Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Troisième partie - Territoires et nouveaux biomes

4. Urbanisme durable : construire intelligent et pour qui ?

Jean-Yves Toussaint et Sophie Vareilles

Texte intégral

1L’urbain se définit comme « l’ensemble des moyens de la convivialité », c’est-à-dire l’ensemble des dispositifs techniques et spatiaux nécessaires à la vie quotidienne urbaine, et les règles qui permettent d’en user. La montée des préoccupations environnementales et l’imputation des activités anthropiques* dans les changements globaux observés se traduisent par le développement de nouveaux moyens de la convivialité issus des écotechnologies : bâtiments à basse consommation, immeubles à énergie positive, toitures végétalisées, trames vertes et bleue (cf. III.10), bassins de rétention et de traitement des eaux pluviales, modes de transport alternatifs à l’automobile, villes intelligentes (smart-grid, smart-city). Selon leurs promoteurs, publics et privés, ces écotechnologies doivent relever le défi environnemental en fondant une nouvelle « urbanité » – entendue comme le rapport qu’entretiennent « civilité » et « convivialité », la civilité renvoyant à l’usage socialement et politiquement normé des moyens de la convivialité. Qu’en est-il ? En quoi ce nouvel urbanisme, l’« urbanisme durable », renouvelle-t-il l’urbain ? À qui profite-t-il ?

Ville en terre à l'état d'abandon – Sidi Okba, Algérie, 2012. © J.-Y. TOUSSAINT

Promesse d’urbanité

2Depuis la fin des années 2000, la majorité de la population mondiale est urbaine. L’urbain généralisé actualise toujours l’adage des villes hanséatiques (villes marchandes du nord de l’Europe) du Moyen Âge : « l’air de la ville rend libre ». La vie urbaine continue de fonder l’espérance de vivre mieux (cf. III.9). Elle permettrait de recouvrer une liberté individuelle et politique ; de pouvoir agir sur son destin avant de le subir ; et de s’émanciper des différences naturelles en s’affranchissant des liens de sang, des appartenances religieuses, ethniques et sexuelles au profit du statut de personne dotée de raison, de qui sont attendues autonomie et responsabilité. L’histoire de l’urbain est celle de la conquête de la convivialité et de la civilité. Cette double conquête fonde l’urbanité, c’est-à-dire la possibilité de configurer et de disposer d’un monde et d’en user selon des règles communes, de manière civile (en renonçant à l’appropriation violente des moyens de la convivialité).

3L’urbanité, depuis l’expérience de la ville d’Athènes, dans la Grèce antique, se confond avec la démocratie, qui s’étendra en Europe et participera à la transformation du monde, avec les grandes révolutions politiques, techniques et scientifiques du XVIIIe siècle. La conquête de l’urbanité et l’ordre démocratique qu’elle rend possible, apparaissent comme la promesse, faite aux humains par des humains, d’un monde, non plus fondé sur la fatalité, mais sur un projet, enjeu de discussions, de raisonnements publics et de luttes politiques pacifiques. Là, serait la plus grande promesse de l’urbain, mais une promesse mal tenue par les mondes urbains contemporains : l’urbanité semble rester une virtualité.

L’urbanisme durable comme séparation de l’environnement et du politique

4Cette actualisation partielle de l’urbain tiendrait à l’assujettissement des activités politiques et sociales aux activités économiques, devenues une fin en soi. Ce processus de désencastrement* de l’économie est aggravé par la mise en œuvre des principes du développement durable et de leurs déclinaisons en urbanisme. En effet, le développement durable s’appuie sur trois piliers autonomes : l’économie, l’environnement et le social. Il ignore le politique et le subordonne à la conciliation des lois du marché et de la nature, pour définir un projet écologiquement, socialement et économiquement durable. De cette manière, il sépare l’environnement, devenu ontologiquement autonome, de l’activité sociale, politique et économique. Ce deuxième processus de désencastrement s’enracine dans l’opposition traditionnelle entre nature et culture. Cette dualité situe l’activité anthropique* hors de la nature. Ainsi posée comme extériorité, la nature devient un objet manipulable infiniment, comme une ressource disponible à l’activité : elle est un fonds (cf. I.14).

5Dans ce cadre d’analyse et d’action, les lois de la nature sont ce qui rend disponible le fonds ; les lois de l’économie sont ce qui permet de l’exploiter. Ce cadre est patent dans de nombreuses actions relatives au développement durable et ses déclinaisons en urbanisme : ainsi la biodiversité n’a de signification possible que dans son rapport aux utilités économiquement mesurables (services écosystémiques*). Ce faisant, le développement durable introduit deux nouvelles transcendances : le marché et la nature, dont les « lois » s’appliquent à la vie quotidienne et conforment les moyens de la convivialité. L’observation des pratiques de mobilité, de gestion des eaux pluviales ou des écoquartiers montre que l’urbanisme durable introduit plus de contrôle des usages que de délibérations sur le projet de vie commune. De fait, il ne met pas en cause l’organisation fonctionnelle (de la production), foncière, sociale et économique de la ville. En revanche, il vise la mise en conformité des usages urbains au projet durable. Cette posture introduit une injonction paradoxale : changer sans rien changer, l’organisation économique et naturelle étant posée comme immanente et pensée sur le mode « éternel ». Autrement dit, l’urbanisme durable s’appuie sur un éternel (le durable), qui rétroagit sur l’actuel – la notion d’« équilibre » en économie et en écologie en atteste. Ainsi, les projets d’urbanisme durable ne résolvent pas les problèmes environnementaux en cherchant dans le virtuel de l’activité urbaine les moyens de contourner les obstacles dressés pour relever les défis environnementaux. Ici, se situerait donc la limite d’un urbanisme durable. Celui-ci ne peut aller au-delà du changement du cadre urbain, et sa portée resterait cosmétique.

6Si l’air de la ville rend libre, c’est que l’urbain recèle l’espoir du changement fondé sur l’établissement d’un monde commun en partage, disponible à tous pour les affaires de chacun et appropriable par personne. La leçon quotidienne du fonctionnement urbain de la rue serait une autre façon de penser l’environnement et la nature comme projet social, technique et politique et ce faisant, d’imaginer que l’urbanisme, comme toute technique, serait ce qui transforme inlassablement le monde et les humains, afin de les approprier l’un à l’autre. Il s’agirait d’envisager l’environnement en termes d’évolution, et l’urbain comme contribution anthropique à cette évolution (cf. I.15).

Bibliographie

Références bibliographiques

• P. DESCOLA – Par-delà nature et culture, Gallimard, 2005.

• H. LEFÈBVRE – Le droit à la ville, Anthropos, 1968.

• K. POLANYI – La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Gallimard, 2004.

• H. RAYMOND – Urbain, convivialité, culture, Les annales de la recherche urbaine, n° 37, 1988.

• A. PICON – Le dynamisme des techniques, in L'Empire des techniques, Le Seuil, 1994.

Table des illustrations

Légende Ville en terre à l'état d'abandon – Sidi Okba, Algérie, 2012. © J.-Y. TOUSSAINT
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10660/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 310k

Auteurs

Urbaniste, Professeur des Universités, INSA de Lyon, Directeur de l’EVS, Responsable du LabEX « Intelligences des Mondes urbains », Lyon.
jean-yves.toussaint@insa-lyon.fr

Urbaniste, Maître de Conférences, INSA de Lyon, EVS, Lyon.
sophie.vareilles@insa-lyon.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540