Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Méditerranée adriatique, rapports avec le monde Égéen et les Balkans

Quelques aspects de la néolithisation dans les Balkans du nord-ouest

Alojz Benac

Résumé

Il n’existe pas, dans les Balkans du Nord-Ouest, de Néolithique acéramique, c’est aujourd’hui quasi certain. Le Néolithique initial dans cette zone se caractérise en fait par sa céramique : il n’y a ni traces de domestication, ni témoins d’une économie productrice quelconque. D’une certaine façon, nombre d’auteurs font une place à part aux Balkans du Nord-Ouest, opposés aux régions avoisinantes. Dans cette communication seront évoqués le particularisme de cette région et les divers problèmes qui y sont liés.

Texte intégral

1Il faut préciser avant tout que cette étude concerne la région orientale de l’Adriatique et, plus largement, son arrière-pays, sans dépasser les limites des régions avoisinantes. Ceci concerne surtout certaines zones des Balkans et les régions orientales de la Péninsule apcn-nine, avec lesquelles notre région a eu quelques contacts.

2Jusqu’à la deuxième guerre mondiale, le Néolithique ancien est demeuré inconnu sur l’Adriatique, comme en Monténégro et Herzégovine ; de même, les autres phases du Néolithique ont fait l’objet alors de peu de recherches. C’était jusque-là une zone en blanc sur la carte des Balkans, et c’est pour cette raison que l’on a eu l’impression erronée que les groupes humains du Néolithique avaient évité cette région.

3Après la deuxième guerre mondiale, cette situation a été brusquement modifiée, grâce à la découverte et aux fouilles d’un grand nombre de sites néolithiques. La côte orientale de l’Adriatique et son arrière-pays karstique se sont révélés avoir été peuplés durant toutes les phases du Néolithique, sans aucune exception.

4La fouille elle-même des stations néolithiques de cette région est attachée aux noms de Grga Novak (en particulier les sites de l’île de Hvar), de Sime Batovic (Smilcić et Nin en priorité) et de Josip Korosec (Danilo), tandis que l’auteur de ces lignes a fouillé les sites de l’arrière-pays.

5En Albanie on a entrepris, après la deuxième guerre mondiale, des recherches davantage intensives concernant les sites néolithiques ; à ces recherches sont attachés les noms d’archéologues albanais tels que Muza-fer Korkuti et Frano Prendi. Un nombre relativement élevé de publications se rapportent à certains sites ou phénomènes particuliers ; sont parues également quelques synthèses concernant cette période dans l’Adriatique orientale et les Balkans du Nord-Ouest (1). Pour ces diverses raisons, cette région paraît à présent bien étudiée et bien connue de la communauté scientifique. Naturellement, les recherches continuent, sous la direction de nombreux archéologues.

6On se pose depuis longtemps la question de savoir s’il a existé, dans cette partie des Balkans, un néolithique acéramique. Les caractères de l’outillage lithique et osseux du niveau IV de Crvena Stijena, site surplombant la rivière Trebisnjica, ont incité certains auteurs à définir ce niveau comme la phase acéramique du Néolithique ancien ; la conséquence est que les Balkans occidentaux feraient partie des régions ayant connu cette phase culturelle (2). Publiant les trouvailles de Crvena Stijena, j’avais souligné le caractère purement mésolithique du niveau IV. Les outils microlithiques et les autres pièces en silex (dont beaucoup de lames à coches) appartiennent entièrement au Mésolithique, ainsi, d’ailleurs, que les pointes en os et les haches en bois de cerf (armes de chasse). Rien dans ces niveaux ne permet d’avancer la présence d’une économie de type néolithique. C’est pourquoi (et aussi à cause les liens très forts existant avec les niveaux sous-jacents, épipaléolithiques) rien ici ne permet de conclure à un éventuel Néolithique acéramique (3). Sime Batovic partage lui aussi la même opinion ; c’est lui qui s’est le plus attaché aux fouilles du Néolithique ancien sur la côte orientale de l’Adriatique. Il affirme qu’on peut aujourd’hui nier catégoriquement l’existence d’un Néolithique acéramique dans cette partie des Balkans où dès l’origine du Néolithique apparaît la céramique tandis que se développe l’économie productrice (4). Pour toutes ces raisons, notre étude n’abordera pas la question du Néolithique acéramique.

