Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Introduction générale

Agathe Euzen, Laurence Eymard e Françoise Gaill

Testo integrale

La science au cœur du développement durable

1Vingt ans après la première conférence de Rio en 1992, qu’est devenue la proposition de conduire nos sociétés vers un développement durable ? Ce concept, à présent connu de tous, approprié par les uns et utilisé comme faire-valoir par les autres, est vidé de son sens ou réinterprété selon les intérêts de chacun et du moment. Il s’agit, dans cet ouvrage, de revisiter ce concept au regard du monde d’aujourd’hui et des nouveaux enjeux qui conditionnent le développement des sociétés. Les travaux des scientifiques mettent en évidence la complexité des problématiques associées au développement durable. Si les chercheurs le critiquent parfois, ils mobilisent leurs compétences, issues de disciplines variées, pour placer les systèmes dynamiques au cœur de leur démarche scientifique.

2Dans le cadre de la « conférence environnementale », instituée chaque année en France, et dans la continuité de Rio + 20, l’Institut Écologie et Environnement (INEE) a proposé au Président du CNRS, Alain Fuchs, de réaliser un livre sur la recherche et le développement durable, à la suite des ouvrages « Le climat à découvert » et « L’énergie à découvert », coédités par Catherine Jeandel et Rémy Mosseri, et publiés en 2011 et 2013 par CNRS Éditions.

3Compte tenu de l’importance des enjeux liés au changement global et de la nécessité de leur prise en considération par les politiques, le développement durable demande à être repensé avec des regards critiques et pluridisciplinaires, à la lumière des compétences et des approches innovantes des chercheurs. L’enjeu est de comprendre la complexité des enjeux, en s’appuyant sur les scientifiques, pour décrire, comprendre, analyser, modéliser, prévoir et développer des stratégies pour assurer un avenir sur le long terme.

4Notre ambition, dans cet ouvrage, est de davantage mettre en lumière les apports de la science et de son rôle dans la construction de la société de demain. Il doit être considéré comme une contribution à cette volonté d’engager la France vers un nouveau modèle de développement durable (soutenable sur le long terme), tant à l’échelle nationale qu’internationale.

Écrire et raconter une histoire

5L’ouvrage commence par dessiner l’origine et les contours du concept de « développement durable » ; il présente les principaux enjeux avec lesquels les sociétés doivent composer pour se développer, qu’il s’agisse du changement global, des relations entre les humains et l’environnement ou encore du processus de mondialisation. L’idée même de « développement durable » est discutée et critiquée, pour elle-même et pour ce qu’elle véhicule. La deuxième partie présente les différents éléments de l’environnement, que sont les ressources, l’eau douce, l’air, les sols et sous-sols, les océans et la biodiversité. Ils ont, en effet, leur fonctionnement propre et sont situés au cœur d’un système global dynamique, où s’articulent, se forment et se transforment les éléments au rythme des cycles et des flux, à des échelles de temps et d’espace interconnectés. Puis, c’est aux territoires – urbain, rural, littoral – alors considérés comme des biomes* singuliers en devenir, et à ce qui les caractérise, que le troisième chapitre est consacré. Il s’agit ensuite, dans le chapitre quatre, de s’intéresser aux sociétés humaines et à leurs évolutions sur des territoires et dans des contextes environnementaux spécifiques. Accéder aux services, aux ressources est essentiel pour se nourrir, mais aussi pour préserver la santé. Les différents modes de consommer, entre tradition et modernité, viennent interpeller les approches économiques, l’organisation des sociétés et leur capacité à s’adapter et à s’engager. C’est au cœur d’un milieu que les sociétés évoluent. En s’interrogeant sur les incidences des activités humaines sur les milieux, le chapitre cinq aborde la question des risques naturels et anthropiques*, celle engendrée par les pollutions et les processus de remédiation. La pérennité des ressources est ensuite évoquée, tant du point de vue de sa dégradation par les déchets ou de sa surexploitation, que de celui de ses limites et de la capacité du vivant à s’adapter à des conditions extrêmes. Enfin, le dernier chapitre propose des pistes vers les nouvelles approches pour la recherche. Différents outils sont développés et participent à l’émergence de connaissances, fruits de l’observation et de l’interaction des disciplines. Ils permettent de proposer des réponses originales aux enjeux socio-économiques, politiques et environnementaux du développement durable, comme l’ingénierie écologique*, la chimie verte, le développement de techniques plus respectueuses de l’environnement… En anticipant l’usine du futur, l’eau du futur… de nouvelles techniques et méthodes méritent d’être généralisées, dans un souci de transmission, de formation et d’échange avec les sociétés pour créer un avenir durable.

