Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Ressources complémentaires

Typologie des sites du Néolithique ancien de la Corse et utilisation des ressources ou données locales par les premiers producteurs de l’île

Michel-Claude Weiss

Résumé

Cette note a pour objet de mettre en évidence le choix de certaines régions par les groupes du Néolithique ancien de la Corse ainsi que l’intérêt porté à quelques ressources minéralogiques insulaires. La morphologie des sites de cette époque, la détermination des sept zones géographiques fréquentées, l’examen de la courbe altimétrique des gisements et de la position de ces derniers par rapport aux voies de passage naturelles permettent de définir pour chacune des dix-huit implantations du Néolithique primitif une formule donnant l’occasion de comparer utilement les stations. Il en résulte que quatre sortes de régions naturelles étaient privilégiées. Enfin, il est fait état de l’utilisation de quelques roches locales (rhyolites surtout) pour la confection de l’outillage lithique. Les Néolithiques anciens, avant tout éleveurs de petit bétail, ont largement profité des dispositions naturelles de l’île, et il s’est produit en Corse un phénomène d’adaptation rapide que la structure même du pays explique aisément.

Texte intégral

1Le but de cette étude, alors que les analyses paléozoologiques relatives aux sites du Néolithique ancien sont très rares et que les travaux palynologiques concernant les niveaux de cette période restent à entreprendre, est de mettre en évidence quelques données géographiques et géologiques susceptibles de mieux faire comprendre certaines activités des premiers producteurs de l’île. Il n’est pas inutile en effet de s’intéresser aux stations elles-mêmes et à leur environnement immédiat ainsi qu’aux ressources minéralogiques locales, les gisements actuellement identifiés étant assez nombreux et pouvant de ce fait être soumis à un traitement statistique au moins sommaire.

2On compte dix-huit sites du Néolithique ancien en Corse (fig. 1), deux autres gisements, les abris de Saint-Julien et de la route de Bastia, n’ayant pas donné des documents suffisamment pertinents pour être datés avec certitude. En réalité, les dix-huit stations retenues ici ne constituent pas un lot vraiment homogène en raison de la nature des informations fournies ainsi qu’au volume inégal de ces dernières. Si l’on trouve six gisements fouillés méthodiquement à une époque récente et trois sondages pratiqués dans les mêmes conditions (soit 50 % de l’ensemble), on doit faire état également de trois fouilles ou sondages réalisés dans des niveaux très remaniés, de deux travaux en profondeur dont il est difficile de garantir les résultats, d’une fouille ancienne faite avec des moyens actuellement proscrits et enfin de trois implantations connues seulement par des ramassages de surface. Cependant, et c’est ce qui nous importe, dans tous les cas ont été découverts un ou plusieurs éléments très représentatifs du Néolithique ancien insulaire permettant de rattacher sûrement ou presque sûrement à ce moment de la Préhistoire corse les gisements en question.

Figure 1 : Carte des sites du Néolithique ancien. 1 : Strette ; 2 : Grotta scritta du Nebbiu ; 3 : L’Île-Rousse ; 4 : Carcu ; 5 : Abri Albertini ; 6 : Grotte de Vizzavona ; 7 : Terrina I ; 8 : Casabianda ; 9 : Casabianda II ; 10 : I Sapari ; II : Basi ; 12 : Abri D’de Filitosa ; 13 : Curacchiag-hiu ; 14 : Ortale ; 15 : Foce ; 16 : San Ciprianu ; 17 : Araguina-Sennola ; 18 : Abri du goulet de Bonifacio.

3Les documents examinés proviennent de stations réparties de façon harmonieuse dans l’île (neuf se trouvent dans le Nord et neuf dans le Sud) et correspondent à une période allant du début du 6e millénaire au milieu du 5e millénaire avant notre ère. Quatre sites seulement ont été datés par le Carbone 14, ce qui, pour que le traitement statistique reste possible, nous interdit de faire porter notre analyse sur le découpage chronologique de cette phase ; les dix-huit stations sont donc considérées comme appartenant à la même époque. En définitive, nous possédons pour une période déterminée d’une région parfaitement délimitée un ensemble non négligeable de sites donnant l’occasion de mettre en valeur certains caractères des groupes préhistoriques locaux.

4Morphologie des stations. Deux catégories apparaissent : les abris rocheux et les gisements de plein air.

