Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Circulation des matériaux

Analyse pétrographique des silex utilisés par les néolithiques de l’île Corrège à Leucate (Aude)

Annie Masson

Résumé

L’analyse pétrographique de l’industrie lithique cardiale de Leucate montre des populations assez bien adaptées à l’environnement géologique immédiat, en même temps que l’importance des déplacements par cabotage côtier. Les différentes altérations des silex nous informent indirectement sur l’évolution morphologique de l’étang, ainsi que sur les caractères de la fossilisation des roches siliceuses en milieu lagunaire.

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

1La petite série lithique cardiale de l’île Corrège présentait à l’analyse pétrographique deux points d’intérêt : les relations entre les hommes du Cardial et leur environnement géologique mais également des informations très précises sur le mode de fossilisation des silex en milieu lagunaire et, indirectement, sur l’évolution morphologique de l’étang.

1. Description des matériaux

2La diagnose complète de ces différents silex a été publiée dans la monographie du gisement (Masson, 1984).

1.1. Les différents types de silex

3Type A : (fig. 2, 3, 14 & 15)

4Silex à grain grossier d’âge tertiaire, provenant de formations lacustres ou lagunaires, contenant des ooganes et tiges de charophytes et de rares ostracodes vacuoles à remplissage de quartz et calcédoine. Calcite micritique abondante. Bioturbations.

5Type B : (fig. 4 à 7)

6Dolomicrite silicifiée contenant des foraminifères (Lituolidés) et de rares spicules d’éponges. Amas ferromanganiques.

7Type C: (fig. 8, 9 & 16)

8Silidification pédologique tertiaire à nombreux terriers et vacuoles à remplissage de quartz automorphe. Rares charophytes.

9Type D :

10Ce silex ne se distingue du type A que par la présence de gastéropodes.

11Type F:

12Silexite (ou radiolarite ?) noire à filonnets blancs, tectonisation. Il existe un litage.

13Type K : (fig. 10 & 11)

14Silex nectique d’âge tertiaire, totalement azoïque.

15Type L: (fig. 12 & 13)

16Calcarénite silicifiée à rares spicules d’éponges et débris d’échinodermes. Abondance de sphérolithes (ou semi-sphérolithes) de calcédoine à extinction roulante.

17La lettre X désigne encore dans le tableau 1 les fragments de silex trop altérés pour être attribués à un type précis.

Tableau 1 : Profil économique et technique de l’industrie de Leucate montrant la place des différentes roches et leurs modalités d’utilisation. Mais les chiffres relativement élevés du pourcentage de transformation s’entendent en incluant tous les objets à dos même partiel.

18Les néolithiques de Leucate ont encore utilisé du quartz filonien en abondance : 22 éclats ou fragments de galets ont été décomptés. Ces galets sont très émoussés et l’aspect de leur surface suggère un transport alluvial ou marin très long (tab. 1, colonne Q). Notons enfin, la présence d’un unique éclat de quartz hyalin (ou cristal de roche), ne présentant aucune plage corticale résiduelle (tab. 1, colonne QH).

1.2. Origine des matériaux (fig. 1)

19Les silex lacustres ou pédologiques pourraient provenir de la Presqu’île du Doul, sur l’étang de Sigean. En effet, on récolte en abondance en plusieurs points de cette presqu’île des petits nodules de silex (de taille souvent inférieure à 15 cm) provenant des calcaires aquitaniens. Dans ces nodules se retrouvent les faciès A & C du matériel archéologique. Un seul de ces rognons comportait une section de gastéropode mais il a été précisé à l’analyse des types que, excepté la présence des gastéropodes, A & D peuvent être confondus dans une même description, et vraisemblablement dans leur point de provenance. Dans ces milieux lacustres ou lagunaires, les gastéropodes peuvent exister seulement dans un niveau très mince puis disparaître totalement des dépôts voisins. Après la silicification on aura des faciès pétrographiques très proches avec ou sans gastéropodes. La même remarque peut être faite à propos du silex de type K. Il n’a pas été rencontré dans les prélèvements de cette région mais les intercalations évaporitiques (gypse) très localisées sont souvent présentes dans ce type de milieux. On peut raisonnablement admettre une provenance commune pour ce mauvais silex de type K et les types A, C & D.

