Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Avant-propos : le développement durable au CNRS

Françoise Gaill

Texte intégral

1Les dénominations institutionnelles sont l’expression des enjeux sous-jacents à leur attribution. En mai 2005, le Conseil d’administration du Centre national de la recherche scientifique approuvait la nouvelle architecture de l’organisme. Celle-ci comportait la création de six départements scientifiques, dont deux transverses, celui d’Ingénierie et celui intitulé « Environnement et Développement Durable », alors que les autres départements étaient regroupés autour des principales disciplines. L’Agence nationale de la recherche créait également cette année-là, un comité sectoriel « Écosystèmes et Développement Durable », ayant le même acronyme « EDD ». La mise en place de ces deux ensembles partageait la volonté de développer des approches de recherche innovantes, intégrées, ou transdisciplinaires, contribuant à un développement soutenable.

2Les autres départements du CNRS étaient ceux des Sciences du vivant, de la Chimie, des Hommes et sociétés, et un dernier département regroupant dans un seul ensemble Mathématiques, Informatique, Physique, Planète et Univers dénommé MIPPU. Les deux instituts nationaux de l’Institut National des Sciences de l’Univers (INSU) et celui de physique nucléaire et de physique des particules (IN2P3), étaient alors rattachés à ce dernier département. Cette organisation, mise en place par Bernard Larrouturou et Gérard Mégie, fut remise en cause par Arnold Migus et Catherine Brechignac, lorsqu’ils arrivèrent à la tête du CNRS l’année suivante. Le nombre de départements passa alors de 6 à 10, incluant les deux départements transverses dont EDD.

L’environnement et le développement durable

3Le CNRS affichait, ainsi, ses priorités environnementales, dès 2005, et il les amplifia par la suite. La Ministre de l’écologie et du développement durable de l’époque, Nelly Olin, signait en 2006 une Convention-cadre dans le domaine de l’écologie et du développement durable avec l’organisme, afin de promouvoir et de développer la recherche en environnement.

4Ces actions, destinées à répondre aux besoins de la société générés par les changements globaux, concernaient principalement dix domaines. Tout d’abord celui de la biodiversité sous tous ses aspects : connaissance, protection et valorisation, complétées par l’évaluation économique des écosystèmes et de la biodiversité. Celui ensuite des changements globaux – climat et utilisation des terres – et de leurs effets sur le fonctionnement et sur l’évolution des écosystèmes et des sociétés humaines. Étaient également concernés les thèmes des risques naturels et anthropiques, de l’observation de la Terre, des pollutions des milieux et de leurs conséquences, ainsi que les domaines de l’eau, et plus généralement, des ressources naturelles.

5Cette convention portait également sur trois autres aspects : le renforcement de l’expertise individuelle dans le cadre des négociations internationales, la conception et la mise en place d’un dispositif d’expertise collective avec d’autres partenaires du secteur public, et enfin, le renforcement de la dimension économique et socio-culturelle du développement durable.

REACH une expertise collective

6La notion d’expertise collective était nouvelle pour le CNRS, alors que l’INSERM l’initia en 1994 et l’INRA en 2002. Ce dispositif permettait d’apporter un éclairage scientifique sur un sujet donné à partir de l’analyse critique et de la synthèse de la littérature scientifique internationale. Réalisée à la demande d’institutions souhaitant disposer des données récentes issues de la recherche, utiles à leurs processus décisionnels en matière de politique publique, l’expertise devait être considérée comme une étape initiale nécessaire pour aboutir, à terme, aux prises de décision.

