Version classiqueVersion mobile

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Huitième partie. Quel futur pour l'alimentation ?

8.1. Quelles évolutions pour le consommateur ?

Une alimentation sur mesure

Christine Cherbut

Texte intégral

Hungry Planet – Familles du monde. La famille Sobczynscy (Konstancin-Jeziorna, Pologne), pose avec sa consommation alimentaire hebdomadaire. Budget : 151,20 $. Photo Peter Menzel / Cosmos

1 « Il y a peu de différence entre un être humain et un autre, mais c’est cette différence qui est tout » a dit le philosophe américain William James. La « customisation »* des produits de consommation est une tendance marketing forte. Cette tendance pourrait être durable, répondant au désir du consommateur de choisir ce qui est produit pour lui et de passer ainsi du statut d’acheteur à celui de co-concepteur. L’alimentation n’échappe pas à ce mouvement : des communautés particulières de mangeurs se forment (végétariens, intolérants au gluten), des produits spécialisés s’ajoutent sur les rayons, et plusieurs marques ont fait de la personnalisation un argument de vente (votre garniture sur votre pizza, packaging à votre nom, bonbons à votre image). Certains fabricants vont plus loin et invitent le consommateur à participer et à « créer » de nouvelles recettes, de nouveaux produits.

2Au-delà de cette exploitation commerciale du souhait profond des consommateurs-mangeurs de s’approprier leur alimentation, la recherche en nutrition explore les relations entre les gènes, les aliments et le métabolisme, dans le but de développer des solutions plus efficaces pour diminuer les risques de maladies chroniques liées à la malnutrition. À la frontière des sciences, la nutrition moderne utilise les approches de la biologie des systèmes et les technologies « omiques »*.

Gènes et alimentation

3Tous les individus ne sont pas égaux face à l’alimentation. Ils sont dépendants de leur environnement géographique, social et culturel, de l’offre alimentaire qu’ils peuvent se procurer. Ils se distinguent par leurs préférences alimentaires, leur désir de manger, la façon de digérer et de métaboliser les aliments, la réponse de leur organisme à ce qu’ils ingèrent. Ces différences sont déterminées par de nombreux facteurs, dont certains de nature biologique. Ainsi, les constituants de notre alimentation interagissent avec notre patrimoine génétique et sa régulation à plusieurs niveaux. D’un côté, les aliments consommés affectent l’expression des gènes, de l’autre le génome est capable d’influencer la façon dont les aliments sont utilisés.

4Le folate et la programmation épigénétique illustrent l’effet de l’alimentation sur les gènes. Produit à partir de la vitamine B9 trouvée dans les légumes verts, le folate est indispensable à la synthèse de l’ADN et un apport inadéquat augmente le risque de cancer. La malnutrition in utero ou dans les premiers mois après la naissance entraîne des modifications épigénétiques* favorisant l’apparition de maladies chez l’adulte et pouvant se transmettre sur plusieurs générations.

5Dans l’autre sens, les gènes influencent la façon dont l’individu assimile son alimentation. Ainsi, les acides gras polyinsaturés omega-3*, qui ont été associés à un effet protecteur contre les maladies cardiovasculaires, se sont révélés plus bénéfiques chez des individus avec un profil génétique particulier dans la cohorte SUVIMAX*. La diversité métagénomique* du microbiome* intestinal influencerait la prise de poids de patients obèses.

6De multiples applications de cette recherche sont envisagées. L’ambition première est de fournir des solutions aux consommateurs pour un régime alimentaire mieux adapté à leur profil génétique et métabolique ainsi qu’à leur mode de vie ; la vision est qu’une telle évolution, qui permettrait de passer de la recommandation générale à des régimes personnalisés, contribuera plus efficacement à la santé publique. Cela développera des activités de conseils, basées sur des services délivrés par Internet et sur téléphonie mobile, des capteurs miniaturisés des données cliniques, de consommation, d’activité physique, etc., ainsi que de nouveaux outils de diagnostic. Le traitement de ces données nécessitera de nouveaux algorithmes. Les industries agro-alimentaires fourniront de nouveaux produits. Les équipementiers innoveront en matière d’appareillage domestique. L’agriculture et l’élevage investiront ce champ pour leurs propres usages et pour délivrer des matières premières façonnées sur mesure. Toute la chaîne de valeur de l’alimentation pourrait être modifiée. Le système de santé pourrait également y trouver un modèle économique avantageux.

Limites d’une alimentation sur mesure

7Le développement possible qui vient d’être évoqué pose de nombreuses questions éthiques, sociales et légales. Il est au cœur du débat bioéthique sur l’utilisation des données génétiques. Il pourrait médicaliser l’acte de manger, au détriment de ses dimensions sociales, culturelles et hédoniques. Il pourrait mettre en danger l’autonomie de l’individu dans ses choix, lui attribuer la responsabilité morale de sa santé et conduire à la discrimination, voire à la stigmatisation des individus qui ne se conformeraient pas aux recommandations. Enfin, il pourrait être une source majeure d’inégalités sociales, en n’étant accessible qu’aux personnes riches et bénéficiant d’un environnement favorable. Par ailleurs, son intérêt pour les pays en développement et leurs populations est un sujet de débat.

8L’alimentation sur mesure s’inscrit dans un contexte de changements globaux et peut apporter une partie de la réponse aux défis de sécurité alimentaire et de santé. Son succès sera néanmoins conditionné par de nombreux facteurs : formulation réaliste des espoirs fondés sur ces approches, intégration des dimensions sociales et culturelles de l’alimentation, meilleure connaissance des relations entre les aliments et la biologie du mangeur, accès équitable aux aliments et services à la base des régimes adaptés aux caractéristiques des groupes d’individus, et encadrement législatif permettant d’assurer la qualité des informations et des produits délivrés ainsi que le respect de la liberté de choix des individus et la justice sociale.

Bibliographie

Références bibliographiques

• « Future scenarios about personalised nutrition in Europe », http://www.food4me.org/images/banners/food4me_brochure_final_28_06.pdf

• Hurlimann T., « Les promesses de la nutrigénomique pour les pays en voie de développement », 2009, http://www.omics-ethics.org/docs/documents/Nutri_Obs-DEF.pdf

• Wahli W., « La nutrigénomique dans votre assiette », 2013, http://www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/dossiers/

Table des illustrations

Légende Hungry Planet – Familles du monde. La famille Sobczynscy (Konstancin-Jeziorna, Pologne), pose avec sa consommation alimentaire hebdomadaire. Budget : 151,20 $. Photo Peter Menzel / Cosmos
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10496/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 698k

Auteur

Nutritionniste
Directrice Scientifique Alimentation
INRA
Paris
christine.cherbut@paris.inra.fr

© CNRS Éditions, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search