20La provenance du matériau de type L est difficile à déterminer à l’examen des quatre morceaux présents dans le matériel archéologique. Ils ne contiennent pas de fossiles utilisables et seule leur description structurale pourrait orienter une recherche d’origine. Tout au plus peut-on dire qu’il s’agit d’un vrai silex marin d’âge secondaire (jurassique ou crétacé) à faciès un peu graveleux. Nous rencontrons là une de ces questions qui restent inexpliquées à l’étude ponctuelle d’un gisement mais qui trouveront inévitablement solution plus tard, lorsque ce type de roche aura été rencontré dans plusieurs gisements préhistoriques.

Figure 1 : Situation du gisement par rapport aux principales sources pourvoyeuses des différents matériaux utilisés.

21Il existe des affleurements de lydiennes (type F), dans les formations primaires - d’âge tournaisien à viséen -du Massif de Mouthoumet, au nord-ouest de l’étang (Carte géologique au 1/50 000°, feuille de Leucate). Par ailleurs, P. Cavet (1958) en décrivit en abondance dans la région de Villefranche-de-Conflent, au pied du Canigou, au sud-ouest de Leucate. C’est dire que toutes les terrasses fluviatiles et les formations anciennes à cailloutis de cette zone peuvent contenir des petits blocs ou des galets de lydienne, matériau indestructible par excellence. Notons encore que dans la presqu’île du Doul même peuvent aussi être récoltés des petits blocs peu émoussés. Dans le matériel archéologique les morceaux de silexites portent toujours des traces de transport alluvial ou marin mais il s’agit davantage de blocs faiblement émoussés que de galets, c’est-à-dire qu’ils ont le même aspect que les échantillons de l’étang de Sigean. Bien entendu, de tels blocs pouvaient être trouvés plus près de Leucate.

Figure 2 : Abondance des fragments de charophytes dans les silex lacustre de type A. Les zones sombres sont dues à l’imprégnation sélective par la patine noire. (M.P. = microscope polarisant, L.N. = lumière naturelle). Figure 3 : Toutes les plages sombres sont des plages de calcite micritique dans la matrice siliceuse du silex de type A. L’imprégnation noire les touche en premier lieu (M.P, L.N). Figure 4 : Aspect de la calcédoine dans le silex de type B. Matrice de très petits cristaux engrenés de 30 à 50 microns (M.P., L.P. = lumière polarisée). Figure 5 : Cristal de dolomite épigénisé par la silice cryptocristalline dans la roche du type B. L’imprégnation noire atteint aussi en priorité les minéraux reliques (M.P., L.N.). Figure 6 : Les taches sombres qui caractérisent le silex du type B sont constitutées de très petits amas globulaires. Comparer cette photographie à la figure n° 17 qui montre un pigment noir d’origine taphonomique (M.P., L.N.). Figure 7 : Foraminifères (Lituolidés) dans le silex de type B. On peut remarquer leur mauvais état de conservation et l’imprégnation noire sélective qui les touche (flèches) (M.P., L.N.). Figure 8 : Texture du silex de type C. Les flèches indiquent les sections de terriers dont la patine noire est parfois très intense (L.B. = loupe binoculaire). Figure 9 : Les plages sombres et grises dans ce silex de type C coïncident avec les plages de calcite micritique et d’opale, imprégnées préférentiellement. Les zones à calcédoine bien développée (remplissage de terriers ou de microgéodes, bioclastes) n’ont presque pas été patinées (flèche) (M.P., L.N.).

