Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Troisième partie - Territoires et nouveaux biomes

12. Un paysage rural façonné

Françoise Burel et Jacques Baudry

Texte intégral

1L’organisation des paysages agricoles dépend en grande partie des activités humaines qui les font évoluer avec la modification des usages (déforestation, afforestation*…), des techniques (mécanisation de l’agriculture…) et des pratiques. La structure du paysage, la taille des parcelles, la présence de haies, de bois, de prairies… sont le résultat d’une interaction entre l’histoire des sociétés (foncier, économie, techniques…) et les contraintes du milieu (sol, climat, topographie…). Les modifications de la structure du paysage se font sur le moyen terme, lors de restructurations foncières ou d’agrandissements d’exploitations. Chaque année, les agriculteurs déterminent la mosaïque des cultures de leur exploitation, en fonction de leur système de production, de la distance des parcelles au siège d’exploitation et de la taille des parcelles selon divers modèles agronomiques.

Modification des paysages agricoles

2Ces dernières décennies, les paysages agricoles ont fait l’objet de changements importants en lien, d’une part avec l’intensification de l’agriculture, qui a conduit à un agrandissement des parcelles et à une diminution des éléments semi-naturels (bois, haies, prairies permanentes…), et d’autre part avec l’abandon des régions marginales, qui a conduit à l’enfrichement de petites régions (figure 1).

3Différentes phases des politiques agricoles ont impulsé et soutenu ces changements. La première, qui a duré de 1960 – avec la mise en place de la Politique agricole commune (PAC*) dans le cadre du Marché commun – jusqu’aux années 1990, a eu pour objectif d’augmenter la production en soutenant les marchés, ce qui a renforcé l’intensification des pratiques. Une politique d’aménagements fonciers a été développée pour faciliter le travail agricole (cf. V.25). Elle a eu pour conséquence majeure l’homogénéisation des paysages d’agriculture intensive, ainsi que l’abandon de zones marginales, peu productives.

Fig. 1 – Des paysages contrastés. a) La Beauce, un paysage de champs ouverts utilisés pour des cultures annuelles avec quelques bosquets. © J. Baudry. b) Paysage de bocage, Trans-en-Forêt (35), avec un réseau dense de haies, des prairies permanentes et quelques cultures annuelles. © Zone atelier Armorique

Conséquences environnementales

4Ces transformations, associées aux pratiques agricoles à l’échelle de la parcelle, liées à l’utilisation importante de pesticides et de fertilisants, ont eu des conséquences environnementales importantes, avec en particulier une diminution de la biodiversité et une augmentation des pollutions de l’eau et des sols (cf. V.17). Depuis 1970, l’abondance et le nombre d’espèces d’oiseaux caractéristiques des paysages agricoles ne cessent ainsi de décliner. Un facteur majeur de cette perte de biodiversité est la diminution des habitats semi-naturels*. Ceux-ci servent d’habitat et de refuge à de nombreuses espèces, qui les utilisent en complément de la culture, lorsque celle-ci est récoltée ou avant son développement. Les études montrent que le nombre d’espèces de plantes, d’araignées, de coléoptères carabiques dans un paysage augmente avec la surface en habitats semi-naturels, et ceci jusqu’à ce que cette dernière atteigne une proportion d’environ 30 % du territoire. En ce qui concerne le transport et la transformation des polluants dans les paysages, des éléments-clés, tels que les zones humides (cf. V.26), jouent un rôle particulier de protection des cours d’eau et d’épuration des charges azotées. Or, ces zones ont été fortement menacées par le drainage des terres cultivées. Au sein du paysage agricole, la mosaïque des champs a aussi un impact sur les processus écologiques, en fonction de sa composition, de la diversité des cultures et de leur arrangement spatial. Les études prouvent également que la diversité des cultures augmente la biodiversité au niveau du paysage, et que les adjacences entre cultures différentes favorisent les flux d’espèces.

