Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Quatrième partie - Les sociétés

19. Limites technologiques de l'économie circulaire

Michel Royer

Texte intégral

1Notre monde vit depuis 150 ans sur la base d’un système économique aujourd’hui qualifié de « linéaire », dont le principe consiste à « extraire, fabriquer, consommer et jeter ». Cette économie dite « en bout de chaîne » n’est plus soutenable. Elle ne pourra pas satisfaire les besoins d’une population mondiale en forte croissance, qui atteindra 9 milliards d'êtres humains en 2050, d’autant plus que le niveau de vie des pays émergents va continuer de progresser. L’humanité devrait consommer en 2050 deux fois ce que la planète peut produire en ressources naturelles : impensable (cf. I.9) !

L’économie circulaire

2Notre siècle est donc condamné à évoluer progressivement d’une économie linéaire à une économie circulaire fondée sur une vision systémique du territoire, mais suivant un nouveau modèle : « extraire, fabriquer, consommer et refabriquer ». Au-delà des classiques 3 R « Réduire, Réutiliser, Recycler », l’économie circulaire propose une stratégie globale pour la réduction des rejets et pour la réutilisation des ressources. La dynamique de l’économie circulaire répond à l’impérieuse nécessité d’un développement durable. Nos déchets ne doivent plus être une matière à retraiter mais une ressource à exploiter : chaque produit, une fois consommé, doit pouvoir prétendre avoir une seconde utilisation (régénération). Trois types de recyclage sont alors possibles : en boucle fermée, en boucle ouverte ou en valorisation (matière, énergie ou biologie).

3L’économie circulaire consiste à gérer des flux de matières, d’énergie et d’information, selon une approche biomimétique (copie du vivant) à l’image des écosystèmes biologiques fonctionnant de manière entièrement cyclique, sans apport extérieur autre que l’énergie solaire. Cette évolution indispensable va imposer à la société de nouveaux modes de consommation, et aussi créer de nouveaux métiers (cf. IV.24). Appliquée à l’échelle d’un système (site de production, zone d’activités ou bassin d’emploi), l’économie circulaire se décline en écologie industrielle sur une base territoriale en mutualisant les flux (déchets, énergies, informations). La première réalisation fut l’éco-parc de Kalundborg au Danemark (figure).

Les limites technologiques

4L’économie circulaire ne pourra être l’unique solution à l’épuisement inexorable des ressources fossiles. D’après certains auteurs, ce modèle devrait en effet permettre d’économiser au mieux seulement 20 à 30 % des ressources naturelles. L’économie circulaire a donc ses propres limites (cf. V.19).

5En premier lieu, en vertu du second principe de la thermodynamique, une économie parfaitement circulaire reste utopique : toute opération entraîne toujours une dissipation de matière ou d’énergie. Par ailleurs, la plupart des matériaux ne sont pas indéfiniment recyclables. Ainsi, le papier ne peut être recyclé que 3 à 6 fois. Pour reculer les limites de l’épuisement des ressources naturelles, il devient urgent de développer de nouveaux modèles de production et de consommation. Dans le premier cas, il faut procéder à la réduction des quantités de matières et d’énergie par unité de produit et avoir recours aux ressources renouvelables autant que possible. Une nouvelle consommation nécessite une remise en question de toute la filière, jusqu’à la formation et l’éducation des citoyens consommateurs, ne seraitce que pour éviter le gaspillage.

Exemple d'économie circulaire à l'éco-parc de Kalundborg au Danemark.http://lewebpedagogique.com

6La mise en place à grande échelle d’une économie circulaire exige de profonds changements dans nos pratiques industrielles (systèmes de production, management des produits, supply chain). Elle nécessite une approche territoriale, pluridisciplinaire et multi-acteurs (producteurs, consommateurs, collecteurs). Cette démarche concerne les pays développés, comme les pays en développement (actuellement le cas de la Chine). La mise au point de nouvelles pratiques industrielles implique des efforts de R & D importants pour développer produits, matériaux, procédés et nouvelles sources d’énergie. Autant que possible, il faudra s’orienter vers des ressources renouvelables, comme la biomasse et l’énergie solaire.

Nouveaux champs de recherche

7Il faudra trouver de nouvelles compétences, de nouvelles méthodes, une nouvelle approche de l’industrialisation, sans oublier le facteur temps qui intervient à plusieurs niveaux. Les domaines de connaissance vont concerner la chimie, la physique, la biologie, l’agronomie, les sciences des matériaux, les sciences de la Terre et les sciences de l’ingénieur. Les sciences cognitives, quant à elles, interviendront pour résoudre les problèmes sociétaux ; et les industries de procédés feront appel à la chimie et l’ingénierie vertes, ainsi qu’à la chimie du végétal. Les efforts concernant la catalyse seront poursuivis en privilégiant les voies d’accès économes en atomes. L’éco-conception est la pierre angulaire de l’économie circulaire. Cette notion, qui vise à examiner le cycle de vie depuis la conception du produit, optimise les aspects économiques, environnementaux et sociétaux (cf. VI.22).

8L’industrie française du traitement des déchets, trop morcelée, ne dispose pas des outils pour recycler les nouveaux produits de complexité croissante (alliages, composites, plastiques, produits utilisés en dispersion…). Elle n’a pas les ressources suffisantes en R&D pour développer de nouveaux équipements, des outils de décontamination, de tri, de mesure en continu… Le recyclage peut s’avérer la solution technologique, au moins temporaire, en cas de raréfaction des ressources naturelles. Ainsi, pour s’affranchir du monopole dans les terres rares, Rhodia a créé une unité industrielle de recyclage de ces produits utilisés dans les ampoules LED. Cet exemple montre que l’économie circulaire peut contribuer à une nouvelle industrialisation du pays.

9L’économie circulaire a ses limites. Elle ne peut se concevoir sans l’apport d’une économie de fonctionnalité amorçant un processus de dématérialisation. Mais rien ne se fera sans une approche systémique* des territoires, une nouvelle organisation sociétale et organisationnelle pour maîtriser et améliorer nos processus de production et revoir notre mode de consommation.

Bibliographie

Références bibliographiques

• W. R. STAHEL – The Product-Life Institute, www.product-life.org.

• S. ERKMAN – Vers une écologie industrielle, Charles Léopold, 2004.

• FONDATION ELLEN MAC ARTHUR, www.ellenmacarthurfoundation.org.

• ADEME & VOUS – Osons l’économie circulaire, n° 59, 2012.

Table des illustrations

Légende Exemple d'économie circulaire à l'éco-parc de Kalundborg au Danemark.http://lewebpedagogique.com
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10730/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 195k

Auteur

Ingénieur chimiste, Membre de la Société française de Génie des Procédés (SFGP), Maison de la Chimie, Paris.
michelroyer2026@neuf.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540