Des savoirs multiples

6Ainsi, tout en couvrant une partie du vaste spectre qu’offre le champ du développement durable, cet ouvrage se fixe pour objectif de mettre en lumière la richesse et la pluralité des connaissances, et parfois des points de vue, développés par les scientifiques de notre pays. La diversité des disciplines mobilisées dans ce projet ne permet pas d’avoir un fil toujours homogène, mais montre que les chercheurs détiennent des compétences et des solutions majeures pour les décideurs en charge de construire la société de demain, et c’est aussi ce qui en fait l’intérêt. Les chercheurs sont responsables des propos et des chiffres qu’ils avancent.

7En lisant ce livre par son commencement, vous suivrez le fil rouge que nous vous proposons, permettant d’explorer le « développement durable » à travers ses fondamentaux et ses enjeux, tout en progressant vers un système complexe, fait de multiples interactions, qui invite à l’innovation et à la création. La lecture peut aussi se faire par chapitre, afin d’approfondir une approche spécifique et ses multiples facettes, ou en allant d’un article à l’autre, en suivant éventuellement les renvois proposés dans chaque article. Parfois, un astérisque* vous invite à aller jusqu’au glossaire pour éclairer un mot ou une expression. La présentation de chacun des auteurs et de leurs laboratoires, à la fin de l’ouvrage, met en évidence leur compétence et la nécessaire mobilisation d’une multitude de disciplines, pour être à même de parler de développement durable.

Ensemble pour construire

8L’ensemble des directeurs d’instituts du CNRS, les présidents des conseils scientifiques et ceux des différentes sections du comité national, la directrice de la mission pour l’interdisciplinarité, ont été sollicités dès le début de ce projet et associés à la construction de l’ossature de ce livre. Nous tenons tout particulièrement à les remercier de leur appui et de leur soutien. Une fois consolidé, le synopsis a été présenté au conseil scientifique du comité national du CNRS et plusieurs de ses membres se sont impliqués dans le suivi et la relecture des 150 contributions, qui font la richesse de cet ouvrage.

9La parution de ce livre n’aurait pas pu être possible sans la participation, et le soutien d’un très grand nombre de personnes. Nos remerciements s’adressent particulièrement à tous les auteurs, qui nous ont fait confiance en acceptant de partager avec la communauté scientifique, et avec l’ensemble des acteurs de la société leurs passions et leurs savoirs. Avec le soutien de la direction du CNRS, de la direction de l’INEE et de son équipe, leur adhésion à ce projet nous a permis de relever le défi et de donner le jour à cet ouvrage en moins d’un an. Nous remercions également CNRS Éditions qui a permis la réalisation de ce projet.

10Nous tenons à remercier plus spécifiquement le Président du CNRS, qui a accepté de préfacer cet ouvrage ; ainsi que Sarah E. Curtis, Marie Gaille, Jean-Pierre Féral, Erick Lansard, Marc Lucotte et Raymond Zaharia pour leur relecture attentive, critique et constructive ; et Rémy Mosseri, Michel Sardin et Stéphanie Thiébault pour leurs précieux conseils, durant la réalisation de cet ouvrage. Enfin, celui-ci n’aurait pu voir le jour sans le professionnalisme et la réactivité d’Elsa Godet, dont le dynamisme et l’enthousiasme nous ont accompagnées tout au long de cette riche aventure.

Autori

Anthropologue, Chargée de Recherche au CNRS, LATTS, Déléguée scientifique Développement Durable à l’INEE, Paris.
agathe.euzen@cnrs-dir.fr

Physicienne de l’Atmosphère, Directrice de Recherche au CNRS, Directrice de l’Observatoire des Sciences de l’Univers Ecce Terra, Université Pierre et Marie Curie, Paris.
laurence.eymard@upmc.fr

© CNRS Éditions, 2013

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540