Version classiqueVersion mobile

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Septième partie. Alimentation, environnement et territoire

7.13. Concevoir des systèmes alimentaires durables

Jean-Marc Meynard et Marie-Hélène Jeuffroy

Texte intégral

1Plutôt que d’essayer de rendre plus durables l’agriculture et l’alimentation indépendamment l’une de l’autre, ne gagnerait-on pas à reconnecter les dynamiques d’innovation dans ces deux domaines, en raisonnant en termes de systèmes alimentaires ? Cette perspective nécessite de tenir compte, dans les activités de production, d’échange, de transformation, de distribution et de consommation de produits alimentaires, des synergies ou antagonismes entre les innovations. C’est, par exemple, trouver dans un changement de la transformation ou de l’alimentation une solution à une problématique agricole, autant que l’inverse. Dans cet esprit, l’agroécologie, initialement centrée sur la jonction entre les sciences écologiques et agronomiques pour mieux comprendre et gérer le fonctionnement des agroécosystèmes, est opportunément devenue « une écologie des systèmes alimentaires ».

Niches d’innovation

2Conduire la transition des systèmes alimentaires ne peut être qu’un projet collectif, dans lequel la puissance publique s’implique résolument. Il s’agit à la fois de concevoir des grappes d’innovations coordonnées, touchant les différents maillons de la chaîne, et de préparer la réorganisation des réseaux d’acteurs, les apprentissages et les évolutions de normes et de réglementations qui rendront ces innovations opérantes.

3Comme le souligne la théorie des transitions, les changements radicaux se préparent à l’écart du régime sociotechnique dominant, dans des « niches d’innovation », constituées d’acteurs minoritaires, porteurs des enjeux de l’avenir. Dans ces niches, se construisent les nouveaux réseaux d’acteurs et se mettent en place des changements de pratiques, de technologies ou de modes d’organisation des échanges, qui, s’ils sont favorisés par une évolution du contexte socio-politique ou soutenus, au nom de l’intérêt général, par les pouvoirs publics, pourront ensuite se diffuser dans le régime dominant. Les trois exemples qui suivent illustrent la diversité des innovations et de leur agencement permettant de rendre les systèmes alimentaires plus durables.

Faire du pain sans polluer l’eau

4Aujourd’hui, pour faire du bon pain, on considère comme indispensable de disposer de blé à hautes teneurs en protéines. Pour les obtenir, il est nécessaire d’apporter au champ des quantités importantes d’engrais azoté, dont une partie n’est pas utilisée par les plantes et reste dans le sol, sous forme de nitrate susceptible de polluer les eaux superficielles et souterraines. Des innovations, à l’étude, dans le processus de fabrication du pain montrent comment faire du pain avec du blé à faible teneur en protéines, moins exigeant en engrais azoté. Une innovation en panification qui devrait permettre de rendre l’agriculture plus propre.

Relocaliser la production alimentaire

5L’accroissement des échanges internationaux favorise une spécialisation des agricultures, chaque région du monde développant les productions sur lesquelles elle a un avantage compétitif : le soja en Argentine, le blé et le colza dans le Bassin Parisien, le porc et le lait dans l’ouest de la France, la banane en Amérique Centrale… Il en résulte de larges espaces de monocultures et de rotations courtes, préjudiciables à la biodiversité et possibles uniquement grâce à un usage massif de pesticides.

6La relocalisation des productions au plus près des zones de consommation serait favorable à la diversification des paysages, à la réduction des pesticides et à la biodiversité, ainsi qu’à la restauration de la confiance des consommateurs grâce à une traçabilité accrue. Elle favoriserait aussi la réduction des transports, et le recyclage local des éléments minéraux, évitant gaspillages de ressources et pollutions. Une telle transition de l’agriculture suppose des innovations agronomiques, industrielles et commerciales, mais aussi organisationnelles et réglementaires, pour permettre la construction de nouvelles filières.

Mettre plus de légumineuses dans nos assiettes et dans nos champs

7Pour assurer une sécurité alimentaire globale, et améliorer la santé des consommateurs, un accroissement de la consommation de protéines végétales serait nécessaire, au détriment des protéines animales, beaucoup plus coûteuses à produire. Les légumineuses, dont les graines sont riches en protéines, sont intéressantes dans cette perspective. Fixant l’azote atmosphérique, elles ne nécessitent pas d’engrais azoté, économisant des ressources en énergie fossile, et émettant peu de gaz à effet de serre (CO2 et N2O).

8Or, la production de légumineuses pour l’alimentation humaine reste rare, particulièrement en Europe. Son développement nécessite la conjonction de différentes innovations rendant la culture, la transformation agro-industrielle et la consommation de légumineuses intéressantes pour les acteurs : préparations précuites facilitant l’utilisation en cuisine ; procédés technologiques permettant d’extraire des graines de nouveaux ingrédients ; successions de cultures innovantes ; modes de production associant céréales et légumineuses dans le même champ ; sélection de variétés productives et résistantes aux stress.

Fig. 1 – Différents types de légumineuses

Bibliographie

Références bibliographiques

• Francis C. et al., « Agroecology : The Ecology of Food Systems. J Sustain Agr 2003 ; 22 : 99-118. 22.3

• Kemp R. et al., « Regime shifts to sustainability through processes of niche formation : the approach of strategic niche management », Technology Analysis & Strategic Management 1998 ; 10 : 175-198.

• Meynard J.-M., « Freins et leviers à la diversification des cultures : étude au niveau des exploitations agricoles et des filières », Oilseeds and fats, Crops and Lipids 2013 ; 20 : D403.

• Voisin A.S. et al., « Legumes for feed, food, biomaterials and bioenergy in Europe : a review », Agron Sustain Dev 2014 ; 34 : 361-80.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Différents types de légumineuses
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10493/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

© CNRS Éditions, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search