7Le problème de la terminologie demeure cependant : comment désigner la phase initiale du Néolithique ? Il existe dans la littérature archéologique toute une mosaïque de termes, dont je vais seulement citer quelques exemples :

  • Jean Guilaine et M. Escalon de Fonton emploient le terme de « Protonéolithique » pour ces phénomènes en France méridionale (5) ;

  • Julia Roussot-Larroque lui préfère le terme de « Néolithique en formation », et dit expressément que ce terme lui convient davantage que ceux de Protonéolithique et de Néolithique sans céramique (6) ;

  • Santo Tinè emploie le terme de « Neolitico antico I » (7) pour la plus ancienne phase du Néolithique en Italie ;

  • Richard Pittioni emploie le terme « Grundkeramikum » pour désigner la phase initiale du Néolithique en Orient et en Afrique du Nord (8) ;

  • Dinu Berciu emploie, pour la Roumanie, les termes « Protoneolitic preceramic » et « Protoneolitic ceramic » -la céramique est donc placée ici au premier plan (9).

  • L’auteur de cette communication emploie parfois le terme « Mésolithique avec céramique » (10) pour le niveau III de Crvena Stijena, etc.

8Il est évident que les recherches nouvelles depuis les Balkans jusqu’à la Péninsule ibérique ont mis en évidence des faits nouveaux concernant la formation du monde néolithique dans cette partie de la Méditerranée. C’est pourquoi il paraît tout à fait normal de systématiser les connaissances récentes et de les formuler suivant des innovations terminologiques appropriées. II est également évident, du fait que ces recherches ont été effectuées avec une intensité diverse selon les régions, qu’apparaissent des divergences terminologiques. Ces différences certes demeurent, mais il apparaît de plus en plus nécessaire de faire converger les opinions vers un schéma unique, ainsi que de formuler une terminologie applicable à une large échelle.

9Dans cette optique, on doit attacher une importance toute particulière au critère fondamental employé aujourd’hui pour définir le début du Néolithique. De toute évidence, l’outillage en pierre polie et même la céramique perdent de plus en plus leur caractère déterminant au profit des données économiques qui, elles, sont placées au premier plan. Les recherches effectuées au Proche-Orient ont beaucoup contribué à conforter cette conception (11), mais les résultats des recherches menées en Méditerranée centrale et occidentale du côté européen ont eu aussi leur importance en ce domaine. Cette conception est acceptée notamment par D. Berciu (12) et R. Pittioni (13), tandis que J. Guilaine s’efforce de démontrer que l’origine de la domestication de certains animaux peut être confirmée dans le Midi de la France antérieurement à l’apparition de la céramique (14). J. Roussot-Larroque considère avec autorité que la production de la nourriture est le « facteur le plus déterminant » (15) pour définir le Néolithique ; il est vrai d’ailleurs que les haches polies ne semblent généralement guère abondantes dans le Néolithique ancien de Méditerranée occidentale (16).

10Si nous acceptons la validité de cette conception, étant donné que les découvertes récentes l’appuient de plus en plus, on se trouve alors dans le Nord-Ouest des Balkans devant une situation quelque peu différente. Nous pouvons définir le niveau III de Crvena Stijena, déjà cité, comme représentant l’horizon néolithique le plus ancien.

11On y rencontre les phénomènes suivants :

  • il y a exclusivement des outils en silex dont la grande majorité continue la tradition de l’horizon IV, mésolithique, dans lequel ils sont tout à fait identiques aux types précédents ;

  • la chasse (et la collecte) constituent toujours la seule activité économique, et l’unique moyen de se procurer la nourriture, dans cette période du groupe humain de Crvena Stijena ;

  • enfin, la céramique imprimée au cardium a des formes assez primitives, primaires, mais on l’a recueillie en grande quantité et il paraît évident que la technique de production de la céramique est maîtrisée par les occupants du site à cette période (17).

12Une situation analogue existe dans les sites de Jami na Sredi sur l’île de Cres (18) et Vorganska Pec sur l’île de Krk (19), et ce sont là, avec Crvena Stijena, précisément les trois principaux gisements du Néolithique initial de l’Adriatique (pl. I, II, III, 1-4).

