Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Première partie - Du développement durable à un devenir soutenable

6. Fin de la croissance démographique

Hervé Le Bras

Texte intégral

1En 2050, d’après les Nations unies, la population de la Terre devrait atteindre 9,3 milliards d’habitants (nous sommes 7,1 milliards aujourd’hui). Cette estimation moyenne est comprise entre deux valeurs extrêmes de 8 et 11 milliards. Mais les chiffres importent moins que la tendance : l’explosion démographique va-t-elle se poursuivre ou faire long feu ? Deux graphiques d’évolution basés sur la même prévision des Nations unies donnent deux réponses opposées (figure). Sur le premier graphique, la population mondiale donne l’impression qu’elle va continuer de croître durant de nombreuses décennies. L’explosion se poursuit. Sur le second graphique, l’impression inverse se dégage : le taux de croissance a régulièrement diminué depuis la fin des années 1960. De 2,1 % par an, soit un doublement tous les 34 ans, il est descendu à 1,1 % actuellement. Si la tendance se prolonge, la croissance devrait s’annuler autour de 2060. La population mondiale passerait alors par un maximum et commencerait à décroître. Dans l’hypothèse basse des Nations unies, le maximum est d’ailleurs atteint vers 2045, au niveau des 8 milliards cités plus haut, puis la décrue s’amorce lentement et vers 2080, la population mondiale repasserait sous le niveau actuel.

Deux scénarios différents

2Cependant, les Nations unies ne prolongent pas la courbe du second graphique, mais celle du premier, si bien que la croissance qui en résulte s’amortit plus lentement. Qui a raison ? La réponse est cruciale. Au cas où la population s’arrêterait de croître autour de 9 milliards vers 2060, la différence avec la situation actuelle serait modérée : un quart d’augmentation durant les 50 prochaines années. Au cas où le premier graphique servirait de base à la prévision, la croissance se poursuivrait et les 10 milliards seraient dépassés vers 2080. Pour y voir plus clair, il faut entrer dans le détail. Les Nations unies n’effectuent pas une projection globale de la population du monde, mais procèdent pays par pays, à l’aide des données et des projections fournies par les services statistiques nationaux (l’INSEE pour la France). Or, en bonne logique darwinienne, les pays qui ont le plus fort taux de croissance démographique constituent une fraction de plus en plus importante de la population mondiale, dont la croissance reflète alors de plus en plus leur influence.

3Actuellement, l’Afrique nord tropicale et sahélienne (de Dakar à la corne de l’Afrique) compte environ 625 millions d’habitants, soit moins de 9 % de la population mondiale. Mais la croissance de ces régions est de 2,6 % par an, soit un doublement en moins de 28 ans. Les signes d’un ralentissement de la croissance sont faibles et ne concernent que des pays proches du golfe de Guinée, dont l’économie est relativement prospère, le Ghana notamment. Or, ces pays de l’Afrique nord tropicale et sahélienne vont compter de plus en plus dans la croissance de la population mondiale, selon l’hypothèse moyenne des Nations unies. En 2025, ils fourniront 45 % de l’accroissement de la population mondiale, soit 29 millions sur 64. Entre 2040 et 2045, leur part montera à 70 %, et entre 2045 et 2050 à 81 %. À ce moment, de toute évidence, la croissance de la population mondiale sera presque uniquement le fait d’une zone du monde, relativement petite, à peine un quart de la surface totale du continent africain. À titre d’exemple, les Nations unies prévoient que le Niger, actuellement peuplé de 15 millions de personnes, atteindrait 55 millions en 2050, le Mali passerait de 15 à 46 millions et la Tanzanie de 45 à 140 millions. L’ensemble de cette zone atteindrait donc 1,5 milliard d’habitants en 2050, nettement plus que la Chine au même moment (1,3 milliard).

À gauche : évolution de la population mondiale entre 1950 et 2010 en trait large et la prévision moyenne jusqu’en 2050 en trait fin. À droite : évolution des taux de croissance de la population mondiale de 1950 à 2010 en trait bleu et prolongation de la tendance en trait rouge

Des calculs qui n’intègrent pas toutes les données

4Le calcul des Nations unies ne tient pratiquement pas compte des migrations internationales. Faut-il s’attendre à une irruption des populations de l’Afrique sahélienne et nord tropicale en Europe et en Amérique ? C’est peu probable. Actuellement, les migrations de cette région vers les pays développés représentent moins de 0,5 % de l’accroissement annuel de leur population. Le renforcement du contrôle des migrations sur la mer (le dispositif Frontex mobilisant les marines européennes) et l’aide aux pays d’Afrique du nord pour contrôler les flux avec la politique dite « de voisinage » ne laissent guère de place à des migrations massives. La mer comme le désert continueront de représenter des obstacles difficilement surmontables pour les populations pauvres. Reste la possibilité d’une surestimation de la croissance future de ces régions par les Nations unies, ce qui est vraisemblable. La comparaison des prévisions passées aux prévisions actuelles permet de constater des écarts énormes, car les Nations unies, ainsi que les services nationaux de statistique, ont généralement sous-estimé la rapidité des baisses de fécondité. Ainsi, en 1994, elles prévoyaient 160 millions d’habitants en Iran pour 2050. Aujourd’hui, elles n’en avancent plus que 85 millions pour le même horizon, soit presque deux fois moins. L’explication ? Entre 1985 et 2010, la fécondité des femmes iraniennes est descendue de 6,5 enfants par femme à 1,7. Les statisticiens responsables des prévisions ont mis du temps à en accepter l’évidence et à réagir. Cela ne signifie pas que les populations sahéliennes et tropicales d’Afrique suivront le même chemin (l’Afrique du Sud est cependant passée de 5,5 enfants par femme à 2,5 entre 1970 et 2010), mais, il y a une certitude : le problème de la population mondiale sera devenu le problème d’un petit morceau du continent africain, ce qui en modifie entièrement les conséquences, car ces populations sont parmi les plus pauvres de la planète, les moins consommatrices d’énergie et de matières premières et les moins émettrices de CO2, ce qui limite leur impact sur le climat global et les ressources de la planète, mais rend plus aigus les problèmes sociaux, économiques et sans doute politiques qu’elles poseront.

Bibliographie

Références bibliographiques

• J. H. LORENZI et P. DOCKÈS (éds) – Le Choc des populations, Fayard, 2012.

• M. GUILLOU et G. MATHERON – 9 milliards d'Hommes à nourrir, François Bourin, 2011.

• H. LE BRAS – Vie et mort de la population mondiale, Le Pommier, 2009.

• E. TODD et Y. COURBAGE – Le rendez-vous des civilisations, Le Seuil, 2007.

Table des illustrations

Légende À gauche : évolution de la population mondiale entre 1950 et 2010 en trait large et la prévision moyenne jusqu’en 2050 en trait fin. À droite : évolution des taux de croissance de la population mondiale de 1950 à 2010 en trait bleu et prolongation de la tendance en trait rouge
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10576/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 326k

Auteur

Historien et Démographe, Directeur de Recherche émérite, MSH, INED, EHESS, Titulaire de la Chaire Territoires et Populations, CEM, LaDéHis, Paris.
lebras@ehess.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540