5Les abris rocheux comprennent trois types nettement différenciés :

  • Les abris de petites dimensions, au nombre de 4 (6,10,12,16), soit 22,22 % de l’ensemble. Il s’agit de cavités très réduites dont la longueur ne dépasserait pas 5 m. Le meilleur exemple en est sans doute l’abri D’ de Filitosa, de 4 m x 2 m, haut de 1,50 m.

  • B. Les abris de dimensions notables, également au nombre de 4 (1,2,17,18), soit 22,22 %. Ce sont de grandes cavités creusées dans les terrains calcaires de Saint-Florent et de Bonifacio.

  • C. Les abris sous auvent, au nombre de deux (5, 13), soit 11,11 %. Curacchiaghiu, qui possède aussi une cavité de petites dimensions, est placé avec les stations sous auvent car les vestiges de l’abri ont été recueillis dans des terres remaniées alors que les fouilles véritables, celles qui ont permis la définition du faciès de l’endroit, n’ont été conduites que sous l’auvent rocheux.

6Parmi les gisements de plein air on distinguera :

  • D. L’îlot ou le site de rivage (3), soit 5,56 % du total.

  • E. La petite butte littorale (7, 8, 15) ou le site en liaison avec une petite butte littorale (9), soit 4 stations (22,22 %).

  • F. La colline (11, 14), soit 11,11 %.

  • G. Le site (petite éminence) sur crête (4), soit 5,56 %.

7Ces quelques données appellent immédiatement trois remarques.

  • Les abris rocheux, au nombre de 10, représentent 55,55 % des gisements du Néolithique primitif insulaire, pourcentage assez faible eu égard à ce qui semble avoir été observé ailleurs dans l’aire méditerranéenne occidentale, par exemple en Sardaigne où les 17 stations connues sont des grottes et des abris sous roche. Les gisements de plein air constitueraient près de la moitié (44,45 %) des sites corses. Les quatre datations C14 actuellement publiées ne nous conduisent pas à affiner cette analyse puisque les deux séries chronologiques concernant l’une le début du 6e millénaire avant notre ère et l’autre la première moitié ou le milieu du 5e, renvoient chacune à un site sous abri et à un gisement de plein air.

8On notera que la cavité rocheuse, habitat traditionnel, forme 100 % des sites prénéolithiques.

  • Un gisement de plein air sur deux se rapporte à la petite butte littorale ou à une zone en liaison avec une petite butte littorale.

  • Enfin, tous les sites de plein air sont à proximité d’une zone littorale ou la dominent. Par contre, les trois sites vraiment montagnards sont des abris.

9L’environnement géographique. Sept sortes de zones géographiques semblent avoir été fréquentées par les Néolithiques anciens de l’île :

  • I. Les zones en liaison directe avec la mer : îlot ou site de rivage (3, 18), soit 11,11 % du total.

  • II. Les zones littorales basses (1, 2, 16, 17), soit 22,22 %.

  • III. Les zones des stations sur reliefs littoraux (7, 8, 9, 14, 15), soit 27,78 %.

  • IV. Les basses vallées alluviales (11, 12), soit 11,11 %.

  • V. La crête ou le belvédère dominant une zone littorale (4, 10), soit 11,11 %.

  • VI. Les hauts plateaux (13), soit 5,56 %.

  • VII. Les hautes vallées (5, 6), soit 11,11 %.

10On aurait donc un secteur géographique favorable à des activités avant tout maritimes (I, II, III) et un secteur suggérant des activités sans doute pastorales (V, VI et surtout VII), secteurs reliés par la zone IV (les basses vallées alluviales).

11Altimétrie. La courbe altimétrique des sites du Néolithique primitif (fig. 2) ne manque pas d’intérêt. Les stations vont pratiquement du niveau de la mer à près de 1 000 m (950 m), dans la zone actuelle du pin lariciu. C’est un étagement comparable, par exemple, à celui de la Provence. Sept secteurs doivent être soulignés, ceux :

  • a. Des zones littorales inférieures : 6 sites (1, 2, 3, 16, 17,18), soit 33,33 % du total ;

  • b. Des faibles reliefs littoraux ou de vallées alluviales : 5 sites (7, 8, 9, 12, 15), soit 27,78 %.

  • c. Des collines proches du littoral : 2 sites (11, 14), soit 11,11 % ;

  • d. Des reliefs accentués dominant nettement les zones littorales : 2 sites (4, 10), soit 11,11 %.

