Version classiqueVersion mobile

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Huitième partie. Quel futur pour l'alimentation ?

8.5. Prospective des systèmes alimentaires

Jean-Louis Rastoin

Texte intégral

1La prospective* agroalimentaire peut être construite à partir de variable-clés : du côté de la demande la démographie (qui donne le nombre de bouches à nourrir à l’horizon choisi), la composition et la quantité consommées et, du côté de l’offre, la disponibilité en ressources naturelles (terre et eau) et immatérielles (technologies).

2Le défi qui est posé à l’humanité à l’horizon de moins de deux générations (2050) est de nourrir « durablement » entre 8,5 et 10 milliards de personnes. Les deux tiers habiteront dans des villes de plus en plus grandes, avec des terres et de l’eau moins abondantes ou d’un accès de plus en plus coûteux et des technologies qui restent à inventer pour prendre en compte les contraintes énergétiques, environnementales et de changement climatique. Face à ces contraintes, on peut concevoir deux scénarios, l’un de continuité, l’autre de rupture.

Le scénario de la continuité

3Le premier scénario « au fil de l’eau » voit se généraliser le modèle agroindustriel de masse tertiarisé, intensif, spécialisé, concentré, globalisé et financiarisé qui concerne aujourd’hui plus de la moitié des habitants de la planète. Ce modèle, piloté par les caddies des supermarchés, est solidement ancré dans les pays riches et plébiscité par les pays émergents en raison de son adaptation au style de vie des classes moyennes. Pour intégrer les contraintes du développement durable, les acteurs du système ont fait le choix de l’innovation-produit, avec la formulation des aliments pour leur conférer un attribut-santé, et de l’innovation technologique pour améliorer la productivité et réduire les nuisances environnementales. L’information du consommateur se fait essentiellement par le biais publicitaire, avec de très importants budgets. La gouvernance est exercée par les marchés et un lobbying actif auprès des pouvoirs publics pour limiter le poids et le coût des règlementations.

4Ce scénario se caractérise par de bonnes performances économiques et environnementales (en ce qui concerne le contrôle des pollutions) résultant d’effets de taille et de la capacité à investir, mais a un impact incertain en termes de santé publique. Au niveau mondial, le nombre d’exploitations agricoles serait divisé par un facteur 500 à 1 000 en 40 ans, l’agrofourniture*, l’industrie agroalimentaire et la commercialisation seraient réduites à quelques dizaines de firmes globales, aggravant le problème du chômage. Le système agroindustriel va privilégier des innovations du type « agriculture de précision »* et « fermes verticales »*, avec une industrialisation poussée de la production de matières premières agricoles afin d’accélérer la standardisation de cette production, son adaptation à la transformation industrielle rapide et à la logistique commerciale et une localisation de ces fermes d’un nouveau type dans des zones à avantages économiques comparatifs, ce qui maintiendra des filières longues. Les mégafirmes globalisées, du fait de leur logique capitaliste, se heurtent cependant à plusieurs obstacles dans leur démarche de RSE* : l’incompatibilité de leurs produits avec les recommandations des nutritionnistes (une alimentation variée à base de produits frais), l’obsession du prix conduisant à la contraction des emplois et aux délocalisations, le culte du marketing privilégiant la pression publicitaire par rapport à l’information objective.

Un scénario de rupture

5Le deuxième scénario envisage en conséquence des ruptures de tendance à la fois dans la nature de la demande et dans l’organisation de l’offre alimentaire. Il fait l’hypothèse d’un consommateur mieux éduqué et informé qui ne conçoit plus l’aliment comme un bien marchand banal, mais comme un produit biologique et culturel qui justifie une plus grande allocation de budget (paiement de la qualité organoleptique et nutritionnelle) et de temps (pour la préparation et la dégustation des repas). Le système alimentaire est « territorialisé », c’est-à-dire constitué d’entreprises agroalimentaires de petite et moyenne dimension, spatialement proches d’exploitations agricoles de type familial (filières courtes) et élaborant des produits différenciés (Fig. 1).

Fig. 1 – Deux scénarios pour la population active agricole mondiale en 2050 (source : données Faostat 1980-2020)

6Loin de prôner le maintien ou le retour au modèle agricole traditionnel, ce modèle s’appuie sur l’innovation, non pas au niveau des produits (les nutritionnistes s’entendent sur la haute qualité des diètes alimentaires régionales, par exemple méditerranéenne ou japonaise), mais aux niveaux des technologies adaptées à de petits formats d’entreprise et de l’organisation (mutualisation des intrants et des ressources naturelles et humaines, nouveaux circuits de commercialisation tels que la vente directe ou les boutiques de produits de terroir, économie circulaire). L’information du consommateur se fait par des labels, notamment les indications géographiques (AOP*, IGP*), des marques collectives régionales et de la publicité générique mobilisant des arguments nutritionnels et culturels.

7La gouvernance est mixte, à travers le marché et la régulation publique. Un tel système est plus dense en emploi, plus diversifié, et à gouvernance plus participative que dans le scénario précédent. Il est confronté à une lourde contrainte, celle du prix plus élevé des produits. Son bilan environnemental, s’il est favorable du point de vue de la gestion des ressources naturelles (terre, eau, biodiversité), n’est pas forcément supérieur en termes de maîtrise des pollutions du fait de faibles capacités d’investissement.

8Compte tenu des inerties tant des producteurs que des consommateurs et des incertitudes pesant sur les politiques publiques, l’évolution la plus probable du système alimentaire est une cohabitation entre les deux modèles présentés, avec une interrogation sur les perspectives du 2e scénario. En effet, l’hégémonie de la sphère financière et la mégalopolisation de l’habitat et donc des sociétés humaines confèrent une probabilité supérieure à l’extension du modèle agroindustriel à l’horizon 2050. Finalement, c’est de l’intensité de l’action collective en faveur d’une alimentation durable et responsable que dépendra la configuration future de nos systèmes alimentaires : oligopole de multinationales ou réseau dense d’entreprises de terroirs ?

Bibliographie

Références bibliographiques

• Paillard S. et al., Agrimonde. Scénarios et défis pour nourrir le monde, Quae, Paris, 2010.

• Parmentier B., Nourrir l’humanité : les grands problèmes de l’agriculture mondiale au XXIe siècle, La Découverte, Paris, 2007.

• Rastoin J.-L., Ghersi G., Le Système alimentaire mondial. Concepts et méthodes, analyses et dynamiques, Quae, Paris, 2010.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Deux scénarios pour la population active agricole mondiale en 2050 (source : données Faostat 1980-2020)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10503/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 505k

Auteur

Économiste et sciences de gestion Chaire UNESCO en Alimentations du monde
Montpellier SupAgro
rastoin@supagro.inra.fr

© CNRS Éditions, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search