Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Méditerranée adriatique, rapports avec le monde Égéen et les Balkans

La néolithisation en Adriatique

Sime Batović

Résumé

L’auteur fait un tour d’horizon des substrats mésolithiques de l’aire adriatique. Il entreprend une analyse de tous les facteurs ayant participé au processus de néolithisation, en commençant par les facteurs géographiques, climatiques, économiques, pour aboutir à l’analyse des influences et des relations, de l’importation, du commerce, de la migration, spécialement dans le complexe de l’Adriatique, en relation avec la Méditerranée, l’arrière-pays des Balkans et d’Europe centrale, la traditon autochtone.

Texte intégral

1Dans la présente communication nous allons traiter sommairement du littoral adriatique au moment du passage du paléolithique au néolithique, des particularités du mésolithique et des origines de la plus ancienne culture néolithique, afin de bien éclairer les conditions fondamentales de la néolithisation de cette région.

2Dans certains travaux antérieurs, tout particulièrement dans l’article « Origines du néolithique à l’Adriatique » (1978) et dans « L’economia sull’Adriatico » (1980), j’ai parlé exhaustivement de certains éléments et événements de la période en question. D’autres auteurs également ont traité certains problèmes. Cependant, il reste de nombreux aspects concernant les origines et le développement du néolithique qui sont peu connus ou complètement inconnus. Et comme de nouveaux éléments sont apparus récemment, il serait utile de les exposer et de les mettre en lumière.

Mésolithique

3D. Basler a récemment (1979) délimité trois régions dans l’évolution du gravettien récent et de l’épigravettien, et partant également de l’épipaléolithique en Adriatique :

  1. la région sud-adriatique-ionienne (Apulie méridionale et centrale), puis Crvena Stijena et Badanj sur le littoral est de l’Adriatique ;

  2. la région centro-adriatique (Gargano, Abruzzo, à l’ouest, et la Dalmatie centrale et septentrionale, à l’est de l’Adriatique) ;

  3. la région extra-méditerranéenne (les autres régions autour de l’Adriatique du nord).

4D’après toute une série de spécificités une répartition de la zone adriatique en 4 régions paraît plus réaliste :

  1. région limitrophe adriatico-ionienne qui comprend le littoral occidental grec, probablement aussi la partie méridionale de l’Albanie, avec les sites d’Asprochalik en Epire et de Sidari dans l’île de Corfou, et la partie méridionale des Pouilles avec la Grotte Romanelli et autres sites.

  2. région adriatique méridionale : les environs du Gargano avec la Grotte de Paglicci, puis sur la côte orientale le Monténégro et l’Herzégovine avec Crvena Stijena, Badanj et la Grotte d’Odmut.

  3. région adriatique centrale comprenant les provinces d’Abruzzo et de Marche en Italie, puis la Dalmatie centrale et septentrionale sur la côte orientale.

  4. région septentrionale qui comprend le littoral autour de l’Adriatique du Nord et le territoire jusqu’aux flancs des Alpes.

5Après cet aperçu des caractéristiques du mésolithique en Adriatique il faut faire les remarques générales suivantes :

    • Le mésolithique de cette région n’est ni compact ni uniforme, tant du point de vue chronologique que territorial. Pour des causes géographiques et en raison des conditions de vie la culture présente des traits différents ; la vie s’organisait en effet dans les communautés et des régions plus étroites.

    • Pour le moment on peut entrevoir 4 régions plus larges : région limitrophe adriatico-ionienne, région adriatique méridionale, région adriatique centrale et région adriatique septentrionale. Ces régions diffèrent l’une par rapport à l’autre, bien qu’elles aient des traits caractéristiques communs liés aux spécificités géographiques du bassin, à l’évolution du climat et de la culture qu’elles ont en commun.

    • D’une manière générale toute cette région est caractérisée par les traditions gravettienoïdes. D’une certaine manière la région adriatique centrale en Italie s’en sépare par ses traditions bertonniennes ; beaucoup plus sensible est l’écart de la région adriatique septentrionale dans les phases récentes dû aux éléments castel-novienoïdes et sauveterroïdes.

