Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Troisième partie - Territoires et nouveaux biomes

14. Conflits autour des ressources naturelles en territoire rural

Vincent Bretagnolle

Texte intégral

1Les activités humaines, en particulier l’agriculture, ont bouleversé l’environnement planétaire, en altérant profondément l’utilisation des terres et des eaux, les cycles biogéochimiques, la chimie atmosphérique et la dynamique de la biodiversité. En particulier, en Europe, l’avenir des territoires ruraux dans le contexte du changement global est un véritable défi social et politico-économique : ces systèmes devront évoluer en fonction des modifications d’usage des terres et du changement climatique, tout en tenant compte de nouveaux enjeux sociétaux (réduction des pesticides, santé publique, eau, biodiversité). L’agriculture de demain doit donc trouver des solutions innovantes et partagées par tous les acteurs du territoire (et pas seulement les agriculteurs), et ceci dans un contexte relatif d’incertitude, lié à la diminution des ressources non renouvelables, comme le phosphore, la volatilité des prix, notamment agricoles, ou l’imprécision des scénarios climatiques* (cf. I.10). L’enjeu est d’autant plus grand que les territoires ruraux (les agroécosystèmes) constituent de loin le mode d’usage des terres majoritaire en Europe. Ce sont aussi les écosystèmes parmi les plus riches en espèces, par exemple chez les oiseaux, et ceux qui abritent le plus grand nombre d’espèces menacées d’extinction (cf. II.23). L’agriculture européenne doit faire face dès aujourd’hui à un double défi : continuer à produire des ressources alimentaires en quantité et en qualité suffisantes pour nourrir une population mondiale croissante et manifestant des besoins nouveaux et diversifiés ; et limiter, voire résorber, les atteintes que les systèmes de production agricole font subir à l’environnement (cf. IV.12). C’est à ce prix que le développement durable des territoires ruraux, à travers le maintien des services écosystémiques*, en tant que biens communs partagés par l’ensemble des usagers du territoire (cf. VI.9), deviendra un objectif réaliste et atteignable.

Conflits d’usage

2L’érosion de biodiversité et la dégradation des écosystèmes entraînent la perte de nombreux services dont bénéficie l’humanité. Les services que rendent les écosystèmes aux populations humaines reposent sur des fonctions écologiques, elles-mêmes assurées par l’activité biologique de certains groupes d’organismes présents dans un écosystème. L’évaluation des écosystèmes pour le millénaire (MEA 2005) a identifié quatre grands types de services rendus par les écosystèmes : des services d’approvisionnement (production de nourriture, de bois), de régulation (pollinisation, contrôle biologique, séquestration de carbone), culturels (biodiversité patrimoniale, lieux de récréation) et de soutien (cycles de l’azote, du carbone). Ainsi, une gestion inappropriée des écosystèmes peut altérer fortement les services écosystémiques, alors, qu’à l’inverse, certaines formes de gestion peuvent se révéler bénéfiques. De fait, les services écosystémiques sont considérés comme des biens communs, c’est-à-dire des biens ou des ressources accessibles à tous, et dont chacun peut bénéficier, sans qu’il en soit empêché. La tragédie des biens communs prédit l’épuisement irréversible de ressources limitées en situation de libre accès, qu’il s’agisse d’animaux ou d’acteurs privés, chacun tentant de maximiser, au niveau individuel, son profit. Les biens communs peuvent être considérés comme des stocks, dont l’utilisation doit être durable, mais il est également possible de passer d’une conception très utilitariste – pour ne pas dire monétaire – des biens communs, telles qu’elle peut être envisagée du point de vue des économistes, à une vision plus politique, dans laquelle la gestion des biens communs émerge d’un collectif de citoyens. La biodiversité et les services écosystémiques sont des biens communs, dont la gestion est loin d’être intuitive, car il ne suffit pas de décréter la biodiversité « bien commun planétaire », pour qu’elle ait implicitement la même valeur à l’échelle globale des scientifiques et des organisations internationales et à l’échelle locale des citoyens et des collectifs. D’autant qu’à cette échelle, les objectifs des différents usagers du territoire ne sont pas forcément partagés : certains peuvent l’appréhender comme une ressource, d’autres comme un frein au développement.