7Un an plus tard, en 2007, le CNRS mettait en place une expertise collective sur les enjeux de REACH (Registration, Evaluation, Authorisation and Restriction of Chemical substances), à la demande du Ministère en charge de l’Écologie et du Développement Durable (MEDD) et du Ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie (MINEFI). La Commission européenne venait d’adopter le règlement REACH visant à contrôler les produits chimiques et leurs effets sur la santé et l’environnement. L’objectif de l’expertise collective intitulée « Substances chimiques : quels enjeux scientifiques dans le contexte de REACH ? » était d’établir un état des lieux et de dégager des perspectives d’évolution pour une chimie durable. Il s’agissait plus précisément d’apporter un éclairage pluridisciplinaire sur les outils disponibles permettant d’évaluer le niveau de protection de la santé humaine et de la dynamique des écosystèmes ; de caractériser les évolutions prévisibles du développement de nouveaux types de produits et des risques qui y sont liés ; d’identifier les outils nécessaires pour faire face à ces risques ; et enfin de dessiner les bases d’une chimie performante, source de produits plus utiles et de bénéfices sociétaux et économiques accrus.

8D’autres actions furent initiées par le CNRS grâce à la dynamique du domaine EDD, comme une coopération avec l’Université numérique thématique « Environnement et développement durable » (UVED) ou avec l’ADEME et d’autres partenaires comme le Groupement d’Intérêt Scientifique (GIS) « Climat-Environnement-Société » ; et plusieurs expertises collectives furent ainsi initiées en collaboration avec d’autres organismes de recherche par la suite.

Les sciences de l’environnement

9Les départements furent ensuite remplacés par les instituts. La création de ces derniers eut lieu officiellement en octobre 2009, après une année de discussion dans les différentes instances CNRS. La plupart des départements initiaux conservèrent leur dénomination, excepté EDD, qui devint l’Institut écologie et environnement (INEE). Ce fut un acte fort, car le terme même d’« écologie » dans un intitulé d’institut impliquait une reconnaissance explicite d’un nouveau domaine scientifique. L’écologie, perçue d’abord comme mouvement politique, se hissait au rang des disciplines revendiquées par l’organisme. L’association du terme avec celui d’environnement indiquait également la proximité d’une discipline, avec ce qui était un vaste ensemble aux contours encore flous.

10Ce titre illustrait le chemin qui restait à parcourir pour favoriser l’émergence des sciences de l’environnement, en tant que champ scientifique intégré. Le développement durable devenait alors un horizon, et c’est par la dynamique des interactions engendrées par la proximité et la diversité des interrogations qu’a pu émerger une communauté d’intérêts de recherche interdisciplinaire autour de l’écologie globale et des enjeux actuels. À l’heure où le paysage de la recherche française est en pleine mutation, le CNRS a entamé une réflexion sur les défis que les sciences de l’environnement auront à relever les prochaines années. La maîtrise de la complexité des interactions, entre sociétés humaines et systèmes écologiques, pour accroître le rôle du monde de la recherche dans la réflexion autour du développement durable fait partie de ces défis.

Le logo écologie et environnement des cahiers prospectives CNRS. L’écologie est une science jeune qui concerne la compréhension de l’histoire, du fonctionnement et de l’évolution de la biosphère. En devenant globale, elle tend à prendre en compte l’activité des sociétés humaines et leurs dynamiques. Cette écologie se veut le fer de lance de l’innovation dans les sciences de l’environnement en étant intégrative, opérationnelle et prédictive. Les prospectives de l’INEE, qui se sont tenues en Avignon en octobre 2012, marquent les fondements, avancées et dynamiques à mettre en place pour toutes les questions liées à l’écologie et l’environnement dans les années à venir. © R. Maurel

Table des illustrations

Légende Le logo écologie et environnement des cahiers prospectives CNRS. L’écologie est une science jeune qui concerne la compréhension de l’histoire, du fonctionnement et de l’évolution de la biosphère. En devenant globale, elle tend à prendre en compte l’activité des sociétés humaines et leurs dynamiques. Cette écologie se veut le fer de lance de l’innovation dans les sciences de l’environnement en étant intégrative, opérationnelle et prédictive. Les prospectives de l’INEE, qui se sont tenues en Avignon en octobre 2012, marquent les fondements, avancées et dynamiques à mettre en place pour toutes les questions liées à l’écologie et l’environnement dans les années à venir. © R. Maurel
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10564/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 351k

Auteur

Biologiste, Directrice de Recherche au CNRS, BOREA, Présidente du COSS, Chargée de Mission CNRS, Paris.
francoise.gaill@cnrs-dir.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540