Vers de nouveaux paysages

5Pour compenser les effets négatifs de l’homogénéisation et de l’intensification des paysages agricoles, de nouvelles réglementations sont apparues pour maintenir la biodiversité ou pour protéger les ressources en eau. Elles ont pour objectif de développer l’agriculture durable avec une production agricole valorisant les services rendus par les écosystèmes.

6Un des objectifs premiers a été d’augmenter la part des éléments seminaturels dans les paysages intensifiés. En France, dès les années 1980, des politiques de replantation de haies ont été menées, portées par les collectivités locales, ou dans le cadre de mesures agri-environnementales. Leurs objectifs étaient mal définis, mais ils se sont affinés au cours des décennies suivantes, avec des finalités de brisevent*, de contrôle de la qualité de l’eau, et, plus récemment, de contrôle biologique. En 2005, dans le cadre de la PAC, les mesures de bonnes conditions agricoles et environnementales ont comporté l’obligation de mettre en place des bandes enherbées le long des cours d’eau, d’abord dans le cadre de la politique de gel des terres* puis dans le cadre de la Directive Nitrates* (cf. V.17). L’objectif premier était la protection de la qualité de l’eau, mais ces bandes se sont avérées jouer aussi un rôle d’habitat et de corridor écologique* pour de nombreuses espèces prairiales (figure 2). Actuellement, les mesures agri-environnementales évoluent pour aller vers une obligation de résultats, c’est-à-dire de présence effective d’espèces dans une parcelle.

Fig. 2 – La mise en place de bandes enherbées le long des cours d’eau, suite à la réforme de la Politique agricole commune en 2005. a) En 1996, avant la mise en place. b) En 2008, après la mise en place, la bande protège le cours d’eau des eaux de ruissellement des cultures adjacentes. © Zone atelier Armorique

7Le programme ECOPHYTO 2018, qui a pour ambition de diminuer l’usage des pesticides de 50 %, conduit à des recherches et à des modes de gestion combinant un changement dans les pratiques culturales (moins de pesticides) et dans l’aménagement des paysages, pour aller vers une lutte biologique par conservation. Ce procédé valorise au maximum les services de régulation des ennemis des cultures par leurs prédateurs, leurs parasitoïdes, en renforçant leurs populations grâce à la disponibilité de ressources présentes dans les éléments semi-naturels qui sont mis en place, mais aussi en évitant qu’ils ne colonisent les cultures. La coexistence au sein du paysage, ou même de la parcelle de cultures de natures différentes, permet aussi de contrôler les ennemis des cultures en utilisant, par exemple, des cultures « pièges », qui vont les attirer lorsque les cultures voisines plus sensibles aux dégâts sont les plus vulnérables.

8Ceci doit donc conduire à une ingénierie pour le développement de nouvelles formes de paysages. Le paysage rural redevient un objet de recherche et d’aménagement au caractère multifonctionnel, avec des objectifs environnementaux, sociaux et économiques.

Bibliographie

Références bibliographiques

• F. BUREL et J. BAUDRY – Écologie du paysage : concepts, méthodes et applications, Lavoisier, 1999.

• J. BAUDRY et A. JOUIN – De la haie aux bocages : organisation, dynamique et gestion, INRA Éditions, 2003.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Des paysages contrastés. a) La Beauce, un paysage de champs ouverts utilisés pour des cultures annuelles avec quelques bosquets. © J. Baudry. b) Paysage de bocage, Trans-en-Forêt (35), avec un réseau dense de haies, des prairies permanentes et quelques cultures annuelles. © Zone atelier Armorique
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10678/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Fig. 2 – La mise en place de bandes enherbées le long des cours d’eau, suite à la réforme de la Politique agricole commune en 2005. a) En 1996, avant la mise en place. b) En 2008, après la mise en place, la bande protège le cours d’eau des eaux de ruissellement des cultures adjacentes. © Zone atelier Armorique
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10678/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 183k

Auteurs

Écologue du Paysage, Directrice de Recherche au CNRS, ECOBIO, Université de Rennes 1, Rennes.
francoise.burel@univ-rennes1.fr

Agroécologue du Paysage, Directeur de Recherche à l’INRA, SAD-Paysage, Rennes.
jbaudry@rennes.inra.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540