Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Quatrième partie - Les sociétés

9. Écologie de la santé

Gilles Boëtsch

Texte intégral

1Les relations entre santé et société varient en fonction du temps et sont très diverses, selon les pressions environnementales, qu’elles soient démographiques, alimentaires… De manière dynamique et sur le mode de boucles réflexives, elles doivent intégrer les représentations culturelles de la santé et de la maladie, les dimensions économiques et techniques et de vastes choix sociopolitiques.

Une écologie de la santé

2Ces rapports complexes entre environnement, santé et société peuvent être abordés du point de vue d’une écologie de la santé et du bien-être, pensée en tant que santé globale, incluant la santé humaine, animale et environnementale. Cette « santé globale » doit se situer bien entendu dans un contexte international et nécessite une approche interdisciplinaire (cf. VI.2), impliquant épidémiologistes, microbiologistes, parasitologues, climatologues, vétérinaires, phytopathologistes, médecins infectiologues, écologues, sociologues, anthropologues, historiens, géographes, politistes, économistes… Elle doit permettre de réfléchir aux déterminants de la santé et du bien-être dans une perspective de prévention (environnement, mode de vie, pathologies…). Elle relève de la conjonction de l’écologie, du changement global et du changement technologique, incluant les ressources issues de la biodiversité comme réservoir d’innovation. Afin de penser la santé en termes de prévention et pas seulement en termes de réponses thérapeutiques, il convient de l’analyser par rapport aux transitions démographique, épidémiologique, nutritionnelle et écologique en cours. Se donnent ainsi à voir les corrélations entre changement climatique et prévalence des maladies (cf. I.7). Ainsi, un accroissement de la température, de l’humidité ou du vent auront des conséquences sur la structure des écosystèmes, en particulier au niveau des pathocénoses*. Quelques degrés de variation de température peuvent provoquer des migrations importantes de pathogènes* vers des régions qui en étaient exemptes, comme le paludisme. Ces variations environnementales, en termes de variation climatique, de manque de ressource ou de pollution, conduisent à réfléchir sur ce que devrait être une médecine environnementale actuellement en construction. Une perspective de prévention aux regards des pressions environnementales renvoie aussi à la notion de prise en charge individuelle ou d’autosanté, cette technique ancienne de « médecin de soi-même », par laquelle tout individu peut devenir sujet de sa propre évaluation, comme de sa médication et de sa guérison. L’autosanté favorise l’autonomie du malade, tout en développant la recherche de solutions alternatives, en insistant sur les solutions relevant du domaine de la prévention.

Contamination, alimentation, pathologies

3Les relations entre contamination de l’environnement et santé constituent un sujet très sensible, qui implique d’appréhender la complexité des rapports entre environnement contaminé et santé humaine, végétale ou animale, puisqu’il implique non pas tant la contamination de l’environnement (biodisponibilité*) que la bioaccessibilité* des contaminants. La teneur en métaux lourds potentiellement toxiques, présents dans l’environnement, se retrouve à des concentrations variables dans les végétaux. Ainsi, la bioaccessibilité des contaminants potentiellement toxiques varie selon l’espèce et la partie de la plante consommée par les animaux et par les sociétés humaines. Sans oublier, en écotoxicologie, le problème des concentrations et des seuils de dangerosité, qui peuvent varier selon le progrès des connaissances de la biophysique et de la biochimie. Comment sont-ils déterminés et qui les détermine ?

4Quant à l’alimentation, elle rentre dans les stratégies individuelles, comme collectives, d’accès au bien-être, dont fait partie la bonne santé, de même que l’activité physique, qui constitue un rééquilibrage corporel pour les régimes alimentaires trop caloriques. Elle constitue un élément essentiel dans la prévention des pathologies, et peut aussi devenir un médicament et contribuer au traitement d’une pathologie précise. Ainsi, pour la montée en charge des maladies dégénératives (cancers, cardiopathies, maladie de dégénérescence, maladie d’Alzheimer…), l’alimentation jouerait un rôle possible, tant dans la prévention que dans le ralentissement de l’évolution de ces maladies.

