Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Quatrième partie - Les sociétés

8. Maladies infectieuses

François Renaud et Frédéric Thomas

Texte intégral

1« Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs » (Rapport Brundtland, 1987). L’activité économique et le bien-être matériel demeurent essentiels mais la santé, l’éducation, la préservation de l’environnement et l’intégrité culturelle le sont tout autant.

Faire face à des crises sanitaires mondiales

2Passer de 7 milliards d’humains sur la planète à 10 milliards, ou plus, à la fin de ce XXIe siècle, constitue le problème majeur de l’ensemble des sociétés et des politiques qui les dirigent. Dans le cadre du développement durable, il faudra pouvoir nourrir ces populations, tout en préservant l’équilibre de l’écosystème terrestre, et la santé des populations. Mais, les parasites* et pathogènes*, tous responsables de maladies infectieuses*, appartiennent, tout comme nous, au grand-livre du vivant. Ils font donc partie à part entière de notre écosystème. L’actualité est là pour nous le rappeler fréquemment : chikungunya, dengue, SIDA, tuberculose, paludisme… pour ne citer que quelques exemples en santé publique. Néanmoins, la distribution des attaques infectieuses n’est pas aléatoire ou uniforme sur notre planète. La figure montre que cette répartition s’effectue selon un gradient équateur/Nord et équateur/Sud, c’est-à-dire que la majorité des maladies infectieuses se localisent sous la zone intertropicale, et que ces dernières diminuent avec l’augmentation de la latitude (Nord ou Sud). Nous ne sommes donc pas tous égaux face aux maladies infectieuses.

3Rappelons qu’au cours de son histoire évolutive, l’humanité a toujours vécu au contact de nombreux parasites. Récemment, dans certaines régions, ces contacts ont fortement diminué du fait de changements environnementaux ou sociaux marqués. Plus généralement, les changements d’hygiène de vie et les vaccinations massives du XXe siècle, ainsi que l’utilisation grandissante des antibiotiques à partir des années 1950, ont créé une réduction parasitaire sans précédent. Cela a eu des conséquences positives importantes, du fait des forts effets délétères de la plupart des parasites. Par exemple, l’augmentation de l’espérance de vie, traditionnellement attribuée aux seuls progrès de la médecine, résulte essentiellement de cette réduction des contacts parasitaires à, laquelle la médecine a effectivement contribué. Il reste à apprécier dans quelle mesure cette réduction parasitaire a également participé à d’autres changements séculaires au, niveau de nos traits d’histoire de vie et comportements (poids à la naissance, baisse de fertilité stature, sommeil…). Mais, force est de constater que ces changements ont principalement opéré dans les zones dites « industrialisées », et que nombre de pays sont encore très affectés par des mortalités dues aux agents infectieux. La santé est donc un problème qui doit s’envisager à l’échelle mondiale.

Biodiversité et contrôle des pathogènes

4Prenons le cas du H5N1 qui a fait l’objet de tant de débats. Ce virus est le produit d’un type d’écosystème particulier, généré et entretenu par l’humanité, l’élevage intensif de volailles génétiquement similaires. Car il faut nourrir les êtres humains. Cet environnement constitue un réacteur biologique, où l’humanité insuffle sans cesse la matière première (volaille hôte) qui a permis l’émergence et la sélection de ce variant très pathogène. De la même manière, l’usage intensif d’antibiotiques a sélectionné des souches pathogènes de plus en plus résistantes, voire multirésistantes. Ainsi, la virulence et la résistance sont deux caractéristiques phénotypiques des pathogènes que nous favorisons bien souvent. La lutte de demain passe par d’autres moyens. La diversité biologique de notre planète est une richesse, les pathogènes font partie de ce patrimoine, et il nous revient de comprendre leurs modalités écologiques et évolutives d’interaction avec leurs hôtes pour en tirer profit. Nous ne sommes plus dans l’ère de l’élimination du processus infectieux, mais dans celle de son contrôle. Il faudra interpréter les interactions entre pathogènes au sein d’un hôte pour favoriser les moins pathogènes. Cette démarche doit s’effectuer à l’échelle de la planète et des populations, et non plus à celle des individus et des nations isolées.

Gradient latitudinal des maladies infectieuses* humaines. Modifié de V. GUERNIER, M. E. HOCHBERG et J.-F. GUÉGAN – Ecology Drives the Worldwide Distribution of Human Diseases, PLoSBiol, 2004

5En référence aux deux thèmes précités dans le cadre du développement durable, santé et préservation de l’environnement, force est de constater que notre monde fait actuellement face à des perturbations, à une échelle et à une vitesse sans précédents. Ces dernières se révèlent, notamment, par deux crises majeures : une crise écologique marquée par une extinction massive de la biodiversité et une crise sanitaire marquée par l’émergence ou la ré-émergence de pathogènes. L’étude des liens étroits et complexes qui existent entre l’environnement, les écosystèmes et les pathogènes responsables de maladies dans les populations humaines et animales est, de ce fait, un domaine de recherche en pleine émergence. Toute forme de gestion du milieu a pour conséquence, souhaitée ou non, d’être favorable à certaines espèces et défavorable ou neutre pour d’autres. Lorsque les espèces favorisées jouent un rôle prépondérant dans la réalisation du cycle de vie d’un pathogène, ce dernier se trouve du même coup avantagé par le mode de gestion. Il apparaît dans ce cadre nécessaire d’apporter des connaissances permettant la mise en place d’une gestion des écosystèmes favorable au maintien de la biodiversité, tout en prenant en compte le risque de transmission de pathogènes aux populations humaines et animales, et ce, dans le contexte des changements climatiques actuels. De telles recherches doivent être menées dans le cadre d’une collaboration étroite entre les écologistes de la santé, les biologistes de la conservation et les différents acteurs de la santé publique et vétérinaire. Elles doivent se réaliser avec l’ensemble des partenaires scientifiques et politiques du Nord et du Sud.

Bibliographie

Références bibliographiques

• F. THOMAS, F. RENAUD et J.-F. GUÉGAN (Éds.) – Parasitism and Ecosystem, Oxford University Press, 2005.

• F. RENAUD – Vivre avec les Pathogènes au XXIe siècle, Médecine/Sciences, 2011.

• F. THOMAS, T. LEFÈVRE et M. RAYMOND (éds.) – Biologie évolutive, De Boeck, 2010.

• F. Thomas, J.-F. GUÉGAN et F. RENAUD (éds.) – Écologie et évolution des systèmes parasités, De Boeck, 2012.

Table des illustrations

Légende Gradient latitudinal des maladies infectieuses* humaines. Modifié de V. GUERNIER, M. E. HOCHBERG et J.-F. GUÉGAN – Ecology Drives the Worldwide Distribution of Human Diseases, PLoSBiol, 2004
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10707/img-1.jpg
Fichier image/, 237k

Auteurs

Biologiste, Directeur de Recherche au CNRS, MIVEGEC, Montpellier.
francois.renaud@ird.fr

Biologiste, Directeur de Recherche au CNRS, MIVEGEC, Montpellier.
frederic.thomas2@ird.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540