Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Ressources complémentaires

Discussion

Texte intégral

Ressources complémentaires

P. Phillips

1M. Desse, vous avez dit avoir trouvé assez rarement des otolithes et qui n’étaient pas très bien conservées. Lorsqu’on a fait des fouilles d’amas coquilliers dans l’Ouest de l’Écosse on a remarqué la présence d’otolithes. Est-ce que c’est peut-être des différences d’environnement qui font persister ces otolithes ?

J. Desse

2Très certainement. J’ai moi-même étudié des sites qui livraient des quantités impressionnantes d’otolithes, mais en même temps associées à d’autres fragments osseux et évidemment ceux de fragments crâniens de poissons. J’ai cru comprendre qu’il s’agissait de cristaux d’aragonite à l’état presque pur, c’est-à-dire un cristal plus ou moins instable. En particulier dans des conditions thermiques extrêmement brutales, ça se dissociait et se transformait en petites poussières. Dans le cas de Châteauneuf-les-Martigues, j’ai été surpris de voir aussi peu d’otolithes de sparidés alors qu’un grand nombre de quantité de vestiges osseux crâniens étaient représentés. Or les conditions de fouilles ont permis de livrer du matériel extrêmement fin et tenu, si ces otolithes avaient été préservées, elles y seraient.

P. Phillips

3Il y a une autre méthode pour savoir en effet si les gens mangeaient du poisson. Il s’agit d’effectuer des mesures de carbone 13 sur les squelettes humains.

J. Desse

4Si le problème de la cuisson éventuelle des oiseaux se pose, celui des poissons ne se pose en rien, du moins pour les sites étudiés tous les vestiges osseux de poissons portent de nettes traces de cuisson et indiquent qu’ils ont été cuits à même la braise ; il ne s’agit pas de rejet de four, il s’agit d’une technique de préparation culinaire.

A. Colomer

5En ce qui concerne les radiographies de vertèbres de poissons s’agit-il de radiographies sur vertèbres entières ou sur des lames minces ? Par ailleurs la croissance des poissons est-elle un peu analogue à celle des arbres par cernes annuelles ou comme les tortues ?

J. Desse

6Oui, vous trouverez dans le texte les références bibliographiques concernées. D’une part la radiographie se fait en vue frontale, c’est la radio entière ; vous avez pu remarquer que ça fournit une image qui a le bon goût d’être d’une part symétrique et de l’autre de fournir une clef spécifique. Pour ce qui est de la croissance des vertébrés inférieurs, on appelait autrefois ces animaux « à croissance continue ». Or cette croissance a le bon goût de se ralentir pendant l’hiver, c’est-à-dire que le métabolisme du poisson s’arrête, il fabrique moins de matières osseuses ou cartilagineuse. Aussi peut-on compter les cernes d’un poisson, tout comme l’on compte les cernes de croissance d’un arbre, semble-t-il avec tout autant de fiabilité.

P. Marinval

7Qu’il s’agisse de la malacologie, de l’étude des poissons, de celle des graines, des charbons de bois, il serait bon que toutes ces disciplines se mettent d’accord pour arriver à systématiser les méthodes de prélèvement et de tamisage.

J. Desse

8Les spécialistes des différentes micro-disciplines concernées peuvent très bien écrire un petit ouvrage qui s’intitulerait « techniques de prélèvements » de tel ou tel vestige.

S. Thiébaut

9J’aimerais savoir si l’on peut donner une interprétation des variations chronologiques successives des poissons pêchés, puisque J. Desse cite une abondance de poissons marins, puis de poissons d’eau douce, puis de poissons marins. Est-ce que l’on peut envisager éventuellement une relation avec la position de la ligne de rivage qui remonte progressivement à la fin du Würm et d’autre part est-ce que la nature des poissons peut nous donner une indication sur la variation de la température des eaux marines ?

J. Desse

10Les poissons ont très souvent un biotope bien précis et, en effet dans les cas que j’ai pu citer, la présence de tel poisson de roche indique fatalement que ces poissons ont été capturés dans un environnement rocheux. Dans le cas de Châteauneuf-les-Martigues, il s’agit probablement d’un renversement des conditions de vie des poissons à proximité immédiate du site. C’est-à-dire que vraisemblablement il y a quelque chose qui s’est passé en relation avec la flèche littorale de Martigues ou avec l’ouverture de l’étang.