13Par conséquent le Néolithique initial, c’est-à-dire sa phase la plus ancienne dans l’Adriatique orientale et son arrière-pays, est uniquement caractérisé par ses produits céramiques ; tout le reste continue le mode de vie du Mésolithique. L’habitat demeure en grottes ; il n’y a donc, au début, aucun changement économique. Naturellement, la question de savoir si l’on a suffisamment exploré dans les Balkans du Nord-Ouest cette phase demeure posée, de même que la question de savoir s’il n’existe vraiment aucun reste d’animaux domestiques ? Mais pour l’instant on n’en connaît aucune trace. On peut donc en tirer deux conclusions : ou bien on découvrira dans les plus anciens horizons néolithiques des restes d’animaux domestiques, ce qui confirmerait alors une nouvelle hypothèse, ou bien la phase initiale du Néolithique en Méditerranée se révèlera quelque peu diverse (comme on le constate, je suis de plus en plus favorable au terme « la phase intiale du Néolithique », car un tel terme peut concerner toutes les variantes éventuelles).

Tableau I : Crvena Stijena (Abri Rouge), couche IV.

Tableau II : Crvena Stijena (Abri Rouge), couche III.

14Que signifie en réalité le caractère de telles trouvailles à Crvena Stijena et dans les sites mentionnés ? Est-ce à dire que les Balkans du Nord-Ouest sont demeurés, dans un premier temps, à l’écart de la révolution néolithique considérée au sens économique ?

15Ne perdant pas de vue que nous n’avons, pour l’instant, aucune autre éventualité, on ne peut logiquement avancer que la conclusion suivante : la population mésolithique autochtone a acquis et accepté la technologie céramique ; elle a commencé à fabriquer et utiliser les récipients en céramique, tandis qu’en d’autres domaines elle est demeurée au stade mésolithique.

Tableau III : Crvena Stijena (Abri Rouge), couche III (1-4) ; Zelena Pećina (Abri Vert), couche III (5-7).

16En second lieu, il semblerait que la céramique provenant de Crvena Stijena ne témoigne pas en faveur d’une invention sur place ; en effet, on trouve sur ces vases des décors obtenus par impression du bord d’une coquille de cardium ; or, Crvena Stijena est situé dans l’arrière-pays, assez loin de l’Adriatique, et on ne peut expliquer ces décors que par des influences maritimes. Il s’agit donc d’une acquisition de la technologie de montage et de décoration des vases. Jusqu’à présent, on n’a malheureusement pas découvert, sur la partie correspondante de la côte adriatique, les sites d’où auraient pu provenir ces influences.

17On peut rappeler ici qu’une situation identique à celle de Crvena Stijena (et deux autres sites) a été découverte dans la grotte de Mura-Monopoli, au sud-est de Bari, en Italie méridionale. Le niveau V de ce gisement appartient au Mésolithique, avec « industrie litica romanelliana ». Dans le niveau suivant (niveau IV) apparaît la céramique « impressa », mais l’industrie en silex demeure identique, tandis que chasse et collecte sont à la base de l’économie de subsistance (une économie nettement « mesolitica » et « epipaleolitica ») (20). O.C. Castiglioni et L. Menghi font état d’une possible « tradition capsienne » à partir de l’Afrique du Nord (21), ce que l’auteur de la présente communication a supposé également pour le Mésolithique de Crvena Stijena (22). De ce complexe fait également partie le site de Coppa Nevigata, près de Manfredonia ; dans l’horizon néolithique le plus ancien (couches i-e) on y a découvert en particulier de la céramique grossière, aux décors simples (impressions diverses et rares décors au cardium), associée à des outils microlithiques en silex : même chose à Crvena Stijena. A Coppa Nevigata, on a utilisé pour la subsistance les mollusques marins (23). Au vu de l’outillage lithique, qui comprend de nombreuses couches, Salvatore Puglisi a lui aussi souligné des parallèles avec l’Afrique du Nord (24). Pour toutes ces raisons, les sites de Crvena Stijena, Jami na Sredi, Vorganska Pec d’un côté de l’Adriatique, Mura-Monopoli et Coppa Nevigata de l’autre, me paraissent figurer les gisements néolithiques les plus anciens connus à ce jour dans la région adriatique et son arrière-pays. Ils représentent, sans aucune équivoque dans l’un ou l’autre cas, la phase initiale du Néolithique dans ces régions.

