Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Première partie - Du développement durable à un devenir soutenable

3. La dimension politique refoulée du développement durable

Bruno Villalba

Texte intégral

« Laissons l’action engendrer notre doctrine, et nous assurer ainsi une parfaite cohérence théorique. »
Abbey Edward – Le gang de la clef à molette, 1975.

1Le développement durable esquisse les voies d’un véritable projet de changement social, doublé d’un projet politique à visée mondial, mais qui n’a de sens qu’à partir de l’acceptation de l’existence de la crise écologique et d’un niveau intolérable d’inégalités sociales. La commission Brundtland réactualise l’évaluation des années 1970 et réaffirme que ces crises « s’imbriquent ». « Il ne s’agit pas, en effet, de crises isolées : une crise de l’environnement, une autre du développement, une autre énergétique. Non, de crise, il n’y en a qu’une. » (Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement, CMED*, 1987). L’unicité de cette crise devait être au fondement d’une nouvelle méthode d’élaboration de la décision publique, destinée à promouvoir des politiques durables, c’est-à-dire en mesure d’assurer la permanence des interactions entre les milieux humains et naturels. Avant même d’être un projet, même incertain sur le plan politique, le développement durable est une méthode permettant de fournir un cadre d’interprétation, d’élaboration et de réalisation des décisions humaines, et cela sur l’ensemble des territoires. L’objectif demeure le développement, mais encadré par une nouvelle technique de gouvernance, fondée sur la recherche d’un équilibre (cf. I.15).

Standardisation du développement durable

2En quelques années, cette simple formulation générale s’est transformée en régime de compréhension et d’explication des orientations politiques. Le développement durable a fait l’objet d’usages et de labellisations utilitaristes et discursives ; autant d’appropriations asymétriques, qui élaborent néanmoins des dispositifs de traduction adaptés aux objectifs des acteurs qui s’en saisissent. Le milieu des années 1990 voit la professionnalisation du développement durable, au sein de l’univers politique comme économique. Le développement durable est standardisé, au point de perdre la dimension proprement subversive qui pouvait animer son projet originel : opérer une nouvelle alliance entre l’économie productiviste et l’environnement, tout en prenant en compte les inégalités sociales. Sans doute, le développement durable a su s’instituer au-delà des discours d’intention, et permettre, parfois, l’intégration de certains principes d’action (précaution, responsabilité, participation, transversalité…) dans les pratiques et favoriser leur « routinisation ». Sans doute, cette présence, si forte dans les discours politiques comme économiques, a-t-elle favorisé la constitution d’une sorte de « méta récit », qui gomme quelque peu les contradictions entre l’intention de la durabilité et la continuité de pratiques court-termistes. Mais le développement durable a-t-il infléchi significativement les finalités consuméristes et productivistes des politiques ? « Entre la publication du présent rapport [Brundtland] et le premier jour du siècle à venir, quelque 5 000 jours se seront écoulés. Quelles sont les crises de l’environnement qui vont nous menacer au fil de ces 5 000 jours ? » (CMED, 1987). Nous avons déjà dépassé ces 5 000 jours, et après des années de politiques qualifiées « de développement durable », de médiatisation du développement durable, d’éducation au développement durable, de compromis socioéconomiques, de recherches et de réunions internationales, la situation écologique et les tensions sociales se sont aggravées ; la croissance et la compétitivité économique sont restées la priorité.

Représentation dépolitisée de la durabilité

3Depuis sa phase d’émergence, nous avons assisté à une réduction progressive de l’univers du politiquement possible, par la mise en place pragmatique des cadres opérationnels des politiques de développement durable. Cet univers constitue, nous semble-t-il, un cadre performatif plutôt que normatif (au sens d’une conception tendant à contraindre à l’adoption de pratiques). Le caractère de ce qui est durable restant difficile à apprécier, les politiques de développement durable seront finalement essentiellement orientées par les représentations de la crise écologique et sociale portées par ses acteurs. Ces représentations s’objectiveront lorsqu’ils seront amenés à faire une sélection particulière dans les données écologiques et sociales qui orienteront leur action, ou lorsqu’ils légitimeront une interaction plus ou moins étroite entre plusieurs aspects de la crise (les liens entre crise écologique et croissance, par exemple). Le développement durable aboutit davantage à la constitution d’une représentation politisée, mais non politique – dans le sens où elle n’exerce aucune contrainte effective –, de la durabilité. Sa méthode facilite la gestion des contradictions, ce qui explique sa propagation et son succès. Mais elle constitue aussi sa principale limite. Les stratégies d’appropriation dont il a fait l’objet le conduisent à faire allégeance aux cadres qui conditionnent son intégration, et finalement à se révéler parfaitement compatible avec un projet de croissance verte. Le rapport de la Banque mondiale, Inclusive Green Growth (2012), précise ainsi que la croissance verte est une façon de rationaliser le développement durable ! Alors que l’écart grandit entre les politiques mises en œuvre et la gravité des problèmes auxquels elles sont censées répondre, le développement durable doit s’interroger sur le consensus dont il fait l’objet…

Réalisation Philippe Le Gall, Machine n° 36. Comme une allégorie du développement durable…

Bibliographie

Références bibliographiques

• C. AUBERTIN et F.-D. VIVIEN – Le développement durable : enjeux politiques, économiques et sociaux, La Documentation Française, 2005.

• CMED – Notre avenir à tous, Éditions du Fleuve, 1987.

• C. GENDRON – Le développement durable comme compromis. La modernisation écologique de l’économie à l’ère de la mondialisation, Presses Universitaires du Québec, 2006.

• D. H. MEADOWS et al. Halte à la croissance ? Rapport sur les limites de la croissance, Fayard, 1972.

• B. VILLALBA (dir.) – Appropriations du développement durable. Émergences, Diffusions, Traductions, Presses Universitaires de Septentrion, 2009.

• F.-D. VIVIEN, J. LEPART et P. MARTY (éds.) – L’évaluation de la durabilité, Quae, 2013.

• B. ZUINDEAU (dir.) – Développement durable et territoire, Presses Universitaires de Septentrion, 2010.

Table des illustrations

Légende Réalisation Philippe Le Gall, Machine n° 36. Comme une allégorie du développement durable…
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10572/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 944k

Auteur

Sociologue de l’Environnement, Maître de Conférences, Sciences Po Lille, CERAPS, Directeur du Programme ITTECOP, Lille.
bvillalba@sciencespo-lille.eu

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540