Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Quatrième partie - Les sociétés

13. La baisse des consommations d’eau domestique

Bernard Barraqué et Laure Isnard

Texte intégral

1Dès 1990, dans plusieurs grandes villes françaises, une baisse des volumes d’eau potable mis en distribution a été constatée. Elle n’était pas seulement due à une réduction des pertes en réseau, mais aussi à une baisse des volumes achetés par les usagers. Cette tendance se maintient aujourd’hui et pose la question de sa cause et de son éventuelle poursuite dans le temps. Si la lutte contre les fuites dans les réseaux publics est devenue une priorité, les gros usagers des villes ont fait aussi des efforts pour réduire leur consommation, et donc leur facture. Depuis l’installation des compteurs à télé-relève*, les mesures ont montré que les usagers domestiques, dans les centres-villes notamment, consomment aussi moins d’eau. Ainsi, en 2012, à Paris, une baisse record de l’eau facturée a été enregistrée, de 30 % par rapport au maximum atteint en 1990. En France, les prélèvements des réseaux publics sont passés en dessous de 6 km3 /an, malgré une augmentation de 7 % de la population en 20 ans. Plus généralement, la baisse des consommations industrielles est déjà engagée depuis trois décennies. Le système des redevances des agences de l’eau a permis de mieux connaître les consommations directes des établissements industriels, et de constater une baisse cumulée au plan national de plus de 5 km3 /an à 3,8 km3/an aujourd’hui. Les consommations pour le refroidissement des centrales diminuent aussi. Reste l’inconnue relative de l’eau d’irrigation…

2D’autres pays ont connu ce retournement plus tôt. Aux États-Unis, la baisse de la consommation d’eau a commencé dans les années 1970 et elle a concerné tous les usages de l’eau. En Suisse, les volumes d’eau potable achetés ont commencé à diminuer à la suite de la grande sécheresse de 1976 (Barbier et al., 2000) et l’Allemagne a suivi cette tendance peu après. Pourtant, quand le Maire de Berlin a appelé ses concitoyens à consommer davantage d’eau, pour sauver l’équilibre financier du Berliner Wasserbetriebe, au début des années 1990, il a ouvert une question paradoxale : pourquoi les économies d’eau, favorables à l’environnement et a priori aux usagers, ne sont-elles pas une si bonne nouvelle ?

Conséquences de la baisse des consommations

3Les dépenses d’un service d’eau potable sont essentiellement des coûts fixes et en cas de baisse significative des volumes vendus, l’opérateur est obligé d’accroître le prix unitaire du m3 d’eau afin d’équilibrer ses comptes (selon la loi). Cependant, les élus sont généralement réticents à augmenter les prix de l’eau ; les recettes du service d’eau se retrouvent donc souvent réduites et les conséquences en sont fréquemment un moindre entretien des réseaux ou un retard dans la réalisation d’investissements, pourtant indispensables pour maintenir la qualité du service et appliquer les Directives européennes sur l’eau. Cela revient à transférer le problème aux générations futures, et va donc à l’encontre du principe du développement durable. Le pire survient si la baisse des consommations conduit les usines et les réseaux à se retrouver en situation de surdimensionnement. Dans certaines villes de l’ancienne Allemagne de l’Est, l’eau distribuée reste tellement longtemps dans les tuyaux, que sa qualité se détériore et qu’elle n’est plus potable une fois arrivée au robinet des usagers. Dans certains quartiers de Magdebourg par exemple, l’eau met près de 25 jours pour aller de l’usine de potabilisation jusqu’au consommateur. Face à ce problème, certains partisans du développement durable proposent une refonte complète des services publics d’eau, passant par une remise en cause du modèle traditionnel du « tout réseau ».

