Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Ressources complémentaires

La pêche : son rôle dans l’économie des premières sociétés Néolithiques en Méditerranée occidentale

Jean Desse

Résumé

Les sites du littoral de Méditerranée occidentale datés du Néolithique ancien ne livrent pas de restes d’engins de pêche permettant de juger du rôle du poisson dans l’économie des groupes humains du Cardial. Ils livrent souvent, par contre, des vestiges osseux d’ichthyofaunes témoignant d’une activité de pêche côtière, saisonnière et assez intensive faite principalement aux dépens de Sparidés.

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

1L’étude de l’ichthyofaune issue de sites archéologiques n’est réellement entreprise que depuis la dernière décennie. A vrai dire, nos sources exploitables en la matière sont encore en trop faible nombre pour prétendre à de réelles synthèses (Desse (J.) 1985). Seuls peuvent être tentés des bilans récapitulatifs (Desse (G.) et Granier (J.) 1976), ou des synthèses locales ou régionales (Le Gall (O.) 1982). Le titre de cette communication pourra paraître ambitieux ; il rend cependant compte d’une situation privilégiée : la façade méditerranéenne offre, pour l’aire géographique considérée, durant le Néolithique ancien, un bon nombre de gisements ayant fait l’objet d’analyses ichthyologiques. Trois de ces sites sont particulièrement riches en vestiges osseux de poissons : Le Cap Ragnon (BdR), Leucate la Corrège (Aude) et Châteauneuf-les-Martigues (BdR).

2Pour la période considérée, les représentations de poissons ou de scènes de pêche sont inexistantes. Les engins de pêche eux-mêmes - ou plutôt les rares objets reconnus comme tels - ne nous fournissent que des indications vagues sur l’usage probable de filets, lestés par des galets à encoches, et de lignes dotées de hameçons droits. Seule, comme nous l’indiquions dans un précédent article (Desse (G.) et Desse (J.) 1976a), l’analyse des vestiges osseux des poissons capturés peut permettre la mise en évidence du rôle de la pêche dans l’économie de ces groupes humains ainsi que les techniques employées pour la capture des poissons.

Méthodes

3Les moyens d’analyse et les méthodes utilisées assurent désormais une plus grande prise sur le matériel : les listes fauniques présentées tendent à refléter objectivement la composition spécifique des sites. Parmi les facteurs positifs, on peut noter l’amélioration constante des techniques de prélèvement sur le terrain, si importantes dans le cas des microfaunes en général - et particulièrement des poissons (Desse (J.) 1980). Les méthodes d’analyse des ossements eux-mêmes ont été améliorées ; les examens systématiques des corps vertébraux par radiographies frontales (Desse (G.) et Desse (J.) 1976b ; 1983), par exemple, concourent à enrichir le spectre faunique des espèces identifiées (Fig. la). Ainsi, tel gisement, supposé ne livrer que des restes de Sparidés, révèle, grâce à de bons prélèvements, des tamisages systématiques et la prise en compte des pièces rachidiennes, un biotope totalement différent de celui des Sparidés signalés lors des fouilles antérieures. Ce sont également les pièces rachidiennes qui nous indiquent assez facilement les saisons de capture des spécimens par examen des cernes de croissance sur les faces crâniales ou caudales des corps vertébraux (Fig. 1b). L’analyse des données métriques, dont la systématisation débute à peine en « ichthyo-archéologie » (Morales (A.) et Rosenlund (K.) 1979), alors qu’elle est appliquée depuis plus d’un siècle dans les Instituts des Pêches, apporte enfin la mise en évidence de la taille - et donc du poids moyen - des spécimens capturés, permettant ainsi de juger de l’importance de la pêche dans l’apport global en protéines d’origine animale (Fig. 2).

Figure 1a : Images obtenues par radiographies frontales de corps vertébraux : -A : scyliorhinus stellaris ; B : Squatina squatina ; C : Galeorhinus galeus ; D : Alopias vulpinus ; E : Lamna nasus. 1 b : Microchronologie : le ralentissement hivernal du métabolisme des poissons se « lit » sur les corps vertébraux par des cernes marqués. La position du dernier cerne par rapport à la marge externe de la vertèbre donne la saison de capture.

Figure 2 : Ostéométrie. Analyse ostéométrique des prémaxillaires des daurades « royales » (Sparus aura ta L.) du site de Leucate. La mise en relation des trois mesures effectuées fournit de bonnes corrélations ; on peut en déduire, à partir de spécimens connus, la taille et le poids moyen des poissons fossiles.

