Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Troisième partie - Territoires et nouveaux biomes

11. La croissance extra-urbaine

Jean Viard

Texte intégral

1Environ la moitié des Français habitent sur des terrains encore considérés comme faisant partie de la campagne en 1950. Malgré les préconisations véhémentes des urbanistes, et aujourd’hui des écologistes, de favoriser la ville en hauteur, près de 80 % des Français disent vouloir vivre dans une maison avec jardin et posséder une résidence secondaire. Et pour le moment, rien n’indique un retournement de tendance.

Exode rural et néoruraux

2L’exode rural du XXe siècle a massivement déplacé la population française des campagnes vers les villes. Cependant, des minorités ont périodiquement choisi de faire le chemin inverse, par refus de la ville ou par attraction vers un territoire délaissé. Les « néoruraux » – expression forgée en 1979 par Danielle Hervieu-Léger et Bertrand Hervieu – étaient les enfants de Mai 68, mais aussi de la vague de tourisme vert, qui accompagna la création de nombreux festivals après la Seconde Guerre mondiale. Leur « installation » – terme utilisé à l’époque – s’effectua plutôt dans la France du sud. Le terme « néoruraux », qui s’imposa peu à peu, renvoie à une sorte d’appel du désert dans des territoires à forte charge de mémoires individuelles et collectives (cf. III.13).

3L’observation des usages du territoire français sur une longue période montre que ces néoruraux se sont placés historiquement entre le développement des résidences secondaires et l’étalement urbain qui suivit. Souvent enfants de vacances à la campagne, ils furent les premiers étudiants à s’installer dans ces territoires, qui étaient sous dotés en « cerveaux diplômés ». Ils furent, à leur manière, des précurseurs de l’idée qu’il était possible de vivre loin de la ville, tout en restant profondément urbain par son mode de vie. Ils participèrent de l’avènement d’un modèle d’habitat alternatif si attractif, qu’au début du XXIe siècle, la France voit sa population augmenter à la campagne (en pourcentage) deux fois plus vite que celle des grandes villes. Mais cette population a profondément changé, à la fois dans ses objectifs et dans ses motivations. De « néoruraux », rêvant d’un retour à la terre, ils sont devenus « extra-urbains », rêvant d’un jardin à côté de la ville.

Des extra-urbains mobiles

4Ce nouveau désir de campagne s’est diffusé dans une société de plus en plus mobile, sensible à la qualité de vie du quotidien. De fortes migrations ont eu lieu vers les régions de tourisme, qui nécessitent des constructions importantes. La population a, par exemple, plus que doublé en Provence depuis un demi-siècle ; et entre Nice et Perpignan, 120 000 Français viennent s’installer chaque année (cf. III.7). La moitié de ces migrants sont des retraités, dont une forte minorité rêve de déménager au moment de la prise de retraite vers leur région « d’origine » ou de vacances. 50 000 retraités quittent ainsi Paris tous les ans, surtout dans les milieux aisés disposant d’une résidence secondaire. En parallèle, une mobilité de jeunes couples diplômés fait le même choix territorial, mais au moment de s’engager dans un emploi stable et une vie familiale pérenne. Le lourd deuil dans les anciennes régions industrielles a favorisé le déplacement de la nouvelle économie vers les grandes régions du tourisme et vers les villes patrimoniales et culturelles. Cette nouvelle économie de diplômés mobiles, hightech et numérique, a évolué en parallèle avec les attentes de notre société. Nice, Aix-en-Provence, Montpellier, Toulouse, Nantes, Lyon… ont ainsi été profondément transformées par des populations migrantes, qui cherchent à lier emploi et esprit de « vacances à l’année ».

