Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Troisième partie - Territoires et nouveaux biomes

17. Pression anthropique sur le littoral

Nacima Baron

Texte intégral

1Concernant la pression anthropique sur l’espace littoral français, la cause est déjà entendue. Mais il est nécessaire de prendre du recul avec cette approche. Le terme « pression » renvoie au vocabulaire des impacts, calculables, rationnels. Il appartient autant au vocabulaire scientifique qu’au registre politique. Il connote moins que « détérioration du littoral ». Il est cependant plus précis que « transformation du littoral par l’humanité ». Le terme « pression » présuppose un système littoral fait de dynamiques multiples et interagissantes, et où la société (élément externe) exerce une force, qui ferait « ployer », parfois jusqu’à le rompre, l’immense réseau d’échanges (chaînes alimentaires, transits sédimentaires, routes migratoires…), qui assure la qualité et la résilience du milieu. Rendre habitable cette ligne entre la terre, la mer et l’air, dont la mouvance permanente est synonyme de vulnérabilité pour ceux qui s’y installent est un véritable enjeu.

Des côtes au « littoral »

2Revenons un peu en arrière. Parler du littoral à quelqu’un de plus de 70 ans en France, c’est toucher du doigt un certain basculement du territoire dans le courant des années 1950. Après l’invention du littoral par les auteurs romantiques, à la fin du XVIIIe siècle, une deuxième réinvention du littoral s’est produite au lendemain de la guerre. À cette époque, il y avait de la place en France (en tout cas c’était l’impression, même au bord de la mer). L’idée de pression n’existait pas ; bien au contraire, la domestication des espaces vierges était valorisée. La protection et le partage social des espaces naturels au nom de l’intérêt public venaient à peine d’apparaître comme l’illustre la taxe sur la construction pour les espaces naturels, uniquement sur la côte d’Azur, qui date de 1957. Le terme même de « littoral » était à l’époque un adjectif. Depuis, il s’est substantivé, et pour ainsi dire essentialisé (comme le rural et l’urbain, mais bien avant ces deux termes). Les touristes parlaient de « bord de mer », les océanographes utilisaient davantage les termes spécifiques d’« océanologie » ou de « science côtière », sur le modèle anglo-saxon, et les peintres ou les amoureux du paysage parlaient de « rivages ».

3Le basculement historique indique comment les côtes sont progressivement considérées comme du « littoral » justement par le développement de pressions. Ce moment des Trente Glorieuses* fait du littoral un territoire neuf. L’industrie navale et les productions traditionnelles, comme les conserveries de poisson, connaissent un déclin accusé, tandis que le tourisme et les loisirs progressent. La fréquentation saisonnière des stations, très ponctuelle du fait des bouts de lignes de chemin de fer, cède la place à l’accessibilité universelle liée à l’automobile. Enfin, la transformation résidentielle du littoral est lancée dès les années 1960. Elle débute par la mode de la maison ou de l’appartement secondaire, puis se transforme dès la décennie 1990 en une migration (souvent de retraités, mais pas uniquement) visant l’installation permanente (cf. III. 3).

L’urbanisation de loisirs, avec tous les signes de l’urbain (lampadaires, fleurissement), s’est implantée à quelques mètres d’un rivage en voie d’érosion, d’où des enrochements bien dérisoires. Andalousie. © N. Baron