Composition faunique

4La situation géographique des sites du Néolithique ancien ayant livré des restes de poissons a pour immédiate conséquence de ne mettre en évidence que les faunes marines. Seul le gisement de La Baume de Mont-clus (Gard) (Escalon De Fonton (M.) 1976) fait exception avec son ichthyofaune dulçaquicole composée de truites farios et de brochets.

5Les espèces marines reflètent deux types de faciès :

  • un faciès de pleine eau, de côte rocheuse

  • un faciès d’estuaire, où les espèces à caractère amphibiotique sont bien représentées.

6Un troisième type de faciès, celui de pleine mer où figureraient des espèces pélagiques impliquant obligatoirement l’usage d’embarcations, n’est actuellement représenté dans aucun gisement.

7Un tableau synoptique présentant les ichthyofaunes inventoriées à la Baume de Montclus, au Cap Ragnon, à Leucate (Desse (J.) et Desse (G.) 1984) et dans les niveaux datés du Cardial à Châteauneuf-les-Martigues montre bien les faciès-type représentés : dulçaquicole, de côte rocheuse, lagunaire, mixte lagunaire/rocheux (Tab. 1). Nous y avons joint, pour comparaison, les niveaux, antérieurs au Cardial, du gisement de Châteauneuf-les-Martigues.

L’interprétation des données

a) Les aires de pêche

8Les deux fragments de rostre de l’espadon de Leucate (Poplin (F.) 1975) et les quatre vertèbres caudales du thon rouge de Cap Ragnon (Ledoux (J.-C.) et Granier (J.) 1970-1972) ne doivent pas masquer la réalité quantitative : la quasi-totalité des poissons pêchés est capturée dans l’environnement immédiat des gisements et reflète parfaitement les niches écologiques locales. Bien que le thon rouge et l’espadon évoquent la possibilité de pêche en haute mer (Courtin (J.) 1975) - ce qui ne nous choquerait nullement puisque des témoignages de navigation existent dès l’aube du septième millénaire (Camps (G.) 1976) - ces restes paraissent malgré tout devoir être rapportés à des échouages ou à des captures fortuites à proximité immédiate des côtes. Notons enfin que tous les squales inventoriés (anges de mer, milandres, chiens de mer) appartiennent à des espèces très communes en Méditerranée, susceptibles d’être capturées depuis la ligne de rivage (pêche nocturne sur fonds sablo-vaseux). Ces squales, comestibles, peuvent également fournir des éléments de parures attestés dans des gisements (toutefois postérieurs au Cardial) parfois fort éloignés des côtes (Chaix (L.) et Desse (J.) 1978).

Tableau 1 : Composition faunique simplifiée des principaux sites.

b) Techniques de pêche et de préparation des poissons

9Les techniques mises en œuvre pour la capture des poissons dans ces horizons du Néolithique ancien dépourvus de vestiges d’engins de pêche, ne peuvent être inférées qu’avec une grande prudence. Cependant, l’examen des tableaux de composition faunique, des tailles moyennes des spécimens et des saisons de capture peut permettre quelques observations :

  • Les espèces représentées montrent bien qu’il s’agit avant tout d’une pêche côtière et même, probablement, d’une pêche effectuée depuis le rivage lui-même. Ceci paraît être le cas général au Mésolithique final comme au Néolithique ancien dans toutes les régions côtières où des études d’ichthyofaunes fossiles ont pu être effectuées, depuis Chypre (Khirokitia ; Desse (J.), 1984) jusqu’à l’Armorique (Teviec, Houat, Hoedic ; Desse (J.) 1976a).

  • Les Sparidés sont prédominants dans les sites de Méditerranée occidentale, tout particulièrement Sparus aurata L. (la daurade « royale »), à l’exception du Cap Ragnon où cette daurade est assez mal représentée. On ne peut cependant pas affirmer qu’il s’agit d’un choix délibéré ou de la simple conséquence de la répartition des gisements, mieux connus et plus nombreux en zones d’estuaires ou de lagunes.

  • Lorsque des observations microchronologiques ont pu être établies, elles ont rendu compte de pêches massives de printemps et d’été. Ceci conforte encore l’hypothèse de pêche côtière, les espèces représentées venant à proximité du rivage durant la belle saison.

10Les analyses ostéométriques tendent à suggérer fortement l’usage de lignes pour la capture des poissons marins, en tout cas pour les Sparidés ; ainsi s’expliquerait le déficit en individus de petite taille, observé à Leucate, et qui ne semble pas devoir être imputé à la conservation différentielle ou à la collecte des données.

