Version classiqueVersion mobile

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Quatrième partie - Les sociétés

22. Quelle « économie verte » ?

Patricia Crifo

Texte intégral

1La crise écologique qui caractérise ces dernières décennies place les enjeux de développement durable au cœur de nos économies de marché et renforce la nécessité de restaurer les conditions d’une croissance durable, orientée vers le long terme. Notre modèle de croissance hérité du vingtième siècle a montré qu’il n’était pas soutenable. En effet, non seulement il est responsable des excès d’émission de gaz à effet de serre déréglant le climat, mais il a été marqué par une très forte augmentation des inégalités et de multiples crises, dont la plus récente en 2007-2008 a pu être comparée à la grande dépression des années 1930.

Opportunités économiques de la croissance verte

2La crise représente un défi, mais elle peut être également une occasion de verdir la croissance. Depuis 2007-2008, les gouvernements ont ainsi mis en place différents instruments orientés vers l’« économie verte » : « plans de relance verts », « investissements verts »… La figure montre par exemple que l’investissement dans les énergies renouvelables ne cesse d’augmenter depuis la crise et ce, aussi bien dans les pays développés que dans les pays en développement. Les entreprises font elles aussi également beaucoup d’efforts pour afficher leurs stratégies vertes. En 2010, plus des deux tiers des 100 plus grandes entreprises dans les pays industrialisés ont communiqué sur leur responsabilité sociale et environnementale (RSE*) et leur politique de développement durable. Les marchés financiers également se verdissent avec le développement très rapide de l’investissement socialement responsable* (ISR).

3En termes de terminologie, l’expression économie « verte » s’est progressivement imposée pour désigner les activités réduisant l’impact sur l’environnement des entreprises et des secteurs économiques, c’est-à-dire non seulement les écoindustries, mais aussi les activités économiques qui dépendent des services écosystémiques* ainsi que les effets induits du développement de ces secteurs sur le reste de l’économie. En outre, pour le Bureau international du Travail notamment, les emplois de l’économie verte doivent être sûrs et sains, tout en étant bénéfiques pour l’environnement et la société, à condition que les risques professionnels soient identifiés et gérés d’emblée.

Ce graphique reproduit l’évolution des investissements dans les énergies renouvelables au niveau mondial, composés des investissements financiers réalisés par les entreprises pour le développement de nouvelles technologies, ainsi que les investissements en petite capacité (comprenant, par exemple, l’installation de panneaux solaires) et les investissements en R&D publique et privée (en milliards de dollars). Source : PNUE et Bloomberg New Energy Finance – Global Trends in Sustainable Energy Investment, Analysis of Trends and Issues in the Financing of Renewable Energy and Energy Efficiency, Rapport, 2010

4Au plan économique, la notion d’économie verte combine deux dimensions en apparence contradictoires : la contrainte réglementaire en faveur de l’environnement d’une part, et les opportunités économiques et le potentiel de croissance générés par ces nouvelles activités d’autre part. Le terme de croissance verte suggère que la contrainte environnementale devient une opportunité économique, à travers notamment l’ouverture de nouvelles filières d’activités. La montée en puissance du développement durable dans les politiques des gouvernements et les stratégies des entreprises semble alors suggérer qu’un nouveau modèle de croissance verte ou durable soit en train de voir le jour. Mais qu’en est-il réellement ? Les défis environnementaux majeurs imposés par le changement climatique pourront-ils apporter une nouvelle source de croissance économique (cf. VI.24) ?

Impacts des stratégies vertes

5Pour évaluer la capacité des entreprises à transformer la contrainte en opportunité, il importe de mesurer si les stratégies vertes ont un impact sur la compétitivité et la performance d’une part, et sur l’innovation d’autre part.