Figure 10 : Cristaux de gypse dans le cortex du silex de type K (flèches). Noter leur aspect en lentilles, caractéristique de ce minéral (L.B.). Figure 11 : Les lentilles de gypse de ce silex nectique (K) ont été patinées préférentiellement tandis que la matrice siliceuse autour l’est bien moins. Les longues fractures sombres sont dues à l’altération thermique subie par cet échantillon (M.P., L.P.). Figure 12 : Structure générale du silex de type L. Noter les grandes dimensions des mèches de calcédoine et la présence de sphérolithes qui indiquent la granulométrie de la roche mère du silex (M.P., L.P.). Figure 13 : Sphéolithes de calcédoine dans la calearénite silicifiée (type L) (M.P., L.P.). Figure 14 : Aspect de l’imprégnation noire dans le silex lacustre de type A. Tous les bioclastes (charophytes) sont frangés de pigments noirs tandis que l’imprégnation diffuse beaucoup plus difficilement dans la matrice siliceuse (L.B.). Figure 15 : Altération et imprégnation noire dans le silex de type A. Une précoce dissolution de la périphérie du silex a été accompagnée de néogenèses de sphérolithes de calcédoine. L’imprégnation utilise ces nouvelles structures. La zone blanche délimite le bord du fragment de roche. (M.P., L.N.). Figure 16 : Imprégnation noire dans une microgéode à remplissage de calcédoine et quartz (silex de type C). Au centre, les cristaux de quartz automorphes ne sont pas imprégnés tandis que les pigments délimitent les bandes de développement de la calcédoine (L.B.). Figure 17 : Les pigments noirs se répartissent de manière très diffuse sans qu’aucune forme minérale ne puisse être identifiée. Comparer aux amas ferromanganiques dans le silex de type B, figure 6 -(M.P., L.N.).

22L’origine première du quartz filonien peut également être recherchée dans les mêmes formations primaires mais il apparaît toujours sous forme de galets bien émoussés dans le matériel. La répartition de ces derniers est assez semblable à celle des silexites. Notons encore qu’il existe au Mas Carrère, tout près de Leucate (fig. 1) une importante assise marneuse aptienne à quartz filonien (Barrabé, 1958) dont l’érosion a encore enrichi les formations à galets de cette région. Le seul fragment de quartz hyalin collecté par les néolithiques ne portait pas de traces de transport fluviatile, aussi son origine restera définitivement problématique : précisons simplement que ce type de minéral peut être également rencontré dans les massifs primaires déjà mentionnés comme pourvoyeurs de quartz filonien.

23Enfin, les foraminifères (Lituolidés) et la structure du silex de type B rattacheraient plus volontiers selon B. Peybernès ce matériau aux formations aptiennes régionales. C’est dans la région de Sainte-Eugénie et plus particulièrement au Pla de Couloubret que ces silicifications sont le mieux développées. On est là tout près de l’étang de Sigean et de la presqu’île du Doul, d’où proviennent les silex tertiaires. Je pense que cette proximité n’ait pas présenté des commodités très vite reconnues par les Néolithiques.

2. Aspects techniques et économiques

24Les observations concernant l’utilisation de ces divers types de silex, leur place dans les activités de taille sont résumées dans le tableau 1. Avant tout développement, rappelons bien que ces données se rapportent à une série lithique dépourvue de tout contexte stratigraphique, issue d’un habitat dont on ignore la structure et l’étendue.

25D’abord il n’est pas absolument certain que l’on puisse réellement parler de débitage à propos des lydiennes (type F). La plupart du temps les traces de tectonisation de ces roches rendent la taille très hasardeuse, et toute assimilation typologique assez délicate (en particulier à propos des deux nucléi signalés). Les mêmes remarques peuvent également être formulées au sujet des nombreux galets de quartz filonien (type Q).