Figure 3 : Formation de l’étang de Berre. La disparition des poissons d’eau douce (dont tous les éléments identifiés ont été pesés et comptés, tout comme pour les espèces marines) fournit un bon témoin de la transgression marine.
a : poissons d’eau douce, vertèbres caudales
b : poissons d’eau douce, vertèbres thoraciques
c : Cyprinidés, pièces de l’appareil de Weber
d : Cyprinidés, os pharyngiens
e : poissons de mer, vertèbres caudales
f : poissons de mer, vertèbres thoraciques
g : Sparidés, pièces buccales.

11La taille des poissons capturés, pour une espèce donnée, est généralement moyenne ou sous-moyenne (à l’exception de quelques très rares spécimens, tel le mérou du Cap Ragnon). Rien, cependant, n’interdit de penser que d’autres modes de pêche n’aient été utilisés.

12- Les traces laissées par le feu sur les vestiges osseux eux-mêmes suggèrent enfin une cuisson à même la braise.

Le problème des niveaux marins au début du Néolithique

13Dans un récent article consacré au Néolithique ancien côtier, le problème du niveau marin durant le Cardial est particulièrement posé pour la région marseillaise et pour l’étang de Berre. Pour les auteurs de cet article (Freises (A.) et Montjardin (R.) 1982) « ...si le niveau de moins dix-huit mètres n’avait pas été franchi... l’étang de Berre... était alors empli d’eau douce... La présence d’espèces d’eau douce témoignerait en faveur de la non-submersion » (p. 209). Le tableau synoptique (Tab. 1) dans lequel figurent à dessein les espèces rencontrées dans les horizons Castel-noviens de Châteauneuf-les-Martigues porte le témoignage de cette remontée du niveau marin. Alors que les niveaux du Cardial ne comportent, à de rarissimes exceptions près, que des espèces marines, les horizons Castelnoviens comportent bien les vestiges osseux attendus, attribuables à des espèces dulçaquicoles (Desse (J.) et Douheret (R.) 1983). Dans les couches antérieures au Cardial, les poissons d’eau douce représentent au moins 50 % du poids des ossements de poissons déterminés (Fig. 3). Traduite en nombre de vestiges osseux, cette proportion des espèces dulçaquicoles apparaît encore plus nettement. Ainsi, pour les couches XIX (Castelnovien) et XVII (Cardial), les pièces rachidiennes identifiées se répartissent comme suit :

14L’événement majeur évoqué ci-dessus ayant modifié la composition faunique des eaux de l’étang de Berre est parfaitement mis en évidence par l’étude des restes de poissons pêchés par les anciens habitants du site de la Font des Pigeons ; chronologiquement, il semble bien s’être produit durant le dernier horizon Castelnovien de Châteauneuf-les-Martigues (couche XVIII) - et donc, semble-t-il, un peu plus tardivement qu’attendu.

Conclusion

15Les observations sur le rôle de la pêche dans l’économie des premières populations néolithisées en Méditerranée occidentale ne portent guère, pour l’instant, que sur les gisements côtiers. Il semble bien, en ce cas, que la pêche, et plus généralement l’exploitation des ressources marines, aient joué un rôle de tout premier plan dans l’économie de groupes humains qui « ne prisaient dans la chasse et dans l’élevage du mouton qu’un complément de ressources » (Courtin (J.) et alii, 1972). La constante amélioration des techniques de fouille et de prélèvement devrait bientôt compléter nos informations sur l’exploitation des ressources des eaux douces par les hommes du Néolithique ancien.

Bibliographie

Bibliographie

Bini (G.) 1967-1968. Atlame del pesci delle coste italiane. 8 vol. Mondo Sommerso édit., Roma.

Camps (G.) 1976. La navigation en France au Néolithique et à l’Age du Bronze. In : La préhistoire française, II (les civilisations néolithiques et protohistoriques), pp. 192-201, CNRS édit., Paris.

Chaix (L.) et Desse (J.) 1978. Notes sur quelques vertèbres de requin (Lamna nasus BON.) trouvées dans la vallée d’Aoste. Bulletin d’études Alpines, X (1978), pp. 11-16.

Courtin (J.) 1975. A propos de la navigation et de la pêche en mer au Néolithique ancien sur les côtes méditerranéennes françaises. Bulletin de la Société Préhistorique française, t. 72, pp. 131-132.

Courtin (J.), Gagnière (J.), Granier (J.) et alii 1970-1972. La grotte du Cap Ragnon, commune du Rove (Bouches-du-Rhône). Bulletin de la Soc. d’étude de Sciences Naturelles du Vaucluse, 1970-1972. pp. 113-170.

