Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Première partie - Du développement durable à un devenir soutenable

5. Histoire : entre modification, soumission et appropriation du milieu

Emmanuel Garnier

Texte intégral

1Pour l’historien qui exploite des archives pétries de « chair humaine », puisque produites par des communautés d’individus au cours des siècles, le « milieu » ne peut se limiter au seul « milieu naturel ». Pour autant, comprendre comment les sociétés anciennes ont pu prendre possession d’un espace à caractère naturel pour l’utiliser durablement dans le cadre d’objectifs socio-économiques différents, voire contradictoires, relève d’un redoutable défi scientifique. Les enjeux sont multiples, car l’historien doit simultanément identifier les temps de cette anthropisation, ses accélérations, mais également ses phases de ruptures, le tout en discutant les causalités multiples ayant présidé à la conquête et à la soumission de milieux destinés à devenir des territoires.

Les enjeux

2Face à une approche traditionnelle consistant à juxtaposer des connaissances trop souvent cloisonnées sur le plan disciplinaire (ingénierie, géographie, économie, politique, cf. VI.2), les perspectives historiques offrent une vision de longue durée et des exemples d’interactions (positives ou non) de sociétés avec leurs milieux. Néanmoins, pour être entendue, l’histoire doit aborder ces questions, non pas sur un plan abstrait, qui accorderait le primat au conceptuel, mais sur un terrain opérationnel en proposant des modèles historiques de gestion durable ou au contraire d’échec. Ainsi, la généralisation de modèles forestiers historiques plus durables, ou encore la sauvegarde de plantes anciennes ne nécessitant pas d’irrigation renforceraient la durabilité des territoires.

3La discipline historique doit donc prouver qu’elle peut participer à la mise en perspective des évolutions contemporaines de l’anthropisation et à leur résilience face aux changements climatiques, en particulier face aux événements extrêmes* qui affectent brutalement et sévèrement nos sociétés modernes, qu’elles soient rurales ou urbaines (cf. II.3).

4Les rencontres et les programmes de recherche dédiés à l’environnement entrepris, depuis maintenant plus d’une dizaine d’années, par les chercheurs des sciences sociales et les instances scientifiques et gouvernementales montrent, qu’aujourd’hui, l’axe de recherche le plus fédérateur réside clairement dans la notion de « crise environnementale ». Inscrite dans le sillage du sommet de Rio (1992), qui donne naissance à une conscience de la dégradation de l’environnement, elle s’impose comme un dénominateur commun entre les disciplines, la société et les décideurs.

Le milieu dans son histoire

5Le milieu, déjà fortement mis à mal aux époques antiques, notamment la forêt méditerranéenne, subit à compter du Xe siècle une nouvelle vague de grands défrichements associée aux premières tentatives notables d’assèchement des marais littoraux. Mouvement d’ampleur européenne, il profite d’une triple conjoncture favorable reposant sur une embellie démographique durable, sur l’essor monastique et sur le Petit Optimum Climatique*, qui culmine au tournant des XIIe et XIIIe siècles. Un peu partout en Europe, la sylva (forêt) et le saltus (terres vaines, marais, landes) reculent au profit de l’ager (espaces cultivés). En pratique, les temps médiévaux coïncident aussi avec l’élaboration de systèmes d’exploitation du milieu originaux, car durables. Ainsi, dans les régions montagnardes d’Europe moyenne, les premières formes d’appropriation des écosystèmes forestiers, au profit des grandes abbayes, s’accompagnent d’une reconnaissance de la propriété collective et de sylvicultures* proches de la nature (jardinage), qui privilégient des prélèvements raisonnés et étalés dans le temps, plutôt qu’une exploitation intensive. L’aventure des Vikings en Islande et au Groenland, à partir du Xe siècle, offre un exemple d’adaptation du milieu au « changement climatique » cette fois-ci. Le réchauffement naturel de l’époque améliore les conditions de navigation et favorise l’apparition de pâturages que les Scandinaves colonisent jusqu’au retour du Petit Âge Glaciaire* au XIVe siècle.

6La rupture la plus fondamentale intervient cependant à partir du XVIIe siècle à la faveur de la construction des États absolutistes. Engagé dans un processus de centralisation et de domination, fondé sur une pression fiscale accrue, la construction d’un appareil militaire et un essor de l’urbanisation, le milieu naturel se mue progressivement en capital ou en matériau stratégique. Progressivement, les droits d’usage des communautés disparaissent au profit de l’État et de l’industrie, dont la production reste tributaire d’un approvisionnement soutenu en bois et d’une maîtrise des cours d’eau. Sur le front agricole, le mouvement d’intensification porté par le courant agronomique se traduit par le drainage et l’assèchement de la majeure partie des zones humides d’Europe occidentale, ainsi que par le reboisement des terres peu productives, processus dont l’apogée se situe à la fin du XIXe siècle (cf. IV.3).

Scène de bûcheronnage et de flottage du bois sur la Meurthe au XVIIIe siècle. Anonyme, huile sur toile, Ville de Raon – L’Étape (Vosges)

7Si l’impact des destructions des deux conflits mondiaux est aisément démontrable (sols stérilisés, radioactivité au Japon…), la troisième grande rupture pour le milieu se produit après 1945 en raison de la révolution agricole et de la croissance économique des Trente Glorieuses* (1945-1973). Sur les littoraux français, l’absence d’événements extrêmes, de type submersion, conjuguée à la pression urbaine se traduit par la destruction massive de paysages côtiers reconnus aujourd’hui pour leur résilience et leur intérêt écologique. Ainsi, en 1953, la commune de La Faute-sur-Mer (commune ravagée par la tempête Xynthia en 2010) est créée ex nihilo et ses protections dunaires arasées pour laisser place à 3 000 maisons construites sur des terrains marécageux, dont une partie située sous le niveau de la mer, et par conséquent très exposée au risque d’inondation marine. À l’inverse, après la submersion catastrophique de 1962 en Allemagne du Nord, les autorités ont décidé de réhabiliter les marais littoraux et d’installer des poteaux indiquant les catastrophes du passé, afin de dissuader toute urbanisation.

8Pour comprendre ces dynamiques chronologiques et leurs implications contemporaines, l’histoire doit donc aborder les rapports entre les sociétés humaines et les milieux en termes de coévolution, autrement dit sous la forme d’une combinaison incorporant les évolutions de la nature et l’anthropisation et en soulignant l’instabilité de leurs relations. C’est à cette condition seulement que l’histoire peut prétendre participer à la réflexion sur le développement « durable » ou « soutenable » en apportant une vision originale des relations entre humanité et milieu.

Bibliographie

Références bibliographiques

• C. BECK (dir.) – Temps et espaces des crises de l’environnement, Quae, 2006.

• G. DUBY et A. WALLON (dir.) – Histoire de la France rurale, 4 tomes, Le Seuil, 1975.

• E. GARNIER – Terres de conquêtes, Fayard, 2004.

Table des illustrations

Légende Scène de bûcheronnage et de flottage du bois sur la Meurthe au XVIIIe siècle. Anonyme, huile sur toile, Ville de Raon – L’Étape (Vosges)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10575/img-1.jpg
Fichier image/, 853k

Auteur

Historien de l’Environnement et du Climat, Professeur invité à l’Université de Cambridge et Membre senior de l’Institut Universitaire de France, Maître de Conférences habilité, CRHQ, Caen.
eg398@cam.ac.uk

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540