Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Quatrième partie - Les sociétés

24. Le développement durable, source d'emplois ?

Philippe Quirion

Texte intégral

1Chômage massif oblige, les politiques de développement durable sont, à tort ou à raison, jugées en fonction de leur impact sur l’emploi. À cet égard, des chiffres apparemment opposés circulent, du fait de différences dans le périmètre considéré, dans les scénarios testés ou dans les méthodes retenues.

Les emplois créés par les politiques de développement durable

2Certains travaux (en bleu sur la figure) quantifient uniquement les emplois créés. Ainsi, l’ADEME* (2012) comptabilise de manière très fine les emplois dans les énergies renouvelables et les économies d’énergie en France. Pour 2010, cette étude estime à 309 000 équivalents temps plein les emplois créés, dont 126 000 dans l’amélioration de l’efficacité énergétique* du secteur résidentiel, 78 000 dans les transports en commun et l’amélioration de l’efficacité énergétique des véhicules et 106 000 dans les énergies renouvelables. Bien que partielle, cette étude est riche d’enseignements. Ainsi, ces chiffres ont crû chaque année entre 2006 et 2010 avant de se stabiliser en 2011 et 2012, en raison du coup de frein apporté aux politiques de développement des énergies renouvelables et des économies d’énergie.

Les études de contenu en emploi

3Contrairement aux travaux précédents, les études de contenu en emploi quantifient à la fois les emplois créés et ceux détruits. Elles calculent et comparent, pour diverses options techniques et organisationnelles, le contenu en emploi, notion qui revêt cependant un sens différent selon les études.

4Certaines (en rouge sur la figure) retiennent le nombre d’emplois par unité produite – le plus souvent par unité d’énergie ou de service énergétique. L’étude de la Confédération européenne des syndicats (CES, 2007) en constitue un bon exemple. Elle conclut qu’une politique climatique ambitieuse apporterait « une contribution positive à l’emploi global, car les activités économiques qu’il faudrait développer (isolation, énergies renouvelables, transports en commun…) ont un contenu en emploi beaucoup plus fort que celles dont il faudrait réduire le volume, c’est-à-dire avant tout la production d’énergies non renouvelables et les transports individuels ». Comparé au scénario tendanciel, le gain net global d’emplois sur le périmètre des secteurs couverts par l’étude serait de l’ordre de 1,5 %.

5La faiblesse de ces études est de favoriser les options les plus coûteuses : si une technique coûte dix fois plus cher qu’une autre pour produire ou économiser un kWh, il est probable qu’elle va créer plus d’emplois par kWh. Or, des agents économiques (ménages, entreprises, administrations…) vont nécessairement payer pour ce surcoût et donc réduire d’autres consommations, d’où un effet « induit » négatif sur l’emploi. Rien ne dit a priori que l’effet net sera toujours positif une fois cet effet induit pris en compte.

6D’autres études s’affranchissent de ce biais en estimant les emplois détruits par le financement des dépenses supplémentaires (en violet sur la figure). En appliquant cette méthode, nous avons étudié l’effet sur l’emploi du scénario de transition énergétique négaWatt (cf. IV.16), qui aboutit à une division par deux des émissions de CO2 en France en 2030 et à une division par 16 en 2050 (Quirion, 2013). Par rapport au scénario tendanciel, ce scénario créerait 240 000 emplois en 2020 et 630 000 en 2030. D’autres études portant sur l’impact de programmes d’efficacité énergétique et de développement des énergies renouvelables en Europe et aux États-Unis concluent également à un impact net positif sur l’emploi.

Les modèles macroéconomiques

7La limite des études présentées ci-dessus est de négliger certaines rétroactions macroéconomiques. Par exemple, une politique qui accroît la demande de travail peut pousser à la hausse les salaires, diminuant l’emploi ailleurs dans l’économie si les entreprises françaises perdent des parts de marché et/ou substituent du capital au travail. Inversement, cette hausse des salaires peut accroître les dépenses des ménages, d’où un effet de relance qui renforce l’effet initial positif sur l’emploi. Le premier exemple constitue une rétroaction négative, le second une rétroaction positive.

8Incorporer ces rétroactions requiert un modèle macroéconomique (en vert sur la figure). Cette richesse se paye cependant d’une perte de finesse dans l’analyse des options mobilisées par les politiques climatiques. Dans ces modèles, en effet, le secteur productif est représenté par une quinzaine de secteurs au maximum, contre 118 dans l’étude de Quirion, 2013. De plus, la complexité de ces modèles empêche les parties prenantes de comprendre l’ensemble des mécanismes en jeu.

Principaux mécanismes de créations et destructions d’emplois, dues aux politiques de développement durable

9Parmi les modèles macroéconomiques de l’économie française, plusieurs ont été récemment utilisés pour simuler une taxe sur les émissions de CO2 (cf. VI.13) dont les recettes serviraient à diminuer les cotisations sociales (par exemple, Combet 2010). Tous concluent à un impact positif sur l’emploi, principalement parce qu’une telle politique favorise les secteurs et les options à fort contenu en emploi et pénalise les solutions intensives en énergie fossiles, qui présentent en général un faible contenu en emploi. Les différentes approches convergent donc pour conclure que loin de s’opposer, création d’emploi et développement durable peuvent aller de pair.

Bibliographie

Références bibliographiques

• ADEME – Marchés, emplois et enjeu énergétique des activités liées à l'amélioration de l'efficacité énergétique et aux énergies renouvelables, 2012.

• CES – Changement climatique et emploi - Impact sur l’emploi du changement climatique et des mesures de réduction des émissions de CO2 dans l’Union européenne à 25 à l’horizon 2030, 2007.

• E. COMBET et al. La fiscalité carbone au risque des enjeux d’équité, Revue française d’économie, vol. XXV, 2010.

• P. QUIRION – L’effet net sur l’emploi de la transition énergétique en France : une analyse input-output du scénario négaWatt, 2013.

Table des illustrations

Légende Principaux mécanismes de créations et destructions d’emplois, dues aux politiques de développement durable
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10742/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 816k

Auteur

Économiste, Chargé de Recherche au CNRS, CIRED, Nogent-sur- Marne.
quirion@centre-cired.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540