6Concernant l’impact sur la performance, pour Michael Porter, Professeur à l’Université de Harvard, une politique environnementale plus contraignante permettrait d’améliorer la compétitivité des entreprises car elle inciterait à l’innovation pour compenser les coûts de mise en conformité réglementaire. Pourtant, les études économiques existantes (études d’événements comme des pollutions majeures ; comparaisons des performances des entreprises « les plus vertes » ou responsables et « les moins vertes » ou irresponsables ; ou études économétriques sur des échantillons à plus grande échelle) ne parviennent pas à un consensus clair sur l’impact du verdissement des activités sur la performance. Le lien entre performance environnementale et sociale des entreprises et performance économique et financière est donc complexe à appréhender. Il semblerait qu’en fait ce ne soit pas l’adoption de certaines pratiques ou de stratégies vertes de manière isolées qui soit un facteur de performance, mais plutôt la combinaison cohérente de pratiques environnementales vis-à-vis des clients, des fournisseurs ou des salariés, qui se révèle payante. Cette cohérence est donc fondamentale pour comprendre les leviers et l’impact du développement durable dans la stratégie des entreprises (cf. I.15).

7Concernant l’impact sur l’innovation, quelle est la réalité économique actuelle et quelles sont les perspectives industrielles des nouvelles filières vertes de demain ?

8L’innovation verte concerne des filières telles que la chimie verte, les agrocarburants, le captage et le stockage du carbone, l’efficacité énergétique* des bâtiments, les smart grids, le stockage de l’énergie, les services d’économie de la fonctionnalité… À l’heure actuelle, ces filières se situent surtout aux stades de l’innovation, de la Recherche & Développement et de l’expérimentation, avec des secteurs encore peu structurés (cf. VI.12). De ce point de vue, la chimie verte fait partie des marchés qui se développent avec, par exemple, une part des produits biosourcés (produits d’origine végétale renouvelable) dans les ventes mondiales de 7 % en 2010, et des perspectives de croissance très forte dans la prochaine décennie ; les ventes de biolubrifiants pourraient notamment être multipliées par 60, celles de bioplastiques et biopolymères par 200.

9Le potentiel de l’économie verte semble donc important mais la plupart de ces marchés sont aujourd’hui au stade de l’expérimentation et les filières étudiées exigent des efforts importants d’innovation et de R&D, tant du secteur privé que des pouvoirs publics.

Bibliographie

Références bibliographiques

• P. CRIFO, M. GLACHANT, S. HALLEGATE, E. LAURENT et G. RAPHAEL – L'économie verte contre la crise - 30 propositions pour une France plus soutenable, Presses Universitaires de France, 2012.

• P. CRIFO, M. FLAM et M. GLACHANT – L’industrie française face à l’économie verte : l’exemple de sept filières, Rapport pour le cercle de l’industrie, 2011.

• P. CRIFO, R. CRASSOUS-DOERFLER et M. FLAM – L’économie verte et le rôle de l’industrie dans la croissance verte, Étude pour le Cercle de l’industrie, 2010.

• P. CRIFO et O. GODARD – Des politiques publiques au service de l’économie verte, Cahiers Français, n° 355, 2010.

Table des illustrations

Légende Ce graphique reproduit l’évolution des investissements dans les énergies renouvelables au niveau mondial, composés des investissements financiers réalisés par les entreprises pour le développement de nouvelles technologies, ainsi que les investissements en petite capacité (comprenant, par exemple, l’installation de panneaux solaires) et les investissements en R&D publique et privée (en milliards de dollars). Source : PNUE et Bloomberg New Energy Finance – Global Trends in Sustainable Energy Investment, Analysis of Trends and Issues in the Financing of Renewable Energy and Energy Efficiency, Rapport, 2010
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10737/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 126k

Auteur

Professeur des Universités, Université Paris Ouest (Économix), École polytechnique, Membre externe de CIRANO (Montréal), Membre du Conseil Économique pour le Développement Durable, Coresponsable de la Chaire Finance Durable et Investissement Responsable, Nanterre.
patricia.crifo@polytechnique.edu

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search