26Les qualités de taille respectives des principaux matériaux (groupe A-C-D-K) d’une part et silex de type B de l’autre apparaissent avec netteté dans le même tableau. La parfaite homogénéité de ce dernier matériau, et sa structure micritique en font un silex de taille parfaite. Cela se traduit par l’importance du débitage laminaire ou lamellaire. L’existence d’une lame à plage corticale concave suggère que certains rognons de ce silex peuvent atteindre ou dépasser les quinze centimètres, permettant ainsi l’obtention de supports de bonne facture. Le silex de type L a un grain un peu plus grossier mais une relative homogénéité, et, malgré le petit nombre de fragments rencontrés, il apparaît que c’est également un matériau très agréable à débiter. Par contre, les silex lacustres ou pédologiques du groupe A-C-D-K ont une grande variabilité et une hétérogénéité habituelle qui peut contrarier sérieusement les tentatives de débitage. Le silex à charophytes (A) possède un grain assez grossier mais une relative homogénéité qui permet encore d’en tirer des lamelles ou des éclats utilisables. Certains nucléi polyédriques en sont de bon style. La silice pédologique de type C est bien moins facile à débiter à cause des terriers qui la sillonnent et des nombreuses microgéodes de quartz qu’elle contient. De plus, sa matrice comporte parfois de larges plages d’opale qui en rendent le débitage très lent et mou. Dans le silex de type D, les plus grands gastéropodes qui tendent à se fossiliser en formant autant de microgéodes de quartz peuvent fréquemment faire avorter la venue des lamelles ou des petits éclats.

27Le choix des différentes matières premières ne relève pas toujours strictement de contingences techniques de débitage. La représentation d’importance décroissante des silex A-C-D-K est vraisemblablement attribuable à la représentation même des différents faciès siliceux dans les affleurements aquitaniens exploités. Heureusement le faciès le plus représenté au bord de l’Étang de Sigean était également le plus commode à tailler.

28Les profils techniques des matériaux lacustres d’une part et du silex de type B de l’autre sont radicalement opposés : ceci se traduit par l’absence de nucléi pour cette dernière roche, par son pourcentage plus élevé de transformation et la relative rareté des plages corticales. Habituellement cela est plutôt le fait de roches importées dont le transport de rognons entiers posait quelques problèmes. A l’inverse, un débitage intégral sur place pourrait le plus souvent être considéré comme un indice d’autochtonie relative du silex, avec des affleurements proches. Pourtant, dans le cas présent, à mesure que l’origine locale du silex B s’affirmait, comment interpréter cette différence dans les modalités d’exploitation des deux types de roches d’origines si voisines ?

29Les silex lacustres peuvent se récolter en bordure immédiate de l’Étang de Sigean. Pour collecter les silex aptiens au point le plus proche, il faut parcourir environ 5 km à vol d’oiseau vers l’est et, partant du bord de mer, atteindre une altitude d’environ 270 m, en escaladant des falaises crétacées aux pentes assez fortes. Par contre les affleurements des types A et B se trouvent à égale distance du site de Leucate par voie terrestre, c’est-à-dire à peu près trente ou quarante kilomètres, et alors rien n’explique les différentes modalités d’exploitation. En revanche, si l’on imagine un approvisionnement en partie par voie maritime, ces modalités paraissent plus clairement justifiées. Le silex lacustre était disponible dès le débarquement sur la presqu’île du Doul tandis qu’une excursion terrestre assez longue était encore nécessaire pour ramasser du silex de type B. Bien entendu, cette hypothèse implique la pratique d’un cabotage côtier, mais on peut rappeler que F. Poplin (1975) a attiré l’attention sur la présence de rostres d’espadon dans la matériel archéologique de Leucate. Pour cet auteur la possibilité d’échouage de ces vestiges était plutôt difficile à admettre, rendant plus probable l’existence d’une navigation marine par les néolithiques. Notons enfin que ces hommes exploitaient au mieux toutes les ressources locales montrant ainsi leur parfaite et ancienne adaptation à l’environnement et il existe de fortes probabilités pour que les boues d’âge holocène des étangs voisins de Leucate contiennent d’autres habitats du même type que le village de l’île Corrège.

3. Étude taphonomique

30Elle précède toujours inévitablement l’étude pétrographique du matériel lithique. Il n’est pour s’en convaincre que d’observer la série de Leucate : trois types d’altérations s’y rencontrent.