    • Il existe des différences plus ou moins grandes à l’intérieur de certaines régions, surtout entre les parties orientales et occidentales de ces régions. Dans la région limitrophe adriatico-ionienne, le site de Sidari dans l’île de Corfou diffère considérablement par les particularités uniformes des objets microlithiques de silex en rapport avec l’économie de chasse au petit gibier et à la cueillette des récoltes, semblable à la phase ancienne en Abruzzo, et surtout à la phase récente à Coppa Nevigata dans les Pouilles du Nord. Les côtes opposées de la région adriatique centrale sont considérablement différentes.

    • L’évolution de la culture peut être ordinairement différenciée à travers trois phases, ce qui est visible dans la stratigraphie continue de Crvena Stijena (couche VII-V, IV a,b), puis en Istrie (phase I à Sandalja, II et III à la Grotte Azzurra et à la Grotta di Tartaruga), ou bien selon différentes phases et sites, comme à Romagnano III où sont représentées les deux dernières phases. Les trois phases, paraît-il, se trouvent en Italie dans la grotte de Romanelli. Dans certaines régions cette évolution en trois phases n’est pas individualisée, si bien qu’on ne sait pas encore s’il s’agit d’un phénomène général, ou bien si certaines cultures ne connaissaient que deux phases, comme c’est le cas en Abruzzo. Il est également possible que dans certaines zones plus étroites la culture se soit développée à travers plusieurs phases et degrés. De ce point de vue particulièrement intéressant est la région adriatique septentrionale où - en Venetto, Friuli et Trentino - on ne connaît pas encore l’épigravettien final, c’est-à-dire la phase I du mésolithique sauf le niveau le plus récent à Piancavallo. En outre, les deux dernières phases se situent entre 8 000 et 6 000, ce qui veut dire qu’il y existait encore une phase entre 10 000 et 8 000, ou bien qu’il s’agit d’une évolution retardée de cette région.

    • La datation de certaines phases, ainsi que du mésolithique en général, est étroitement liée avec ce qui précède. D’après la méthode du C14, la phase mésolithique dans la grotte de Romanelli est datée de 11 930 ± 520 et 11 800 ± 600, à la Grotta la Punta en Abruzzo de 10 581 ± 100, et à Sandalja en Istrie de 10 830 ± 50, (phase II et III), la Grotte d’Odmut est datée de 10 070 ± 85 à 7 200 ± 200, la phase sauveterroïde à Vatte di Sambana à Trentino (phase II) se date de 8 000 ± 110 à 7 250 ± 110 (6 050 – 5 300 avant notre ère) et la couche mésolithique à Sidari (phase III) de 7 788 ± 340 et la couche avec la céramique imprimée, au-dessus de 7 688 ± 120 à 7 358 ± 180, ou au néolithique ancien, la culture de Fiorano en Italie septentrionale à la Chiozza est datée de 6 000 ± 200, et à Ripa-bianca dans la Marche de 6 140 ± 70 et de 6 260 ± 85. Par conséquent, on peut conclure que la première phase se place dans l’Adriatique méridionale à peu près entre 12 et 10 000, la phase II entre 10 et 8 000, et la phase III entre 8 et 7 000, c’est-à-dire que le néolithique commence autour de 7 000, alors qu’en allant vers l’Adriatique septentrionale il est en retard, surtout sur la côte occidentale, de presque 1 000 ans, c’est-à-dire que le mésolithique y dure jusque vers 6 000, en chronologie BP. Une des indications en est l’expansion de la céramique imprimée sur la côte occidentale de l’Adriatique.

    • En ce qui concerne la continuité de l’évolution, on peut remarquer d’une manière générale qu’il y a des sites à une ou plusieurs couches, sans continuité, puis avec continuité antérieure ou postérieure, ainsi qu’avec une continuité complète. La pleine continuité du paléolithique au néolithique est plus largement présente par exemple à Crvena Stijena, Jami na Sredi dans l’île de Cres et Vela Spilja dans l’île de Losinj. La continuité directe à partir de la culture gravettienne est assez fréquente. Cependant, il y a toute une série de sites sans continuité antérieure ou postérieure. La plus fréquente est la rupture de la continuité à la fin de la phase I du mésolithique, comme dans les grottes de Badanj, Sandalja, Romanelli, Paglicci, La Punta, Grotta di Ortuc-chio, Grotta Maritza et autres. Parallèlement à cela, un grand nombre de sites ne contiennent des vestiges de vie qu’à partir du début de la phase II du mésolithique, comme la grotte d’Odmut, et surtout les sites en plein air en Abruzzo et dans l’Italie septentrionale et dans plusieurs grottes aux environs de Trieste. Cela est lié en tout cas aux changements de climat, car la phase I coïncide avec un climat assez froid de la phase du Dryas, et la phase II avec un réchauffement brusque du climat boréal et atlantique, avec l’apparition des grandes forêts et de gros gibiers, et l’élévation du niveau de la mer, ce qui a fait changer l’économie. Le phénomène concommitant est l’abandon des grottes et la construction des agglomérations en plein air.

