Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Troisième partie - Territoires et nouveaux biomes

2. La ville, un nouveau biome

Christiane Weber

Texte intégral

1Le monde s’urbanise, 60 % de la population sera urbaine en 2025 et certains pays atteindront même les 80 % (cf. I.6). Partout, des villes se développent, attirent les populations, créent de la richesse et de l’innovation. Elles sont le fruit de l’intention des sociétés humaines, qui ont profondément transformé les aires biogéographiques sur la planète, dès lors qu’elles étaient habitables, en bâtissant, en produisant, en puisant les ressources nécessaires, d’abord au plus près et plus tard de loin en loin. Il s’agit d’un système complexe, qui se définit aussi par les conditions de vie de l’individu ou de la société, c’est-à-dire par la qualité de l’air, de l’eau et des habitations. Doivent également êtres pris en compte le niveau de pollution par le bruit, les réseaux d’assistance, la densité de la population, le travail, les distances à parcourir, les aspects culturels riches de créativité et d’expérience… Ces conditions de vie concernent non seulement les composantes sociale, économique, culturelle et technique, mais aussi d’autres composantes constitutives de l’environnement, comme la végétation, les sols, les hydrosystèmes de surface ou souterrains. Ainsi, la ville peut être considérée comme un « biome * » « géographiquement localisé en ce qu’il définit des écosystèmes caractérisés par les interactions entre l’Homme (société) et son Milieu, dans ses diverses composantes biotiques, abiotiques, techniques » (Ternisien, 1971 – Bailly et Ferras, 1997). Les relations entre ces composantes sont indissociables de la compréhension de ce qu’est la « ville » actuelle, avec ses invariants et son mouvement permanent, marqueurs de sa singularité et issus de processus souvent antagonistes : destruction/protection, renouvellement/patrimonialisation, expansion/densification, homogénéisation/diversification… Cet objet géographique particulier englobe dans une complexité croissante des composantes, dont l’étude ne peut pas se faire de façon sectorielle. Cette vision globale de la ville induit une approche dynamique, au carrefour des sciences de l’environnement, des sciences humaines et sociales et des sciences de l’ingénieur. Et, s’il est important d’en considérer l’intérêt scientifique, il est tout aussi nécessaire d’en voir l’intérêt sociétal, compte tenu de l’importance des enjeux à venir… La ville, considérée comme un biome, conduit à une refonte des approches disciplinaires, à une définition partagée des verrous scientifiques et des enjeux de société, et à un replacement contextuel au sein des questionnements actuels sur les changements planétaires à différentes échelles (cf. I.4).

Les étapes de la succession écologique

Appliquées à un écosystème dans la ville

Appliquées à la ville en tant qu’écosystème

Colonisation du milieu

La dissémination des espèces se fait au hasard. Les espèces s’implantent si le milieu est favorable à la croissance.

Les migrations humaines se font au hasard. Les villes sont implantées si l’espace convient aux migrants (fonction de leurs besoins et de leurs croyances).

Croissance et accumulation des ressources

Fortes disponibilités de minéraux et d’oligo-éléments nécessaires à la croissance des plantes dans les villes. Les faibles quantités d’azote disponible en ville peuvent limiter la croissance des plantes. L’ajout de fertilisant peut pallier ce problème. L’accumulation de ressources dans le sol peut se faire par l’intervention de micro-organismes.

Une ville utilise les ressources proches d’elle, mais elle est également capable de les importer. Les apports extérieurs (finances, ressources, informations) permettent d’alimenter la ville et peuvent servir de « fertilisants ». La coopération économique et les échanges sont courants dans une ville. Mais de trop fortes consommations et accumulations de ressources peuvent être préjudiciables à l’environnement (empreinte écologique, métabolisme urbain).

Développement de l’environnement physique

La végétation modifie la structure des sols et facilite la circulation de l’eau et l’implantation de nouvelles espèces.

Les infrastructures modifient le paysage et facilitent le déplacement des ressources et des humains.

Développement des processus de recyclage

La matière organique morte est transformée en matière minérale réutilisable. La pollution perturbe les espèces responsables du recyclage des matières. Les écosystèmes perdent des éléments, qui ne sont plus recyclés.

Le recyclage dans les villes est moins développé actuellement que dans la nature, à l’exception de matériaux de recyclage (ferreux, plastiques, verre…). La difficulté des villes à recycler a conduit à importer plus de ressources externes.

Processus de remplacement

Les espèces initiales sont remplacées, suite à la compétition avec d’autres espèces mieux adaptées aux changements du milieu. La présence de certaines espèces peut permettre l’apparition d’autres espèces associées (relation de symbiose).

Les activités présentes à la création d’une cité évoluent, elles peuvent disparaître et être remplacées par d’autres plus compétitives ou efficaces lors de l’expansion de la ville. Les relations de coopération sont présentes dans l’espèce humaine.

