjeux avec les arboriculteurs de la région Languedoc-Roussillon. © CEN-LR
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10746/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 223k

Auteurs

Écologue et Géographe, Chercheur au CNRS, CEFE, Montpellier.
raphael.mathevet@cefe.cnrs.fr

Écologue, Chercheur au CNRS, CEFE, Président du Conservatoire des Espaces Naturels du Languedoc-Roussillon, Montpellier.
jacques.lepart@cefe.cnrs.fr

Chargée de Mission Programme LandLife, Conservatoire des Espaces naturels du Languedoc-Roussillon, Montpellier.
berengere.merlot@cefe.cnrs.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540