  • e. Des hauts plateaux proches de sommets élevés : 2 sites (5, 6), soit 11,11 %.

12Cependant, il est possible de regrouper plusieurs secteurs. On aurait ainsi les gisements des régions littorales, soit 10 sites (1, 2, 3, 7, 8, 9, 15, 16, 17, 18) et 55,56 % du total ; les reliefs en rapport avec les zones littorales, soit 3 sites (11, 12, 14) et 16,67 % du total ; les reliefs accentués dominant nettement les zones littorales, soit 2 sites (4, 10) et 11,11 % du total ; et enfin les sites montagnards, soit 3 sites (5, 6, 13) et, 16,67 % du total. Autrement dit, les sites des zones littorales ou en rapport direct avec les zones littorales représenteraient 72,23 % (ou les 3/4) des gisements du Néolithique ancien de la Corse.

13Position des sites par rapport aux voies de passage naturelles. La liaison avec certaines voies de passage naturelles ou de transhumance traditionnelles est évidente pour plusieurs gisements. On a pu définir six catégories de sites :

  • 1. Sites placés au niveau même d’une voie de passage naturelle, sorte de gorge ou cluse : 3 gisements (1, 2, 17), soit 16,67 % de l’ensemble.

  • 2. Sites à proximité immédiate d’une voie de passage naturelle, d’un fond de vallée : 4 (5, 6, 11, 12V soit 22,22 %.

  • 3. Sites à proximité de vallées constituant des voies de pénétration vers l’intérieur de l’île : 5 (7, 8, 9, 14, 15), soit 27,78 %.

  • 4. Sites à proximité de voies de passage intérieures : 2 (10, 13), soit 11,11 %.

  • 5. Site à proximité d’un col : un (4), soit 5,56 %.

  • 6. Sites dénotant des relations évidentes avec la mer : 3 (3, 16, 18), soit 16,67 °/o.

14Les sites occupant des positions nettement favorables à la transhumance sont au nombre de 12, soit 66,67 % du total ; on pourrait même ajouter à ce lot les trois premières stations, portant de ce fait le pourcentage à 83,33 %.

15Essai de synthèse. Les quatre données que nous venons de mettre en évidence, c’est-à-dire la morphologie des gisements, la région naturelle à laquelle ils se rattachent, leur altitude et leur position par rapport aux voies de passage, nous ont permis d’établir des classifications et d’attribuer une série particulière de lettres ou de chiffres à chaque rubrique. Nous obtenons donc pour les dix-huit sites une formule très simple rendant compte des quatre éléments étudiés et permettant de comparer utilement les stations.

16C’est ainsi que dans le sud et dans le nord de l’île on trouve des sites présentant exactement la même formule. Par exemple BIIaI, autrement dit la catégorie des abris de dimensions notables appartenant à une zone littorale et situés au niveau même d’une voie de passage naturelle, concerne les gisements 1, 2 et 17. De même, EIIIb3 (petites buttes littorales à proximité de vallées constituant des voies de pénétration vers l’intérieur de l’île) est une formule commune aux quatre sites 7, 8, 9 et 15. Au total, nous avons là 7 gisements sur 18 ; ces deux formules peuvent donc être considérées comme typiques de la période envisagée.

17Quelques autres sites ont des formules très proches et sont indiscutablement apparentés : 5, 6 voire 13 ; 16, 18 voire 3. En fait, il n’y aurait que trois implantations vraiment originales : 4 (Carcu), 10 (I Sapari) et 12 (abri D’de Filitosa).

18Les formules de sites comparables donnent l’occasion de faire ressortir des types de régions naturelles privilégiées :

  • Les sites essentiellement maritimes (formules DIa6, AIIa6 et BIa6 : l’Île-Rousse, San Ciprianu et abri du goulet de Bonifacio), soit 16,67 % des gisements, bien placés pour les activités ayant trait à la navigation et à la collecte des produits de la mer.

