Version classiqueVersion mobile

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Huitième partie. Quel futur pour l'alimentation ?

8.3. Les transitions nutritionnelles et leurs déterminants

Pierre Combris

Texte intégral

1Le concept de transition nutritionnelle, popularisé par Barry Popkin au début des années 1990, vise à améliorer notre compréhension des causes et des conséquences des changements de régime alimentaire qui accompagnent la croissance économique. L’idée de transition a d’abord été utilisée par les démographes, puis par les épidémiologistes, pour caractériser les périodes pendant lesquelles des populations passent d’un état à un autre. La transition démographique désigne la transformation de la dynamique d’évolution d’une population qui passe d’une situation où la fertilité et la mortalité sont élevées à un état où les deux sont basses. La transition épidémiologique caractérise le passage d’une situation où prévalent les maladies infectieuses à un état dans lequel les maladies chroniques et dégénératives sont dominantes. La notion de transition nutritionnelle reprend l’idée de changement d’état et l’applique à l’alimentation. En outre, le concept de transition fournit un cadre global qui permet d’analyser les relations entre la transformation du régime alimentaire et les évolutions de la démographie et des pathologies qui y sont associées.

Mécanismes de la transition nutritionnelle

2Historiquement, les premières transitions nutritionnelles ont concerné les populations qui ont évolué d’une alimentation de chasseurs-cueilleurs vers une alimentation de pasteurs ou d’agriculteurs. Plus près de nous, l’industrialisation de la production alimentaire et le développement des échanges ont provoqué des évolutions nutritionnelles de grande ampleur qui se sont manifestées très progressivement dans les pays occidentaux, avant de se généraliser de plus en plus vite à la plupart des pays du monde, et en particulier aux pays en développement économique rapide. Cette accélération des changements du régime alimentaire distingue les transitions nutritionnelles actuelles de celles qui les ont précédées. De nombreux nutritionnistes voient là un facteur explicatif majeur de l’augmentation rapide de la prévalence du surpoids, de l’obésité et des maladies chroniques non transmissibles (diabète, maladies cardio-vasculaires).

Fig. 1 – Évolution de la structure des apports caloriques en France et en Chine (source : Toutain J.C., « La consommation alimentaire en France de 1789 à 1964 », Cahiers de l’ISEA, 1971)

3Les déterminants essentiels des transitions nutritionnelles sont à rechercher du côté des conditions d’accès à la nourriture, qui dépendent de l’évolution des moyens de production et d’échange elle-même liée à la croissance économique. Dans tous les pays du monde, le développement économique s’accompagne d’une augmentation des disponibilités alimentaires et d’une baisse de leur coût, alors que les dépenses énergétiques des individus diminuent. Parallèlement, la composition nutritionnelle de la ration se modifie profondément du fait de la consommation croissante des produits d’origine animale, des graisses saturées, des sucres, et du sel, et de la diminution de la consommation des aliments riches en fibres.

4Dans les pays occidentaux, ces tendances sont à l’œuvre depuis la révolution industrielle, et l’on sait maintenant que les régimes alimentaires évoluent de façon prévisible sous l’effet conjoint de déterminants économiques et nutritionnels puissants. Les caractéristiques de cette évolution sont identiques dans la plupart des pays, mais la périodisation et le rythme changent en fonction des histoires nationales spécifiques. En France, par exemple, cette évolution s’est produite en deux temps : tout d’abord un accroissement continu de la ration calorique sans changement de sa structure, puis une transformation très profonde de la composition nutritionnelle de la ration du fait de la baisse de la consommation des céréales, des féculents et des légumes secs, et de la hausse de la consommation des produits animaux, des fruits et légumes, des corps gras, et du sucre. Cette évolution s’est déroulée tout au long des XIXe et XXe siècles. À titre de comparaison, la Chine est en train de connaître une évolution d’une ampleur comparable, superposant les deux étapes, en moins de cinquante ans (Figure 1).

Fig. 2 – La structure des apports caloriques en fonction du revenu dans le monde en 2007-2009 (source : Combris P., Martin P., d’après les données de FAO Stat et de la Banque Mondiale)

Accélération et généralisation des transitions nutritionnelles

5L’accélération des transitions nutritionnelles dans les pays en développement augmente la prévalence et les conséquences des pathologies d’origine alimentaire en contrariant les mécanismes de régulation biologique. Elle débouche sur la coexistence de la sous-alimentation et de la suralimentation dans les mêmes populations, un phénomène qualifié de « double fardeau de la malnutrition » lors de la conférence internationale sur la nutrition organisée par la FAO et l’OMS en 1992. Depuis lors, les enjeux épidémiologiques et économiques n’ont pas vraiment diminué.

6L’analyse de la généralisation des transitions nutritionnelles dans le monde a le mérite de montrer clairement que le processus d’évolution des régimes alimentaires est loin d’être achevé. Si l’on en juge par les écarts de consommation des produits d’origine animale, ou par la structure de la ration (Figure 2), on s’aperçoit que la majorité de la population mondiale ne se trouve qu’au début du processus de transition. On peut donc s’attendre à une pression croissante sur les ressources agricoles et environnementales. Élargir le concept de transition nutritionnelle à ces dimensions s’impose si l’on souhaite maîtriser les évolutions en cours.

Bibliographie

Références bibliographiques

• Notestein F.W., « Population-the long view », in Schultz T.W. ed., Food for the World, Chicago University Press, 1945.

• Omran A., « The epidemiologic transition », The Milbank Memorial Fund Quarterly 1971 ; 49 : 509-38.

• Périssé J. et al., « Effet du revenu sur la structure de la ration alimentaire », Bulletin de Nutrition FAO 1969 ; 7 : 1-10.

• Popkin B.M., « Nutritional patterns and transitions », Population and Development Review 1993 ; 19 : 138-57.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Évolution de la structure des apports caloriques en France et en Chine (source : Toutain J.C., « La consommation alimentaire en France de 1789 à 1964 », Cahiers de l’ISEA, 1971)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10500/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Légende Fig. 2 – La structure des apports caloriques en fonction du revenu dans le monde en 2007-2009 (source : Combris P., Martin P., d’après les données de FAO Stat et de la Banque Mondiale)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10500/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 215k

Auteur

Économiste
Unité « Alimentation et Sciences Sociales »
INRA
Ivry-sur Seine
pierre.combris@ivry.inra.fr

© CNRS Éditions, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search