18Dans de nombreux articles et ouvrages scientifiques, on a engagé des discussions au sujet du mode de diffusion du Néolithique le long des côtes européennes de la Méditerranée (25). J’ai démontré plus haut, en analysant les hypothèses de divers auteurs, que pour la plupart d’entre eux la révolution néolithique a débuté au Proche-Orient et s’est étendue aux côtes occidentales de la Méditerranée, principalement par voie maritime (26). Cependant, on continue de se poser la question de savoir s’il s’est agi de migrations de populations néolithiques originaires d’Orient, d’une soi-disant acculturation, ou de la combinaison de ces deux composantes.

19En ce qui concerne notre sujet, l’opinion d’un certain nombre d’auteurs sur les débuts de la néolithisation dans cette partie des Balkans présente un intérêt particulier, aussi allons-nous citer ici quelques-unes de ces théories.

20Hans Quitta estime déterminant le fait que le processus de la néolithisation ait débuté entre le sud de l’Anatolie et l’ouest de l’Iran ; de là il se serait étendu aux côtes méditerranéennes. Cet auteur place cependant à part la côte adriatique et accepte la possibilité d’une pression plus forte du substrat autochtone sur ce processus, dans cette région. Dans l’Adriatique, la néolithisation a dû se produire par acculturation de la population épipaléolithique et mésolithique indigène, et selon lui la limite entre la civilisation de la céramique « impressa » et celle de Starcevo se situe entre l’embouchure de la rivière Drina et l’Albanie (27).

21Ruth Tringham souligne le rôle important de la chasse et de la collecte dans l’économie du Néolithique à céramique imprimée en Yougoslavie. Elle pense en particulier aux gisements situés à l’ouest de la rivière Drina (dans la montagne, sur le littoral adriatique et dans les îles) où l’on a découvert un outillage lithique et osseux identique à celui du Mésolithique précédent, outillage associé à la céramique impresso et cardiale (Cardial-impressed Ware). Elle pense notamment aux niveaux déjà cités de Crvena Stijena et Jami na Sredi (28).

22Milutin Garasanin, quant à lui, soutient que la participation active des groupes autochtones au processus de néolithisation des Balkans est allée croissant en fonction de l’éloignement des foyers primaires de néolithisation en Europe du sud-est ; d’après lui les phénomènes de migration auraient joué un rôle très important uniquement dans le cas du Néolithique acéramique de Thessalie. C’est pourquoi, des deux côtés de l’Adriatique, l’élément autochtone a joué un rôle très actif dans le processus de la néolithisation ; l’économie mésolithique s’y est maintenue lors de la mise en place des premières cultures avec céramique (29).

23Jean Guilaine a souligné toutefois, dans ses travaux relatifs à la néolithisation en Méditerranée occidentale, que la céramique du Néolithique ancien de l’Adriatique est assez différente de celle du sud de la France, ou de Méditerranée occidentale dans son ensemble. Cet auteur fait donc remarquer que dans la région adriatique les formes céramiques sont davantage hétérogènes et se distinguent par des vases à fond annulaire ou à fond plat, par rapport aux formes sphériques à fond rond ou conique du sud de la France et de la Péninsule ibérique. Les décors de la céramique adriatique se caractérisent avant tout par des motifs grossiers imprimés à la coquille, au doigt, ou avec un objet en bois ou en os, ou encore les décors réalisés en pinçant la pâte du vase. Les décors présents sur des céramiques de même époque, depuis la Sardaigne jusqu’au Portugal, sont assez différents (il y a davantage de motifs à la coquille) et les motifs dominants sont des bandes ornées alternant avec des bandes réservées (30).

24Comme on le voit, tous ces auteurs, d’une certaine manière, font une place à part à la région adriatique, à savoir les Balkans du nord-ouest et, plus largement, les régions voisines. C’est là l’opinion aussi bien de ceux qui considèrent comme primordial le Proche-Orient que de ceux qui s’intéressent à la Méditerranée occidentale. Si la majorité des auteurs soulignent certaines particularités de la région adriatique lors de la phase initiale du Néolithique, et au Néolithique ancien en général (observations faites également par les auteurs yougoslaves), ils se posent ensuite la question d’en connaître les causes, et celle de la signification de cette situation culturelle.

