Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Deuxième partie - L'environnement, un système global dynamique

1. Vulnérabilité d'un système global dynamique

Hervé Le Treut

Texte intégral

1L’idée que notre environnement est un système hétérogène, s’organisant autour de l’interaction de différentes « sphères » (atmosphère, lithosphère, hydrosphère, cryosphère, biosphère…) remonte à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Le scientifique russe Vladimir Vernadski, qui avait introduit en 1926 la notion de « biosphère », avait lui-même ajouté ensuite celles de « noosphère » (domaine de la pensée) et de « technosphère » (pour les activités humaines).

2Dans les dernières décennies, le concept de « changements environnementaux globaux » est venu compléter et renforcer cette vision déjà ancienne. Dès le sommet de la Terre de 1992, par exemple, il était clair que les choix nécessaires pour assurer un développement durable se situaient à la croisée de différentes problématiques : stabilisation des évolutions climatiques, maintien de la biodiversité, usage des ressources en eau, accès à l’alimentation et à l’énergie, pauvreté, inégalités… Toutes ces problématiques permettent de définir un système environnemental très large, fait de composantes multiples et inderdépendantes, et soumis à l’épreuve d’une démographie et d’une exploitation de ressources naturelles croissantes.

3Appréhender un tel système dans toute sa complexité, anticiper ses évolutions, c’est souvent aussi tenter de le modéliser, c’est-à-dire d’en donner une représentation conceptuelle, qui aide à mieux le comprendre et à mieux le prédire. L’expérience des modélisations climatiques a souvent servi de fondation pour des modèles plus complexes. Les modèles climatiques sont eux-mêmes le résultat de plusieurs décennies de recherche, commençant avec des modèles essentiellement atmosphériques (les mouvements de l’atmosphère déterminent en grande partie la géographie des climats terrestres), pour s’étendre très vite aux autres composantes que sont l’océan, les glaces de mer, la chimie atmosphérique, ou encore la biogéochimie océanique… Dans le même temps, la vision de l’environnement de notre planète s’est enrichie de très nombreux processus physiques, chimiques et biologiques, le progrès des ordinateurs permettant aussi d’augmenter la précision géographique des différentes études. Cette double démarche vers l’interdisciplinarité et les échelles locales (cf. VI.2) a permis de développer une alerte bien étayée sur différents dangers environnementaux.

4Mais aujourd’hui, les émissions toujours plus importantes de gaz à effet de serre, en particulier par des pays émergents, à l’agenda de croissance industrielle et économique décalée dans le temps par rapport aux pays occidentaux, pose un problème nouveau et incontournable : il s’agit désormais à la fois de freiner ces évolutions, et de s’adapter à la part qu’il ne sera pas possible d’empêcher complètement. Impossible donc d’ignorer dans la description de la planète Terre, le rôle de la biodiversité ou celui des activités humaines. Cette nouvelle extension du champ des disciplines environnementales a fait émerger des modèles « intégrés », qui prennent aussi appui sur d’autres concepts que ceux de la climatologie et tentent de décrire les interactions réciproques entre climat physique (ou biogéochimique) et évolution écologique, agricole, économique…

5Dans ces domaines, bien sûr, la modélisation ne peut pas tout, et elle n’est souvent qu’une aide à une réflexion plus large et conceptuelle. Les climatologues le savent déjà : l’approche déductive, allant des menaces globales aux conséquences locales, se heurte à des limitations importantes. L’évolution des grands systèmes météorologiques régionaux n’est pas prévisible sous une forme géographique précise. Essayer d’embrasser un système riche de composantes beaucoup plus nombreuses ne fait qu’aggraver les difficultés. Cette prise de conscience a contribué à redonner une place importante aux études sur la vulnérabilité ou sur la résilience* de notre environnement, et à l’examen des facteurs qui limitent nos choix futurs comme des éléments qui peuvent permettre aux scientifiques de mieux informer les décideurs à l’avenir.

Auteur

Climatologue, Membre de l’Académie des Sciences, Professeur à l’Université Pierre et Marie Curie en détachement du CNRS, Professeur à l’École Polytechnique, Directeur de l’IPSL, Paris.
letreut@ipsl.jussieu.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540