5Enfin, les pathologies sensibles à l’environnement se distinguent en deux grands groupes : les pathologies transmissibles et les pathologies chroniques non transmissibles. Dans le premier ensemble, le paludisme reste une maladie endémique* majeure et une menace dans 106 pays du monde. Bien qu’au cours des 10 dernières années la mortalité attribuable au paludisme ait diminué de plus de 25 % ; en 2010, 216 millions de cas cliniques ont été recensés, dont 81 % en Afrique. Les modifications du niveau d’immunité acquise par les populations exposées au paludisme et les défaillances des stratégies de lutte sont responsables d’épidémies, qui devraient être de plus en plus nombreuses et importantes. Dans la mesure où l’ensemble des dimensions biomédicales sont incluses dans des pratiques sociales et économiques constituant à la fois les déterminants épidémiologiques des maladies infectieuses et les contextes de leur possible prise en charge, ces maladies ne peuvent être « vaincues » par une unique action thérapeutique. L’approche doit inclure une méthodologie intégrant les questions environnementales, c’est-à-dire liées à l’eau, à l’urbanisme et à l’assainissement, notamment en milieu urbain (cf. IV.2). Par ailleurs, le dialogue ne sera efficace avec les populations touchées par ces pathologies qu’avec une meilleure compréhension de leurs logiques comportementales, que ce soit en matière d’hygiène, de prévention, de soins et d’usage des propositions techniques qui leur sont faites. Pour une indispensable action de prévention du paludisme, il convient de revoir les politiques publiques de distribution de l’eau, d’élimination des eaux usées et de construction des habitats, et de travailler sur des propositions préventives, comme l’usage par les populations de moustiquaires imprégnées. Il faut également mettre au point des programmes d’information et d’éducation, afin, d’une part, de diminuer la part de l’automédication non contrôlée, de la « pharmacie par terre » – i.e. les médicaments vendus dans la rue à l’origine incertaine – et des secteurs médicaux « informels » ; et d’autre part, d’améliorer la cohérence des prescriptions des soignants.

Dans le Sahel, durant la saison sèche, la quête de l'eau dans les forages constitue une activité féminine quotidienne essentielle. Cette eau est source de vie pour les familles d'éleveurs, puisqu'elle est utilisée pour le bétail et les activités domestiques. Durant la saison des pluies, l'eau est partout sous forme de marigot avec des risques sanitaires élevés. © G. Boëtsch/UMI3189-CNRS

6Selon l’OMS, le nombre de décès par maladies chroniques non transmissibles devrait doubler d’ici 2030, passant de 30 à 60 millions de cas par an. La prévalence des maladies non transmissibles (MNT) étant liée à la structure de la population – les plus âgés en sont plus souvent atteints –, la majorité des pays occidentaux se situe dans la deuxième phase de la transition épidémiologique. Ce n’est pas encore le cas des pays africains subsahariens, qui cumulent les maladies infectieuses avec les maladies chroniques non-transmissibles, telles que l’hypertension ou le diabète. Les réponses proposées ne pourront être restreintes au seul domaine biomédical, mais devront intégrer les représentations culturelles de la maladie que les populations ont construites au cours du temps.

Bibliographie

Références bibliographiques

• THE AMERICAN VETERINARY MEDICAL ASSOCIATION – One Health : A New Professional Imperative, 2008.

• B. ANDRIEU – L’auto-santé, Armand Colin, 2012.

• CNRS-INEE – Santé et société, in Les cahiers prospectives lNEE, 2013.

Table des illustrations

Légende Dans le Sahel, durant la saison sèche, la quête de l'eau dans les forages constitue une activité féminine quotidienne essentielle. Cette eau est source de vie pour les familles d'éleveurs, puisqu'elle est utilisée pour le bétail et les activités domestiques. Durant la saison des pluies, l'eau est partout sous forme de marigot avec des risques sanitaires élevés. © G. Boëtsch/UMI3189-CNRS
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10710/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 162k

Auteur

Anthropobiologiste, Directeur de Recherche au CNRS, Directeur de l’Unité Environnement, Santé, Société et de l’OHMi Téssékéré, Dakar.
gilles.boetsch@gmail.com

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540