25Il nous faut souligner d’abord que de part et d’autre de la frontière ainsi délimitée, les substrats mésolithiques ont été différents. Dans les Balkans du Nord-Ouest (en se basant sur les découvertes effectuées à Crvena Stijena), il pourrait s’agir d’un substrat proche du Capsien mésolithique, tandis que de l’autre côté il s’agit d’une culture qu’on pourrait qualifier de tardenoisienne (31). Si l’on prend en considération la néolithisation, on peut alors trouver là la cause des différences évoquées à propos du Néolithique ancien.

26D’autre part, un tel constat doit conduire à des conclusions plus élargies. II est hors de doute que dans les Balkans du nord-ouest on ne peut supposer l’immigration de groupes facteurs de néolithisation, en provenance des régions balkaniques centrales, ou des régions orientales voisines. On doit écarter par conséquent la thèse selon laquelle des groupes humains auraient apporté en Italie, à partir de cette partie des Balkans, les techniques du Néolithque. Ce qui signifie donc que la technologie céramique s’est transmise sur l’autre rive de l’Adriatique le long de ses côtes occidentales. Il n’existe pas à ce jour de preuves qui permettent d’avancer une invention sur place en ce domaine ; c’est pourquoi il faut admettre une diffusion en chaîne de cette technologie elle-même, ce qui représente une sorte d’acculturation par la population mésolithique indigène. Cela correspond à l’opinion de Jean Courtin (qui rejoint celle de Gérard Bailloud), à savoir qu’il existe un phénomène d’acculturation commun à toutes les côtes de Méditerranée occidentale (32).

27Nous voulons noter au passage qu’on a découvert en Albanie, dans la Grotte Blaz, dans la région de Mati (phase II), un horizon appartenant au plus ancien néolithique. La céramique imprimée qu’on y a découverte ressemble à celle de Zelena Pećina dans la vallée de la Neretva (33) ; elle est donc un peu plus récente que celle connue à Crvena Stijena (pl. III, 5-7).

28Après tout ce qui a été dit à ce sujet, je ne peux que répéter que dans les Balkans occidentaux existe une frontière évidente, au Néolithique ancien, entre les régions méditerranéennes orientales et occidentales (34). Les recherches futures permettront de préciser les causes de ce phénomène. Ces causes me semblent résider, pour l’instant, dans des substrats mésolithiques différents. Sinon, il serait absolument incroyable d’imaginer que les « farmers » néolithiques, habitués aux techniques agricoles et donc à de meilleures conditions de vie, se soient retirés dans les marécages de Coppa Nevigata ou la grotte karstique de Crvena Stijena, oubliant ainsi toutes leurs techniques à l’exception de la céramique (qui diffère considérablement). On voit mal pour l’instant dans quels gisements synchromes on pourrait retrouver les éléments importés du Proche-Orient ; on ne voit pas non plus quels seraient les villages des populations autochtones et allochtones que l’on pourrait mettre en parallèle.

29Pour conclure plus sûrement dans ce sens, il faudrait pouvoir tenir compte des résultats des études anthropologiques. Il n’existe malheureusement pas en ce domaine de jalons sûrs. Roland Menk souligne que deux caractéristiques fondamentales du Néolithique initial sont, en substance, antagonistes : la sédentarisation et la migration. La première exige la fixation de l’habitat sur un territoire déterminé, tandis que la seconde ne la permet pas. Toutefois cet auteur estime que les groupes qu’il désigne comme « Rubanés » ou « Cardiaux » représentent de façon claire une immigration massive, parce que « le renouveau biologique qui accompagne la néolithisation est trop évident » (35). En France, Raymond Riquet pense que les changements du début du Néolithique sont à mettre en rapport avec « l’arrivée de colons venus de pays lointains (Turquie, Balkans, Proche-Orient) », mais il accorde une grande importance aux nomades mésolithiques (36). A.-J. Ammerman et L.-L. Cavalli-Sforza ont calculé qu’en une génération, les agriculteurs auraient progressé d’Est en Ouest de 25 km. Ainsi, ce mouvement régulier depuis Jéricho jusqu’à la Grande Bretagne aurait duré environ 3000 ans, de 8000 à 5000 avant notre ère (37). Il est certes difficile de concilier de tels calculs avec les réalités et les complexités de la vie.