    • Les types d’économie ne sont pas non plus uniformes, aussi bien en ce qui concerne les phases que les territoires plus restreints. D’une manière générale, dans la phase I prévaut la chasse au gros gibier, et dans les phases ultérieures la chasse au petit gibier et la pêche, puis pour une bonne part la collecte de la nourriture (coquillages et escargots). A l’exception de la province des Abruzzes où on pratiquait dans la phase I la chasse au petit gibier et la pêche car les gros animaux du climat froid s’étaient retirés.

6Pareillement, le site de Sidari dans l’île de Corfou vivait de la chasse au petit gibier et de la cueillette des coquillages dans la phase III, puisque c’était un site typiquement côtier et insulaire qui dépendait presque exclusivement de la mer, comme celui de Coppa Nevigata. Dans les sites de l’Adriatique orientale tout au long du mésolithique prédominait la chasse au gros gibier, surtout dans ceux éloignés de la côte, comme par exemple à Crvena Stijena. Ici en effet à cause de l’arrière-pays montagneux il n’y a pas eu de changements climatiques brusques à la fin de la période froide et les gros animaux glaciaires ont mis beaucoup de temps pour se retirer.

    • Jusqu’au néolithique il n’y a pas de témoin d’une économie productive, sauf en matière d’industrie.

    • Le mésolithique de cette région est caractérisé, paraît-il, par le mode de vie semi-nomade, lié à des séjours prolongés dans certaines localités. Les grottes avec des couches archéologiques épaisses en sont la preuve : les détritus abondants des poissons et des coquillages et escargots, surtout dans le site de Sidari, autour du lac de Fucino, dans la grotte d’Odmut et ailleurs. Cependant, il existe certaines preuves directes de l’existence des agglomérations comme les plaques de terre cuite dans la couche mésolithique à Sidari, qui, suppose-t-on, servaient à la construction des toits (Sue-ref 1978, p. 10), ce qui serait pour le moment le seul cas de cette activité en Adriatique à cette époque.

    • On habitait soit dans les grottes soit en plein air, ordinairement autour des lacs ou des sources, ou bien dans les vallées des fleuves. Dans les phases récentes on descendait surtout au bord de la mer. Il semble que dans la phase ancienne les gens vivaient régulièrement dans les grottes à cause du froid. Plus tard ils vivaient en plein air mais de nombreuses grottes continuent à être habitées surtout dans la partie orientale de l’Adriatique dans les montagnes éloignées de la mer.

    • Dans l’ensemble, la culture mésolithique en Adriatique a au fond une évolution autochtone. Elle dérive directement de la culture épigravettienne, c’est-à-dire de traditions gravettiennes suivant une évolution continue dans chaque région ou territoire. Cela est prouvé par la stratigraphie de nombreux sites : évolution continue et continuité ordinairement complète de l’industrie du silex, le mode de vie et d’économie, suivi de changements provoqués par le climat et le mode de vie, tels les caractéristiques microlithiques des outils et les formes géométriques, surtout dans la dernière phase.

7Les grands changements ne sont survenus que dans la phase II et III dans l’Adriatique septentrionale provoqués de l’extérieur par les cultures du Sauveterrien et du Castelnovien venues de l’ouest, car il n’y a pas de preuves sûres que les porteurs de ces cultures habitaient l’espace autour de l’Adriatique septentrionale.

