Version classiqueVersion mobile

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Quatrième partie - Les sociétés

17. L'empreinte écologique, vers un nouveau paradigme pour l’évaluation de la durabilité ?

Natacha Gondran

Texte intégral

1La recherche de modes de vie plus durables passe par l’élaboration et le suivi de nouveaux indicateurs, conçus pour représenter les enjeux de la durabilité. En effet, le système de comptabilité nationale actuelle, mis en place dans le cadre de la reconstruction suite à la Seconde Guerre mondiale, s’avère aujourd’hui insuffisant pour représenter les problématiques environnementales et sociales. Des indicateurs monétarisés sont fréquemment proposés pour modifier à la marge ce système de comptabilité. Mais ces indicateurs reposent sur l’hypothèse que le capital économique et les ressources naturelles sont substituables et écartent l’hypothèse d’un « seuil de durabilité écologique » au-delà duquel le capital naturel serait trop sollicité et le maintien des équilibres écologiques ne serait plus assuré. Comment, dans ces conditions, savoir si la pression exercée par les sociétés humaines sur la biosphère dépasse, ou non, ses capacités de régénération ?

Comparer l’offre en ressources naturelles à la demande

2C’est cette question qui a conduit Mathis Wackernagel et William Rees à proposer le concept d’« empreinte écologique », dans les années 1990. Depuis, l’outil n’a cessé d’évoluer et de s’améliorer, grâce, notamment, aux travaux du Global Footprint Network. Un de ses postulats de base est que, dans un monde aux ressources limitées et où la pression humaine est croissante, il est nécessaire de comparer « l’offre » en ressources naturelles à la « demande » humaine. Concrètement, cet objectif se traduit par une question de recherche quantifiable : quelle part des capacités bioproductives de la planète, pour régénérer les ressources biologiques et assimiler les déchets, est nécessaire pour subvenir à la demande liée aux activités humaines ?

L'empreinte écologique des grandes régions du monde en 1961 et 2008, par personne. Source : Grooten et al. Living Planet Report 2012, WWF

3Pour répondre à cette question, le système de comptabilité de l’empreinte écologique repose sur l’hypothèse que les flux de ressources et de déchets peuvent être mesurés en termes de surfaces biologiquement productives, nécessaires pour produire ou assimiler ces flux. En effet, grâce aux végétaux qu’elles abritent et à la photosynthèse, ces surfaces transforment les ressources minérales en matières organiques dont une partie pourra être utilisée par les êtres humains. Ainsi, d’un côté, l’empreinte écologique estime la surface de terre et de mer qu’il faudrait mobiliser pour produire les ressources biologiques consommées par les activités humaines, ou absorber certains déchets (principalement les émissions de CO2 anthropiques). D’un autre côté, la « biocapacité » représente la surface de terre ou de mer disponible pour cette production. Par exemple, l’empreinte écologique liée à la consommation de cultures agricoles sera la surface nécessaire pour produire les quantités de céréales, fruits et légumes consommées chaque année par une population donnée, tandis que la biocapacité sera la surface disponible pour cette production agricole. L’unité est « l’hectare global » (hag), c’est-à-dire un hectare de surface bioproductive dont la productivité en termes de biomasse utilisable équivaut à la moyenne mondiale constatée sur une année donnée.

4Concrètement, l’empreinte écologique d’une population agrège trois composantes : les surfaces nécessaires à la production de ressources biologiques (champs cultivés, pâturages, espaces marins et forêts) ; les surfaces artificialisées par les infrastructures humaines ; et les surfaces de forêt qui seraient nécessaires pour absorber les émissions de CO2 liées à l’utilisation des énergies fossiles, qui ne sont pas absorbées par les océans.

5Rappelons un des principes de base : l’empreinte d’une nation est relative à sa consommation finale et non à sa production. L’intérêt de ce principe est aujourd’hui reconnu. En effet, si l’empreinte écologique n’est, à l’heure actuelle, pas considérée comme un indicateur officiel en France, l’empreinte carbone, reposant sur le même principe de la responsabilité du consommateur mais ne portant que sur les émissions de gaz à effet de serre*, est aujourd’hui officiellement suivie par le service de l’Observatoire de l’Environnement et des Statistiques.

6Le mode de calcul de la biocapacité prend en compte la surface de terre ou de mer disponible pour chaque type d’usages (cultures, forêts, pêcheries, pâtures, sols artificialisés) ainsi que sa productivité biologique, c’est-à-dire la masse de ressources biologiques récoltées par hectare. Cette surface étant relativement constante, l’augmentation de la population conduit à une diminution de la biocapacité par personne.

Une demande en ressources biologiques qui excède l’offre disponible

7En 2008, l’empreinte écologique mondiale était estimée à près de 18 milliards d’hectares globaux, soit environ 2,7 hag/personne. Cette valeur moyenne cache de fortes inégalités selon les modes de vie dominants dans les différentes nations, mais elle est nettement supérieure à la biocapacité mondiale (1,8 hag/pers).

8En comparant la pression exercée par les sociétés sur les ressources biologiques aux capacités de production des surfaces terrestres, l’empreinte écologique montre que, depuis la fin des années 1980, les modes de vie liés à une minorité de la population mondiale conduisent à un dépassement des capacités de renouvellement des ressources biologiques et d’assimilation du CO2 par la biosphère. Évidemment, cet indicateur n’a pas vocation à être considéré comme indicateur unique de durabilité écologique, mais en introduisant la notion de seuil de durabilité écologique, il propose un nouveau paradigme* pour évaluer les pressions exercées par les sociétés.

Bibliographie

Références bibliographiques

• A. BOUTAUD et N. GONDRAN – L'empreinte écologique, La Découverte, 2009.

• J. GADREY – Richesse et développement durable : mesurer quoi pour aller où ? L’Encyclopédie du développement durable, 4D, Éditions des Récollets, 2009.

• M. GROOTEN – Living Planet report 2012 – Biodiversity, Biocapacity and Better Choices, World Wildlife Fund, 2012.

• J.-L. PASQUIER – CO2 et activités économiques de la France, Rapport du Commissariat Général au Développement Durable, 2010.

• M. WACKERNAGEL et W. REES – Notre empreinte écologique, Écosociété, 1999.

Table des illustrations

Légende L'empreinte écologique des grandes régions du monde en 1961 et 2008, par personne. Source : Grooten et al. Living Planet Report 2012, WWF
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10725/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 369k

Auteur

Maître-assistante en Évaluation environnementale, Institut Fayol, EMSE, Saint-Étienne.
natacha.gondran@emse.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search