Desse (G.) et Desse (J.) 1976a. La pêche. In : La Préhistoire française, I (1), pp 697-702. CNRS édit., Paris.

Desse (G.) et Desse (J.) 1976b. Diagnostic des pièces rachidiennes : Téléostéens d’eau douce. 108 p., l’Expansion Scientifique, Paris.

Desse (G.) et Desse (J.) 1983. Diagnostic des pièces rachidiennes de poissons ; applications au matériel issu de sites archéologiques et paléontologiques. Archives des Sciences, 36 (2), 6 p. Genève.

Desse (G.) et Granier (J.) 1976. Les poissons. La Préhistoire française, I (2), pp . 437-443. CNRS édit, Paris.

Desse (J.) 1980. Techniques de prélèvements des vestiges osseux de poissons. Notes Internes, 17, 5 p., C.R.A./CNRS, Valbonne.

Desse (J.) 1984. L’ichthyofaune du site néolithique de Khirokitia (Chypre). A.D.P.F. édit., Paris.

Desse (J.) 1985. Les poissons des sites archéologiques : les données factuelles ; applications au domaine méditerranéen, pp. 229-236. In : L’exploitation de la mer. Vemes Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire. Antibes, 1984. APDCA édit.

Desse (J.) et Desse (G.), 1984. Analyse de l’ichthyofaune du gisement Cardial de Leucate (Aude), pp. 221-228. J. Guilaine et alii, Leucate-Corrège, habitai noyé du Néolithique cardial.

Desse (J.) el Douheret (R.), sous presse. L’ichthyofaune du site de Châteauneuf-les-Martigues. Notes Internes, C.R.A/CNRS, Valbonne.

Escalón De Fonton (M.) 1976. Baume de Montclus (Gard). In : Livret guide de l’Excursion C2, Congrès UISPP, Nice (1976), pp. 135-145.

Freises (A.) et Montjardin (R.) 1982. Le Néolithique ancien côtier du midi de la France. Archéologie en Languedoc, 1982, pp. 201-226.

Le Gall (O.) 1982. Les poissons de quelques gisements préhistoriques du Sud-Ouest de la France. Élude ostéologique. Intérêt paléoécologique et palethnologique. Thèse de Doctorat en Géologie du quaternaire et préhistoire, multicopie, Université de Bordeaux I.

Morales (A.) et Rosenlund (K.) 1979. Fish boue measurements. 47 p., Steenstrupia, Copenhague.

Ledoux (J.-C.) et Granier (J.) 1970-1972. Poissons. Voir : Courtin (J.) et alii, 1970-1972, pp. 137-153.

Poplin (F.) 1975. Restes de rostre d’espadon trouvés dans un gisement Néolithique de l’étang de Leucate (Aude). Bulletin de la Société Préhistorique française, T. 72 (3), pp. 69-70.

Notes de fin

1 Laboratoire d’Archéozoologie, c.n.r.s, c.r.a., Sophia-Antipolis, 06565 Valbonne.

Table des illustrations

Légende Figure 1a : Images obtenues par radiographies frontales de corps vertébraux : -A : scyliorhinus stellaris ; B : Squatina squatina ; C : Galeorhinus galeus ; D : Alopias vulpinus ; E : Lamna nasus. 1 b : Microchronologie : le ralentissement hivernal du métabolisme des poissons se « lit » sur les corps vertébraux par des cernes marqués. La position du dernier cerne par rapport à la marge externe de la vertèbre donne la saison de capture.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1050/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Figure 2 : Ostéométrie. Analyse ostéométrique des prémaxillaires des daurades « royales » (Sparus aura ta L.) du site de Leucate. La mise en relation des trois mesures effectuées fournit de bonnes corrélations ; on peut en déduire, à partir de spécimens connus, la taille et le poids moyen des poissons fossiles.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1050/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Tableau 1 : Composition faunique simplifiée des principaux sites.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1050/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Figure 3 : Formation de l’étang de Berre. La disparition des poissons d’eau douce (dont tous les éléments identifiés ont été pesés et comptés, tout comme pour les espèces marines) fournit un bon témoin de la transgression marine.a : poissons d’eau douce, vertèbres caudalesb : poissons d’eau douce, vertèbres thoraciquesc : Cyprinidés, pièces de l’appareil de Weberd : Cyprinidés, os pharyngiense : poissons de mer, vertèbres caudalesf : poissons de mer, vertèbres thoraciquesg : Sparidés, pièces buccales.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1050/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 860k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1050/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 73k

Auteur

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search