Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Deuxième partie - L'environnement, un système global dynamique

21. Biodiversité marine en Méditerranée

Thierry Pérez et Pierre Chevaldonné

Texte intégral

1En mer, le changement global est complexe : il a de multiples facettes et concerne tous les compartiments biologiques*. Sur la base d’un scénario modéré, une extinction de 15 à 37 % des espèces mondiales pourrait être envisagée d’ici 2050. La Mer Méditerranée est l’une des régions les plus sensibles, où se concentrent les effets de toutes les composantes du changement global, et qui abrite 4 à 18 % de la biodiversité marine mondiale, selon les groupes d’organismes considérés. Pourtant, il est très difficile d’évaluer le devenir de la biodiversité méditerranéenne (cf. I.10).

Le changement global a de multiples facettes et effets sur la biodiversité marine. En plus des changements climatiques, il inclut : A) les rejets de déchets de toute sorte ; B) l’urbanisation du littoral ; C) les pollutions chimiques et biologiques véhiculées par le transport maritime à l’échelle de la planète ; D) les invasions biologiques, ici l’algue Asparagopsis taxiformis dans un champ de gorgones de Méditerranée ; E) le coralligène est un témoin des changements climatiques en Méditerranée ; F) le barracuda est un poisson méridional qui migre vers le nord de la Méditerranée. © A) A. Tonay Tüdav ; B et C) J. G. Harmelin ; D, E, F) T. Perez

Changements d’usage

2Trop longtemps, la mer a été considérée comme un puits sans fond. Cela s’est traduit physiquement par des rejets massifs en mer de tout objet indésirable à terre, de la matière fécale au fût de déchets nucléaires. En Méditerranée, par exemple, la littoralisation des populations urbaines et les constructions anarchiques augmentent considérablement la turbidité* des eaux littorales, ce qui impacte durablement les herbiers de posidonie*, dont le rôle de « poumon » et de « nurserie » est essentiel pour toute une biodiversité associée.

3Les sociétés humaines sont aussi passées d’une pêche de subsistance à la pêche industrielle et à l’aquaculture. Il y a 40 ans à peine, elles puisaient encore de manière non contrôlée dans les ressources marines vivantes. Malgré des avertissements clairs, tels que l’effondrement des stocks de cabillaud, le réflexe consumériste a été de se tourner vers de nouvelles espèces ou de nouveaux écosystèmes à exploiter. Ainsi, la demande globale ne cesse d’augmenter et de nombreuses espèces « nobles », souvent prédatrices de bout de chaîne alimentaire, comme le thon rouge, ne peuvent plus accomplir leur « fonction » écologique dans le milieu marin. Les chaînes alimentaires sont déstabilisées et entraînées vers d’autres états stables aux conséquences encore inconnues. Tout comme sont inconnues les conséquences d’une pêche industrielle qui se tourne vers l’exploitation des écosystèmes profonds, pourtant peu résilients (cf. IV.4).

4Les êtres vivant en mer sont également affectés par l’anthropisation. En effet, le littoral est particulièrement « artificialisé », comme au niveau d’un port, d’une jetée, ou d’une villa construite trop près de la mer. Plus loin en mer, les ancres des plaisanciers et les traits de chalut répétés ont pour effet d’accentuer le morcellement et la fragmentation de l’habitat d’espèces marines. Ainsi isolées de leur nourriture, de leur abri, ou de leurs congénères par de trop grandes distances, les espèces les plus sensibles peuvent faire l’objet d’un déclin démographique important et/ou subir une perte de diversité génétique des populations. La biodiversité marine subit ainsi, même indirectement, les impacts des activités humaines (cf. III.17).

