Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Circulation des matériaux

Discussion

Texte intégral

Circulation des matériaux

J. Roussot-Larroque

1Je voulais simplement dire qu’à propos de cette apparition brusque de l’outillage poli qui paraît peu précédée dans le Mésolithique, il y a quand même tout le phénomène des industries macrolithiques, prénéolithiques, qui ne semble pas avoir reçu toute l’attention souhaitée. Sans parler des problèmes du Montmorencien, ni ressusciter le défunt Campignien, je pense qu’on a signalé des outillages macrolithiques, des chopping-tools, des choppers, des galets aménagés dans le Néolithique. Il y a aussi les pics du Néolithique ancien de Bidart, par exemple, et un certain nombre d’outillages macrolithiques de la vallée de la Garonne dont certains sont peut-être des haches. Cet outillage, qu’il soit en silex ou en galet, est toujours très pauvre. Ce sont au fond des tranchants aménagés par taille, sur silex ou sur roche, et je me demande s’il ne faudrait pas chercher là un des éléments éventuellement précurseurs.

M. Ricq-de Bouard

2La plus grande acquisition me semble être pour l’instant au niveau de la matière première elle-même, acquisition qui a consisté à prendre des roches qui n’ont rien à voir dans leur propriété mécanique avec les roches qui les ont précédées. Ces roches ont permis d’aménager, par exemple, des tranchants qui sont beaucoup plus robustes que des tranchants effectués sur des outils en silex.

3Les déterminations pétrographiques que j’ai réalisées ont été toutes faites en lames minces au microscope polarisant ou par diffraction X. J’insiste sur ce fait parce que vous parlez de pics en ophite, alors est-ce que des déterminations pétrographiques certaines, je veux dire en lame mince au microscope polarisant, ont été faites ? Par exemple pour l’abri Jean Cros des déterminations ont été publiées ; on en a fait des éléments en fibrolite. Les déterminations avaient été faites à l’œil nu et quand j’ai fait des prélèvements dans ces roches, j’ai vu qu’il s’agissait non pas de fibrolite mais d’amphibolite calcique. Donc quand je parle d’ophite, seules des lames minces permettent de l’affirmer. De même les haches dites en basalte du Roussillon ou de Cerdagne sont en cornéenne.

J. Roussot-Larroque

4Il n’y a pas de lames minces à ma connaissance, mais les ophites sont présentes. Le matériau est local car vous avez les pointements dans la région de Biarritz.

M. Jorda

5Avez-vous une idée des chemins suivis par les éléments en provenance du Piemont et de la Ligurie au Néolithique moyen ?

M. Ricq-de Bouard

6A propos des éléments provenant du Piemont et de la Ligurie au Néolithique moyen, je n’ai pas d’idée précise, pour l’instant. On connaît un site en Piemont, dans la province de Cunéo, le site d’Alba, qui a été probablement un atelier de fabrication très important d’outils en pierre polie. Est-ce que toute la Provence orientale, à partir du Néolithique moyen, a été sous l’influence de cet atelier ? C’est possible. Je ne pense pas qu’en ce qui concerne nos régions, les éléments aient pu transiter par les cols alpins mais plutôt par le littoral.

F. Fedele

7Il y a en Piemont, au Nord de Turin, un site où il y a des silex qui peuvent provenir du côté français. Ce n’est qu’une présomption pour le moment. Nous pensons qu’une analyse de ce silex pourrait peut-être indiquer des liens entre les deux côtés des Alpes occidentales. Les études de Mme Ricq sont importantes et c’est un type de recherche qui est un peu en retard chez nous ; aussi est-ce un stimulus pour la recherche future.

G. Sauzade

8Mme Ricq, vous avez parlé des roches éclogitiques du Massif Central. Je voulais vous demander pourquoi il ne peut pas y avoir confusion entre ces gîtes et ceux du versant italien, et si vous connaissez des outils qui proviennent justement de roches éclogitiques du Massif Central.

M. Ricq-de Bouard

9Je connais les roches provenant du Massif Central. Elles ont un faciès très différent de celles des roches alpines. Pour celles que je connais, il s’agit toujours de faciès beaucoup plus grossiers et cela s’explique dans la mesure où les roches éclogitiques sont des roches métamorphiques de haute pression qui se sont formées, dans les Alpes ou dans le Massif Central, sur des substrats et selon des processus qui sont un peu différents. En ce qui concerne nos régions il n’y a pas de doute possible, pour les outils que j’ai vus. A. Masson a trouvé des haches en roche éclogitiques mais, d’après ce qu’elle a décrit, cela me semble davantage correspondre au faciès alpin. J’ai parlé des versants Est des Alpes méridionales pour l’origine de ces roches, en ce qui concerne notre région méditerranéenne. Par contre, en ce qui concerne la région lyonnaise, l’origine de la roche peut être un peu différente. En effet des roches éclogitiques se sont formées dans toute la zone interne des Alpes. Pour la région lyonnaise, je pense que si l’on y rencontre des roches éclogitiques d’origine alpine, elles proviennent des dépôts glaciaires et fluvioglaciaires du glacier du Rhône qui contiennent des roches éclogitiques de la zone de Zermatt-Saas. J’ai fait également l’étude pétrographique de l’outillage poli de la station des Baigneurs à Charavines (Néolithique final). J’y ai trouvé des roches alpines mais je leur ai attribué aussi une origine rhodanienne.

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search