4Cette remise en cause des services publics est déjà le fait de certains usagers, mais d’une manière non contrôlée : les puits privés et les citernes de récupération de l’eau de pluie se multiplient, et accentuent le déséquilibre financier des services d’eau en réseau (Montginoul et al., 2005 ; Prevedello, 2009). Ils posent également des problèmes de contrôle sanitaire, de préservation de la ressource en eau dans le cas de forages non déclarés ou encore d’équité dans l’accès à ces ressources alternatives. Si ces pratiques se développent, le risque est d’aboutir à une désaffection du service public de la part de ceux qui peuvent investir dans des technologies alternatives, laissant les populations plus démunies faire face à des services publics dégradés, sous-financés et de plus en plus chers. Serions-nous en train d’assister à une « tiers-mondisation » progressive des services publics d’eau ?

L'eau dans le nexus du développement durable

5S’interroger sur l’évolution des consommations d’eau face au développement durable suppose de prendre aussi en compte l’impact de cette baisse sur la gestion d’autres services directement concernés, et d’abord l’assainissement, dont la facturation est basée sur les volumes d’eau potable consommés, du moins dans les villes en France. La réduction des recettes est dramatique pour ce service, confronté ces dernières années à des dépenses importantes pour la mise en conformité des réseaux et des stations d’épuration, suite à l’adoption de la Directive européenne sur les eaux résiduaires urbaines. Peut-être faut-il là aussi remettre en cause l’approche sectorielle des services d’eau, et les considérer de manière intégrée avec le secteur « eau » dans son ensemble, mais aussi ceux de l’énergie et de l’alimentation, au sein d’un « nexus ». En Allemagne, certains travaux – ceux du groupe de travail NetWORKS notamment – s’inscrivent dans la recherche d’une « économie verte » (cf. VI.25) dont l’objectif est de réduire avant tout la consommation énergétique globale en produisant les services d’eau ainsi que les denrées alimentaires à proximité de l’usager, sans oublier la valorisation des déchets (compost et biogaz). La baisse des consommations d’eau s’inscrit alors dans une logique plus large de réduction des consommations énergétiques et des émissions de CO 2 correspondantes, qui prend tout son sens face au risque de non-respect des engagements de Kyoto et aux enjeux du changement climatique, surtout après la remise en cause de l’énergie nucléaire.

Évolutions des volumes d’eau potable facturés dans diverses villes françaises, sur un périmètre géographique stable, de 1996 à 2009. Échantillon non représentatif. Source : Souriau, 2011

6Ainsi, vouloir à la fois faire baisser l’empreinte eau des services d’eau potable sur la nature, accroître l’autonomie financière de ces services, et garder des tarifs socialement acceptables pour tous les usagers, relève de la quadrature du cercle. Il est alors nécessaire de réfléchir à une gouvernance impliquant des niveaux de gestion territoriaux très nombreux et une approche renouvelée de l’eau, plus intégrée.

Bibliographie

Références bibliographiques

• J.-M. BARBIER (dir) – Dossier évolution des consommations d’eau, TSM génie urbain génie rural, n° 2, 2000.

• C. PREVEDELLO – Étude relative à l’impact sur les usagers des réformes en matière de tarification de l’eau et à l’estimation de l’emploi généré par le cycle anthropique de l’eau en Wallonie, Rapport Aquawal, 2009.

• M. MONTGINOUL et al. Simulating the Impact Water Pricing on Household Behaviour : the Temptation of Using Untreated Groundwater, Water Policy, 2005.

• J. SOURIAU – Les principaux déterminants de la consommation d’eau à Paris : un état des lieux, Rapport 2.1 pour le projet ANR 2008, EAU&3E, 2011.

Table des illustrations

Légende Évolutions des volumes d’eau potable facturés dans diverses villes françaises, sur un périmètre géographique stable, de 1996 à 2009. Échantillon non représentatif. Source : Souriau, 2011
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10716/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 403k

Auteurs

Ingénieur urbaniste, Directeur de Recherche au CNRS, CIRED, AgroParisTech, EHESS, Paris.
barraque@centre-cired.fr

Urbaniste, Ingénieur d’Études au CNRS, CIRED, AgroParisTech, EHESS, Paris.
laure.isnard@agroparistech.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540