Espèces « aliens »

5Les invasions biologiques sont un élément important du changement global. Toutes les régions du monde voient se développer des espèces exotiques également dites « aliens ». Les voies d’introduction sont nombreuses : transport maritime (coques de bateau, eaux de ballast), aquaculture (importation directe d’espèces ciblées, ou indirecte d’espèces associées), ouverture de nouvelles voies maritimes…, et aussi suite à des accidents. Les autres composantes du changement global peuvent favoriser ce phénomène et parfois causer le déclin d’écosystèmes marins et la quasi-disparition d’espèces, parfois à cause de l’introduction de pathogènes*. Une invasion peut donc avoir des effets irréversibles sur les communautés natives* et des conséquences économiques pour les activités humaines dépendantes de la biodiversité (pêche, tourisme). Cela est le cas des explosions démographiques de méduses, pour lesquelles les facteurs déclenchant sont, entre autres, la surpêche, la pollution, le réchauffement. La Méditerranée, en particulier, est un haut lieu d’introduction d’espèces : environ 600 « aliens » y seraient dénombrés, soit environ 5 % de ses effectifs en espèces de la Méditerranée. Une majorité a été introduite via le Canal de Suez, ces « espèces lessepsiennes* » étant susceptibles de voir leur progression en Méditerranée favorisée par les changements de régime thermique. Le rythme des introductions s’accélère, et il est probable que toutes ne soient pas détectées.

Changements climatiques

6Les changements climatiques actuels surpassent largement les frontières de la variabilité naturelle. Le réchauffement global des masses d’eau entraîne des migrations d’espèces mobiles vers les pôles. En Méditerranée, cela se traduit par des mouvements d’espèces méridionales, le plus souvent vers l’ouest et le nord. Parmi ces indicateurs biologiques de réchauffement, plusieurs espèces de poissons (sardinelles, barracudas, coryphènes) se développent et prennent peu à peu place dans les pêcheries régionales. Au-delà de ces effets « positifs », des observations montrent l’effondrement des stocks de certains petits pélagiques* (sprat, anchois) et/ou des modifications du cycle de vie de certaines prises privilégiées (thons, sérioles). Les événements climatiques extrêmes sont vécus comme des stress aigus perturbant le fonctionnement normal d’un système biologique. Comme dans les récifs coralliens, où sont mesurés depuis des décennies les effets catastrophiques du blanchissement des coraux, le stress thermique est le principal facteur de déclenchement de maladies et de mortalités massives. En Méditerranée, les espèces affectées par ces événements sont aussi des éléments essentiels des paysages sous-marins (éponges, gorgones), dont la disparition peut modifier le fonctionnement des écosystèmes. Seules des observations à long terme permettront de prédire les effets de ces changements sur les ressources marines.

7Face à l’évolution de l’environnement marin et à la nécessité de formuler des mesures d’adaptation, il convient de conduire une réflexion stratégique globale. Elle passe nécessairement par une meilleure connaissance des effets occasionnés par le changement global sur la biodiversité et l’apport d’une aide aux pays du Sud pour évaluer leur vulnérabilité. Il faut aussi accroître la visibilité des problèmes de conservation de la biodiversité marine, réduire les sources de perturbations plus locales et promouvoir des réseaux d’aires marines protégées.

Bibliographie

Références bibliographiques

• M. COLL et al. The Mediterranean Sea under Siege : Spatial Overlap Between Marine Biodiversity, Cumulative Threats and Marine Reserves, Global Ecology and Biogeography, 2012.

• C. LEJEUSNE, P. CHEVALDONNÉ, C. PERGENT-MARTINI, C. F. BOUDOURESQUE et T. PÉREZ – Climate Change Effects on a Miniature Ocean : the Highly Diverse, Highly Impacted Mediterranean Sea, Trends in Ecology and Evolution, 2010.

Table des illustrations

Légende Le changement global a de multiples facettes et effets sur la biodiversité marine. En plus des changements climatiques, il inclut : A) les rejets de déchets de toute sorte ; B) l’urbanisation du littoral ; C) les pollutions chimiques et biologiques véhiculées par le transport maritime à l’échelle de la planète ; D) les invasions biologiques, ici l’algue Asparagopsis taxiformis dans un champ de gorgones de Méditerranée ; E) le coralligène est un témoin des changements climatiques en Méditerranée ; F) le barracuda est un poisson méridional qui migre vers le nord de la Méditerranée. © A) A. Tonay Tüdav ; B et C) J. G. Harmelin ; D, E, F) T. Perez
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10644/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 323k

Auteurs

Écologiste marin, Chargé de Recherche au CNRS, IMBE, Marseille.
thierry.perez@imbe.fr

Écologiste marin, Directeur de Recherche au CNRS, IMBE, Marseille.
pierre.chevaldonne@imbe.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540