  • Les zones littorales calcaires montrant des gorges ou des cluses aux flancs desquelles s’ouvrent des abris sous roche importants (formule BIIaI) ; c’est le cas de la région de Saint-Florent et du territoire de Bonifacio. Ces sites forment 16,67 % du total. Les ressources spécifiques englobent les produits de la mer (poissons et coquillages : voir Strette et Araguina-Sennola ; dans ce dernier abri on identifia la daurade et le rouget et on recueillit des coquilles d’arapèdes, de bigorneaux et d’huîtres). Par ailleurs, ces stations sont à proximité immédiate de points de la côte pouvant constituer d’excellentes escales pour la navigation et donc pour le commerce et les échanges (en particulier pour l’approvisionnement en silex et en obsidienne).

  • Les plaines littorales dominées par des reliefs plus ou moins notables et offrant des lagunes et étangs poissonneux (formules EIIIb3 et FIIIc3), avec 5 sites, soit 27,78 %. Doivent être rangées dans cette catégorie les régions d’Aleria et de Porto-Vecchio. Les avantages naturels de telles zones sont multiples puisque à ceux de la rubrique précédente s’ajoutent les ressources des étangs, lagunes et embouchures des rivières, la possibilité de cultures diverses notamment aux flancs des reliefs et l’élevage (zones des pâturages hivernaux, voies de passage et de transhumance). Il s’agit indiscutablement de secteurs très propices à l’implantation humaine car susceptibles de procurer des produits variés.

  • Les vallées encaissées des zones basses ou des secteurs montagneux (formules AIVb2, AVIIf2, CVIIf2 et FIVc2), soit 4 sites (22,22 %) du Bas Taravo, du Niolo et de la région de Vizzavona. Les ressources principales sont l’élevage et avant tout l’élevage du petit bétail (zones des pâturages estivaux et hivernaux : c’est ainsi que le mouton a été identifié à Basi), la chasse, la pêche en rivière. En outre, les vallées étaient des voies de passage naturelles, essentiellement dans le sens plaine-montagne.

Figure 2 : Courbe altimétrique des sites du Néolithique ancien.

19Ces quatre types de régions préférentielles regroupent 83,33 % des sites du Néolithique ancien ; par conséquent, ils sont tout à fait représentatifs de ce stade d’évolution d’autant que les différentes zones se trouvent en double voire en triple exemplaire à la fois dans le sud et dans le nord de l’île.

20L’utilisation des roches locales. Le choix de certains sites ou régions a donc fait intervenir des critères se rapportant à des possibilités économiques particulières. Il a pu aussi se décider en fonction des facilités d’approvisionnement en roches étrangères à l’île (silex de bonne qualité et obsidienne) ou locales (la rhyolite surtout).

21L’étude de la distribution des roches utilisées pour la confection du matériel lithique courant se heurte à deux sortes de difficultés : le nombre peu important de sites ayant livré, dans des niveaux en place, un lot suffisamment fourni de vestiges lithiques et l’absence de détermination précise des roches locales de plusieurs gisements. Malgré cela et en rassemblant la totalité des informations publiées voire en sollicitant certaines indications de la part des fouilleurs concernés (ce fut le cas pour Strette), il nous est possible dès maintenant de dresser un tableau non dépourvu d’intérêt.

  • L’obsidienne trouvée en Corse et dont l’origine est à rechercher en Sardaigne, au Monte Arci, est rarement dominante dans les sites du Néolithique ancien ; serait seul dans ce cas l’abri de Curacchiaghiu et cela pour la phase la plus récente du stade d’évolution examiné. L’exemple de Strette est également à prendre en considération car si l’on excepte le quartz, largement majoritaire, elle est la roche la plus abondante mais de très peu devant la rhyolite (19,8 % contre 16,4 %). Ces éléments indiqueraient peut-être que les rapports avec la Sardaigne n’étaient pas encore solidement affermis à cette époque. Cependant, il convient d’observer que dans cette dernière île, si l’obsidienne est parfois exclusive, plusieurs cavités voient une large prédominance du silex (20,37 % d’obsidienne et 79,63 % de silex à la grotte Sa Korona di Monte Majore ; 25 % d’obsidienne du Monte Arci à la grotte Filiestru, le reste étant constitué de silex locaux de diverses variétés).

22Les sites à obsidienne paraissent être plus nombreux dans le Sud que dans le Nord. Cela, joint à la remarque précédente, montrerait bien l’origine sarde de cette roche, ce qui est confirmé par l’étude scientifique.