    • On ne peut pas prouver que les outils géométriques des autres régions ont la même origine. De tels outils, surtout ceux en forme de trapèze, sont nombeux non seulement autour de l’Adriatique septentrionale mais aussi dans la grotte d’Odmut sur la côte sud-est, et sur la côte opposée on les trouve en quantité moindre dans la phase I à Grotta Paglicci et dans la phase II en Abruzzo. Par conséquent, les formes de trapèzes de Paglicci sont plus anciennes que celles de l’Adriatique septentrionale. Il est donc possible qu’elles se soient répandues, à partir du Gargano, en Abruzzo et sur la côte orientale jusqu’à la grotte d’Odmut par les vallées de la Bojana et de la Moraca, car elles n’apparaissent pas à Crvena Stijena. Les formes géométriques à Crvena Stijena ne sont ni caractéristiques ni fréquentes, bien qu’on y trouve certains grattoirs triangulaires, demi-circulaires et circulaires depuis le paléolithique récent, comme en Epire, dans les Pouilles et l’Abruzzo. Le type particulier des pointes triangulaires et carrées à Sidari est un phénomène local lié à la technique d’ouverture des coquillages.

    • On parvient par là à comparer les rapports entre les deux côtes adriatiques. Les deux espaces avaient une évolution semblable pour certaines causes géographiques mais leur évolution n’était pas tout à fait identique. C’est la région septentrionale qui avait une évolution interne très compacte, mais on trouve aussi de fortes liaisons dans l’Adriatique méridionale, surtout entre la grotte d’Odmut - moins dans celles de Crvena Stijena et de Badanj - et Grotta Paglicci, puis autour du détroit d’Otrante. C’est probablement par ces deux directions que passaient les contacts directs à travers l’Adriatique et le transfert de certaines expériences, surtout le transfert des outils géométriques, trapézoïdes et autres, de la côte occidentale à la côte orientale et vice versa. Par exemple, les objets à encoche et autres de Crvena Stijena, où ils sont très fréquents depuis le paléolithique récent, ont été probablement importés au Gargano. D’une manière générale, la continuité de l’habitat et de l’économie est beaucoup plus sensible sur la côte orientale que sur la côte occidentale. C’est pourquoi à partir de la phase II on trouve en Italie plus souvent les habitations en plein air, ainsi que la chasse au petit gibier et aux oiseaux, sauf dans la dernière phase à Corfou. Cela s’explique par les changements climatiques plus rapides sur la côte occidentale que sur la côte orientale.

Néolithique

8Au début du néolithique la situation culturelle autour de l’Adriatique était au fond pareille à celle du mésolithique. L’évolution chronologique aussi bien que territoriale est également hétérogène. La néolithisation de cette région a été conditionnée en partie par les mêmes facteurs géographiques, en partie par la base mésolithique déjà citée, et par de nouveaux éléments qui ont provoqué la révolution néolithique. L’assimilation et l’expansion des inventions néolithiques, surtout de la céramique, ont provoqué des changements considérables dans le groupement et la polarisation culturels. L’héritage mésolithique reste cependant en scène pour une période assez longue.

9Les quatre anciennes régions culturelles n’ont pas résisté. Le littoral oriental a eu au néolithique une évolution culturelle grosso modo uniforme en trois phases mais avec certaines spécificités locales, et différait considérablement du littoral occidental qui se divisait en trois régions : méridionale, centrale et septentrionale. On peut dire que, d’une certaine manière, la partie orientale de l’Albanie et la partie occidentale de la Grèce, ou mieux les littoraux de ces parties, faisaient un ensemble à part. C’est pourquoi on parle parfois de cinq régions culturelles et territoriales au néolithique :

  1. la région adriatique orientale comprend tout le littoral du Karst et d’Istrie jusqu’à l’Albanie ;

  2. la région des Pouilles

  3. la région adriatique centrale en Italie, qui comprend les provinces de Molises, d’Abruzzo et de Marche, puis probablement la Romagne, du Gargano à la plaine du Pô ;

  4. la région adriatique septentrionale en Italie, entre le fleuve de Pô et le fleuve Soca ;

  5. la région gréco-albanaise.

10A propos de la néolithisation de l’Adriatique il faut souligner ce qui suit :

    • Le néolithique en Adriatique n’est pas homogène ni uniforme parce que la culture à cette époque évolue en unités régionales plus étroites et d’une manière spécifique.

    • Pour le moment on peut constater 5 régions plus larges :

11région adriatique orientale, région gréco-albanaise, région des Pouilles, adriatique centrale et région adriatique septentrionale en Italie. Au début du néolithique ancien il n’y a presque pas de différences entre les régions orientales, gréco-albanaise et les Pouilles, surtout en ce qui concerne la céramique impressa. Vers la fin du néolithique ancien, la région centrale en Italie se rapproche de près de ces régions à cause de l’expansion ultérieure de la céramique impressa. Déjà à la fin du néolithique ancien la région des Pouilles s’éloigne considérablement du point de vue culturel de la côte orientale, ce qui est dû à son évolution spécifique. C’est la région septentrionale en Italie qui au néolithique ancien différait des autres puisque la céramique impressa ne l’a pas atteinte.

