Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Quatrième partie - Les sociétés

14. Vers de nouveaux réseaux : l’impasse écologique et sociale du « tout technique »

Éric Letonturier

Texte intégral

1C’est au XVIIIe siècle que le concept de « réseau » émerge dans différentes sciences (cosmologie, biologie) et techniques (génie militaire puis civil, cartographie…) pour devenir un outil technique au service de la création ou de la refonte des différentes infrastructures matérielles, notamment utilisées par les ingénieurs pour remodéliser les espaces physiques et urbains. L’idéologie scientiste s’approprie alors rapidement le concept qui sera désormais associé à l’idée de progrès et à l’entrée des sociétés dans la modernité. Maints penseurs du XIXe siècle, tels Saint-Simon, Fourier et Proudhon, l’inséreront dans des théories du changement historique et de la transition sociale. L’interconnexion des différents types de réseaux sur des territoires toujours plus vastes représente un enjeu comme le montre Le Système de la Méditerranée de Michel Chevalier qui visait par leur biais « à réduire les distances non seulement d’un point à un autre, mais également d’une classe à une autre ». Les réseaux croisent ainsi la promesse d’un développement économique et industriel sans fin au « principe espérance » d’une société complètement remaillée ou, plus encore, d’une « association universelle ».

2Construire des réseaux revient donc à multiplier les communications et les échanges, considérés très tôt comme des vecteurs démocratiques pour porter et étendre les idées de liberté et d’égalité. À la richesse attendant les nations qui s’empareraient de telles opportunités, répondront aussi des utopies, à rebours des leçons données par l’histoire dès le début du XXe siècle. Projets et rêves d’harmonie sociale, de paix perpétuelle et de fraternité internationale se succéderont au fil des infrastructures réticulaires nouvellement sorties de terre – des routes et des canaux aux télégraphes et chemins de fer. Plus tard, l’Internet réactivera les phantasmes et les prophéties qui s’enrouleront autour du mythe du « village global » sous la plume de Mac Luhan, ou très récemment encore, chez les penseurs libéraux, autour des fameuses « autoroutes de l’information ».

Inégalités d’accès

3Pour modérer les enthousiasmes, force serait alors de rappeler, malgré les progrès récents et les évolutions constantes, la réalité factuelle des réseaux, qu’elle soit en termes d’équipement, d’accès, de couverture ou de pratiques. À titre d’exemple, seul un ménage français sur deux possédait un ordinateur en 2005 (74 % en 2009), et 34 % un accès à Internet (67 % en 2009) tandis que 40 % de la population n’avait jamais utilisé l’outil numérique en 2009. Les inégalités observées en la matière se distribuent selon des indicateurs sociaux classiques, principalement en termes de catégories socioprofessionnelles, d’âge, de niveaux de diplôme et de revenu, et avec des variations comparables pour l’équipement double en téléphonie fixe et mobile (cf. IV.2). Internet n’est pas non plus – immédiatement du moins – un facteur d’intégration palliant l’isolement géographique puisque les populations des zones rurales en demeurent encore les plus faibles utilisatrices. Disparités à corréler avec la couverture variable selon les régions, mais aussi avec l’architecture même du réseau qui conditionne l’accès au haut débit, puis au très haut débit, et, enfin, avec l’évolution de l’offre vers des outils nomades miniaturisés et complexes (téléphones et ordinateurs portables, assistants personnels, tablettes…). À ces facteurs d’exclusion s’ajoute le fait que les ressources du réseau font l’objet d’usages socialement très différenciés et qu’elles impliquent aussi une connaissance technique des produits, à l’égard desquels 54 % des Français se sentaient incompétents en 2007. L’enjeu démocratique, que représente désormais l’accès à la société de l’information, a ainsi conduit les autorités publiques à développer des actions tournées vers le développement de l’aménagement numérique du territoire.