  • L’examen des restes en silex permet de faire des constatations assez semblables, ce qui pourrait suggérer une origine sarde, du moins pour une partie de ce produit. En effet, tous les sites méridionaux (l’abri du goulet de Bonifacio excepté qui n’a pas donné de lithique) renferment du silex ; même observation à propos des stations de la partie médiane de l’île (5, 6, 7, 8, 9). De plus, le silex paraît être plusieurs fois la roche dominante dans les sites du Sud (10, 11, 12, 15, 17) ; c’est très net pour les trois gisements du Sud-Ouest (10, 11, 12). En fait, les sites à silex apparemment majoritaire sont des implantations méridionales proches du littoral ce qui signifierait des points d’arrivée divers et une éventuelle origine méridionale (sarde). Cependant, les conditions de découverte des sites du Nord nous interdisent de pousser très loin l’analyse. En réalité, il semble que le silex, d’origine sans doute variée voire très variée (ce qui a été noté par plusieurs auteurs pour quelques sites) soit pratiquement omniprésent, mieux représenté que l’obsidienne. La voie du Nord-Est, par l’archipel toscan, a vraisemblablement été empruntée pour en faire venir certaines qualités. Le fait qu’à partir du Néolithique moyen le silex devienne très rare en Corse alors que les vestiges en obsidienne se multiplient plaiderait en faveur d’une origine également septentrionale de cette roche.

  • Reste le cas des roches locales. Alors que l’obsidienne et le silex identifiés dans les niveaux du Néolithique primitif corse sont d’origine externe, les roches volcaniques, essentiellement rhyolitiques, forment une importante enclave dans le secteur nord-ouest de l’île, avec surtout une bonne partie des territoires de Gale-ria et de Manso ainsi que le massif montagneux compris entre le Niolo, la Balagne et Asco (fig. 3). Il s’agit d’une zone étendue comportant des roches quelque peu diverses. Il existait donc des unités naturelles aisément habitables situées en terrain rhyolitique, comme la vallée du Fangu ou Filosorma. Néanmoins, la simple lecture d’une carte géologique ne montre pas vraiment tout l’intérêt de ce massif de roches volcaniques : en effet et comme il a été mentionné un peu plus haut, cette enclave appartient à un secteur montagneux d’où partent plusieurs fleuves ; ainsi, grâce à ce réseau hydrographique, très actif si l’on considère le fort relief de la région, le roches volcaniques du massif en question, récoltées dans les divers bassins fluviaux, ont pu parvenir dans une zone que l’on confondra à tout le moins avec le nord-ouest de la Corse. D’autre part, en dehors de ce noyau volcanique, des pointements rhyolitiques assez réduits ou réduits sont attestés ailleurs dans le pays. Par conséquent, les Préhistoriques avaient à leur disposition une roche utilisable, abondante et en définitive mieux répartie qu’on ne l’a prétendu même si le quart nord-ouest de l’île était nettement privilégié. Et dès 1942, Ascari, dans « La Corsica nell’ Antichità », évoque des traces laissées au Monte Padro (2 393 m), au nord-ouest d’Asco, par des travaux d’extraction destinés à se procurer la roche apte à faire des pointes de flèches.

Figure 3 : Distribution des zones de roches volcaniques (surtout rhyolitiques).

23Il n’est donc guère surprenant que les deux sites (Carcu ne pouvant être jugé dans ce domaine) proches de la concentration rhyolitique principale de l’île, c’est-à-dire l’Îe-Rousse et l’abri Albertini, soient des gisements révélant un fort pourcentage de roches locales. A l’île-Rousse, toutes les armatures tranchantes sont des roches volcaniques, surtout rhyolitiques. A l’abri Albertini, les roches volcaniques locales dont le tuf silicifié et la lave trachytique constituent pratiquement la moitié des vestiges lithiques en place, au demeurant peu nombreux. Un autre gisement, assez peu éloigné de la zone des roches volcaniques, Strette, est un site à rhyolite bien attestée. Tout cela démontre que les Néolithiques anciens de l’île avaient besoin de ces roches et que ces dernières étaient de qualité tout à fait acceptable.

24Les deux gisements les plus représentatifs du faciès poinçonné, Curacchiaghiu et Araguina-Sennola, fournissent une quantité appréciable de roches locales. A Curacchiaghiu, les restes en rhyolite forment 27,81 % de l’outillage lithique. Or les niveaux prénéolithiques de ces deux stations comportent également des éléments en roches dures originaires de l’île. Ainsi, l’utilisation de celles-ci, prouvée au 7e millénaire avant notre ère, s’est poursuivie au 6e et au 5e dans des zones (une région granitique et un secteur calcaire) ne possédant pas de gîtes naturels de rhyolite ; ce fait nous conduit à envisager ici une certaine influence du substrat local.

