Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Troisième partie - Territoires et nouveaux biomes

18. Gestion intégrée des zones côtières

Virginie Duvat

Texte intégral

1La Gestion intégrée des zones côtières (GIZC) est un paradigme* relativement récent qui, parce qu’il révolutionne les principes et pratiques de gestion établis, rencontre des difficultés de mise en œuvre.

Le paradigme

2Née aux États-Unis (Coastal Zone Management Act, 1972), la GIZC s’est diffusée à travers le monde, surtout à partir des années 1990. Elle traduit l’adoption d’une vision globale, systémique et dynamique du littoral, qui amène à concevoir sa gestion comme un processus continu visant à répondre aux problèmes et enjeux existants (protection de l’environnement, résolution des conflits…) par la mise en œuvre 1) du principe d’intégration, 2) d’une véritable stratégie territoriale, et 3) de méthodes d’accompagnement spécifiques (comités d’acteurs, évaluation continue de l’action publique). L’intégration doit d’abord être spatiale et s’opérer entre terre et mer, par exemple sur la base d’une approche « bassin-versant* » prenant en compte les interrelations entre amont et aval, ou de l’intégration de la mer dans les documents de planification territoriale (e.g. schéma de cohérence territoriale – SCOT* – incluant un volet maritime). L’intégration spatiale impose aussi de considérer les différentes échelles territoriales, du local au global. Par exemple, il est aujourd’hui impossible de gérer son littoral, sans tenir compte des directives européennes ou des aspects transfrontaliers (cf. IV.31). En deuxième lieu, l’intégration doit être temporelle. La gestion doit donc prendre en compte l’aspect résolument dynamique des systèmes côtiers, autrement dit les enjeux non seulement actuels, mais également futurs. En troisième lieu, elle doit être sectorielle. La gestion des activités humaines doit ainsi être décloisonnée, afin que les impacts d’une politique donnée sur l’ensemble des secteurs d’activité soient anticipés, ce qui requiert, en quatrième lieu, que les institutions compétentes coordonnent leurs actions (intégration administrative et institutionnelle). Enfin, ces différentes formes d’intégration requièrent le développement d’une recherche scientifique de type appliqué, visant à soutenir l’action publique par l’élaboration d’outils d’évaluation et de programmes transdisciplinaires (intégration science/gestion, cf. VI.2).

La méthode

3Il est possible de schématiser la mise en œuvre de la GIZC en 5 étapes (figure 1) : 1) la réalisation d’un état des lieux de l’ensemble des composantes et des problèmes littoraux (écosystèmes, activités humaines, conflits…) ; 2) l’élaboration d’un projet de territoire retranscrit dans les documents d’aménagement ; 3) l’adoption officielle et la mise en œuvre de ce projet, avec l’appui d’un collectif d’acteurs ; 4) la réalisation des différentes phases de ce projet, sous l’égide d’un comité ad hoc chargé de les valider ; 5) l’évaluation des résultats obtenus. Dans ce processus, la contribution de la recherche scientifique se traduit par l’apport de connaissances (étapes 1 et 4) et la mise en œuvre d’outils d’évaluation (étape 5).

Fig. 1 – Les cinq étapes de la mise en œuvre de la GIZC. D'après Olsen (1993) et Christie (2005)

Fig. 2 – La chaîne des impacts du changement climatique sur les risques et aménagements littoraux. Cette figure illustre le caractère systémique du fonctionnement des littoraux, sous l’influence de processus globaux qui ont des impacts sur les dynamiques physiques et humaines aux échelles locale et régionale. D'après Duvat (2012)

Quels résultats ?

4La mise en œuvre de la GIZC pose de nombreuses difficultés aux acteurs publics. En dépit de son retard, la France compte parmi les pays européens qui ont lancé leur stratégie nationale de GIZC, conformément à la recommandation européenne du 5 mai 2002. Les lois sur la démocratie de proximité (2002) et le développement des territoires ruraux (2005), et le lancement d’un appel à projets national pour un développement équilibré des territoires littoraux (2005), soutiennent cette dynamique.

5Cependant, la capacité des territoires à mettre en œuvre la GIZC reste très inégale entre des territoires « exemplaires » (Thau ou la Côte d’Opale, par exemple) et des territoires mal structurés et sans projet véritable. Les principales difficultés rencontrées sont de satisfaire l’intérêt général en cherchant à atteindre une vision partagée du futur, de faire émerger un territoire de projet opérationnel fondé sur le partage d’enjeux majeurs, et compatible avec le découpage administratif, et d’avoir des acteurs, individus et structures, à même de s’impliquer sur le long terme.

6En montrant bien à quel point les échelles territoriales et les enjeux actuels et futurs sont étroitement liés, le changement climatique impose plus que jamais la gestion intégrée des territoires, qu’ils soient littoraux ou non (figure 2). Il place l’humanité face au défi d’intégrer les échelles, spatiales comme temporelles (cf. V.29) et les actions, publiques comme privées, en concevant des scénarios de développement viables pour les générations d’aujourd’hui et de demain. Plus que jamais, la gestion intégrée des territoires apparaît comme une solution universelle, pour faire face à des enjeux résolument planétaires.

Bibliographie

Références bibliographiques

• R. BILLÉ – Gestion intégrée des zones côtières : quatre illusions bien ancrées, VertigO, La revue électronique en sciences de l'environnement, http://vertigo.revues.org/1555, 2004.

• T. GUINEBERTEAU, C. MEUR-FÉREC et B. TROUILLET – La gestion intégrée des zones côtières en France : mirage ou mutation stratégique fondamentale ?, VertigO, La revue électronique en sciences de l'environnement, http://vertigo.revues.org/2569, 2006.

• C. MEUR-FÉREC – La GIZC à l’épreuve du terrain : premiers enseignements d’une expérience française, VertigO, La revue électronique en sciences de l'environnement, http://vertigo.revues.org/8331, 2009.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Les cinq étapes de la mise en œuvre de la GIZC. D'après Olsen (1993) et Christie (2005)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10691/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Légende Fig. 2 – La chaîne des impacts du changement climatique sur les risques et aménagements littoraux. Cette figure illustre le caractère systémique du fonctionnement des littoraux, sous l’influence de processus globaux qui ont des impacts sur les dynamiques physiques et humaines aux échelles locale et régionale. D'après Duvat (2012)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10691/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 513k

Auteur

Géographe, Professeur des Universités, Membre du GIEC, LIENSs, La Rochelle.
virginie.duvat@univ-lr.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540