Version classiqueVersion mobile

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Huitième partie. Quel futur pour l'alimentation ?

8.14. Pour une gouvernance mondiale, contrôler le commerce international

Marion Guillou

Texte intégral

1L’alimentation a été présentée dans tous ses états tout au long des chapitres de cet ouvrage : élément de construction physique et sociale de l’homme, base de systèmes économiques et de territoires, facteur essentiel de santé ou… des marchés à venir dans un monde urbain peuplé de 9 milliards d’habitants.

2Mais l’alimentation est avant tout une des conditions nécessaires à la dignité humaine et à la subsistance des individus et des sociétés ; c’est avec ce prisme-là qu’elle peut être considérée comme un des droits élémentaires de l’homme. Dès lors, la sécurité alimentaire décrite par le Sommet Mondial de l’Alimentation (1996) comme l’accès économique, social et physique à une alimentation suffisante, saine et nutritive, suppose la réalité de la disponibilité quantitative, de l’accès, de la qualité et de la stabilité économique attachés aux aliments, pour tous, aujourd’hui et demain.

Fig. 1 – Commerce : des surplus et des déficits croissants entre les grandes régions du monde. (LAM : Amérique latine ; OECD : OCDE ; FSU : ex-URSS ; SSA : Afrique sub-saharienne ; ASIA : Asie ; MENA : Afrique du Nord et moyen Orient) (source : Agrimonde)

La volatilité des prix aggrave les difficultés

3Une personne sur huit souffre aujourd’hui de la faim. C’est proportionnellement moins qu’en 1960 alors que la population mondiale a plus que doublé. Cela n’en est pas moins à combattre, d’autant plus que globalement la production agricole actuelle suffirait à satisfaire les besoins de tous. C’est évidemment sans compter avec la répartition géographique très déséquilibrée des ressources et les difficultés d’accès liées aux crises, aux guerres, comme au pouvoir d’achat des plus pauvres.

4Les « émeutes de la faim » en 2008 ont alerté les dirigeants du monde sur l’intolérable volatilité des prix des matières premières agricoles. Les aliments de base étaient devenus trop coûteux pour l’habitant des grandes métropoles dans plusieurs dizaines de pays du Sud. Cela a conduit, au niveau international, à quelques décisions partielles.

5Le système d’information rapide AMIS (Agricultural Market Information System) permet désormais une meilleure anticipation et une information partagée sur les marchés agricoles afin de prévenir les crises. La volonté de limiter la spéculation sur les marchés financiers des produits agricoles de base, aux États-Unis ou en Europe, participe de cette même volonté d’éviter les pics brutaux à la hausse ou à la baisse. L’adoption par le parlement indien en septembre 2013 du programme de Sécurité alimentaire s’inscrit dans ce contexte. Assurer un accès pour les deux tiers des 1,25 milliards d’Indiens à 5 kg de riz, blé et autres grains par mois et par personne, et ce à des prix abordables, peut être vu comme une réponse à cette volatilité excessive des prix, même si l’on peut se poser beaucoup de questions sur l’efficacité de la mesure.

6Aux niveaux international, régional et national, les responsables ont commencé à réagir contre les effets négatifs liés à ces « effets de yoyo » sur les prix. De même certains pays du Sud et organisations internationales ont relancé le financement de la recherche et de l’innovation pour favoriser l’augmentation de la production agricole dans des régions très déficitaires et ainsi le développement rural de ces zones. La lutte contre les pertes et gaspillages est également largement encouragée.

7Agir sur l’offre de produits et donner les moyens économiques adéquats aux populations les plus pauvres sont des moyens indispensables pour lutter contre la faim aujourd’hui. Mais pour l’avenir, ainsi que le montre bien la prospective « Agrimonde » menée par l’INRA et le CIRAD, la situation sera encore plus tendue.

Demain, la nutrition et la sécurisation des échanges seront prioritaires

8Une transition nutritionnelle très rapide est à l’œuvre partout sur la planète. C.K Khoury l’a mise en évidence pour les pays en développement. Entre 1969 et 2009, les rations alimentaires y ont évolué avec beaucoup plus de matières grasses d’origine végétale et beaucoup moins de plantes diverses d’importance régionale. Déficits nutritionnels et obésité cohabitent désormais dans toutes les zones du monde. Et la nutrition est une « orpheline institutionnelle » comme l’écrit Stuart Gillespie, car elle mobilise nécessairement plusieurs compétences (alimentaires, agricoles, de santé, d’éducation) ; cela est vrai jusqu’au niveau des institutions mondiales où FAO comme OMS s’intéressent trop peu à la nutrition. Elles devraient le faire ensemble et en priorité ; d’autant plus que la morbidité et la mortalité liées aux déséquilibres nutritionnels dans le monde ont dépassé celles liées aux maladies infectieuses.

9En outre, les prévisions d’évolution de la production agricole dans le monde avec différentes hypothèses en matière de réchauffement climatique montrent toutes que certaines régions du monde (Afrique Sub-saharienne, Moyen-Orient, Afrique du Nord, Asie) resteront déficitaires et dépendront donc de manière croissante des importations pour nourrir leur population (Fig. 1). Ainsi, il faut être conscient que nous avons besoin de plus de régulations internationales dans l’avenir pour sécuriser ces échanges comme pour trouver ensemble des mécanismes favorables à l’atténuation du changement climatique, car les scénarios climatiques mettent tous en évidence la plus grande variabilité et fragilité des rendements des productions.

10Les solutions du passé ne se sont pas révélées efficaces ; les situations critiques de certains deltas et de certaines îles du monde demandent de progresser dans les négociations commerciales et dans les négociations environnementales. Serait-il plus efficace de les lier pour que les pays émergents et en développement assurent leur sécurité alimentaire à travers des modèles de production agro-écologiques ? Ne faudrait-il pas de plus que les barrières à l’exportation soient encadrées par des disciplines internationales avec l’objectif de fluidifier les échanges au service de cette même sécurité alimentaire de chacun ?

11La bonne gestion de la planète et de ses 9 milliards d’habitants exigerait au moins ces trois changements de gouvernance mondiale.

Bibliographie

Références bibliographiques

• Guillou M., Matheron G., 9 milliards d’hommes à nourrir, François Bourin, 2011.

• Khoury C.K. et al., « Increasing homogeneity in global food supplies », Proc Nat Acad Sci 2014 ; 111 : 4001-6.

• Gillespie S., « Unpacking the politics », IFPRI – Global Policy Report, 2013.

• IPCC « Fifth Assessment Report », Climate change 2014, ch. 7 (http://www.ipcc-wg2.gov).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Commerce : des surplus et des déficits croissants entre les grandes régions du monde. (LAM : Amérique latine ; OECD : OCDE ; FSU : ex-URSS ; SSA : Afrique sub-saharienne ; ASIA : Asie ; MENA : Afrique du Nord et moyen Orient) (source : Agrimonde)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10519/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

Auteur

Sciences des Aliments Administratrice du Consortium des Centres Internationaux de Recherche Agricole (CGIAR)
Présidente d’Agreenium
Paris
marion.guillou@agreenium.org

© CNRS Éditions, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search