Version classiqueVersion mobile

L'alimentation à découvert

 | 
Catherine Esnouf
, 
Jean Fioramonti
, 
Bruno Laurioux

Septième partie. Alimentation, environnement et territoire

7.9. L’impact environnemental de l’alimentation

Sarah Martin

Texte intégral

1L’alimentation représente un poste important de l’empreinte environnementale des ménages français : les produits alimentaires représentent de l’ordre de 23 % de l’empreinte carbone et 9 % de l’empreinte énergétique, 55 % des émissions de gaz acidifiants et 23 % de l’empreinte eau. L’explosion démographique mondiale et l’évolution des régimes alimentaires font de la maîtrise de ces impacts un enjeu majeur.

2Les impacts environnementaux de l’alimentation sont liés à la production agricole (ainsi qu’à la production piscicole et à la pêche), et à l’ensemble de la chaîne alimentaire située en aval : transformation et conservation des aliments, transport, conditionnement, distribution, préparation, déchets. Ces impacts peuvent être générés en France, ou ailleurs dans le monde dans le cas de produits (fruits exotiques) ou sous-produits (alimentation animale) importés.

3Si les analyses de cycle de vie (ACV) sont nombreuses sur les produits alimentaires, l’évaluation des impacts environnementaux de l’alimentation reste complexe notamment en raison de la multitude d’aliments considérés, de la variété des modes de production associés et de la diversité des pratiques alimentaires individuelles.

Fig. 1 – Impacts Gaz à Effet de Serre (GES) du régime alimentaire moyen d’un homme en France (source ADEME, d’après l’étude INRA « impacts environnementaux et qualité nutritionnelle des consommations alimentaires des adultes en France »)

L’impact environnemental de la production agricole

4Globalement, c’est la phase du cycle de vie des produits alimentaires qui génère le plus d’impacts environnementaux. L’agriculture est notamment émettrice de plusieurs gaz à effet de serre : le protoxyde d’azote (principalement au travers de la fertilisation azotée), le méthane (fermentation entérique des bovins et déjections animales), le dioxyde de carbone (consommation d’énergie et production d’intrants). Elle est également consommatrice d’eau (notamment pour l’irrigation des cultures) et d’espace (la moitié de la surface française est agricole). En termes de pollution de l’eau, les impacts portent principalement sur les fuites de nitrates et de phosphore liés à la fertilisation et aux produits phytosanitaires. Les impacts (positifs ou négatifs) de l’agriculture sur la biodiversité et la qualité des sols sont plus complexes à quantifier.

5Les impacts de la production agricole varient fortement selon la nature des produits : les produits végétaux (légumes, céréales) ont dans la majorité des cas un impact par kilogramme de produit plus faible que les produits animaux (viande, lait), qui cumulent les impacts liés à l’élevage et aux cultures nécessaires à l’alimentation des animaux (les deux tiers de la surface agricole française sont utilisés pour l’alimentation animale). Modifier son régime alimentaire vers davantage de produits végétaux peut donc permettre a priori une réduction significative de ses impacts.

6Les impacts varient également selon les modes de production, en fonction des pratiques agricoles (ainsi l’agriculture conventionnelle consomme beaucoup d’intrants avec les émissions et rejets associés, alors que l’agriculture biologique, du fait de ses rendements plus faibles, génère plus d’impact par unité produite), des systèmes (cultures sous serre chauffées, très énergivores), du niveau d’intensification (concentration des impacts locaux pour les volailles ou porcs « standard », occupation des sols plus importante pour les élevages sous label). Si aucun système n’est meilleur sur l’ensemble des impacts, la diffusion des pratiques agricoles les plus performantes au niveau environnemental pourrait réduire de 20 à 30 % la plupart des impacts environnementaux de la production agricole.

Les autres phases de la chaîne alimentaire

7L’étape de transformation des produits (industries agro-alimentaires) est consommatrice d’énergie (notamment industrie laitière et transformation du sucre), et impacte les milieux aquatiques (prélèvements et rejets). Le transport de denrées alimentaires représente 30 à 50 % du transport de marchandises en France, avec des impacts en termes de consommation d’énergie fossile, d’émissions de gaz à effet de serre et de pollution atmosphérique. Toutefois, si les « kilomètres alimentaires » (cumul des distances parcourues par les différents ingrédients d’un produit alimentaire) sont souvent impressionnants, le trajet « domicile-magasin » est responsable d’une part significative des impacts liés au transport de denrées alimentaires : ramenée au kilogramme transporté, la consommation de gasoil nécessaire pour effectuer un aller-retour au supermarché situé à 5 km (pour 30 kg de courses), correspond à 800 km parcourus en camion pour l’approvisionnement du magasin. Le mode de transport est l’élément déterminant plus que la distance : le transport maritime a un impact par kilogramme de produit transporté très faible, le camion relativement faible, la voiture élevé et l’avion très élevé.

8Les emballages alimentaires représentent plus de 80 % des emballages ménagers (en unités et en masse), la majorité étant liée à la consommation de boissons. Les impacts sont liés à la fabrication des emballages et aux quantités de déchets générées.

9Les impacts environnementaux de la distribution, de la restauration et de la préparation à domicile sont liés à la consommation d’énergie pour la conservation et la préparation des aliments, et dépendent notamment des matériels utilisés et des pratiques individuelles : de nombreux éco-gestes permettent de les réduire. Les pertes et le gaspillage alimentaire, présents à chaque maillon de la chaîne, constituent autant d’impacts qui peuvent être également évités, afin de parvenir à une alimentation durable.

Bibliographie

Références bibliographiques

• Labouze E. et al., Analyse des impacts environnementaux de la consommation des ménages des marges de manœuvre pour réduire ces impacts, ADEME, 2012.

• Vieux F. et al., « Impact carbone et qualité nutritionnelle de l’alimentation en France », Notes et Études Économiques 2013 ; 37 : 185-197.

• Colomb V. et al., AGRIBALYSE ®, the French LCI Database for agricultural products : high quality data for producers and environmental labelling, LCA FOOD Proceedings, San Francisco, 2014.

• Avis de l’ADEME sur les circuits courts alimentaires de proximité. ADEME, 2012.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Impacts Gaz à Effet de Serre (GES) du régime alimentaire moyen d’un homme en France (source ADEME, d’après l’étude INRA « impacts environnementaux et qualité nutritionnelle des consommations alimentaires des adultes en France »)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10486/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 344k

Auteur

Ingénieur
Service « Agriculture et Forêt »
ADEME
Angers
sarah.martin@ademe.fr

© CNRS Éditions, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search