30Tous les auteurs cités soutiennent une même thèse, celle de la « migration ». D’un autre côté, Zivko Mikic a avancé l’hypothèse que le type cromagnoïde provenant de Lépenski Vir I ne perdure pas dans l’horizon Lépenski Vir II, mais que c’est un type anthropologique méditerranéen gracile qui lui succède. Ce type méditerranéen s’est répandu dans les Balkans, au sud de la Save et du Danube, mais la thèse relative à ce changement ne s’accorde pas avec celle des auteurs cités plus haut. Pour Z. Mikić, cette modification anthropologique s’est produite lors de changements microévolutifs, sans qu’il y ait immigration d’une population nouvelle (38). Il me semble, quant à moi, que cette hypothèse est pour l’instant tout à fait acceptable, et que, si elle se trouvait confirmée, il serait beaucoup plus aisé de solutionner les problèmes évoqués plus haut relatifs à la néolithisation de l’Adriatique et de la Méditerranée occidentale. Cette thèse s’accorde d’ailleurs parfaitement avec nos propres hypothèses, présentées plus haut.

31Étant donné que mon collègue Sime Batović a traité, dans son exposé, la distinction du Néolithique ancien de l’Adriatique dans ses phases évolutives, (sujet que j’ai moi aussi déjà plusieurs fois traité dans mes travaux) (39), je vais mentionner deux points seulement :

  1. dans le Néolithique ancien des Balkans du nord-ouest, comme d’ailleurs dans celui de toute la Méditerranée occidentale, l’art plastique est demeuré quasi inconnu. Dans l’autre zone, au contraire, la civilisation orientale la plus proche dans les Balkans, la culture de Starcevo, se caractérise par des figurations humaines à tête conique (40). Dans le complexe Starcevo-Cris-Körös, on connaît bien les autels sacrificiels à quatre pieds, et aussi des statuettes zoomorphes en terre cuite. Toute celà se rattache à des phénomènes correspondants connus en Méditerranée orientale, de Sesklo à Çatal Hüyük (41). C’est une preuve supplémentaire que la Méditerranée orientale et la Méditerranée occidentale doivent être considérées séparément.

32Dans l’Adriatique, l’art plastique apparaît dès le Néolithique moyen ; les meilleurs témoignages en sont les trouvailles provenant des niveaux appartenant à la culture de Danilo à Smilcić, près de Zadar (42). Nous voudrions rappeler que des éléments identiques existent dans l’aire de la culture de Vhò, en Italie du Nord (43). N’est-ce pas là l’indice de rapports plus étroits entre les Balkans du centre et ceux du sud ? Les vases en forme de rhyton en témoignent également ; ils sont répandus de la Thessalie et la Grèce centrale jusqu’à l’Albanie, la Dalmatie et l’est de la Péninsule italienne (44).

  1. les différences essentielles entre le Néolithique ancien et le Néolithique moyen de l’Adriatique résident dans la disparition de la céramique impresso et son remplacement par la poterie peinte (45). D’où quelques questions ; d’où peut provenir l’idée de la céramique peinte ? Quel rôle a joué à ce sujet la Péninsule apennine ? Pourquoi dans les Balkans centraux la céramique peinte disparaît-elle peu à peu ? Pourquoi n’existe-t-elle pas à cette époque sur une aire plus vaste, dans l’arrière-pays adriatique, par exemple dans la culture de Kakanj’ ?

33Sans aucun doute, il s’agit là de questions à résoudre par les recherches à venir ; il serait peut-être très utile d’organiser une réunion scientifique axée sur le Néolithique moyen en Méditerranée occidentale et centrale (de la culture de Kakanj en Bosnie jusqu’au Chasséen français). C’est là une proposition qui devrait favoriser les échanges de vue.

Bibliographie

Bibliographie

1. – Novak(G.). Prethistorijski Hvar, Grapceva spilja, Zagreb 1955 ; Korosec (J.), Neolitska naseobina u Danilu Bitinju, Zagreb 1958/1959 ; Batović (S.), Stariji neolit u Dalmaciji, Zadar 1966; Benac (A.), Studien zur Stein- und Kupferzeit im nordwestlichen Balkan, Ber. RGK 42, Frankfurt a.M. 1961 ; le même, Kulturbeziehungen des norwestlichen Balkans zu den Nachbargebieten während der Jungsteinzeit, Ber. RGK 58, 1977 ; Praistorija jugoslavens-kih zemalja, II tom/S. Batovic, Jadranska zona/, Sarajevo 1979.