    • L’héritage mésolithique et ses traditions ont été le point de départ de l’évolution du néolithique de cette région. En même temps, c’était la céramique impressa qui au néolithique ancien unissait toute la région, à l’exception d’une partie du littoral nord-ouest où elle n’est pas parvenue. Les traditions mésolithiques se reflètent dans plusieurs éléments : le même emplacement de nombreux sites, surtout dans les grottes mais aussi en plein air, comme à Sidari, Cappo d’Acqua en Abruzzo ; la conservation du même type d’économie celle de chasse, de cueillette et de pêche pratiquée tout au long de la phase I du néolithique ancien, et même plus tard ; il y a des endroits où elle est restée tout au long du néolithique, surtout dans les montagnes ; enfin, les types des objets en pierre qui sont restés en usage au début du néolithique, comme à Crvena Stijena, et qui ne changent ordinairement que par la suite et se répandent avec l’évolution générale de la culture. En effet, exception faite de la céramique assimilée, dans la phase I du néolithique on ne trouve que la culture et le mode de vie du mésolithique, puisqu’on n’a identifié avec certitude aucune innovation néolithique. Il faut en excepter le littoral central et septentrional de l’Italie où la céramique est arrivée plus tard, avec d’autres éléments, comme l’agriculture et l’élevage.

    • La différence des rapports et des dispositions des régions culturelles plus larges du néolithique par rapport à celles du mésolithique se fonde sur les caractéristiques de la céramique, bien qu’elle non plus ne soit pas homogène, si bien qu’en grande partie les anciennes régions mésolithiques restent les mêmes au néolithique. Sur le littoral oriental, par exemple, il y a quelques différences entre la partie méridionale et les parties centrale et septentrionale. Le littoral lui aussi diffère de l’arrière-pays, surtout par l’économie, mais aussi par d’autres éléments de la culture. Autrement dit, certaines régions ont eu une évolution hétérogène au néolithique à cause des héritages différents et des spécificités de certaines aires plus étroites qu’elles occupaient. Par conséquent, c’est au mésolithique que se trouvent les causes de l’évolution hétérogène du néolithique : économie hétérogène, différents types d’habitats, continuité des agglomérations et de la culture et évolution spécifique des aires plus étroites.

    • L’évolution de la culture sur tout cet espace se différencie ordinairement en trois phases. Chaque phase se répartit en plusieurs étapes sauf dans les cas où la culture n’est pas suffisamment différenciée et étudiée. Partout on constate une évolution culturelle continue tout au long du néolithique, avec des changements et des modifications plus ou moins sensibles liés aux transformations de l’économie ou de la culture, à l’évolution autochtone ou aux influences venant de l’extérieur des régions en question.

12Au néolithique ancien on distingue les groupes et les phases culturelles suivantes : impressa sur la côte orientale, surtout Cakran en Albanie, Molfétta dans les Pouilles (c’est-à-dire les phases Prato Don Michele, Guadone, Masseria la Quercia) ; impressa sur le littoral central ; puis les cultures Fiorano, Fagnigola et Gaban sur le littoral nord-ouest italien.

    • La datation des débuts du néolithique par la méthode C14 n’est pas unifiée. On sait que la couche avec la céramique impressa à Sidari a été datée de 7 688 ± 120-7 358 ± 180 (5 720-5 390 BC) et deux couches néolithiques de la grotte d’Odmut de 5 035 ± 100-4 950 ± 110 BC alors que le stade I avec la céramique impressa (Prato Don Michele à Coppa Nevigata) a été daté de 6 200 BC et le stade III du néolithique ancien (stade Masseria la Quercia à Villaggio Scamarella) en Daunie a été daté entre 5 050 ± 100 et 4 590 ± 65 BC. L’agglomération néolithique la plus ancienne avec la céramique impressa récente en Abruzzo : Leopardi à Penne a été datée de 6 587 ±135 (4 614 BC) et Grotte Piccioni en 4 297 et en 4 190, puis Maddalena di Muccia dans les Marche de 6 580 ± 75 (4 630 BC). Le niveau récent de Ripabianca (et la culture de Fiorano) de 6 260 ± 85-6 140 ± 70 (4 310-4 190 BC) alors que les couches les plus anciennes avec la céramique dans la culture de Gaban (à Gaban et Romagnano) ont été datées de 4 100-3 800 BC, puis la culture de Fiorano à Chiozza en Emilie de 6 000 ± 200 (4 050 BC).

