Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Quatrième partie - Les sociétés

10. Du bon usage de l'environnement pour la santé

Yves Levi

Texte intégral

1Promouvoir, développer, protéger et garantir le bon état de santé des populations devraient être des priorités fondamentales de tous les États. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) défini la santé comme « un état de complet bien-être physique, mental et social, [qui] ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité ». Elle précise que « la possession du meilleur état de santé qu'il est capable d'atteindre constitue l'un des droits fondamentaux de tout être humain, quelles que soient sa race, sa religion, ses opinions politiques, sa condition économique ou sociale ». Les éléments essentiels du droit à la santé impliquent l’accès à des soins de santé primaires, à une alimentation minimale nutritive, à des moyens d’assainissement, à de l’eau saine et potable, et aux médicaments nécessaires (cf. IV.2). Toute action servant la démarche de développement durable doit intégrer ces notions fondamentales.

Préserver les équilibres et les ressources

2Si le terme « santé » est, dans le langage courant, associé à l’humain, c’est pourtant le bon état de tout l’écosystème qui doit être considéré. Ainsi, parle-t-on, depuis quelques années, de la « santé environnementale » pour aborder les effets néfastes de l’environnement sur la santé humaine. La survie et le développement de chaque espèce vivante résultent de ses capacités à ne pas être agressée ou tuée par les autres. La santé des plus gros mammifères peut être détruite très rapidement par les plus petits (plantes toxiques, virus, bactéries). Le bon état de santé de chaque cellule ou organisme résulte donc d’un subtil et complexe équilibre d’interactions avec les autres et avec l’environnement physique et chimique. Dans cet ensemble, n’en déplaise aux sociétés humaines, aucun organisme ne peut se prévaloir de prérogative ou de supériorité.

3La bonne santé d’une population humaine dépend de la qualité et de la diversité de ses produits alimentaires, de son accès à l’énergie (chauffage en hiver, refroidissement en été, cuisson des aliments et chaîne du froid, capacité à se déplacer…), de sa capacité à se protéger de ses prédateurs et de l’accès à un système de soin intégrant un diagnostic, des actes chirurgicaux et des médicaments.

4Le cas des médicaments est un exemple très intéressant car une grande partie des principes actifs utilisés en thérapeutique est issue de l’environnement et la pharmacopée doit énormément aux plantes et organismes terrestres. Pouvant empoisonner à forte dose, le produit devient un médicament à dose contrôlée. Les exemples sont trop nombreux pour être tous cités : La digitaline permettant de réguler les troubles cardiaques provient de la digitale (Digitalis purpurea), le taxol utilisé dans le traitement de certains cancers a été découvert dans l’écorce de l’if (Taxus), la morphine permettant de soulager les fortes douleurs est extraite du pavot (Papaver somniferum). Les antibiotiques sont produits naturellement par des micro-organismes. Leur usage thérapeutique pour lutter contre les infections bactériennes a apporté un bienfait majeur pour la santé de l’humanité mais il se heurte aujourd’hui, dans de nombreux cas, aux mécanismes de résistance des cibles visées. Ainsi, un produit issu de la nature voit ses bénéfices thérapeutiques annulés du fait d’un usage trop intensif exerçant une pression de sélection des micro-organismes résistants.

Améliorer la santé et le bien-être

5Protéger la santé humaine implique aussi d’agir à l’encontre de notre environnement de manière raisonnée en apprenant à ne pas agir trop fort ou trop peu. La lutte contre les infections exige des règles d’hygiène et de sécurité nécessitant de détruire une partie de la biodiversité. Ainsi, la vaccination a permis de faire disparaître la variole et bientôt la poliomyélite, car les micro-organismes responsables ne trouveraient plus de réservoir favorable à leur développement. Toutefois, une désinfection excessive peut conduire à des terrains favorables pour le développement de germes indésirables. Les luttes contre le chikungunya, le paludisme ou la dengue nécessitent des actions fortes pour détruire les gîtes de moustiques. Ceci est trop souvent réalisé en période de crise par des déversements d’insecticides pouvant également être toxiques pour les humains. Une stratégie raisonnée par la suppression des points d’eau stagnante et la lutte biologique, implique une politique de moyen terme mobilisant tous les acteurs (cf. IV.9).