4Ce constat d’une fracture numérique se décline aussi à l’échelle du monde, et de manière particulièrement visible en Afrique où le taux de pénétration d’Internet s’élevait à 15,6 % en 2012 (contre 37,7 % pour le reste du monde). Révélant le poids décisif des infrastructures, la présence ou non d’équipement en réseau haute capacité explique les variations observées sur ce continent, surtout « connecté » au Maghreb et sur les côtes. En Afrique subsaharienne, le taux de pénétration d’Internet est ainsi de 7 % et celui du haut débit de 1 %.

Nuisances et pollutions numériques

5Support de démultiplication des échanges, l’avènement et la construction des réseaux ont toujours été associés à la prospérité économique qui reste pourtant, dans sa version électronique, très modeste. En Europe comme aux États-Unis, l’e-commerce tournait autour de 2 % du total des ventes de détail en 2004, et de 6 % en 2008. Les vertus environnementales qui leur sont souvent attribuées, notamment dans certains rapports officiels, exigent également la prudence. Ainsi des effets présumés positifs de la dématérialisation des documents qui, bien qu’envoyés par voie numérique, entraînent en fait une augmentation globale de la consommation de papier et participent donc à la déforestation. De même, l’utilisation des réseaux de télécommunication se combine davantage qu’elle ne se substitue au mode classique des transports physiques des personnes. De son côté, la rentabilité écologique de l’activité commerciale en ligne demeure à ce jour limitée, faute de dispositifs logistiques adaptés. La commande sans déplacement physique du client ne réduit pas suffisamment l’empreinte carbone propre à l’expédition et surtout à la livraison à domicile. De manière plus évidente, les réseaux et leurs diverses composantes (serveurs, postes de travail informatisés et câbles) supposent pour fonctionner une alimentation en électricité dont la consommation a augmenté par leur biais de 10 % par an depuis 10 ans. Enfin, tandis que l’industrie informatique contribue aux émissions de CO2, les réseaux, matériels ou non, génèrent – depuis les matériaux nécessaires à leur production jusqu’à leur installation et exploitation – des nuisances, des pollutions, sinon des risques sanitaires, requérant des dispositions et des principes propres à les inscrire dans un développement durable et responsable (cf. VI.17).

Des réseaux…

6Les réseaux, tenant principalement leur force de la création de liens émancipés des contraintes temporelles et physiques de la distance, exacerbent donc l’éco-impératif de l’« agir local, penser global » que la prouesse technique ne saurait satisfaire à elle seule. Les infrastructures réticulaires rappellent en effet les destinations humaines et sociales qu’elles servent, en prenant en compte – comme le montrent, à des échelles différentes, les exemples du réseau des AMAP (Associations pour le maintien de l’agriculture paysanne) ou ceux tissés par le commerce équitable – l’émetteur et le récepteur, par des liens plus directs de proximité et de solidarité. Urgence encore révélée par les espaces dédiés à la production collaborative et à la connaissance en open access, mais aussi, à un niveau plus général, par les souvent mal nommés « réseaux sociaux » : non tournés vers le collectif, sous forme d’une participation ordinaire et quotidienne, d’un engagement citoyen ou d’une mobilisation politique, ils ramènent simplement, parfois brutalement, l’individu à sa propre solitude (numérique).

Bibliographie

Références bibliographiques

• Y. BENKLER – La richesse des réseaux, Presses Universitaires de Lyon, 2009.

• E. LETONTURIER (dir.) – Les réseaux, CNRS Éditions, 2012.

• B. MVE-ONDO et D. OILLO (dir.) – Fractures dans la société de la connaissance, Hermès n° 45, CNRS Éditions, 2006.

• P. TASSIN (dir.) – Systèmes d'information et développement durable, Hermès-Lavoisier, 2010.

• D. WOLTON – Internet, et après ?, Flammarion, 1999.

Auteur

Sociologue et Philosophe, Maître de Conférences, Université Paris Descartes Sorbonne, CERLIS, ISCC, Responsable de la collection « Les Essentiels d’Hermès », CNRS Éditions, Paris.
eric.letonturier@orange.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540