Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Quatrième partie - Les sociétés

1. Neuf milliards d'êtres humains sur une planète

Sandrine Paillard et Sébastien Treyer

Texte intégral

1Depuis une dizaine d’années, les réflexions prospectives ont fleuri autour de la question : comment nourrir les 9 milliards d’êtres humains qui devraient peupler la planète en 2050 ? Face à l’accroissement démographique encore attendu et au changement des modes de consommation alimentaire qui accompagnent l’augmentation des revenus dans les pays du Sud, la question malthusienne est remise sur le devant de la scène. Pourquoi 2050 ? Hypothèse est faite qu’après cette date la croissance démographique devrait être bien moindre, mais 2050 est aussi la date à partir de laquelle la radicalité des changements globaux mettrait en danger l’équilibre entre les sociétés et les milieux. La production agricole est au cœur de ces changements. Fortement impactée par les changements environnementaux, elle a aussi beaucoup contribué à la dégradation de l’environnement. La question de la sécurité alimentaire mondiale est donc tout à fait illustrative du difficile chemin de crête que l’humanité doit trouver, pour ne pas franchir les limites de la planète (« Planetary Boundaries »), au-delà desquelles les grands cycles biogéochimiques planétaires (cycles du carbone et de l’azote notamment) seraient bouleversés avec une intensité et à une vitesse inconnues à l’échelle géologique. Comment augmenter la production agricole, tout en réduisant sa contribution aux changements globaux ? Le chemin s’avère étroit, comme le montrent des exercices prospectifs, tels que Agrimonde, qui explore deux scénarios contrastés. Le premier teste la cohérence d’une voie centrée sur les gains de productivité agricole, au travers d’une poursuite et d’une généralisation, notamment à l’Afrique, de la trajectoire technologique de la révolution verte. À l’inverse, le second scénario considère un ensemble d’évolutions en rupture par rapport au modèle actuel : transition vers l’agroécologie, inflexion radicale des modes de consommation alimentaire. Chacune des ruptures envisagées dans ce scénario peut être questionnée sur sa faisabilité, mais, ensemble, elles permettent de reconsidérer les relations que nos sociétés entretiennent avec les écosystèmes dont elles dépendent, et ce, depuis les échelles locales des agroécosystèmes jusqu’à l’échelle mondiale des échanges internationaux.

2Le défi de la sécurité alimentaire pour 9 milliards d’habitants en 2050 illustre l’impossibilité d’une solution simple, et notamment l’idée que l’augmentation de la productivité d’usage des ressources suffirait à dépasser le problème de leur rareté et de la finitude de notre écosystème planétaire. Concevoir un développement dans les limites de notre planète, tout en assurant à tous un accès minimal à l’alimentation, à l’énergie, à l’eau, à la santé et à l’éducation, oblige à concevoir des stratégies reposant sur une grande variété de leviers d’action : innovations dans les modes de production (agriculture, énergie…), changements des modèles d’affaires et des comportements de consommation, prise en compte de l’environnement, mais aussi des inégalités, et en particulier des inégalités d’accès aux ressources aux échelles locale et globale. Cela redonne un sens profond aux discussions sur la régulation des échanges commerciaux internationaux au service de la paix et de la réduction des inégalités. Construire localement des projets de développement durable respectueux des équilibres sociaux et environnementaux globaux représente un défi majeur pour les prochaines décennies.

Schéma des Planetary Boundaries. Rockström et al., 2009

Table des illustrations

Légende Schéma des Planetary Boundaries. Rockström et al., 2009
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10694/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 89k

Auteurs

Économiste, Spécialiste des relations Science-Société, ANR, Coordinatrice du Secrétariat du Belmont Forum, Paris.
sandrine.paillard@agencerecherche.fr

Spécialiste des Prospectives pour l’Environnement, Ingénieur en Chef des Ponts, des Eaux et des Forêts, IDDRI, Paris.
sebastien.treyer@iddri.org

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540