Version classiqueVersion mobile

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Septième partie. Alimentation, environnement et territoire

7.10. Élevage, environnement et territoires

Jean-Louis Peyraud

Texte intégral

1Comme toute activité humaine, l’élevage est source d’émissions vers l’environnement. Les critiques dont il fait l’objet se sont intensifiées après la parution du rapport de la FAO (2006) qui a pointé son rôle dans les émissions de gaz à effet de serre, même si le rapport suivant, de 2013, a modéré fortement les premières conclusions. L’élevage est aussi critiqué pour son utilisation de ressources directement valorisables par l’homme, sa consommation d’eau et bien sûr pour les pollutions locales qu’il engendre (nitrates) lorsqu’il est fortement concentré sur un territoire.

Les services environnementaux de l’élevage

2Le rapport de B. Chevassus-au-Louis a proposé que les prairies permanentes pâturées de manière extensive aient une valeur de référence d’environ 600 €/ha et par an pour les services rendus. Ces services correspondent au stockage de carbone, à la qualité des eaux mais aussi à la préservation de la biodiversité et des services que cette dernière procure. La prairie permet alors de contrebalancer pour une part les impacts environnementaux liés à l’intensification des systèmes de culture annuels.

Fig. 1 – Vaches dans une prairie du Jura

3Les prairies et l’élevage des ruminants qui les valorise jouent un rôle important pour la séquestration du CO2 atmosphérique et la régulation des flux d’azote. Ces propriétés s’expliquent par une activité photosynthétique continue sur l’année et des interactions constantes avec les communautés microbiennes du sol. La prairie représente 39 % des stocks terrestres de carbone et les prairies permanentes sont des puits de carbone d’une intensité moyenne de 0,7 - 1,0 t de C/ha/an, ce qui est comparable à celle de forêts tempérées. Ainsi, la gestion optimale des prairies constitue une voie pour réduire les émissions de gaz à effet de serre de l’élevage.

4L’élevage à l’herbe contribue aussi à la production d’une eau de qualité. Les teneurs en nitrates des eaux superficielles et profondes sont le plus souvent inférieures à 10 mg/L dans des régions d’élevage extensif. Lorsque la prairie est conduite au sein de rotations pluriannuelles, la qualité des eaux de drainage est aussi mieux maîtrisée sous prairie fauchée que sous un système cultivé. Les données récentes du dispositif long terme SOERE-ACBB montrent qu’une rotation de 3 ans de prairies intensives fauchées et 3 ans de cultures (maïs-blé-orge) permet d’abaisser de moitié la teneur moyenne en nitrate des eaux drainées par rapport à un système arable pur. Les pertes de nitrates sous prairies pâturées demeurent également faibles tant que le niveau de la fertilisation azotée reste adapté au potentiel régional de production et que la gestion du retournement des prairies permet de bien valoriser l’azote organique du sol. La prairie réduit aussi considérablement la charge en produits phytosanitaires puisqu’elle ne fait quasiment jamais l’objet de traitement.

5Les prairies permanentes et les structures associées (bord de champ, haies, talus, fossés) valorisées par l’élevage extensif sont le support d’une diversité spécifique florale considérable et fournissent des habitats pour les invertébrés et la faune sauvage. Ce rôle dans la préservation des milieux est soutenu par des dispositifs agro-environnementaux La contribution à la biodiversité de l’élevage valorisant des prairies semées au sein de systèmes céréaliers de plaine est également confirmé, l’élevage y ayant un effet positif sur différents taxons à tous les niveaux du réseau trophique : microfaune du sol, insectes, flore et oiseaux. Dans ces territoires, l’intensification des systèmes agricoles et le retournement des prairies au profit de cultures annuelles ont conduit à une perte de biodiversité chiffrée entre 0,5 à 1,5 %/an selon les espèces de papillons et d’oiseaux.

Un rôle majeur dans la dynamique des territoires ruraux

6Dans de nombreuses zones au potentiel agronomique limité (montagnes, piémont, zones de marais humides…) où il n’est pas possible de produire des céréales, la production animale valorisant la prairie permanente constitue un secteur économique vital. L’élevage y façonne les paysages emblématiques qui se dégradent très rapidement s’ils ne sont plus entretenus par le pâturage des troupeaux et les activités de tourisme et récréatives induites constituent des retours économiques importants. Au-delà, des enquêtes auprès des acteurs des filières, professionnels du tourisme et associations écologiques montrent que l’élevage est perçu comme ayant un rôle essentiel pour le maintien des emplois et du tissu social en milieu rural. Il est aussi associé à notre patrimoine culturel et naturel et son rôle dans la préservation des milieux a été souligné.

7Pour évaluer objectivement et faire évoluer les systèmes d’élevage, il faut développer une vision beaucoup plus holistique des services (positifs ou négatifs) rendus en intégrant les domaines de l’économie des filières, du développement régional, de l’utilisation des ressources, et de la qualité de l’environnement et des écosystèmes. La notion de faisceaux de services se prête bien à une telle approche. Il y a ici un champ de recherche nouveau et de première importance pour l’avenir des productions à un moment où la demande mondiale en produits animaux est en très forte augmentation.

Bibliographie

Références bibliographiques

• Chevassus-Au-Louis B. et al., Approche économique de la biodiversité et des services liés aux écosystèmes : Contribution à la décision publique, La Documentation française, Paris, 2009.

• FAO, Livestock’s long shadow, FAO, Rome, 2006.

• Hopkins A., Holz B., « Grassland for agriculture and nature conservation : production, quality and multi-functionality », Agronomy Research 2006 ; 4 : 3-20.

• Soussana J.-F. et al., « Mitigating the greenhouse gas balance of ruminant production systems through carbon sequestration in grasslands », Animal 2010 ; 4 : 334-50.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Vaches dans une prairie du Jura
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10488/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 699k

Auteur

Zootechnicien
UMR « Physiologie, Environnement et Génétique pour l’Animal et les Systèmes d’Élevage »
INRA
Rennes
jean-louis.peyraud@rennes.inra.fr

© CNRS Éditions, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search