13Par conséquent, si on ne prend que ces quelques exemples, on constate que le néolithique ancien à céramique impressa se place en Adriatique d’une manière générale aux environs des années 6 000-4 200 avant notre ère : dans l’Adriatique méridionale autour de 6 200-4 600, dans l’Adriatique centrale italienne autour de 4 600-4 200, et le néolithique ancien dans l’Italie du Nord autour de 4 100-3 800 avant notre ère.

14Si l’on prend ces années comme point de repère, il en ressort un retard évident de l’apparition de la céramique dans l’Italie centrale et surtout dans l’Italie septentrionale, ce qui correspond à leurs caractéristiques typologiques et ce que l’on peut comparer avec la fin du néolithique ancien et le début du néolithique moyen par rapport à l’Adriatique méridionale.

    • Cela veut dire aussi que le mésolithique a duré plus longtemps dans l’Italie centrale et septentrionale qu’en Italie méridionale, ce qu’on aperçoit clairement dans la stratigraphie de certaines localités, comme à Romagnano III.

    • L’économie en Adriatique était variée et hétérogène, en fonction des conditions géographiques. On distingue trois zones économiques : la zone insulaire-karstique où prédomine la pêche, la récolte des coquillages et l’élevage ; la zone littorale avec tous les types d’économie ; la zone montagneuse où prédomine la chasse jusqu’à la fin du néolithique (Crvena Stijena, Lisicići et autres). Rares sont les agglomérations spécialisées comme à Coppa Nevigata. L’économie mésolithique a été complètement et directement reprise au néolithique, surtout à la phase I. Peu à peu faiblit le rôle de la chasse et de la cueillette et grandit le rôle de l’économie de production, car on trouve les premiers vestiges de l’élevage et de l’agriculture déjà dans la phase II du néolithique ancien. Il est possible que l’élevage de certains animaux et des plantes ait commencé plus tôt. Dans certaines régions, surtout au bord de la mer, l’élevage l’emporte sur la chasse déjà au stade II. L’agriculture se pratiquait probablement plus largement à la fin du néolithique ancien et au début du néolithique moyen, ce qui a eu comme conséquence des changements culturels et le passage du néolithique ancien au néolithique moyen.

    • La néolithisation complète a commencé la phase II du néolithique ancien quand, à cause de l’agriculture et de l’élevage, on commence la construction des agglomérations en plein air et la vie sédentaire. Elle n’atteint son apogée qu’à partir du néolithique moyen, quand la culture néolithique prend sa forme la plus complète : la pratique des échanges, l’utilisation des outils de pierre polie, fabrication des vêtements, l’organisation des communautés rurales, la création des représentations spirituelles et religieuses et des objets d’art, etc. Tous ces éléments, liés à l’agriculture et au mode de vie sédentaire, ont entraîné la décadence de l’ornement impressa, lié lui à la vie semi-nomade des cueilleurs et des pêcheurs, et la création des ornements géométriques riches, ce qui caractérise le néolithique moyen et récent.

    • La céramique à ornementation impressa, caractéristique essentielle du néolithique ancien, s’était répandue déjà à la phase I sur toute la côte orientale et les Pouilles puis peu à peu elle se répandait vers l’intérieur du pays tout au long du littoral. Cette dernière direction d’expansion est caractérisée par le fait qu’en allant vers l’intérieur l’ornementation effectuée par l’impression de coquillages était remplacée par des empreintes de doigts. Ce n’est qu’aux phases II et III que la céramique impressa s’est répandue au nord des Pouilles, à partir du Gargano jusqu’à la plaine du Pô où se trouve le site d’Imola en Romagne le gisement le plus au nord de cette céramique. Certains éléments récents et évolués de la céramique impressa adriatique ont pénétré par la plaine du Pô dans la culture de Vhô en Italie du Nord, et par la vallée de l’Adige dans la culture de Gaban, si bien que ces cultures, ainsi que les cultures de Fiorano et de Fagnigola, ont évolué au néolithique moyen à partir des traditions de la céramique impressa adriatique. D’une manière analogue, de la côte orientale la céramique impressa a atteint, aux phases II et III, par la vallée de Piva la grotte d’Odmut et par la vallée de Bosna le site de Obre I en Bosnie centrale où elle a rencontré et s’est mêlée à la culture orientale de Starcevo.