2. – V. Milojcić, Präkeramisches Neolithikum auf der Balkanhal-binsel, Germania 38, Heft 3/4,1960 ; D. Berciu, Asupra protoneoli-ticului europei sud-estice, Omagiu lui C. Daicoviciu cu prilejul împlinirii a 60 de ani, Bucuresti 1960, 19-20 ; N.G.L. Hammond, Migrations and Invasions in Greece and Adjacent Areas, New Jersey 1976, 85 ; A. Benac, Crvena Stijena - 1955, Crvena Stijena - 1956, Glasnik Zamaljskog muzeja XII, XIII, Sarajevo 1957, 1958.

3. – Benac (A.), Crvena Stijena 1956, l.c. 33-42, T.X-XXI ; le même, Le néolithique ancien dans les Balkans du nord-ouest et ses relations avec les régions voisines, Actes du VIIIe Congrès UISPP, tomel, Beograd 1971, 98-99.

4. – Batović (S.). Problem neolitika na istocnoj jadranskoj obali, Materijali XII, Zadar 1976, 18.

5. – Guilaine (J.). Grotte Gazel, IX Congrès UISPP, Nice 1976 -Livret-Guide C2, 279 ; le même, La néolithisation du Languedoc et de la Catalogne, Godisnjak Centra za balkanoloska ispitivanja XVI/14, Sarajevo 1978, 82-83 . M. Escalon de Fonton, Baume de Montclus, IX Congrès UISPP - Livret Guide C2, 144.

6. – Roussot-Larroque (J.). Néolithisation et Néolithique ancien d’Aquitaine, Bulletin de la Soc. préh, franç., tome 74, 1977, Études et Travaux, fasc. 2, 579.

7. – Tinè (S.). La neolitizzazione dell’Italia peninsulare, IX Congrès UISPP, Nice 1976 - Colloque XXI, 75 sq.

8. – Pittioni (R.). Altweltliches Keramikum als historisches Problem, Archaeologia Austríaca 13, Wien 1953, 331-334.

9. – Berciu (D.). Conîributii la problemele neoliticului in Rominia in lumina noilor cercetari, Bucuresti 1961, 13.

10. – Benac (A.). Le néolithique ancien dans les Balkans du nord-ouest et ses relations avec les régions voisines, l.c. 99.

11. – P. ex. ; Braiwood (R.-J.), Jarmo, a village of early farmers in Iraq, Antiquity 24, 1950, 189 ff ; Kenyon (K.-M.), Early Jericho, Antiquity 26, 1952, 116 ff, etc.

12. – Berciu (D.). Asupra protoneulithicului europei sud-estice, l.c. 16 ff.

13. – Pittioni (R.). Zur Urgeschichte des Bauerntums, Anzeiger der phil. hist. Klasse der Öster. Akad. d. Wiss. 21, Wien 1957, 323 ff.

14. – Guilaine (J.). La néolithisation des côtes méditerranéennes de la France et de l’Espagne, IX Congrès UISPP, Nice 1976 - Colloque XXI, 30-32 ; le même, La néolithisation du Languedoc et de la Catalogne, l.c. 89.

15. – Roussot-Larroque (J.), l.c. 579.

16. – Ibid, 572.

17. – Benac (A.). Crvena Stijena - 1955, l.c. 38-42, 47-48, TV-VIII ; Crvena Stijena - 1956, l.c. 32-33, T.VII-IX.

18. – Mirosavljević (V.). Jami na Sredi, prilog prethistorijskoj kul-turi na otoku Cresu, Arheoloski radovi i rasprave I, Zagreb 1959.

19. – Mirosavljević (V). Impresso-cardium keramika na otocima Cresa, Losinja i Krka, Arheoloski radovi i rasprave II, Zagreb 1962.

20. – Cornaggia Castiglioni (O.) - Menghi (L.). Grotta delle Mura-Monopoli, Riv. Sc. Preist. XVIII, 1963, 151.

21. – Ibid., 152.

22. – Benac (A.). Crvena Stijena - 1955, l.c. 36-38, 50.

23. – Mosso (A.). Stazione presitorica di Coppa Nevigata presso Man-fredonia, Mon. Ant. Lincei XIX, 1909 ; Puglisi (S.-M.), Industria microlitica nei livelli a ceramica impressa di Coppa Nevigata, Riv. Sc. Preist. X, 1955.

24. – Puglisi (S.), l.c. 28, 35.