3.1. Altération thermique et patine blanche

31Toutes les traces de combustion ont été enregistrées mais il est bien évident que les conditions de récolte du matériel s’opposent à l’exploitation de ces informations. Tous les degrés d’altération thermique y sont observables depuis les pièces qui sont simplement lustrées jusqu’à celles qui présentent un fin réseau polyédrique de fragmentation (Masson, 1981a). On peut simplement en conclure que des structures de combustion (foyers) existaient dans le site immergé. La drague a d’ailleurs ramené de nombreux fragments de bois brûlés.

32Presque tous les fragments de silex ont présenté la patine blanche, habituelle sur les sites préhistoriques. Quatre stades d’altération ont été distingués, selon la répartition de la patine blanche sur les objets (op. cit.). La tableau 1 nous montre que les silex du groupe A, C, D, K sont assez fortement altérés et donc altérables. Ces chiffres pourtant ne signalent que les patines de stade deux et plus. En fait, de nombreux fragments du type A sont touchés au stade 1. C’est le silex de type K qui a subi les plus sérieuses attaques : elles soulignent dans la matrice siliceuse la présence des lentilles gypseuses épigénisées en silice. Les lydiennes ne sont presque pas patinées et les matériaux du type L montrent une patine légère de stade deux qui souligne très clairement leur structure. Il semble que le silex du type B résiste bien mieux à l’altération.

33Toutes ces informations tendent à montrer que l’enfouissement de ces silex n’a pas été réalisé très rapidement après l’abandon du site : il est exclu que des silex, une fois immergés ou simplement enfouis dans des boues humides, aient pu continuer à développer ce type de patine. On sait en effet que sa constitution est favorisée par une alternance dans les caractères hygrométriques du milieu de conservation (sols ou plein air) : l’immersion constante s’oppose à l’apparition de ce phénomène (Masson, 1981b).

34Signalons encore que les conditions de récolte rendaient inutiles toute étude des aspects de surface des silex. Pourtant on peut noter l’absence de polis (de sols, ou de brassage avec des silts, éoliens...). Ceci prouve que l’enfouissement des pièces s’est réalisé sans turbulence notable et qu’il n’a vraisemblablement été suivi d’aucun remaniement important jusqu’à la récente récolte.

3.2. L’imprégnation noire

35La couleur des silex est ici un critère bien inutile pour leur caractérisation : une intense imprégnation noire prête à ces sept types de silex différents une même trompeuse apparence. Une dizaine de pièces seulement ne semblaient pas patinées, encore n’est-ce pas qu’une question de degré dans la perception macroscopique de la couleur.

36Cette imprégnation touche les pièces sur une profondeur variable : les objets sciés pour la confection de lames minces montrent souvent l’existence d’un liseré périphérique franchement noir et d’une coloration d’intensité décroissante vers le cœur. L’examen à la loupe et au microscope montre que ces pigments noirs ne se sont pas répandus aléatoirement dans les silex, mais en utilisant toutes les solutions de continuité, l’hétérogénéité et même les altérations physiques des roches. La répartition de cette patine est donc d’abord « structurale ». Dans les matériaux du type A, les tiges et oogones de charophytes sont entourés et frangés intérieurement par le pigment noir (fig. 14). Il en va de même pour les gastéropodes du silex de type D. Sur une seule des lames de silex du type A l’imprégnation noire utilisait la présence de larges sphérolithes de calcédoine de 100 à 200 μm (fig. 15). Le cœur et le tour de ces sphères seuls étaient pigmentés. Bien entendu l’imprégnation était très intense tout autour, dans la matrice silicieuse. Il s’agit là vraisemblablement d’une altération précoce dans cette roche. Dans tous les silex l’imprégnation tend à envahir en priorité les plages cryptocristallines où les cristaux de silice sont mal développés.