15Bien que la céramique impressa présente des caractéristiques générales et fondamentales communes, elle offre toute une série de spécificités locales selon les régions plus étroites, ce qui indique une propagation lente subissant des modifications locales en cours de route. C’est à la phase I qu’elle atteint le plus haut niveau d’homogénéité. Les îles de Tremiti et la région nord des Pouilles autour du Gargano ressemblent le plus à la côte orientale, alors que les différences augmentent en allant du Gargano vers le sud-ouest. Il s’ensuit que la céramique impressa dans cette partie évoluait grâce au contact des deux côtes facilité par la chaîne des îles adriatiques qui les rapproche. Dans une perspective plus large, la céramique impressa en Adriatique a ses propres caractéristiques et s’éloigne des autres régions de la Méditerranée.

    • On trouve des éléments d’échanges et de transfert des expériences en Adriatique dans les époques antérieures. Au néolithique cela continue et s’intensifie. Dès la phase I du néolithique ancien on constate des échanges et des transferts des éléments culturels d’une côte à l’autre. Plus tard, ces échanges prendrons également la direction de l’intérieur des Balkans, vers la Bosnie centrale. Au néolithique moyen les échanges s’étendent sur toute l’Italie méridionale et centrale, puis jusqu’à la Grèce, la Macédoine et la Panonie. Au néolithique récent ils atteignent l’Italie du Nord et la Slovénie. On échangeait de nombreux objets en pierre, en os et surtout les objets en céramique. Ces échanges sont à l’origine de nombreux éléments nouveaux autour du bassin adriatique.

    • A en juger d’après tout, le néolithique en Adriatique se développait d’une manière indépendante à partir des cultures mésolithiques antérieures passant par une évolution lente sur le sol autochtone, en prenant et en modifiant des éléments qu’il échangeait avec les cultures voisines. On ne peut pas prouver d’une manière convaincante que le néolithique de cette région serait le résultat d’un transfert de culture et de l’immigration d’une population nouvelle de l’extérieur.

Bibliographie

Bibliographie

Bagolini (B.) 1974. Le attività economiche nella preistoria del Trentino, Economia trentina 4, Trento.

Bagolini (B.), Biagi (P.) 1972-74. La cultura della ceramica impressa nel neolitico inferiore della regione Padana, Bull. pal. it. n. s. XXIII, Roma.

Bagolini (B.), Biagi (P.) 1977. Le più antiche facies ceramiche dell’ambiente padano, Riv. se. preist. XXXII, 1-2, Firenze.

Bagolini (B.), Eles (P.) 1978. L’insediamento neolitico di Imola e la cor-rente culturale délia ceramica impressa nel medio e alto Adriatico, Preist, alpina 14, Trento

Barfield (L.-H.), Broglio (A.) 1971. Osservazioni sulle culture neoliti-che del Veneto e del Trentino nel quadro del neolitico Padano, Origini V, Roma.

Basler (D.) 1975. Stariji liticki periodi u Crvenoj stijeni, Crvena stijena, zbomik radova, Niksić.

Basler (D.) 1979. Paleolitske i mezolitske regije u Bosni i Hercegovini, Praist. jugosl. zemalja I, Paleolit i mezolit, Sarajevo.

Basler (D.) 1979. Paleolitske i mezolitske regije u Crnoj Gori, ibid.

Basler (D.) 1983. Paleolitske kulture u jadranskoj regiji Jugoslavije, Glasnik Zem. muzeja n.s. 38, Sarajevo.

Batović (S.) 1966. Stariji neolit u Dalmaciji (Das ältere Neolithikum in Dalmatien), Zadar.

Batović (S.) 1975. Odnos jadranskog primorja prema podruoju jugois-tocnih Alpa u neolitu i eneolitu (Die Beziehungen des adriatischen Küstenlandes zum Gebiet der südöstlichen Alpen im Neolithikum und Aeneolithikum), Arh. vestnik XXIV, Ljubljana.