Le torrent du Suzon court au fond d'un vallon considéré comme une « petite Suisse », qui attire depuis les temps anciens les habitants de Dijon et de sa région. © A. Euzen

Une société qui privilégie les modes de vie

5Au sein de ces mobilités liées à la recherche d’une certaine qualité du logement et de l’environnement, la maison avec jardin joue un rôle important. Ce désir fait rêver les deux tiers des Français, et près d’un sur deux l’a réalisé. Il pousse à l’étalement des villes dans leurs périphéries de plus en plus lointaines, avec une segmentation sociale liée à la qualité mémorielle des territoires et au prix décroissant du foncier. Dans une société où le temps libre est devenu très majoritaire sur la vie, la maison avec jardin permet une autonomie de la famille et un espace ludique protégé. Elle favorise l’autoproduction domestique, qui est une part significative du revenu des milieux populaires (jardin potager, fruitier, bricolage, entretien de la voiture…). Mais elle encourage aussi la sociabilité intrafamiliale et tribalo-amicale « à côté » de l’espace public, qui est le cœur même de la sociabilité contemporaine, de ce que nous pourrions appeler une « civilisation du barbecue ».

6Ainsi, un double mouvement se dessine. L’un est lié à nos modes de vie et de produire, à la place du temps libre, de la qualité de la vie, de la nature, du soleil, des animaux et du jardin. Il pousse à l’étalement urbain et aux migrations héliotropiques. Il y a là une évolution fondamentale de nos attentes, à laquelle les villes cherchent peu à peu à mieux répondre. Pensons tramway, vélo, silence, parcs, transformations des quais… Mais les évolutions urbaines ne font pas encore le poids face aux désirs des extra-urbains. En parallèle, l’allongement constant de nos vies, l’entrée dans une société de quatre générations bouleversent nos usages des lieux aux différents âges de la vie. Les retraités sont devenus une force aménageuse considérable, qui investit de plus en plus le territoire des vacances. Or, la France étant le seul pays au monde à accueillir plus de touristes qu’elle ne compte d’habitants, et le seul à être presque entièrement touristique, les retraités se diffusent partout et participent, ainsi, largement au repeuplement des campagnes et du littoral.

7Les néoruraux ont ouvert une voie de « la société des modes de vie », dans laquelle se sont engouffrés en masse les extra-urbains, et où la part du temps libre représente l’essentiel de leur existence. Aussi, tout miser sur la reconcentration urbaine serait une erreur, car les attentes de la population ne s’y retrouveront pas. Nous avons à faire un double choix : continuer la rénovation/mise en tourisme de nos centres historiques et, parallèlement, sacraliser les terres agricoles pour sortir de la société du tout-fossile par le haut. « Entre les deux », le périurbain actuel doit être densifié, repensé comme producteur d’énergie, mâtiné de nature vivante… Et une immense inventivité doit nous faire fabriquer la maison individuelle autonome en énergie et, pourquoi pas, productrice d’électricité pour la voiture. Surtout, la réflexion doit porter parallèlement sur des évolutions de l’organisation des services et du travail aptes à diminuer les déplacements, avec haut débit généralisé, service de proximité et semaine salariale ou scolaire de quatre jours. Cette réorganisation temporelle est en réalité le levier principal des mutations urbaines à venir.

8Enfin, soyons attentifs à l’originalité du modèle territorial français. La France est le seul pays où 11 % des logements sont des résidences secondaires et où la totalité du territoire est touristique. Les raisons de ces particularismes sont géographiques (importance des littoraux, rivages méditerranéens, montagnes), mais aussi politiques (politiques publiques d’aménagement). Ajoutons qu’un exode rural tardif nous a sans doute moins délié des campagnes que dans d’autres pays du continent européen.

Bibliographie

Références bibliographiques

• A. MICOUD – Le Refus de la ville, Copedith, 1978.

• B. HERVIEU et D. LÉGER – Le Retour à la nature : au fond de la forêt… l’État, Le Seuil, 1979.

• J. VIARD – Nouveau Portrait de la France, Éditions de l’Aube, 2012.

Table des illustrations

Légende Le torrent du Suzon court au fond d'un vallon considéré comme une « petite Suisse », qui attire depuis les temps anciens les habitants de Dijon et de sa région. © A. Euzen
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10676/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 229k

Auteur

Sociologue, Directeur de Recherche au CNRS, CEVIPOF, Science Po, Paris.
jean.viard@wanadoo.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540