J. Courtin

11Châteauneuf-les-Martigues est situé entre l’étang de Berre au Nord et la côte rocheuse du golfe de Marseille au Sud, à peu près à égale distance. C’est-à-dire qu’à une demi-heure de marche vers le Nord on gagne l’étang de Berre qui a des fonds vaseux et saumâtres, et vers le Sud en une demi-heure de marche on peut gagner la côte rocheuse, pour un homme non chargé, marchant normalement. Si au retour on a pêché de gros poissons c’est peut-être différent. A Châteauneuf on a d’abord dans le Mésolithique ancien des mollusques marins de côtes rocheuses, des patelas, dont patelas feruginea en quantité, puis à partir du Cardial uniquement des espèces du milieu lagunaire, en particulier le tapes degusatus qui est absolument inexistant dans le Mésolithique. Alors là se greffent la question des lignes de rivage, la question de l’invasion par la mer de l’étang de Berre qui s’est faite probablement à la fin du Mésolithique ou au début du Cardial.

J. Desse

12Pour ce qui est des paléotempératures, si vous avez l’occasion de hanter les rivages marins, par exemple en septembre ou au printemps, vous verrez que les pêcheurs ramènent des espèces différentes au fur et à mesure de la montée de la température de la mer. La pêche littorale permet de voir cela. Le poisson est un marqueur intéressant puisqu’il fournit la saison de capture. Je crois qu’il y a peu d’êtres vivants qui donnent des renseignements aussi fins. Vraiment c’est d’une simplicité totale, on peut arriver à plus ou moins 1,5 mois près à donner la saison de mort du spécimen ou du fragment de spécimen pêché, et ceci peut se faire sur n’importe quel fragment osseux de n’importe quel poisson. Non seulement on peut savoir à quel moment il est mort mais vous pouvez obtenir des renseignements sur la paléotempérature.

P. Olive

13M. Desse a fait allusion, lors de l’étude des restes de poissons, à la mise en évidence des sur-pêches. Comment, à partir de quelles données peut-on parler de surpêches au Néolithique ?

J. Desse

14C’est une simple constatation. Les quelques sites néolithiques ou pré-néolithiques que j’ai pu étudier en Méditerranée orientale m’ont livré des espèces qui sont tout à fait comparables à celles qu’ont livrés les gisements évoqués mais leurs spécimens étaient toujours de bien plus forte taille. Par ailleurs, pour prendre des exemples tout à fait dissemblables chronologiquement, des monastères bretons du 8e ou du 9e siècle me livrent des pêches de dorades tout à fait extraordinaires avec des pièces à peu près trois fois plus grosses, plus lourdes, plus belles que tous les spécimens pêchés. Les trois sites évoqués du Néolithique ancien français, qui ont quand même livré des centaines et des centaines de pièces, ont toujours livré des spécimens de taille moyenne à sous-moyenne pour des espèces marines, voire même extrêmement ridicules pour certaines espèces. Le congre est un poisson côtier qui est représenté pratiquement dans tous les gisements. Il s’agit toujours de spécimens de 40 à 50 cm. c’est-à-dire vraiment du petit poisson à soupe. Les sparidés, à l’exception de quelques rares grandes dorades, dans le sens dorade royale, sont toujours des spécimens de taille sous-moyenne c’est-à-dire que ce n’est vraiment pas très brillant.

L. Chaix

15Je me demande si on ne pourrait pas interpréter ça d’une manière différente en relation avec le stockage, c’est-à-dire dans la mesure où les poissons sont séchés, on pourrait sélectionner intentionnellement des poissons de petite taille.

J. Desse

16J’ai songé à cette hypothèse. Mais il y a un ennui pour cela. Tous les fragments osseux, en particulier ceux du rachis, sont brûlés. Or on ne peut pas sécher ou fumer en brûlant la colonne vertébrale. Cette hypothèse est donc à exclure pour les trois sites considérés. Pour le reste il serait éventuellement utile de pouvoir vérifier pour le gisement de la Baume de Montclus si les dispositifs de séchage évoqués existent réellement. Mais il faudrait faire l’étude du matériel.

J.-D. Vigne

17Est-ce que l’on ne peut pas évoquer une différence dans la technique de pêche ? Il est bien possible que la pêche à la ligne rapporte des poissons bien plus petits que la pêche au filet, enfin ou du moins plus calibrés peut-être.

J. Desse

18C’est l’hypothèse que j’ai formulée moi-même, je l’ai évoquée tout à l’heure en fournissant quelques analyses de métrique. Cela correspond pour moi, sans l’ombre d’un doute, à des techniques de pêche. Les poissons d’eau douce, les petits cryprinidés de Châteauneuf-les-Martigues ont très vraisemblablement été pêchés à l’aide de nasses, ou d’appareils de type piège à poissons. On ne voit pas les habitants de ce site pêcher à longueur de journée de la petite blanchaille, inférieure à 100 grammes. Les sparidés de Leucate et des autres sites donnent l’impression d’avoir été pêchés avec l’aide de lignes et non pas de filet, car dans ce cas-là le filet aurait retenu des petits spécimens.

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search