37Partout où il y a des microgéodes à remplissage concentrique de calcédoine, une zonation noire vient par contraste souligner l’existence de ces bandes de silice fibreuse (types A, C, D) (fig. 16). Dans ces géodes, des encroûtements noirs signalent aussi parfois les clivages de cristaux de quartz automorphes. Dans le silex de type C, de nombreux terriers sont imprégnés sélectivement, tandis que la matrice environnante a mieux résisté à la pénétration du pigment. Dans le silex de type B cette imprégnation apporte un précieux concours à la caractérisation de la roche, soulignant parfois assez nettement la structure des foraminifères (fig. 7). Chaque fois que l’altération thermique a provoqué l’installation d’un réseau de fragmentation dans les silex, l’imprégnation a trouvé là une circonstance favorable à son développement. Quant aux cortex, leur porosité qui a dû favoriser dans un premier temps l’absorption des pigments noirs, a ensuite permis un certain lessivage de cette altération : souvent ces cortex paraissent gris, même sur des silex eux très noircis.

38Rappelons que les imprégnations ferrugineuses du silex sont fréquentes dans les terrasses alluviales ou dans les gisements préhistoriques de plein air. En général les oxydes de fer se répartissent alors bien uniformément : on observe en lame mince une invasion généralisée de la matrice siliceuse, qui épargne tous les grains de quartz (détritiques ou authigènes) et les plages de calcédoine à large cristallisation (c’est-à-dire souvent les épigénies de radiolaires, spicules ou parfois de foraminifères) (Masson, 1981a). Lorsqu’une structure réticulée existe (Rio, 1982), elle est bien entendu soulignée alors par les pigments ferrugineux. Ici l’imprégnation est moins uniforme : les pigments sombres se répartissent en petits amas formés de très petits globules (fig. 17) coalescents et aucune forme minérale caractéristique n’a été reconnue.

39Les informations paléoécologiques déjà recueillies sur les étangs et le plateau continental languedociens au cours de la transgression flandrienne permettent de comprendre un peu mieux ce qu’est cette altération. La sédimentation holocène de deux étangs très proches, tant géographiquement que d’un point de vue écologique a été minutieusement analysée par F. Gadel (1974). Nous disposons en outre d’observations plus générales sur les côtes languedociennes (Aloïsi & al, 1975). Toutes les carottes de sondage du plateau continental ou des étangs montrent la formation périodique de vases silteuses grises ou noires, très riches en matière organique et en composés soufrés. Selon F. Gadel ce type de sédiments proviendrait de la lente évolution en milieu réducteur d’importantes accumulations végétales. Actuellement ces circonstances peuvent être réalisées en période d’intense mortalité végétale, c’est-à-dire à l’automne. A. Rivière et S. Vernhet (1958) signalent que, dans l’étang de Leucate les vents dominants peuvent entraîner l’échouage de banquettes épaisses constituées de Ruppia et de Zostera (Naïadacées). On peut d’ailleurs en observer actuellement au Sud même de la ville de Leucate : elles se présentent sous forme de gros bancs disloqués, d’environ 80 cm d’épaisseur, complètement desséchés, et qui reposent à quelques mètres de la rive. Ces banquettes se déposent plus volontiers sur les tombolos du bord est de l’étang (Jaffrezo, 1977). Alors sont réalisées les conditions nécessaires à la formation de ces sédiments noirs riches en matière organique et en monosulfures, particulièrement grâce à la présence de Zostera dont l’action réductrice sur l’environnement a été signalée (Wood, 1953). Il est possible de supposer que le site et ses dépôts anthropiques aient été couverts par ce type d’apports quelque temps après leur abandon. Ainsi les silex auraient pu se fossiliser au sein des banquettes végétales en décomposition, s’imprégnant de matière organique.

  • 2 Analyse réalisée au Centre de Microscopie électronique appliquée à la Biologie et à la Géologie de (...)

40Pour tenter de vérifier cette hypothèse des spectres et images Rx de répartition du soufre, du fer et du manganèse ont été réalisés sur lames minces à l’aide d’une microsonde2 : les trois éléments sont présents mais en petites quantités et de manière inconstante. Ces informations étaient donc difficiles à valoriser, néanmoins, l’hypothèse d’une imprégnation de matière organique reste fortement probable : les processus d’installation et l’aspect habituels des imprégnations ferrigineuses telles qu’on les observe souvent en milieu pédologique sont assez différents.

