Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Première partie - Du développement durable à un devenir soutenable

13. L’écologie, une science pour le développement durable

Luc Abbadie

Texte intégral

1Se situer dans le monde, voilà sans doute ce qui anime le genre humain depuis qu’il appartient à la catégorie des êtres pensants. Les systèmes de croyances, comme les sciences, ont été inventés en réponse à cette préoccupation. Mais le monde est vaste et diversifié, ce qui a engendré la coexistence d’une multitude de représentations. Parmi les sciences, certaines se sont focalisées sur une catégorie de composantes et de processus, comme la chimie, alors que d’autres ont adopté un point de vue plus holistique, comme l’écologie. Cette dernière s’est constituée, dès l’origine, autour du projet un peu fou de considérer ce qui nous entoure comme un « tout » indissociable. De fait, le mot « écologie » a été inventé par Ernst Haeckel en 1866 en faisant référence explicitement, à la fois aux relations que les organismes entretiennent les uns avec les autres, et aux relations entre les organismes et les caractéristiques physiques et chimiques de leurs habitats.

2En d’autres termes, l’écologie voit le monde qui nous entoure tel qu’il est, à la fois physique, chimique et biologique, et infiniment variable dans le temps et dans l’espace. L’écologie est une science de la complexité, qui tente une synthèse entre le vivant et le non vivant. Pour parvenir à ses fins, elle plonge ses racines dans la thermodynamique et dans l’évolution darwinienne. La première permet d’identifier les contraintes et les ressources primaires, qui déterminent le cadre dans lequel les organismes peuvent survivre, croître et se reproduire. La seconde explicite les mécanismes et les stratégies innombrables par lesquels les êtres vivants s’accommodent de leur environnement, c’est-à-dire résistent à ses effets potentiellement négatifs et tirent le meilleur parti de la matière, de l’énergie, de l’espace et du temps disponibles.

Une science de l’interaction

3Avec l’écologie, rien n’est jamais figé. Tout d’abord, l’environnement physico-chimique varie, indépendamment du vivant, avec les saisons, les cycles astronomiques, l’activité volcanique… Le degré d’adaptation, et donc de probabilité de maintien à long terme de tel ou tel organisme, n’est jamais acquis et il change en permanence. Ensuite, les organismes modifient sans cesse l’environnement, passivement du fait de leur présence et de leur consommation de ressources, et surtout activement en raison de stratégies physiologiques, comportementales, reproductives…, qui rendent l’environnement proximal plus favorable. Enfin, chaque organisme est un élément de l’environnement pour tous les autres, ce qui fait qu’il répond en permanence aux dynamiques des autres, tout en les modifiant. En d’autres termes, toutes les composantes du monde, qu’elles soient vivantes ou non vivantes, sont plus ou moins fortement liées les unes aux autres, se modifient les unes les autres, et forment donc un système de systèmes (cf. II.1). S’il faut retenir un seul mot-clé pour définir l’écologie, c’est celui d’« interaction ».

4Le projet intellectuel de l’écologie est fondamentalement holistique. Mais comment s’y retrouver dans l’infinie diversité des organismes, des interactions, des processus, qui constituent les systèmes écologiques ? Clairement, le réductionnisme, pratiqué par toutes les sciences, y compris l’écologie, ne suffit pas. Celle-ci a donc recours massivement à deux grandes méthodologies : la conceptualisation et l’expérimentation. Les concepts jouent évidemment le rôle de filtres intellectuels dans l’interprétation d’observations, par nature multiples et hétérogènes, et ils permettent d’identifier les lignes de force, les lois générales, qui régissent le pourquoi et le comment des systèmes écologiques ; en écologie, les concepts viennent toujours avant l’observation. L’expérimentation permet, quant à elle, de construire et de déconstruire la complexité et d’acquérir, petit à petit, une prédictibilité sur la structuration et la dynamique des systèmes écologiques, en tenant compte à la fois du temps immédiat des processus physiologiques et biogéochimiques et du temps long de l’évolution biologique. Conceptualisation et expérimentation se nourrissent et alimentent des modèles numériques (cf. VI.7), outils privilégiés de l’écologie pour synthétiser les connaissances, explorer ce qui n’est pas accessible à l’observation, coupler la dynamique de la biosphère à celle de l’atmosphère ou de la géosphère.

Une science pour l’action

5L’écologie a beaucoup progressé ces trois ou quatre dernières décennies. C’est aujourd’hui une science mature, qui produit des théories, c’est-à-dire des représentations simplifiées du monde, valables dans quasiment toutes les situations, et qui débouchent sur une capacité à scénariser le futur ou à reconstituer le passé. L’écologie prend du coup une nouvelle dimension, elle devient une science pour l’action. Par ailleurs, le terme « écologie » gagne une signification de plus en plus large, comme en témoignent les idées d’« écologie politique », d’« écologie industrielle » ou d’« écologie urbaine » (cf. III.6) soulignant ainsi l’efficacité des concepts-clés et des modes de raisonnement de l’écologie autour des notions de système, de variabilité, d’interaction, de pluralité des échelles de temps, d’hétérogénéité. Enfin, la plupart des problématiques de l’écologie renvoient à des objets ou à des questions, qui présentent une forte dimension sociale, comme le rôle de la forêt dans la régulation du climat ou celui du sol dans la durabilité de la production agricole (cf. II.15).

Réinventer l’agriculture à la lumière des concepts de l’écologie, un enjeu vital du développement durable et une opportunité nouvelle de progression dans la compréhension des systèmes écologiques et environnementaux. © C. Brough

6L’écologie en est donc à un moment charnière de son histoire. Elle n’est plus seulement une discipline poursuivant essentiellement des objectifs cognitifs. Désormais, elle est devenue une science socialement impliquée. Si elle est construite sur des concepts et des méthodes qui lui sont propres, elle est aussi une science-carrefour, qui se nourrit de beaucoup d’autres disciplines du vivant et du non vivant. En ce sens, l’écologie donne accès à une compréhension intégrative de notre environnement, à une conscience plus solide de notre place dans le monde. Elle renouvelle les questionnements éthiques sur le vivant, tout en offrant des outils nouveaux, concrets, de gestion prédictive de l’environnement. Le défi, voire la difficulté, pour l’écologie contemporaine, est d’assumer ce rôle social inéluctable, tout en préservant ses spécificités conceptuelles. Et de garantir sa liberté de création en tant que condition première de son utilité sociale.

Bibliographie

Références bibliographiques

• L. ABBADIE – Les écosystèmes, in La science au présent 2013. Une année d’actualité scientifique et technique, Encyclopaedia Universalis, 2013.

• C. TIRARD, R. BARBAULT, L. ABBADIE et N. LOEUILLE – Mini manuel d’Écologie, Dunod, 2012.

• H. LERICHE et L. ABBADIE – L’écosystème, une grille de lecture du monde, in Aux origines de l’environnement, Fayard, 2010.

• F. COURCHAMP – L'écologie pour les nuls, First, 2009.

Table des illustrations

Légende Réinventer l’agriculture à la lumière des concepts de l’écologie, un enjeu vital du développement durable et une opportunité nouvelle de progression dans la compréhension des systèmes écologiques et environnementaux. © C. Brough
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10589/img-1.jpg
Fichier image/, 760k

Auteur

Écologue, Professeur des Universités, Université Pierre et Marie Curie, CNRS-INEE, Paris.
abbadie@biologie.ens.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540