Batović (S.) 1978. Origines du néolithique à l’Adriatique et les rapports avec la Méditerranée occidentale, Godisnjak Centra za balkan. ispit. XVI, 14, Sarajevo.

Batović (S.) 1979. Jadranska zona, Praist. jugosl. zemalja II, Neolit, Sarajevo.

Batović (S.) 1980. L’economia sull’Adriatico nell’età del neolitico, Abruzzo, Riv. Ist. di studi abruzzesi, 2 Convegno intern. d. cultura interadr. 1, Roma.

Benac (A.) 1961. Studien zur Stein - und Kupferzeit in norwestlichen Balkan, 42. BRGK, Berlin.

Benac (A.) 1975. Mladi praistorijski periodi u Crvenoj stijeni, Crvena stijena, zbornik radova, Niksic.

Benac (A.) 1977. Kulturbeziehungen des nordwestlichen Balkans zu den Nachbargebieten während der Jungsteinzeit, 58. BRGK, Frankfurt.

Benac (A.) 1978. Les thèses fondamentales sur l’origine du néolithique dans les Balkans et les régions avoisinantes, Godisnjak Centra za balkan. ispit. XVI, 14, Sarajevo.

Broglio (A.) 1971. Risultati preliminari delle ricerche sui complessi epi-paleolitici della Valle dell’Adige, Preist. alpina 7, Trento.

Broglio (A.) 1972. Cronologia delle culture del paleolitico superiore, dell’epipaleolitico e del neolitico della Valle Padana, Boll. del Cen-tro Camuno di studi preist. VIII, Capo di Ponte.

Cecuk (B.) 1982. Prilog proucavanju keramike impresso-cardium na otocima Losinju i Cresu, Arh. istraz. na otocima Cresu i Losinju, Zagreb.

Frangipane (M.) 1975. Considerazioni sugli aspetti culturali neolitici a ceramica tricromica dell’Italia meridionale,w Origini IX, Roma.

Higgs (B.-S.) 1968. The stone industries of Greece, Proceed. of Prehist. Society XXXIV, Cambridge.

Korkuti (M.), Andrea (Zh.) 1972. Fouilles 1969-1970 dans l’agglomération néolithique de Cakran (Fieri), Studia albanica IX, 1, Tirana.

Lollini (D.) 1965. Il neolitico nelle Marche alla luce delle recenti sco-perte, Atti del VIe Congresso Intem. SPP II, Roma.

Malez (M.) 1979. Kvartarna fauna Jugoslavije, Praist. jugosl. zemalja I, Paleolit i mezolit, Sarajevo.

Malez (M.) 1979. Nalazista paleolitskog i mezolitskog doba u Hrvatskoj, ibid.

Malez (M.) 1979. Paleolitske i mezolitske regije i kulture u Hrvatskoj, ibid.

Marković (C.) 1974. The stratigraphy and chronology of the Odmut cave, Arch. iugoslavica XV, Beograd.

Palma di Cesnola (A.) 1967. Il paleolitico della Puglia, Memorie Mus. civ. st. nat. Verona XV.

Palma di Cesnola (A.) 1975. L’età paleolitica della Daunia, Civ. preist. della Daunia, Firenze.

Peroni (R.) 1967. Archeologia della Puglia preistorica, Roma.

Radmilli (A.-M.) 1974. Popoli e civiltà dell’Italia antica 1, Roma.

Radmilli (A.-M.) 1975. Guida della preistoria italiana, Firenze.

Radmilli (A.-M.) 1977. Storia dell’Abruzzo dalle origini all’età del bronzo, Pisa.

Sordinas (A.) 1969. Investigations of the Prehistory of Corfu during 1964-1966, Balkan studies W, Thessaloniki.

Srejović (D.) 1074. The Odmut cave - a new facet of the mesolithic culture of the Balkan peninsula, Arch. iugoslavica XV, Beograd.

Sueref (C.) 1978. Sulla preistoria di Corfù, Annali della Facoltà lett. e fil. XIX-XX, Bari.

Tinè (S.) 1975. La civiltà neolitica del Tavoliere, Civ. preist. della Daunia, Firenze.

Tinè (S.) 1978. Il neolitico della Basilicata, Atti d. XX riun. sc. Ist. ital. di preist. e protost., Firenze.

Auteur

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search