Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Huitième partie. Quel futur pour l'alimentation ?

8.2. Futurologie démographique : des incertitudes qui pèsent sur l’avenir de l’alimentation

Hervé Le Bras

Texte intégral

Des scénarios bien connus

1L’avenir démographique à long terme jouit d’un consensus plus large que l’avenir économique ou social. Les « projections » de population réalisées par la « division de la population », un sous-département des Nations-Unies, sont rarement contestées. La méthode n’a pas changé depuis 1963, date à laquelle les premières projections ont été effectuées. La division de la population demande à chaque État membre de lui fournir ses propres projections de fécondité, de mortalité et de solde migratoire par âge jusqu’à l’horizon choisi, 2050 depuis 1994 et 2100 depuis 2010. En accord avec les différents pays, les données nationales sont harmonisées. Une projection est alors effectuée pour chaque pays selon le principe simple des trois composantes : d’une année à la suivante, chaque classe d’âge vieillit d’un an. On retranche de son effectif les décès prévus et on ajoute le solde migratoire. L’effectif de la première classe d’âge (moins de un an) qui n’a pas de prédécesseur est calculé à l’aide des taux de fécondité par âge et des effectifs par âge des femmes. Trois variantes sont établies, haute, moyenne et basse.

2Selon ces projections, en 2050, la population mondiale compterait 8,3, 9,6 ou 10,9 milliards d’habitants dans l’ordre des trois variantes. Ces chiffres peuvent sembler voisins, mais les accroissements le sont moins. Dans l’hypothèse basse, la population augmenterait seulement de 14 % au cours des 35 prochaines années. Dans l’hypothèse haute, elle augmenterait de 50 %. L’écart est évidemment plus important encore en 2100 où les populations atteintes atteignent respectivement 6,8, 10,9 et 16,6 milliards, ce qui représente une fourchette de 1 à 2,5 entre la plus basse et la plus haute hypothèse.

Fig. 1 – Population projetée de l’Iran (millions) selon l’année de projection

Fig. 2 – Population projetée de la France (millions) selon l’année de projection

La validité limitée des projections par pays

3L’examen pays par pays des projections passées laisse planer un doute sur leur vertu prédictive. Sur les deux graphiques, on a représenté des projections publiées par les Nations-Unies depuis 1963 pour l’Iran et pour la France. Chaque courbe représente, de son départ à son horizon final, la projection effectuée une année donnée. Pour l’Iran, les Nations-Unies anticipaient jusqu’en 1994 une explosion démographique élevant à 170 millions le nombre des habitants en 2050. L’enthousiasme (ou l’inquiétude) s’est refroidi au point que maintenant la dernière projection (en 2012) table seulement sur 100 millions d’Iraniens en cette même année 2050, soit 40 % en moins. Que s’est-il passé ? La fécondité en Iran qui était de 6,5 enfants par femme jusqu’en 1985, a diminué rapidement depuis cette date pour atteindre 2 enfants par femme en 2005 et 1,7 aujourd’hui. Il a fallu un certain temps aux Nations-Unies pour intégrer la baisse tant le mythe d’une fécondité musulmane très élevée était puissamment intériorisé par les démographes. La France a connu l’expérience inverse.

4Persuadé que la fécondité allait demeurer à son bas niveau des années 1970 et 1980, l’INSEE prévoyait en 1994 60 millions d’habitants en France pour 2050. La remontée de la fécondité à partir du milieu des années 1990 a changé la donne. Elle est maintenant prise en compte si bien qu’en 2012 l’organisme prévoit 73 millions d’habitants pour 2050, soit 22 % de plus que la projection de 1994.

Des hypothèses globales discutables

5Il faut donc prendre les projections par pays avec des pincettes. Or, la poursuite de la croissance mondiale repose sur un nombre de plus en plus faible de pays, précisément les pays de l’Afrique intertropicale, du Sahel au sud du Congo. Actuellement, ces pays assurent déjà un quart de la croissance mondiale. En 2050, ils devraient en assurer les trois quarts dans l’hypothèse moyenne. Or l’examen de leur population à cette date laisse dubitatif : le Niger passerait de 18 à 70 millions d’habitants, le Mali de 15 à 46, le Nigeria de 175 à 440 millions, etc. Il pourrait toutefois se produire dans ces pays un changement analogue à celui qu’a vécu l’Iran. Des indices vont dans ce sens : la fécondité est passée au-dessous de 3 enfants par femme en Afrique du sud. Elle a diminué de 35 % au Ghana au cours des 10 dernières années. Le mythe de la fécondité subsaharienne ou noire pourrait être aussi fragile que celui de la fécondité musulmane.

6Une autre raison jette quelque doute sur les calculs des Nations-Unies. Par vocation, l’organisation internationale doit se montrer irénique*. Le Monde qu’elle décrit en 2100 doit être pacifié, équilibré et égal. La fécondité doit être à peu près la même partout, l’espérance de vie aussi. Ainsi, les fécondités les plus élevées, en particulier celles qui dépassent encore 6 enfants par femme sont abaissées graduellement pour atteindre 2,2 enfants en 2100 tandis que les plus faibles, les 1,2 enfants au Japon, en Corée du sud ou en Grèce remontent à 1,8 sous l’effet d’un étrange baby-boom dont ni les prémisses ni les raisons ne sont visibles aujourd’hui. Comme il n’existerait plus de différentiel démographique et, sous-entendu, plus de différentiel économique en 2100, les soldes migratoires de chaque État deviendraient nuls, une hypothèse assez déconcertante que les Nations-Unies ont mise au centre de leurs calculs.

7L’égalité de tous les humains est un postulat démographique qui donne à la population mondiale une signification que lui dénient les grandes différences actuelles, particulièrement en matière d’alimentation. Parfois l’irénisme* des Nations-Unies confine à l’opportunisme politique. Ainsi la fourchette de la population chinoise en 2100 est de 607 à 1780 millions d’habitants et celle de la population des États-Unis de 301 à 679 millions : in extremis, les États-Unis dépasseraient la Chine s’ils suivaient la voie haute et elle la voie basse.

8Face aux incertitudes concernant l’évolution des populations, face à leurs différences profondes, face aux enjeux politiques, mieux vaut donc manier avec prudence les projections de population.

Bibliographie

Références bibliographiques

• esa.un.org/wpp/

• Wachter K., Le Bras H., Mathematical Demography, Springer, New York, 2013.

• Cohen J.E., How many people can the earth support, Norton, New York, 1995.

• Le Bras H., The nature of demography, Princeton University Press, 2008.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Population projetée de l’Iran (millions) selon l’année de projection
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10498/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende Fig. 2 – Population projetée de la France (millions) selon l’année de projection
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10498/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site