Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Quatrième partie - Les sociétés

7. L'agriculture durable

Marc Dufumier

Texte intégral

1L’agriculture durable – si elle est pratiquée un jour – sera une forme d’agriculture capable de fournir des produits de qualité pour répondre aux besoins fondamentaux d’une population mondiale sans cesse croissante, de rémunérer correctement les agriculteurs – et d’éviter ainsi tout exode rural prématuré –, de respecter notre cadre de vie (sans contamination des aliments ni pollution majeure de l’air, des eaux et des sols) et d’assurer le maintien des potentialités productives de nos écosystèmes sur le long terme, sans préjudice pour les générations futures.

La démarche de l’agriculture durable

2À l’opposé des formes d’agriculture industrielles et exagérément spécialisées, dont l’objectif est de produire toujours davantage, aux moindres coûts monétaires à toujours plus grande échelle, l’agriculture durable devra s’efforcer de répondre à de nombreuses exigences.

3Elle devra éviter le déboisement et les pertes de biodiversité résultant de l’élargissement incessant des surfaces cultivées ou pâturées dans les pays du Sud, aux dépens de leurs écosystèmes naturels (forêts vierges, savanes arborées, marais, mangroves*, cf. II.16…). Les agriculteurs ne pourront utiliser de manière outrancière les eaux de surface et souterraines pour l’irrigation des plantes cultivées, l’entretien des bâtiments d’élevage et l’abreuvement des troupeaux (actuellement, l’agriculture et l’élevage seraient à l’origine de 70 % des consommations d’eau à l’échelle mondiale). Afin d’éviter la pollution des aliments, de l’air, des eaux et des sols, ils ne pourront recourir à des engrais de synthèse, des pesticides, des antibiotiques ou des hormones de croissance. L’agriculteur « durable » devra également être attentif à la diminution progressive du taux d’humus* dans les sols, ainsi qu’à ses conséquences sur l’érosion et la perte de fertilité de trop nombreuses terres arables (cf. II.13). Par le choix de ses cultures et à l’attention qu’il portera aux abeilles mellifères, ainsi qu’aux autres insectes auxiliaires* des cultures (pollinisateurs*, prédateurs de ravageurs*), il tentera de freiner leur surmortalité. Par ailleurs, l’agriculture durable nécessitera l’arrêt du recours inconsidéré aux énergies fossiles (produits pétroliers et gaz naturel) pour le fonctionnement des tracteurs et des autres engins motorisés (moissonneuses-batteuses, motopompes, ensileuses, broyeurs divers…), ainsi que pour la fabrication des engrais azotés de synthèse (urée, nitrates d’ammonium…). Les émissions de gaz à effet de serre* devront également être réduites : diminution des rejets de gaz carbonique produit par la combustion des carburants, du méthane issu de la rumination de nombreux herbivores, du protoxyde d’azote dégagé lors de l’épandage des engrais azotés… Enfin, les bâtiments d’élevage et les infrastructures destinées à l’irrigation et au drainage devront s’intégrer parfaitement dans le paysage (cf. III.12).

Techniques prometteuses déjà existantes

4Fort heureusement, il existe d’ores et déjà diverses techniques, inspirées de l’agriculture biologique, qui font un usage intensif des ressources naturelles renouvelables ou pléthoriques (énergie solaire, gaz carbonique et azote de l’air, éléments minéraux du sous-sol…) et permettent d’assurer des rendements élevés, sans coût majeur en énergie fossile, ni recours inconsidéré aux engrais chimiques et aux produits phytosanitaires.

Cycle de la matière organique*. Panneau didactique du circuit d'interprétation Ciepad - Viols le Fort

5Elles consistent, en premier lieu, à associer étroitement agriculture et élevage, de façon à recycler les productions fourragères et les sous-produits végétaux dans l’alimentation du bétail et les litières pour les animaux, et à favoriser aussi la fabrication d’engrais organiques avec les excréments d’animaux élevés sur pailles. Le fumier est épandu périodiquement sur les terrains emblavés*, ce qui contribue à maintenir leur taux d’humus*, ainsi que leur capacité à retenir l’eau et les éléments minéraux, leur stabilité structurale et leur résistance aux agents d’érosion*.