Conflits d’acteurs

3L’agriculture a une responsabilité forte vis-à-vis de la gestion durable des services écosystémiques : certains affectent directement la production agricole, d’autres plus indirectement, comme les services rendus par les insectes auxiliaires* des cultures ; d’autres encore concernent sa durabilité, comme la limitation de l’érosion des sols ou la conservation des ressources génétiques ; et d’autres, enfin, n’ont pas de liens directs avec l’agriculture, mais répondent à des attentes de la société, il s’agit de la « biodiversité remarquable ». Or, ces différents services peuvent être antagonistes entre eux, et ainsi générer des conflits entre acteurs. Le service d’approvisionnement agricole entre en compétition avec la biodiversité, comme la flore adventice*. Pourtant cette flore a des rôles écologiques, tels que la production de ressources trophiques (fleurs, graines), le maintien d’espèces patrimoniales, la pollinisation… Dans ce cadre, il est important de prendre en compte les compromis existant entre différents services écosystémiques en considérant l’agriculture multidimensionnelle au-delà de son objectif primaire de production. Il est alors possible de maximiser des objectifs de rendement avec la diversité de services rendus par la biodiversité, ainsi que des enjeux sociaux pour les agriculteurs, comme la revalorisation de leur travail à leurs propres yeux et pour leur environnement social, et pour les habitants du territoire. Cependant, un agriculteur agit à l’échelle de son exploitation, alors que les objectifs environnementaux (cycles biogéochimiques, qualité de l’eau, gaz à effet de serre*…), se placent à l’échelle des territoires agricoles, ce qui nécessite une approche collective. Le lien entre « exploitation agricole » et « territoire rural » est ainsi devenu un enjeu pour les politiques publiques (cf. III.12). En Europe, un outil innovant a été mis en place : le Réseau Natura 2000, créé pour la conservation des espèces remarquables et la préservation de la biodiversité, cherche à concilier les exigences en termes d’habitats naturels et des espèces avec les activités économiques, sociales et culturelles qui s’exercent sur les territoires. Natura 2000, au plan mondial, est la politique la plus ambitieuse de conservation de la biodiversité : 760 000 km2 en Europe. C’est aussi un forum de concertation sociale autour d’une approche écosystémique des territoires et donc, un véritable défi en matière de gestion collective.

Une agriculture multifonctionelle génère des paysages variés et hétérogènes avec une diversité élevée de cultures (à gauche), une condition nécessaire à la présence d'espèces remarquables à l'écologie exigeante, comme l'outarde canepetière (à droite).© V. Bretagnolle

Bibliographie

Références bibliographiques

• F. S. CHAPIN et al. Arctic and Boreal Ecosystems of Western North America as Components of the Climate System, Global Change Bio, 2000.

• Millennium Assessment Report – Summary for Decision Makers. In Ecosystems and Human Well-being : Synthesis, Island Press, 2005.

• G. HARDIN – The Tragedy of Commons, Science, 1968.

• E. OSTROM – Governing the Commons : the Evolution of Institutions for Collective Action, Cambridge University Press, 1990.

• D. TILMAN et al. Agricultural Sustainability and Intensive Production Practices, Nature, 2002.

Table des illustrations

Légende Une agriculture multifonctionelle génère des paysages variés et hétérogènes avec une diversité élevée de cultures (à gauche), une condition nécessaire à la présence d'espèces remarquables à l'écologie exigeante, comme l'outarde canepetière (à droite).© V. Bretagnolle
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10683/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 189k

Auteur

Écologue et Biologiste de la conservation, Directeur de Recherche au CNRS, Responsable de la « Zone Atelier Plaine & Val de Sèvres » et site NATURA 2000 « Plaine Niort Sud Est », Directeur du CEBC, Beauvoir-sur-Niort.
breta@cebc.cnrs.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540