25Quelques régions naturelles comme le sud-ouest de l’île et notamment la vallée du Taravu avec ses deux sites importants Basi et Filitosa n’offrent pas de traces de roches locales ; le voisinage du littoral laisse supposer que les matières premières arrivaient en particulier de ce côté-là. La même remarque, atténuée par la découverte d’une armature tranchante en roche dure rouge foncé à Foce, s’applique à la région de Porto-Vecchio voire à celle d’Aleria (avec une restriction analogue concernant Terrina I). Dans les trois cas, mais il faut tenir compte de la faiblesse de notre documentation, les roches employées sont l’obsidienne et surtout le silex. A proximité des sites du Sud-Ouest existent pourtant des filons peu étendus mais réels de rhyolite (fig. 3) qui apparemment n’ont pas été exploités, peut-être en raison de leur qualité.

Conclusion

  • 1 .Rondeau (A.), La Corse, Armand Colin, Paris, 1964, p. 10.

26Il semble bien que les premiers producteurs, avant tout éleveurs de petit bétail, aient largement profité des dispositions naturelles ainsi que de certaines ressources minéralogiques de l’île. Il s’est produit ici un phénomène d’adaptation rapide que la structure même du pays pouvait laisser prévoir. La Corse est une masse montagneuse très compartimentée ; de la barrière élevée (elle descend rarement au-dessous de 800 m) qui constitue la ligne de partage des eaux partent des crêtes délimitant des bassins fluviaux et créant des unités naturelles isolées des vallées voisines par des hauteurs parfois notables. La montagne en Corse, c’est « la possibilité de ressources complémentaires à peu de distance, c’est-à-dire la transhumance... et en définitive le repli sur un versant ou dans une vallée »1. Traditionnellement, les relations normales, ordinaires, se faisaient dans le sens plaine-montagne et non de plaine à plaine. L’île convient donc parfaitement à l’élevage des ovicapridés, et l’examen de la courbe altimétrique des sites du Néolithique ancien suggère que dès cette époque la transhumance était pratiquée ; la fréquentation des divers secteurs de plusieurs vallées de même que la position de la plupart des gisements à proximité immédiate des voies de transhumance traditionnelles ou des voies de passage naturelles renforcent cette idée. Cependant, les ressources de la mer étaient loin d’être négligées, et le très fort pourcentage des stations littorales trouve une explication dans le fait que ces zones représentaient sans doute les points de rencontre des groupes exerçant les activités pastorales et celles se rapportant à l’exploitation de la mer, ou alors les lieux de leurs installations principales.

27Le choix des sites ne répondait pas à des préoccupations stratégiques mais plutôt économiques. Les gisements du premier Néolithique n’étaient pas défensifs. Ainsi, dans le cas des stations de plein air, les archéologues ayant étudié Basi, Carcu et Foce soulignent que ces sites évoquent des temps paisibles. A Foce, il n’y a pas de possibilité de défense ; à Basi, la colline est dominée directement par des hauteurs plus importantes ; à Carcu enfin, le même phénomène peut être noté, le gisement se trouvant au pied de la colline de Modria. En ce qui concerne les abris, la remarque est encore plus évidente. En fait, ces gisements sont généralement proches de voies de transhumance ou de passage ; parfois même ils appartiennent à des secteurs assimilables à de véritables carrefours (Carcu, sites d’Aleria, Curacchiaghiu, Ortale et Foce voire Araguina-Sennola). On a l’impression qu’à cette époque tout était mis en œuvre pour faciliter avant tout la circulation des produits et des personnes.

28La détermination des types de stations, des régions préférentielles ou encore des gîtes naturels de roches locales exploitables, nous donne l’occasion d’affiner nos connaissances mais aussi d’orienter la recherche. L’examen des zones fréquentées montre que les premiers reliefs littoraux étaient particulièrement recherchés. Par conséquent, l’éminence du Susinu, au-dessus de la plaine alluviale du Fangu, à Galeria, près de la mer et dans la partie occidentale du grand massif rhyolitique de l’île, paraît convenir tout à fait à une implantation du Néolithique ancien. C’est pourquoi la découverte à cet endroit, au lieu-dit « A capijola di u Susinu », de deux armatures tranchantes en rhyolite ne doit pas surprendre même si la culture à laquelle elles se rattachent reste à préciser.

