Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Quatrième partie - Les sociétés

21. Intégrer le vivant et l’économique, un défi fondamental

Ingela Alger e François Salanié

Testo integrale

1L’économie propose des outils permettant d’expliquer et de prédire les comportements collectifs humains. La complexité de cette tâche a conduit les économistes à développer des modélisations soigneuses, mais simplifiées. En particulier, la prise en compte d’espèces vivantes a jusqu’ici été réduite au minimum. Intégrer le vivant dans des modélisations économiques suppose donc d’enrichir considérablement la boîte à outils.

L’environnement comme système autonome

2En économie de l’environnement, une attention particulière est portée aux effets des décisions d’un agent sur un deuxième agent. Lorsque le deuxième agent ne peut que subir ces effets, ceux-ci sont des « externalités ». Ainsi, une industrie qui rejette des polluants dans la rivière exerce une externalité négative sur les consommateurs d’eau situés en aval. Dans ce cas, la solution passe par une négociation entre le pollueur et les consommateurs, ou par l’imposition d’une taxe sur les rejets polluants, de façon à atteindre le meilleur compromis entre des intérêts opposés. De façon remarquable, la rivière est quasiment absente de l’analyse : elle se contente de transporter l’eau d’amont en aval ; elle est en fait le vecteur qui transmet l’externalité.

3Intégrer le vivant suppose donc d’enrichir les modélisations économiques des milieux naturels. Ceux-ci doivent être vus, non comme des milieux passifs, mais comme des systèmes autonomes obéissant à des lois, perturbés par des interventions humaines, et transmettant des externalités. La rivière décrite ci-dessus est également l’hôte de nombreuses espèces, dont la présence affecte sa capacité d’épuration des rejets polluants, et qui sont elles-mêmes perturbées par ces rejets. De même, un éleveur de bovins gère la totalité d’un écosystème, qui inclut des myriades de bactéries et de parasites*, et des pâturages eux-mêmes hôtes de nombreuses espèces. Un dernier exemple est celui des échanges économiques entre plusieurs régions. Ils apparaissent généralement en raison de différences de productivité, et par là même conduisent à la spécialisation de chaque région dans ce qu’elle sait faire le mieux. D’un point de vue économique, cette spécialisation est un gain ; cependant elle risque d’uniformiser les milieux naturels, et de les rendre plus vulnérables aux invasions d’espèces parasites – vulnérabilité d’autant plus probable que le commerce entre régions est important !

Des modèles simples pour une réalité complexe

4Pour pouvoir gérer au mieux les écosystèmes et les services qu’ils rendent, il est tentant d’adjoindre aux modélisations économiques un module tiré de travaux écologiques, et décrivant la dynamique des populations en fonction des choix effectués par les agents économiques. De tels modèles sont aujourd’hui très utilisés pour la gestion des pêcheries, dans le souci d’optimiser les prélèvements sans menacer l’écosystème lui-même. Ce type de modélisation intégrée répond à un objectif de réalisme, mais il se heurte à plusieurs obstacles. En effet, les écosystèmes sont des objets complexes, qui intègrent des dynamiques multiples. Le souci de réalisme conduirait donc à des modules écologiques compliqués, dont la validation empirique est en elle-même un vaste sujet d’étude pour les biologistes et les écologues. Enfin, optimiser un critère économique comme les prélèvements soutenables dans les pêcheries conduit parfois à exploiter des régions extrêmes du module biologique, sans être certains de la validité du modèle dans ces régions (cf. IV.4). En bref, le souci de réalisme peut paradoxalement conduire à des recommandations irréalistes.

5Cependant, les exemples cidessus montrent que les décisions économiques portant sur l’échange et la production ont aussi de multiples effets sur la sphère du vivant. Puisqu’il s’agit d’intégrer économie et biologie, il faut recourir à des modélisations simplifiées, qui reconnaissent notre incapacité à appréhender un écosystème dans tous ses détails. Les systèmes naturels obéissent à des lois qu’il est possible de formuler en termes généraux. Chaque individu de chaque espèce se procure de l’énergie, la transforme, et exploite la biomasse de son milieu, tout en se reproduisant. Les principes de l’évolution devraient également être incorporés dans l’analyse, puisqu’ils régissent ces comportements. Une modélisation simplifiée permet aussi d’intégrer le risque, comme les aléas climatiques, et l’incertitude. En particulier, le fait que nous ignorions la valeur de certains des paramètres-clés des écosystèmes, et que nous soyons susceptibles d’en apprendre plus dans le futur, crée une valeur d’option pour les écosystèmes, qui est sans doute particulièrement élevée. En d’autres termes, dans l’état actuel de nos connaissances, il est sans doute adapté de préserver les écosystèmes, parce qu’ils pourraient se révéler essentiels à notre bien-être. Enfin, il nous faut réfléchir aux instruments de politiques économiques à employer : face à la complexité des milieux naturels, une simple taxation des rejets polluants paraît insuffisante (cf. V.18).

Grenouille bolivienne dubitative devant le défi de l’intégration du vivant et de l'économique… © R. Valdés

6Ainsi, le travail en amont, tant sur les dynamiques naturelles que sur les concepts-clés, est d’une importance cruciale. Il s’agit in fine de décider de politiques qui ont des effets plus ou moins radicaux sur les milieux naturels, qu’il s’agisse du libre-échange ou de l’usage d’antibiotiques dans les élevages bovins. Il est d’abord nécessaire de comprendre comment un écosystème se comporte dans divers scénarios ; c’est à cette condition que les écosystèmes et les services qu’ils rendent (cf. VI.9) pourront être valorisés, et que le choix des politiques pourra s’effectuer sur des bases solides. En somme, un nouveau programme de recherche s’ouvre, dont le succès dépendra de la capacité des économistes, des biologistes, des écologues et des climatologues à fusionner les éléments pertinents de leurs connaissances dans des modélisations robustes et simplifiées.

Bibliografia

Références bibliographiques

• J.-P. AMIGUES et B. CHEVASSUS-AU-LOUIS – Évaluer les services écologiques des milieux aquatiques : enjeux scientifiques, politiques et opérationnels, ONEMA, 2012.

• B. CHEVASSUS-AU-LOUIS, J.-M. SALLES et J.-L. PUJOL – Approche économique de la biodiversité et des services liés aux écosystèmes. Contribution à la décision publique, Rapport au Premier Ministre, Centre d’Analyse Stratégique, La Documentation Française, 2009.

• S. NAEEM et al. Biodiversity, Ecosystem Functioning, and Human Wellbeing : an Ecological and Economic Perspective, Oxford University Press, 2009.

• G. SAINTENY et al. Les aides publiques dommageables à la biodiversité, Rapport du groupe de travail présidé par G. Sainteny, Centre d’Analyse Stratégique, La Documentation Française, 2012.

Indice delle illustrazioni

Legenda Grenouille bolivienne dubitative devant le défi de l’intégration du vivant et de l'économique… © R. Valdés
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10734/img-1.jpg
File image/jpeg, 144k

Autori

Économiste, Directrice de Recherche au CNRS, LERNA, Toulouse School of Economics, Toulouse.
ingela.alger@tse-fr.eu

Économiste, Directeur de Recherche à l’INRA, directeur du LERNA, Toulouse School of Economics, Toulouse.
francois.salanie@toulouse.inra.fr

© CNRS Éditions, 2013

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540