41Si l’on admet donc cette explication paléoécologique, cela signifie alors que les conditions de sédimentation, sous l’influence de vents dominants nord-ouest, étaient assez proches de l’actuel dans l’étang de Leucate.

Bibliographie

Bibliographie

Aloisi (J.-C), Monaco (A.), Thommcret (J.) & Thommeret (Y.) 1975. Évolution paléogéographique du plateau continental languedocien dans le cadre du Golfe du Lion. Analyse comparée des données sis-miques, sédimentologiques et radiométriques concernant le Quaternaire récent. Rev. Géogr. phy. Géol. dynam., Paris, t. 2, fasc. 1, p. 13-22, 5 fig ? ? 1 pl., 1 tab.

Barrabe (L.) 1958. Réunion extraordinaire de la Société géologique de France dans les Pyrénées orientales (France et Espagne). Bull. Soc. géol. Fr., Paris, 6e sér., t. 8, p. 818-24.

Cavet (P.) 1958. Réunion extraordinaire de la Société géologique de France dans les Pyrénées orientales. Bull. Soc. géol. Fr., Paris, 6e sér., t. 8, p. 924-8.

Freises (A.), Montjardin (R.) & Guilaine (J.) 1976. Le gisement cardial de l’île Corrège à Port-Leucate (Aude). Note préliminaire. Congr. préh. Fr., Paris, 20e sess., Provence, p. 277-94, 11 fig.

Gadel (F.) 1974. La matière organique el la sédimentation récente dans le Golfe du Lion: distribution, nature et évolution. Thèse d’État, Univ. Paris VI, n° A.O. 9413, 335 p., 177 fig., 3 pl.

Masson (A.) 1981a. Pétroarchéologie des roches siliceuses. Intérêt en préhistoire. Thèse 3e cycle, Univ. C. Bernard, n° 1035, 111 p., 32 fig., 7 pl.

Masson (A.) 1981b. Altération des silex préhistoriques : dissolution, néogenèses siliceuses, implications sédimentologique et chronologique. C.R. Acad. Sc., Paris, t. 292, sér. 2, n° 23, p. 1533-37, 1 pl.

Masson (A.) 1984. Étude pétrographique des silex utilisés par les Néolithiques de l’île Corrège à Leucate. in Guilaine (J.), Freises (A.) et Montjardin (R.) « Leucate-Corrège, habitat noyé du Néolithique Cardial » Centre Anthrop. Soc. rurales & Mus. P. Valéry édit., Toulouse-Sète, p. 59-71, 17 fig. 1 tab.

Peybernes (B.) 1976. Le Jurassique et le Crétacé inférieur des Pyrénées franco-espagnoles entre la Garonne et la Méditerranée. Thèse État, Univ. P. Sabatier, Toulouse, 457 p., 147 fig., 42 tab.

Poplin (F.) 1975. Restes de rostre d’Espadon trouvés dans un gisement néolithique de l’Étang de Leucate (Aude). Bull. Soc. préh. fr., Paris, t. 72, n° 3, p. 69-70, 1 fig.

Rio (M.) 1982. Les accidents siliceux dans le Crétacé du Bassin vocon-tien (sud-est de la France). Contribution à l’étude de la silicification des formations calcaires. Docum. Lab. Géol. Lyon, n° 84, 178 p., 80 fig., 38 tab., 6 pl., 1 carte.

Rivière (A.) & Vernhet (S.) 1958. Quelques modalités de la sédimentation végétale dans l’étang de Leucate-Salses. C.R. Acad. Sc., Paris, t. 246, n° 13, p. 2011-4.

Viguier (M.) 1887. Études géologiques sur le département de l’Aude. Grollier édit., Montpellier, 308 p., 11 pl., 1 carte.

Wood (E.J.F.) 1953. Reducing substances in Zostera. Nature, Londres, t. 172, n° 4385, p. 916.

Notes de fin

2 Analyse réalisée au Centre de Microscopie électronique appliquée à la Biologie et à la Géologie de l'Université C. Bernard, Lyon 1.