29En terminant, il n’est pas inutile de souligner que le nombre malgré tout assez peu élevé des sites retenus pour cette étude et l’hétérogénéité de notre documentation nous interdisent de considérer les quelques conclusions dégagées ici comme supérieures à de simples hypothèses de travail.

Bibliographie

Bibliographie

Atzeni (E.) 1966. L’abri sous roche D’ du village préhistorique de Filitosa (Sollacaro, Corse), Congrès préhistorique de France, XVIIIe session, Ajaccio, avril 1966, p. 169-192.

Bailloud (G.) 1979. Fouille d’un habitat néolithique et torréen à Basi (Serra-di-Ferro, Corse), Premiers résultats, Bulletin de la Société préhistorique française, tome 66, Études et Travaux, p. 367-384.

Camps (G.) 1979. La Préhistoire dans la région d’Aleria, Archeologia corsa, n° 4, p. 5-21.

Guilaine (J.) 1976. Premiers bergers et paysans de l’Occident méditerranéen, Mouton.

Lanfranchi (F. de) 1974. Le Néolithique ancien méditerranéen, faciès Curacchiaghiu à Levie, Cahiers Corsica, Études Préhistoriques en Corse, II, p. 39-48.

Lanfranchi (F. de) 1976. Destruction d’un site cardial à Bonifacio (Corse), Bulletin de la Société préhistorique française, tome 73, n° 9, Comptes rendus des séances mensuelles, p. 273-275.

Lanfranchi (F. de) 1980. L’obsidienne préhistorique corso-sarde : les échanges et les axes de circulation, Bulletin de la Société préhistorique française, tome 77/4, p. 115-122.

Le Néolithique ancien méditerranéen 1982. Actes du Colloque international de Préhistoire, Montpellier 1981, Archéologie en Languedoc, n° spécial 1982, Revue de la Fédération archéologique de l’Hérault.

Pasquet (A.7 1979. Contribution à l’atlas préhistorique de la région de Porto-Vecchio, Archeologia corsa, n° 4, p. 53-81.

Rondeau (A.) 1964. La Corse, Armand Colin, Paris.

Simi (P.) 1981. Précis de Géographie physique, humaine, économique, régionale de la Corse, Collection « Corse d’hier et de demain » de la Société des sciences historiques et naturelles de la Corse, n° 11.

Weiss (M.-C.) 1977. Contribution à l’étude du Niolo préhistorique : l’abri Albertini à Albertacce, Archeologia corsa, n° 1, p. 75-96.

Weiss (M.-C.) 1980. La Préhistoire et la Protohistoire de la Corse dans le contexte méditerranéen occidental, Nice.

Weiss (M.-C.) 1982. Considérations sur les phases initiales du Néolithique de la Corse, Hommages à Fernand Ettori, Études Corses, Nos 18-19, p. 3-24.

Weiss (M.-C.) et Lanfranchi (F. de) 1976. Les civilisations néolithiques en Corse, La Préhistoire française, 11, Éditions du C.N.R.S., p. 432-442.

Weiss (M.-C.) et Lanfranchi (F. de) 1981. La Corse préhistorique, Le Mémorial des Corses, Ajaccio, p. 10-113.

Notes

1 . Rondeau (A.), La Corse, Armand Colin, Paris, 1964, p. 10.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Carte des sites du Néolithique ancien. 1 : Strette ; 2 : Grotta scritta du Nebbiu ; 3 : L’Île-Rousse ; 4 : Carcu ; 5 : Abri Albertini ; 6 : Grotte de Vizzavona ; 7 : Terrina I ; 8 : Casabianda ; 9 : Casabianda II ; 10 : I Sapari ; II : Basi ; 12 : Abri D’de Filitosa ; 13 : Curacchiag-hiu ; 14 : Ortale ; 15 : Foce ; 16 : San Ciprianu ; 17 : Araguina-Sennola ; 18 : Abri du goulet de Bonifacio.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1052/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Figure 2 : Courbe altimétrique des sites du Néolithique ancien.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1052/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Figure 3 : Distribution des zones de roches volcaniques (surtout rhyolitiques).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1052/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 194k

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search