Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Troisième partie - Territoires et nouveaux biomes

5. De l'écoquartier à la ville intelligente

Taoufik Souami

Texte intégral

1Au cours des vingt dernières années, les planificateurs et les gestionnaires de la ville ont tenté de mettre en application le développement durable de plusieurs manières. Les écoquartiers sont une de ces modalités. Ils sont constitués de bâtiments plus économes en énergie, en eau et moins producteurs de déchets pour leur construction et leur fonctionnement. Les transports y sont programmés pour limiter les émissions polluantes, en particulier les gaz à effet de serre* : proximité d’un tramway ou d’un métro, rapprochement des commerces et des écoles, priorité donnée à la marche et au vélo, mutualisation du stationnement et réduction de la place de la voiture. Pour ce faire, plusieurs dispositifs techniques visant à « boucler les flux environnementaux » in situ sont mis en œuvre. Les eaux usées y sont recyclées (cf. IV.17) pour des usages secondaires (nettoyage de rue, arrosage). Les déchets sont triés pour leur réutilisation ou leur valorisation, et servent notamment à compléter l’autoproduction de l’énergie « propre » nécessaire au fonctionnement du quartier. Les exemples se sont multipliés depuis le début des années 1990, d’abord dans le nord de l’Europe puis dans le sud. Ils mettent souvent en avant l’effort effectué sur le plan environnemental et les résultats quantitatifs atteints grâce à des dispositifs techniques rarement déployés à cette échelle et pouvant poser des problèmes d’adéquation avec les usages des habitants. Ces performances marquent un saut qualitatif important : la division par deux ou par trois des consommations des ressources et des rejets (cf. IV.13) à Kronsberg (Hanovre), à Hammarby Sjöstad (Stockholm) ou encore à Eva Lanxmeer (Culemborg, figure 1).

Fig. 1 – Quartier Eva Lanxmeer (Culemborg, Pays-Bas)

Dynamiques et enjeux socio-économiques

2Ce volet environnemental particulièrement visible tend à réduire l’importance des processus sociopolitiques et économiques pourtant à l’origine. En effet, une majorité de ces projets ont vu le jour dans le nord de l’Europe grâce à la mobilisation de citadins portant l’idée de la mise en œuvre locale du développement durable. Les élus et les techniciens locaux ont rapidement pris le relais et continué à les associer. Cette dynamique a constitué le cœur des processus d’apprentissage et d’innovation local : tester et apprendre, de façon partagée et collective, les traductions possibles de cette perspective politique. De cette manière, les objectifs visés par les écoquartiers ont souvent dépassé les aspects environnementaux : la diversité du peuplement a ainsi souvent été renforcée par une forte présence de logements, aidée par l’intégration d’établissements pour personnes âgées ou favorisant l’intergénérationnel. La programmation de lieux d’animation multiculturels et multiconfessionnels y a également participé. Les habitants qui choisissent de s’y installer aspirent à un cadre de vie de meilleure qualité, permettant de réduire le stress, de rapprocher les lieux du quotidien, d’articuler l’urbain et la nature… Bref, ces quartiers contredisent presque terme à terme les villes produites durant le XXe siècle et tous les maux qui leur sont reprochés. Dans un certain nombre de cas, ces projets de quartiers durables ont été utilisés comme levier pour revaloriser l’image des lieux urbains, par exemple à Kreuzberg (Berlin) ou à l’Union (Lille-Roubaix).

3Ces écoquartiers ont, en réalité, un faible apport sur le plan environnemental, puisqu’ils concernent au plus quelques milliers de bâtiments et d’habitants dans des villes qui en comptent quelques millions. Ils ont principalement contribué sur le plan sociopolitique comme expériences pratiques et opérationnelles de mise en œuvre du développement durable. Ils ont permis de passer des discours pédagogiques et de principe à l’action et à la réalisation.