1 Département des sciences de la Terre, Université C. Bernard, 27-43 Boulevard du 11 Novembre, 69622 Villeurbanne Cédex.

Table des illustrations

Légende Tableau 1 : Profil économique et technique de l’industrie de Leucate montrant la place des différentes roches et leurs modalités d’utilisation. Mais les chiffres relativement élevés du pourcentage de transformation s’entendent en incluant tous les objets à dos même partiel.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1055/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Figure 1 : Situation du gisement par rapport aux principales sources pourvoyeuses des différents matériaux utilisés.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1055/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Figure 2 : Abondance des fragments de charophytes dans les silex lacustre de type A. Les zones sombres sont dues à l’imprégnation sélective par la patine noire. (M.P. = microscope polarisant, L.N. = lumière naturelle). Figure 3 : Toutes les plages sombres sont des plages de calcite micritique dans la matrice siliceuse du silex de type A. L’imprégnation noire les touche en premier lieu (M.P, L.N). Figure 4 : Aspect de la calcédoine dans le silex de type B. Matrice de très petits cristaux engrenés de 30 à 50 microns (M.P., L.P. = lumière polarisée). Figure 5 : Cristal de dolomite épigénisé par la silice cryptocristalline dans la roche du type B. L’imprégnation noire atteint aussi en priorité les minéraux reliques (M.P., L.N.). Figure 6 : Les taches sombres qui caractérisent le silex du type B sont constitutées de très petits amas globulaires. Comparer cette photographie à la figure n° 17 qui montre un pigment noir d’origine taphonomique (M.P., L.N.). Figure 7 : Foraminifères (Lituolidés) dans le silex de type B. On peut remarquer leur mauvais état de conservation et l’imprégnation noire sélective qui les touche (flèches) (M.P., L.N.). Figure 8 : Texture du silex de type C. Les flèches indiquent les sections de terriers dont la patine noire est parfois très intense (L.B. = loupe binoculaire). Figure 9 : Les plages sombres et grises dans ce silex de type C coïncident avec les plages de calcite micritique et d’opale, imprégnées préférentiellement. Les zones à calcédoine bien développée (remplissage de terriers ou de microgéodes, bioclastes) n’ont presque pas été patinées (flèche) (M.P., L.N.).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1055/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende Figure 10 : Cristaux de gypse dans le cortex du silex de type K (flèches). Noter leur aspect en lentilles, caractéristique de ce minéral (L.B.). Figure 11 : Les lentilles de gypse de ce silex nectique (K) ont été patinées préférentiellement tandis que la matrice siliceuse autour l’est bien moins. Les longues fractures sombres sont dues à l’altération thermique subie par cet échantillon (M.P., L.P.). Figure 12 : Structure générale du silex de type L. Noter les grandes dimensions des mèches de calcédoine et la présence de sphérolithes qui indiquent la granulométrie de la roche mère du silex (M.P., L.P.). Figure 13 : Sphéolithes de calcédoine dans la calearénite silicifiée (type L) (M.P., L.P.). Figure 14 : Aspect de l’imprégnation noire dans le silex lacustre de type A. Tous les bioclastes (charophytes) sont frangés de pigments noirs tandis que l’imprégnation diffuse beaucoup plus difficilement dans la matrice siliceuse (L.B.). Figure 15 : Altération et imprégnation noire dans le silex de type A. Une précoce dissolution de la périphérie du silex a été accompagnée de néogenèses de sphérolithes de calcédoine. L’imprégnation utilise ces nouvelles structures. La zone blanche délimite le bord du fragment de roche. (M.P., L.N.). Figure 16 : Imprégnation noire dans une microgéode à remplissage de calcédoine et quartz (silex de type C). Au centre, les cristaux de quartz automorphes ne sont pas imprégnés tandis que les pigments délimitent les bandes de développement de la calcédoine (L.B.). Figure 17 : Les pigments noirs se répartissent de manière très diffuse sans qu’aucune forme minérale ne puisse être identifiée. Comparer aux amas ferromanganiques dans le silex de type B, figure 6 -(M.P., L.N.).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1055/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M

Auteur

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search