Développement complet
Arrêt de la succession

Les contraintes spatiales empêchent le développement de l’écosystème vers son climax naturel. Malgré les perturbations, ces écosystèmes possèdent un stade d’équilibre final typique. Il y a un fort effet de sélection des espèces par la pollution dans les villes. Les espèces initiales sont remplacées suite à la compétition avec d’autres espèces mieux adaptées aux changements du milieu.

Peu de contraintes dans les sociétés humaines, autres que celles des sites de peuplement ; elles s’adaptent à leur environnement selon leurs besoins. Pas de stade de développement final pour les sociétés humaines. Pas de sélection chez l’espèce humaine, pour laquelle le temps de génération est beaucoup plus long.

Diversité finale

L’intervention humaine amène de nombreuses espèces exotiques dans les villes.

Les sociétés modernes favorisent les échanges entre les pays et la diversité des peuples présents dans une ville est une richesse pour son développement.

Source : d’après S. Pickett

La ville au sein des cycles naturels

2Cette complexité confère à ce biome une place particulière au sein des cycles naturels globaux en impactant les processus climatiques, hydrologiques, écologiques, à des échelles locales et régionales, et quels que soient les pays. Les villes participent ainsi, par leur croissance, aux transformations des écosystèmes terrestres et littoraux (cf. II.4). Facteur d’évolution rapide de la société, ce biome a, d’ores et déjà, modifié profondément les rapports de production et d’approvisionnement des populations, leur mode de vie et leurs aspirations vers un idéal urbain. Cependant, la variété des sites initiaux et des évolutions historiques et culturelles, conduit à une grande diversité urbaine, dont les composantes s’articulent différemment selon la vision plus ou moins autonome du lien entre les sociétés et la nature. Si la technicité a, depuis le XIXe siècle, façonné les paysages transportant les humains, l’énergie, l’eau… cela ne s’est pas fait partout de la même manière ni au même rythme. Cette transition planétaire est inégale et renferme nombre de situations disparates.

Nouveaux modèles économiques

3Jusqu’à ces dernières années, les relations entre la ville et ses zones d’approvisionnement se situaient dans le registre de la productivité, pour fournir aux sociétés urbaines les matières premières dont elles avaient besoin : nourriture, fibres (vêtements, isolation des bâtiments…), énergie… Cependant, les enjeux actuels, qu’ils soient économiques, alimentaires ou énergétiques, tendent à redéfinir ces rapports de production délocalisée et d’échange. Ces modifications de modèle économique productiviste et leurs conséquences trouvent, par exemple, une visibilité accrue en ville, en ce qui concerne la crise énergétique, poussant les autorités nationales et locales, et donc les villes, à repenser les circuits de production et les types d’alimentation, leurs modalités de consommation, en ciblant les circuits courts ou les énergies renouvelables, par exemple, et à favoriser la mise en place de cercles énergétiques vertueux, ou des systèmes techniques en réseaux interdépendants.

4Les villes, enfin, ne sont pas épargnées par les bouleversements planétaires. L’homogénéisation des paysages et des modes de vie, et la densification urbaine (démographie et spatiale) en accentuent les effets (cf. IV.11). Ainsi, les événements extrêmes*, comme les crues torrentielles, pointent l’inadéquation des structures hydrauliques des villes ; et la montée attendue des eaux le long des côtes identifie les risques de submersion des zones bâties et les coûts financiers et humains associés. Par ailleurs, les impacts liés aux modifications climatiques, comme la sécheresse et la pénurie en eau, vont modifier le couvert végétal et favoriser la migration des espèces, mais aussi le déplacement de populations vers des centres urbains au risque de dépasser leurs capacités d’accueil. L’adaptation à ces bouleversements renvoie à « un processus, une action… dont le but est de faire face, gérer ou s'ajuster à des changements, des stress, des risques ou des opportunités » (Smit et Wandel, 2006). L’adaptation des biomes urbains aux changements planétaires sera d’autant plus nécessaire, que les schémas d’anticipation ne sont pas connus et que la rapidité des perturbations induites, qu’elles soient climatiques, écologiques ou sociétales, et leur ampleur ne sont pas définies a priori. Cette adaptation ne peut être pensée à un niveau unitaire. Le biome urbain est un système ouvert, qui se définit à travers ses interactions avec d’autres lieux. Il est lui-même un élément d’un ensemble plus vaste, qui participe à la globalisation des activités économiques, culturelles et politiques, favorisant l’émergence de disparités entre les villes, mais aussi au sein de celles-ci.

Bibliographie

Références bibliographiques

• A. BAILLY et R. FERRAS – Éléments d’épistémologie de la géographie, Armand Colin, 1997.

• B. SMIT et J. WANDEL – Adaptation, Adaptative Capacity and Vulnerability, Global Environmental Change, 2006.

Auteur

Géographe, Directrice de Recherche au CNRS, Géographie urbaine et Observation de la Terre, LIVE, Strasbourg.
christiane.weber@live-cnrs.unistra.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540