Des expériences à étendre

4La principale critique faite à ces expériences est leur démarche partielle : un fragment des problèmes de développement durable est traité sur une petite partie du territoire urbain. Pour retrouver une approche plus systémique, plusieurs démarches sont développées et expérimentées, classées en trois ensembles. Dans le premier ensemble, les projets de quartiers sont davantage intégrés à des politiques de développement durable. Ils sont utilisés comme des incubateurs et des démonstrateurs venant alimenter des stratégies d’action, concernant la totalité du territoire et des problèmes. Dans le deuxième ensemble, les écoquartiers sont progressivement tissés en réseaux, qui viennent mettre en œuvre les objectifs en maillant le territoire urbain (figure 2). Ils sont programmés d’une manière complémentaire (optimiser et partager les équipements, éviter les concurrences), répondent à des chartes uniques pour en assurer la cohérence et sont organisés pour faciliter des symbioses environnementales. Le troisième ensemble travaille en particulier sur la strate informationnelle, pour parvenir à une cohérence systémique, c’est-à-dire à la « ville intelligente ». Ce terme fait référence à une approche réflexive dans la planification, la fabrication et la gestion des villes. Concrètement, il s’agit d’utiliser la masse importante d’informations désormais disponibles, pour mieux coordonner et réajuster les actions de fabrication et de gestion urbaines. Par exemple, la rediffusion vers les usagers et les gestionnaires des informations issues des compteurs d’énergie « intelligents »* aiderait à adapter les consommations aux moyens de production. Autre illustration : la transmission des informations sur l’état du stationnement, de la circulation et de la qualité de l’air serait utile pour adapter en temps réel les comportements et l’utilisation des infrastructures. Les co-porteurs de cette approche, en particulier les entreprises des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC), pensent que cette transmission participe du développement durable, car elle permet d’optimiser les ressources et de réduire les dysfonctionnements. Dans cette vision, les citadins sont mis dans une position de co-responsabilité directe de la production et de la gestion de la ville en étant destinataires de cette information et de son utilisation.

Fig. 2 – Carte représentant le réseau des écoquartiers dans l’Est Parisien. Source : Est-Ensemble, dossier NQU, 2009

5Le citadin se trouve donc chargé d’une responsabilité nouvelle, et il est invité à y investir une grande partie de son capital social (relations, temps, abandon d’une partie du privé et de l’intime pour que la collectivité puisse l’utiliser pour « l’intelligence » collective…, cf. IV.30). Les sociologues, les économistes et les politiques devront dorénavant réfléchir au coût social et politique de cette nouvelle vision se revendiquant du développement durable. Par coût social, il faut comprendre l’ensemble du capital social que pourraient engager les habitants pour participer à ce fonctionnement : leurs relations sociales, leur temps personnel et social, les capacités cognitives… Car, participer à ce fonctionnement supposera d’y consacrer du temps, d’y investir une partie des relations interpersonnelles – pour apprendre, comprendre, optimiser, contourner, peser dans la régulation collective… –, d’y investir une partie de ses capacités cognitives pour se situer dans les représentations sociales, qui valorisent ou dévalorisent des pratiques d’usages liées à ces dispositifs et ces fonctionnements proposés.

Bibliographie

Références bibliographiques

• C. EMELIANOFF – Villes et quartiers durables, In L’Encyclopédie du Développement Durable, 4D, 2012.

Dossier de l’écoquartier à la ville durable, Des clefs pour (re)penser la question sociale, FORS n° 200, 2012.

• T. CAMPBELL – Beyond Smart Cities : How Cities Network, Learn and Innovate, Routledge, 2012.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Quartier Eva Lanxmeer (Culemborg, Pays-Bas)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10663/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Légende Fig. 2 – Carte représentant le réseau des écoquartiers dans l’Est Parisien. Source : Est-Ensemble, dossier NQU, 2009
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10663/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 711k

Auteur

Urbaniste, Professeur à l’Institut français d’Urbanisme, LATTS, Université Paris-Est Marne-la-Vallée et École des Ponts ParisTech, Marne-la- Vallée.
taoufik.souami@univ-mlv.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540