6Le fait de cultiver simultanément ou successivement plusieurs espèces et variétés différentes (céréales, tubercules, légumineuses et cucurbitacées), dans un même espace, permet, notamment, de mieux intercepter l’énergie solaire et sa transformation en calories alimentaires par la photosynthèse. L’énergie solaire peut être alors utilisée au mieux pour la fabrication des calories alimentaires. De telles associations et rotations* culturales protègent les terrains de l’érosion, réduisent la propagation des insectes prédateurs et des agents pathogènes* et minimisent les risques de très mauvais résultats en cas d’accidents climatiques. L’intégration en leur sein de plantes de la famille des légumineuses (haricots, fèves, pois, lentilles, trèfle, luzerne…) favorise la fixation biologique de l’azote de l’air pour la synthèse des protéines et la fertilisation des sols. La diversité génétique n’accroît pas la résistance individuelle des plantes aux agents pathogènes et aux insectes ravageurs, mais elle en limite la prolifération, à l’opposé de la monoculture, où cette prolifération peut être foudroyante, les agents pathogènes et ravageurs de la culture en question n’ayant aucune barrière végétale à leur diffusion.

7L’implantation et le maintien de haies vives* ou d’arbres d’ombrage en plein champ (agroforesterie*) contribuent à protéger les cultures et les prairies des grands vents, tout en hébergeant de nombreux insectes auxiliaires (pollinisateurs* ou prédateurs d’insectes nuisibles) favorables au développement de celles-ci. Grâce à leurs racines se développant loin dans le sous-sol, les arbres peuvent aussi prélever en profondeur des éléments minéraux libérés par l’altération des roches mères, les fixer provisoirement dans la biomasse aérienne et concourir ensuite à la fertilisation de la couche superficielle des sols lors de la chute de leurs feuilles.

8Les techniques de « semis direct sans labour » destinées à favoriser la multiplication des vers de terre, des bactéries et des champignons utiles dans la couche arable* sont prometteuses. L’aération des sols et la décomposition des matières organiques sont favorisées par les mouvements et les excréments des lombrics, et les mycéliums* filamenteux des champignons mychoriziens permettent de rendre assimilables par les plantes des éléments minéraux qui restent, sinon, coincés entre les feuillets d’argile au sein même de cette couche arable. Ils sécrètent par ailleurs une glycoprotéine, la glomaline, qui représente le tiers du carbone séquestré dans les sols et agit comme une colle assurant la stabilisation des agrégats du sol.

9Les obstacles à la mise en œuvre de ces pratiques agricoles durables ne sont pas tant d’ordre technique que de nature socio-économique. Ils résultent des conditions imposées par les entreprises situées en amont ou en aval, de législations foncières inadéquates, d’un accès limité aux crédits, et des conditions inégales dans lesquelles se manifeste la concurrence entre producteurs sur les marchés mondiaux des produits agricoles et alimentaires.

Bibliographie

Références bibliographiques

• IAASTD – Agriculture at a Crossroads, Global Report, www. agassessment.org/reports/IAASTD/En, UNDP 2009.

• INRA et CIRAD – Agrimonde®. Agricultures et alimentations du monde en 2050 : scénarios et défis pour un développement durable, Paris, 2009.

Table des illustrations

Légende Cycle de la matière organique*. Panneau didactique du circuit d'interprétation Ciepad - Viols le Fort
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10705/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 170k

Auteur

Ingénieur agronome, Professeur émérite à AgroParistech, Président de la Fondation René Dumont, Membre du Conseil scientifique de la Fondation Nicolas Hulot, Paris.
marc.dufumier@agroparistech.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540