Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Quatrième partie - Les sociétés

12. Consommations alimentaires liées à la mondialisation

Marie Russel et Catherine Esnouf

Texte intégral

1Pour qu’une alimentation soit durable, elle doit protéger la biodiversité et les écosystèmes, être acceptable culturellement, accessible économiquement, loyale, sûre, bonne pour la santé, et optimiser l’usage des ressources naturelles et humaines. La durabilité de l’alimentation est mise à l’épreuve face à un environnement de plus en plus incertain : croissance démographique, urbanisation, changement climatique, raréfaction et qualité des ressources naturelles, augmentation du prix du carbone fossile, voire de celui des matières premières.

Évolution des consommations

2En Europe, sous l’effet des révolutions agricole et industrielle, le prix relatif de l’alimentation a baissé et la qualité sanitaire des aliments s’est améliorée. En parallèle, la ration alimentaire a changé, tant sur le plan quantitatif que qualitatif. En France, par exemple, l’évolution commence au début du XIXe siècle par une phase durant laquelle la quantité ingérée augmente tout en gardant la même structure nutritionnelle. Vers la fin du XIXe siècle, la saturation calorique est atteinte. Débute alors la transition nutritionnelle*, caractérisée par un changement radical de la structure de la ration (figure 1). Cette phase se stabilise dans les années 1990 et depuis, la ration reste stable, tant sur le plan quantitatif que qualitatif. La transition nutritionnelle a duré environ un siècle.

3Dans la plupart des pays du monde, dont les pays émergents, la même évolution est observée depuis les années 1960 : une forte croissance calorique de la ration et une forte croissance des calories d’origine animale. Cela concerne 5,3 milliards de personnes (figure 2). Cette tendance macroscopique nette cache de grandes disparités entre pays et à l’intérieur de chaque pays. En effet, les aliments et les modes de consommation sont extrêmement variés et liés aux spécificités locales. Ces différences ont leur importance dans la mesure où tous les aliments d’origine animale et leurs modes de production n’ont pas le même impact sur les ressources, ni sur les émissions de gaz à effet de serre*.

Fig. 1 – Évolution du niveau des apports énergétiques en France en longue période. Source : Combris, 2006

Effets et déterminants de ces évolutions

4Même si une offre alimentaire diversifiée est favorable à la santé, il n’en reste pas moins que l’augmentation du nombre de calories disponibles et la diminution de l’activité physique, facteurs généralisés à nombre de pays, entraînent un accroissement de l’obésité : 400 millions de personnes dans le monde en sont atteintes, selon l’Organisation mondiale de la Santé. En 20 ou 40 ans, les pays émergents et en développement ont rejoint le niveau nutritionnel que les pays occidentaux ont, eux, mis plus de 100 ans à atteindre. L’une des questions posées est de connaître les conséquences de ces transitions accélérées sur la santé.

5En effet, l’obésité se répand aussi dans les pays en développement, qui comptent maintenant autant de personnes obèses que de personnes en insuffisance pondérale (200 millions). Toutefois, malgré l’abondance, l’accès à l’alimentation n’est pas garanti pour tous dans les pays riches. Ainsi, un million de personnes se déclaraient en insécurité alimentaire en 2008 en France (cf. IV.29).

6Les consommations alimentaires évoluent sous l’effet de déterminants nutritionnels et économiques puissants parmi lesquels l’augmentation des richesses et l’urbanisation jouent un rôle prépondérant. La structure de la ration d’un pays est directement liée à son PIB* par habitant : la transition nutritionnelle accompagne le développement économique, quelle que soit la culture. L’une des questions posées est de savoir quel niveau de consommation et quels types de produits animaux seraient durables, et comment infléchir les tendances mondiales actuelles, ce qui met en jeu les politiques publiques, la nature de l’offre, les stratégies industrielles et l’étude des comportements.

7La mondialisation s’accompagne de l’urbanisation : plus de la moitié de la population mondiale est urbaine aujourd’hui et deux tiers sont attendus pour 2050 (cf. I.4). En modifiant les modes de vie, par exemple en conduisant les gens à fréquenter les supermarchés et à disposer d’une offre plus diversifiée et nouvelle, l’urbanisation accélère les transitions nutritionnelles. Nourrir durablement les villes en expansion est un défi qui doit prendre en compte les changements de modes de consommation, l’exclusion de certaines populations, le coût énergétique de l’augmentation des distances de transport des denrées alimentaires et les capacités de résilience de l’approvisionnement en cas de choc.

Fig. 2 – Disponibilités* en calories animales et en calories totales de 1961 à 2005 : quelques exemples dans le monde. Source : Combris, 2010, d’après l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture - STAT

Évolution vers plus de durabilité

8Les systèmes alimentaires* de type occidental, et, a fortiori, leur extension mondiale, ne sont pas durables en termes de consommation de ressources, d’impacts sur les écosystèmes, d’émissions de gaz à effet de serre et d’effets sur la santé.

9Face à la demande croissante, la solution la plus souvent proposée est de produire plus. Or, ce choix ne peut pas, à lui seul, apporter une solution satisfaisante, car il doit intégrer la limitation des ressources. De plus, la nature de la demande sera un levier potentiel majeur. Pour atteindre un équilibre quantitatif mondial entre besoins et ressources, il faudrait, dans les pays de l’OCDE, diminuer de 25 % les quantités totales disponibles et diviser par deux les calories disponibles d’origine animale. Or, diminuer les disponibilités* dans les pays de l’OCDE ne signifie pas forcément manger moins, si les pertes* et les gaspillages* alimentaires sont réduits. En effet, ceux-ci sont estimés, au niveau mondial, à environ un tiers de la production destinée à la consommation humaine. Dans les pays de l’OCDE, ils se situent surtout à l’aval de la chaîne alimentaire, et notamment chez le consommateur. Cela laisse entrevoir des marges de manœuvre au niveau des pratiques domestiques.

10Ces évolutions, leurs déterminants et leurs conséquences montrent la complexité des questions posées et la nécessité qu’elles soient prises en compte par tous les acteurs et par la recherche.

Bibliographie

Références bibliographiques

• C. ESNOUF, M. RUSSEL et N. BRICAS – Pour une alimentation durable. Réflexion stratégique duALIne, Quae, 2011.

• P. COMBRIS – Le poids des contraintes économiques dans les choix alimentaires, Cahiers de Nutrition et de Diététique, 2006.

• P. COMBRIS – Comprendre et maîtriser l’évolution de l’alimentation : que faut-il attendre des économistes ?, Cahiers de Nutrition et de Diététique, 2010.

• H. GUYOMARD et al. Eating Patterns and Food Systems : Critical Knowledge Requirements for Policy Design and Implementation, Agriculture & Food Security, 2012.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Évolution du niveau des apports énergétiques en France en longue période. Source : Combris, 2006
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10714/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Fig. 2 – Disponibilités* en calories animales et en calories totales de 1961 à 2005 : quelques exemples dans le monde. Source : Combris, 2010, d’après l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture - STAT
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10714/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 103k

Auteurs

Docteur en Histoire ancienne, Ingénieur de Recherche à l’INRA, Coordinatrice de Projets sur la Durabilité de l’Alimentation face à de nouveaux Enjeux, Paris.
marie.russel@paris.inra.fr

Chimiste et polytechnicienne, Directrice de l’Institut Carnot Qualiment, Directrice scientifique adjointe Alimentation à l’INRA, Paris.
catherine.esnouf@paris.inra.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540