Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Première partie - Du développement durable à un devenir soutenable

15. Développement viable, durable ou du rabe ?

Jacques Weber

Texte intégral

1Conceptualisé par Ignacy Sachs dès 1972, l’« écodéveloppement » se définissait comme un développement « en harmonie avec la nature » ; harmonie s’entendant au sens physique de « vibrer avec ». Concrètement, Sachs préconisait que toute décision sur la nature soit évaluée à ses conséquences économiques et réciproquement. Puis, Henry Kissinger exigea – et obtint ! – que ce terme fût remplacé par « sustainable development » dans tous les textes des Nations unies. Il fut alors défini comme la recherche d’un niveau de développement permettant de « satisfaire les besoins de la génération actuelle tout en préservant pour les générations futures la possibilité de satisfaire les leurs » (CMED*, 1987). À tout le moins, la prise en compte des générations futures impliquait la maintenance du renouvellement des ressources et des écosystèmes. Au lieu de quoi, se mirent en place les éléments d’une grande braderie du monde vivant, dont la valeur marchande s’est accrue à mesure de sa destruction sans vergogne.

Les écosystèmes sont le support de l'économie et de la société

Trois piliers du développement durable ?

2Dès 1977, la « règle de Hartwik », adoptée par les économistes néoclassiques et au-delà, prenait pour critère d’optimalité la constance de la consommation humaine par tête et énonçait que si les rentes prélevées sur le « capital » naturel étaient systématiquement réinvesties pour produire du capital artificiel permettant de remplacer les ressources épuisées, la consommation humaine resterait constante.

3Que la constance de la consommation humaine puisse être le seul critère de jugement de la durabilité, que du capital artificiel puisse remplacer des populations sauvages bien vivantes ailleurs que dans des fonctions de production, tout cela invitait à s’inquiéter pour une discipline pour laquelle les faits réels sont tenus de rendre compte des théories, et non l’inverse.

4Après le sommet de Rio de Janeiro en 1992, et pour la majorité des chercheurs impliqués dans les questions environnementales, la réflexion ne pouvait se limiter au couple économie-environnement et devait inclure les réalités sociales. Il s’agissait là d’une position éthique et méthodologique. Mais, dans un contexte de diffusion de l’idée que le capital artificiel et le « capital » naturel seraient substituables, une proposition méthodologique s’est transformée en pseudo-réalité : le développement durable serait constitué de trois piliers : environnemental, économique et social.

5Ces trois piliers étant posés comme équivalents (commensurables) et substituables, ils pouvaient le devenir en valeur. Et, sorti de la sphère des économistes professionnels pour être adopté par le monde des affaires, le développement durable justifiait de proposer qu’une diminution d’un des piliers puisse être compensée par une augmentation d’un autre, les trois étant exprimés en valeur (article controversé de Constanza et al. dans Nature, The Value of the World’s Ecosystem Services and Natural Capital, 1997).

6Léon Walras (1834-1910), aux origines de l’économie néoclassique, définissait déjà l’économie comme constituée des « relations entre les hommes à propos des choses ». Il affirmait, ainsi, non seulement que l’économie est en lien avec le social, mais qu’elle est elle-même constituée de relations sociales. Il est donc faux de penser l’économie comme un pilier substituable au social dont il fait partie.

Services écosystémiques

7Les écosystèmes constituent la source de tout. Les sociétés humaines en sont étroitement dépendantes. Les humains font partie du monde vivant caractérisé par l’universalité de l’ADN et de l’ARN. Les écosystèmes leur fournissent la quasi-totalité de l’énergie, l’alimentation, les fibres, les médicaments, les technologies, l’inspiration, les symbioses et les parasites*. Et comme tous les membres du monde vivant, les humains contribuent au fonctionnement des écosystèmes par leurs apports, positifs et négatifs.

8Ce que les écosystèmes fournissent aux humains a été appelé « biens et services écosystémiques* » (cf. VI.9). Si l’origine du concept remonte à la fin des années 1940, sa diffusion première est due à l’article de Constanza et al., au livre de G. C. Daily Nature’s Services : Societal Dependance on Natural Ecosystems (1997) et à l’article de Vitousek et al., Human Domination of Earths Ecosystems (1997), paru dans la revue Science. La consécration internationale du concept et son adoption par les milieux d’affaires sont le résultat de la publication du Millenium Ecosystem Assessment (MEA) en 2005 (cf. VI.9).

9La définition des services écosystémiques par le MEA ne réfère pas à une conception économique du monde : « ces services dont les humains bénéficient du fait du fonctionnement des écosystèmes ». Pourtant, très rapidement, ils ont été évalués monétairement. Ce fut notamment l’affaire du groupe TEEB (The Economics of Ecosystems and Biodiversity), créé par l’Union européenne et les Nations unies pour évaluer les conséquences de la non-décision en matière de biodiversité. La définition première est oubliée, le groupe repart dans l’optique de Constanza et al. et ainsi, substituabilité des capitaux et règle de Hartwick peuvent à nouveau être appliquées : les trois piliers s’en trouvent légitimés.

10La conception marchande de la société et de la nature confère une valeur nulle à celle-ci : le poisson, l’eau, la biomasse des sols… n’ont pas de prix, leur prix apparent se réduisant à leur coût d’extraction. L’économie marchande dérégulée produit ainsi mécaniquement la ruine de l’environnement et la dégradation du monde vivant, de la biosphère. Ne poursuivant aucun but autre que la croissance pour la croissance, étranger à tout enjeu autre que de maximisation « d’utilité » marginale, le développement durable se réduit à un « développement du rabe ».

11Il nous faut à présent rebâtir un schéma de développement viable, qui rende compte des faits, en lieu et place de celui qui légitimait un projet de mise en bourse de la nature. Le passage de ce développement « du rabe » à un développement « viable » suppose que l’on peut avoir une organisation de l’économie telle que, à coût de production et pression fiscale inchangés, la richesse puisse être produite par la maintenance ou par l’amélioration des potentiels naturels. La condition pour ce faire réside dans un « basculement des régulations » rendant très coûteux les comportements dégradant les écosystèmes et très profitables ceux contribuant à la maintenance ou à l’amélioration des potentiels naturels. Comme la Suède le montre depuis 1988, et plus récemment le Danemark, les Pays-Bas et le Royaume-Uni, ceci n’est pas une utopie. Il s’agit, par contre, d’un engagement de responsabilité par rapport à nos enfants et petits enfants.

Bibliographie

Références bibliographiques

• R. BARBAULT et J. WEBER – La vie, quelle entreprise !, Le Seuil, 2010.

• P. -H. GOUYON et H. LERICHE (coord.) – Aux origines de l’environnement, Fayard, 2010.

• I. SACHS – L'écodéveloppement, stratégies de transition vers le XXIe siècle, Syros, 1993.

• TEEB, www.teebweb.org.

Table des illustrations

Légende Les écosystèmes sont le support de l'économie et de la société
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10592/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

Auteur

Économiste et Anthropologue, Retraité du CIRAD, IRD et IFREMER, Chargé de Conférences à l’EHESS, Paris.
weberjacques78@gmail.com

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540