25. – Voir p. ex. : Quitta (H.). Der Balkan als Mittler zwischen Vor-deren Orient und Europa, Evolution und Revolution im Alten Orient und in Europa, Berlin 1971, 44-48 ; Radmili (A.-M.), Die Neo-lithisierung Italiens, Fundamenta VIII, Bd. 3, Kôln 1972, 134-135 ; Bernabo Breà (L.), Il neolitico a ceramica impressa e la sua diffusione nel Mediterraneo, Riv. di Studi Liguri, XVI, 1/3, Bordighera 1950, 25-36, etc.

26. – Benac (A.). Les thèses fondamentales sur l’origine du néolithique dans les Balkans et les régions avoisinantes, Godsnjak Centra za balk, ispitivanja XVI/14, Sarajevo 1978, 9-19.

27. – Quitta (H.) l.c., 42, 51, 58-59.

28. – Tringham (R.). Hunters, Fishers and Farmers of Eastern Europe, 6000-3000 B.C., London 1971, 102-104.

29. – Garasanin (M.). La néolithisation dans le Sud-Est et dans le centre de la Péninsule balkanique, Godisnjak Centra XVI/14, Sarajevo 1978, 42-43.

30. – Guilaine (J.). Problèmes de la néolithisation en Méditerranée occidentale, Actes du colloque dAix-en-Provence, 1972 IL’épipaléo-lithique méditerranéen/, 192-193 ; le même, La néolithisation des côtes méditerranéennes de la France et de l’Espagne, l.c. 35.

31. – Benac (A.), v. rém. 3 ; Gavela (B.), Paleolitske i mezolitske regije i kulture u Sibiji, Praistorija jugoslavenskih zemalja I, Sarajevo 1979, 375/v. et Dj. Basler, ibid. 118/.

32. – Courtin (J.). Le néolithique de la Provence, Mémoires de la Société préhistorique française, II, Paris 1974, 16/Bailloud (G), Nouvelle Clio, Paris 1966/.

33. – Prendi (F.)-Andrea (Zh.). Nouvelles données sur le néolithique en Albanie, Iliria 2, 1981, 28.

34. – Benac (A.). Kulturbeziehungen des nordwestlichen Balkans zu den Nachbargebieten während der Jungsteinzeit, Bericht der RGK, 58, Frankfurt a.M. 1977, 40.

35. – Menk (R.). Anthropologie du néolithique européen, Université de Genève, 1981, 221-222.

36. – Riquet (R.). Anthropologie du néolithique de la France, Fundamenta, Reihe B, Band 3, Köln-Wien 1973, 256, 273.

37. – Ammerman (A.-J.)-Cavalli-Sforza (L.-L.). Measuring the rate of spread of early farming in Europe, Man 1971, 685-686.

38. – Mikić (Z.). Forschungstand und Problematik der Physischen Anthropogie in Jugoslawien/Perioden der Ur- und Frühgeschichte/, Centarza balkanoloska ispitivanja LII/9, Sarajevo 19, 51-52, 62, 174.

39. – Benac (A.). Le néolithique ancien dans les Balkans du nord-ouest, l.c, 98-108.

40. – Garasanin (D.). Starcevaćka kultura, Ljubljana 1964.

41. – Mellaart (J.). A neolithic Town in Anatolia, London 1967, 2543, 83-91.

42. – Batović (S.). Praistorija jugoslavenskih zemalja II, Jadranska zona, Sarajevo, 1979, T.LXXXV-LXXXVII.

43. – Bagolini (B.) - Biagi (P.). Ogeti « d’arte neolitica » nel Grupo del Vhò di Piadena, Preisioria Alpina, Vol. 13, Trento 1977, 5ff.

44. – Batović (S.). v. rem. 42, 559-561 ; Weinberg (S.), Excavations at Prehistoric Elateia, Hesperia XXXI, 2, Princeton 1962, 190-195. pl. 63-65.

45. – Batović (S.). v. rem. 42, T.LXXXIV, LXXXVII.

Table des illustrations

Légende Tableau I : Crvena Stijena (Abri Rouge), couche IV.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1065/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Tableau II : Crvena Stijena (Abri Rouge), couche III.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1065/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Tableau III : Crvena Stijena (Abri Rouge), couche III (1-4) ; Zelena Pećina (Abri Vert), couche III (5-7).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1065/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 703k

Auteur

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search