Politiques d’aménagement

4De nombreux chercheurs ont mis en relation ce basculement avec des facteurs civilisationnels. Ce qui advient à l’époque sur le littoral languedocien ou aux environs de Dunkerque, ce ne sont pas des « pressions », mais un processus de modernisation, qui saisit à la fois une société dans ses structures anthropologiques, des systèmes de production et un cadre territorial. De cette mise en mobilité du littoral, et des risques de déséquilibre qu’il fait subir, non pour l’environnement, mais pour la société d’abord (avec la spéculation immobilière qui pourrait priver tout un chacun de sa part de congés payés à la plage) émerge nécessairement une demande d’action publique. Le terme « littoral » est aussi cela, une idéologie qui, dès avant le large mouvement de patrimonialisation des années 1990, tente, non pas de concilier la nature et l’artifice de l’aménagement, mais d’équilibrer la course à la « mise en valeur » d’une part, et la logique d’égalité universelle d’accès des Français à la mer d’autre part. Dans la droite ligne d’un colbertisme qui a inventé, trois siècles plus tôt, le domaine public maritime et le sentier douanier, c’est à l’État, seule puissance détachée des intérêts locaux, qu’il revient de créer les instruments réglementaires et législatifs : le Conservatoire de l’espace littoral en 1975 et la Loi Littoral de 1986 fournissent une réponse publique face aux mutations et aux menaces perçues, mais ne concernent quasiment que la bande terrestre. La ligne d’interface entre terre et mer, située dans l’espace de balancement des marées, est sanctuarisée par la notion de « domaine public maritime ». L’espace maritime proche du littoral fait l’objet de travaux de cartographie, d’observation et de gestion depuis une période beaucoup plus récente.

5Le plus important changement des dernières années, tant pour la recherche scientifique que pour l’action politique sur le littoral, s’inscrit désormais dans un cadre de gestion intégrée. L’objectif actuel est de promouvoir une approche systémique*. En outre, l’ouverture des procédures d’aménagement du littoral à des démarches participatives s’effectue en parallèle avec le recours à une interdisciplinarité scientifique poussée (cf. III.18). Mais il n’est pas sûr que ces évolutions politiques et scientifiques renouvellent fondamentalement l’opposition frontale entre l’appropriation du littoral par la société, mouvement qui est loin d’être achevé, et qui va encore se poursuivre et s’amplifier, et les logiques surplombantes qui poussent aux limitations, au contingentement des forces, à la restriction des circulations, à la segmentation des usages et des types de fréquentation, en un mot à la ségrégation, ici par l’argent, ailleurs par la planification, des modes d’habiter et d’user le littoral. Cependant, si cette dialectique fondamentale n’est pas mise à jour, il est probable que les scientifiques continuent de mesurer des pressions. Est-ce réellement à la hauteur des enjeux ? La prise de conscience des forçages* climatiques, la réalité d’une internationalisation des flux de tous types par-delà les limites des frontières régaliennes (cf. V.25), la ruée vers l’exploitation des ressources marines, la généralisation métropolitaine (associée à la mobilité désynchronisée et aux nouvelles technologies de communication)…, tous ces phénomènes n’ont-ils pas déjà créé les conditions d’un autre basculement et d’une nouvelle réinvention du littoral ? Il est de la responsabilité des scientifiques de la caractériser, de la représenter et d’en mesurer les effets, dans un contexte sans doute beaucoup plus multiscalaire qu’aujourd’hui. Aussi, malgré l’antériorité des recherches sur ce champ, la définition d’une ou de plusieurs modalités de durabilité des systèmes littoraux (entendus avec leur profondeur rétro-littorale et leur frange maritime), est un travail qui reste devant nous.

Bibliographie

Références bibliographiques

• B. KALAORA – Rivages en devenir, La Documentation Française, 2010.

• L. BURNET – Villégiature et tourisme sur les côtes de France, Hachette, 1963.

• OBSERVATOIRE NATIONAL DE LA MER ET DU LITTORAL –www.onml.fr.

• COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE – Trois quarts des rivages métropolitains sont non artificialisés, mais une part importante est menacée et peu protégée, Collection Le Point Sur, 2012.

Table des illustrations

Légende L’urbanisation de loisirs, avec tous les signes de l’urbain (lampadaires, fleurissement), s’est implantée à quelques mètres d’un rivage en voie d’érosion, d’où des enrochements bien dérisoires. Andalousie. © N. Baron
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10689/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 570k

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540