6Certains développements technologiques contribuant au bien-être des sociétés humaines créent de nouveaux écosystèmes favorables à certaines espèces pathogènes* : les réseaux d’eau chaude et les tours aéro-réfrigérantes, qui se sont développés dans les immeubles modernes, constituent des habitats de choix pour la bactérie Legionella pneumophila, responsable d’épidémies de légionellose, dont le taux de mortalité en France en 2013 est d’environ 11 %.

7Pour protéger notre santé, l’environnement n’a pas pour seul intérêt de nous apporter des molécules à usage de médicaments. Toutes les études épidémiologiques confirment l’importance d’une alimentation diversifiée, équilibrée dans ses apports et intégrant des fruits et légumes. Les dérèglements alimentaires et la sédentarité conduisent à des pathologies cardio-vasculaires, le diabète, le surpoids et l’obésité, et peuvent favoriser le développement de cancers. À l’inverse, une alimentation bien équilibrée, apportant notamment des vitamines et des oligo-éléments, des antioxydants et des fibres contribue à limiter ces pathologies. Bien entendu, cette nourriture doit être saine aussi bien sur le plan microbiologique que chimique (pesticides, engrais, métaux…).

Vivre en harmonie avec notre environnement

8Les grands cycles biologiques du carbone ou de l’azote permettent, par leur capacité d’épuration extraordinaire, de transformer nos déchets en produits inertes. Or, détruire les déchets est un élément indispensable de l’hygiène, et donc de la santé. Cette épuration se produit naturellement dans les eaux et les sols, mais certaines matières conçues pour leur résistance (plastiques, polluants organiques persistants) ne sont plus dégradables à une échelle de temps raisonnable (cf. V.10). Des écosystèmes complexes de micro-organismes sont favorisés au sein des boues activées des stations d’épuration des eaux usées afin de traiter les masses énormes de matières organiques déversées chaque jour par les réseaux d’égouts. Cependant, les rejets urbains et industriels et les intrants agricoles étant devenus considérables, les micro-organismes du sol et dans les stations d’épuration ne peuvent dégrader l’ensemble des contaminants (cf. V.16). C’est pourquoi les milieux aquatiques sont de plus en plus contaminés par des résidus d’engrais (nitrates, phosphates) et des polluants parfois très peu biodégradables (plastifiants, PCB, pesticides, retardateurs de flamme…). L’eau, les sols et l’air contaminés ne connaissent pas les frontières ; ce qui exige une politique ambitieuse de gestion des nuisances sanitaires environnementales, pas seulement lors des grandes catastrophes. Des actions existent toutefois, mais elles se développent surtout dans les pays les plus riches. Par ailleurs, n’oublions jamais que les composantes mentales et sociales font partie intégrante de la définition de la santé. Le service écosystémique rendu par la beauté des paysages, le plaisir d’une promenade en forêt, en montagne ou sur une côte « sans béton », sont des éléments intimement contributifs au bien-être mental, et donc à la santé.

9L’exploitation des ressources naturelles par l’espèce humaine a favorisé sa croissance démographique extrême mais dégradé l’environnement. Protéger la santé publique implique d’agir pour conserver ou rétablir les éléments fondamentaux qui ont contribué à ce que l’espèce humaine soit encore présente au sein de la biosphère.

Bibliographie

Références bibliographiques

• M. GAUTHIER-CLERC et F. THOMAS (éds.) – Écologie de la santé et biodiversité, De Boeck, 2010.

• M. GÉRIN, P. GOSSELIN, S. CORDIER, C. VIAU, P. QUÉNEL et E. DEWAILLY – Environnement et santé publique, Tec & Doc, 2003.

• P. POTIER et F. CHAST – Le magasin du Bon Dieu. Les extraordinaires richesses thérapeutiques des plantes et des animaux, J. C. Lattès, 2001.

Auteur

Professeur de Santé Publique Environnement, Faculté de Pharmacie, Université Paris-Sud, ESE, Membre de l’Académie des Technologies, de l’Académie nationale de Pharmacie et Membre correspondant de l’Académie nationale de Médecine, Chatenay-Malabry.
yves.levi@u-psud.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540